Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Kobayoshi Chôjiro | La faim justifie les moyens ...

 :: Avant-propos :: ► Papiers s'il-vous-plait :: Illuminati Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Kobayoshi Chôjiro
Rang S || Croque-Mitaine
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 27/12/2016
Age : 23
Localisation : Entouré de filles, sûrement, huhu.
Mar 27 Déc - 11:09

▬ Feat. Shunsui Kyoraku - Bleach.

Nom : Kobayoshi.
Prénom : Chôjiro.
Âge : 44 ans.
Nationalité : Japonais.
Genre : Masculin.
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
Groupe : Suicide Circus.
Rang : S.
Surnom : Croque-Mitaine.
Type de Kagune : Bikaku.
Kakuja : Possible que cela survienne plus tard (cf. histoire).

NOM Prénom(s)
Caractère
Chô apparaît, en façade, comme quelqu'un de rieur, d'agréable, de sympathique, et même de maladroit. D'apparence, et surtout quand il se balade librement dans les rues de Tokyo, il a tout d'un père attentionné ou d'un grand-frère cool. Son rire quasi-naturel en a charmé plus d'un, il a réussi à attirer des proies aisément grâce à cette façade qu'il se complaît à garder de temps à autre avec ses proches mais qui ne trompe plus personne tant il a souvent fissuré ce masque devant eux. Chôjiro est quelqu'un de fourbe, il aime tromper les autres et voir la confiance qui s'était établi entre eux se disloquer au fur et à mesure qu'il révèle sa véritable personnalité, celle d'un homme cruel et acerbe ne pensant qu'à ses propres intérêts depuis qu'il a appris à ses dépens que seule la survie de soi est essentiel. Ce côté rieur, il le garde tout de même sous sa véritable nature mais a un humour bien moins simplet, il ne rit que du malheur des autres ou de situations cocasses, ce qui fait que certains le caractérise de caustique. C'est néanmoins quelqu'un d'assez intelligent, il sait quelle place il a dans la société, il ne s'élève pas plus haut qu'il ne l'est, il respecte pour l'instant la hiérarchie même si un jour, il aimerait pouvoir instaurer ses propres règles et liquider l'oligarchie actuelle établie entre des groupuscules tels qu'Aogiri, Suicide Circus et autres groupes de goules clandestins errant dans Tokyo, fuyant les Colombes. Chôjiro, contrairement à d'autres, sait qu'il n'est actuellement qu'un pion sur l'échiquier de la métropole nippone, il n'est pas encore assez puissant pour se dresser seul contre ses Némésis et doute même que son rang S soit mérité, compte tenu de son niveau de puissance actuel.
Chôjiro est surtout connu pour son pêché : la gourmandise. Si il ne mangeait à la base que pour survivre, il a finalement prit goût à la chaire, qu'elle soit humaine ou goule, il dévore ainsi tout ce qui a le malheur de lui tomber sous la main lorsqu'il se laisse aller à l'appel de cette faim maladive, punie par le Seigneur des Hommes. Il a également comme pêché la luxure, il aime se balader avec quelques femmes au bras, ayant ainsi encore l'impression de détenir un quelconque empire en faisant d'elles ses possessions, ses servantes d'un soir, ou alors de longs mois, avant que son irrésistible envie de manger n'aie raison de ces pauvres femmes. M'enfin, on parle de luxure mais le plaisir de Chôjiro est avant tout de se balader avec elles, de les exposer tels des trophées, plutôt que de consommer leur corps dans un acte aussi dégoûtant que le sexe.
Il est aussi d'un naturel joueur. Ayant une certaine influence au niveau locale, Chôjiro détient souvent des informations, clés ou non, et joue souvent de cela auprès des autres en les faisant volontairement ramer, gardant ses atouts dans sa manche.
Physique

Chô' est un japonais d'un mètre soixante-dix-neuf au visage émacié, l'air détendu, sur lequel était ancré deux yeux bruns souvent camouflés par ses lourdes paupières, quand ils ne sont pas teintés de rouge et encerclé par un décors sombre, lorsqu'il se laisse aller à sa nature première : celle de goule. Sur son crâne repose de longs cheveux bruns ondulés qu'il coiffe généralement de façon sommaire, se faisant soit un chignon, soit une longue queue de cheval qui laisse ainsi retomber de multiples mèches sur son visage creux. Le quarantenaire a aussi une barbe de trois jours, quelques poils qui lui poussent au menton mais aussi tout autour de la bouche et sous le nez, lui donnant ainsi un air plus sérieux, plus adulte, que d'ordinaire. Le taillage non régulier et brouillon, en revanche, lui donne plutôt un air négligé qui n'est qu'accentué avec les goûts vestimentaires de notre goule. En effet, Chôjiro porte généralement des tenues assez flashies, il est très friand des longs kimonos fleuris, généralement conçus pour couvrir les femmes et non les hommes... Dessous, il porte souvent une autre veste d'une teinte moins lumineuse pour contraster un peu, s'appuyant davantage sur la couleur noire ou encore la grise.
Pour en revenir à son corps, de façon plus générale, Chôjiro n'a pas vraiment un corps athlétique, il est un peu musclé mais n'a pas la masse nécessaire pour déployer une grande force physique. Il a de fins bras et de longues jambes qu'il surélève aussi généralement grâce à des chaussures de bois typiquement japonaises. Le corps de la goule arbore différentes scarifications comme, par exemple, une horrible cicatrice au niveau de sa côte gauche qui remonte le long de son corps, allant jusqu'à son pectoral du même côté. Il a également quelques entailles dans le dos ou encore une longue marque quasi-rectiligne sur le dos de la main droite. Aussi, comme toutes les goules, Chôjiro dispose d'un Kagune. En ce qui le concerne, ses cellules RC lui ont fourni une Kagune de type Bikaku, c'est à dire une queue. Avec le temps, cette membrane rétractable a grandi et est devenue plus puissante que d'origine. Il a, désormais, une queue assez massive, imposante, qui mesure facilement deux à trois fois la taille de la goule si bien que, pour la tenir non loin de lui, il est contraint de l'enrouler un peu sur elle-même, ayant ainsi prit l'habitude de s'asseoir dessus pour bavarder ou observer. Cette queue est lisse et son embout est un peu déformé, il y a une sorte de crochet semblable à une lame qui permet de décapiter rapidement ses ennemis. La queue, assez grosse, est rose foncée avec des lignes rouges, et translucide. Cette queue est aussi puissante pour repousser des projectiles, même ceux des Ukaku; peut détruire des obstacles assez massifs; permet à son utilisateur de demeurer stable puisqu'elle agit comme un cinquième membre qui contribue à sa motricité; et lui permet de se défendre d'éventuelles attaques de front, agissant tel un bouclier en raison de son épaisseur.

Histoire

Ne lui demandez pas ses origines, car elles sont troubles. Troubles car elles sont incertaines, mais aussi troubles à cause de ce sang qui a coulé et a ainsi terni sa vision des choses. Vraisemblablement, Chôjiro est né dans le neuvième arrondissement de Tokyo et, aussi loin qu'il se souvienne, sa "chambre" a toujours été sombre et humide, ses berceuses furent des cris, et ses parents, des silhouettes dans la pénombre. Des premières années de sa vie, il n'a que de minces souvenirs tellement incertains qu'il doute de leur véracité. Cauchemars et réalités se confondent, si bien qu'il ne sait plus vraiment si il a rêvé de cette horrible créature géante à deux têtes crachant de la glace, ou si elle était vraiment avec lui dans sa "chambre"... Avec le recul, il se doute que ce n'était qu'un de ses énièmes cauchemars, mais dans son adolescence, il doutait encore grandement de cette vision horrifique.
Lui, comme de nombreux enfants, étaient traînés en soirée dans une sorte d'arène en terre battue, encerclée par des gradins mis dans l'ombre où des silhouettes inquiétantes les encourageaient, les huaient, ou murmuraient entre eux, selon les soirs. Il devait alors se battre contre d'autres enfants, alors qu'il devait avoir tout juste six ans, peut-être même moins, il ne comptait pas ses anniversaires, sûrement parce qu'il ignorait l'année durant laquelle il était née, comme celle où il demeurait au moment présent, il ne savait même pas sa date précise de naissance. Peu à peu, son Kagune se matérialisait et il enchaînait les combats, trouvant ça tout à fait naturel de réduire en bouillie de pauvres bambins, parfois plus jeunes que lui, pour qu'en récompense on lui amène une demie-heure après le combat, des abats humains indésirables tels que le foie, le coeur ou encore les tripes. Parfois, quand sa bienfaitrice était généreuse, elle lui donnait des yeux ou encore de la graisse à déguster avec ses parties habituelles.
Le temps passait et il apprit que sa bienfaitrice s'appelait Boucles d'Or, ou du moins qu'on l'appelait autrefois ainsi. C'était une goule, tout comme lui. D'après les murmures, elle était autrefois une véritable terreur, elle était crainte de tous, elle arpentait les rues de Tokyo et faisait même trembler les murs à son approche. Néanmoins, elle n'était plus qu'une vieille femme maigre portant de petites lunettes rondes, marchant avec une canne, et ayant perdu la blondeur de ses cheveux au bénéfice d'un gris morne et pâle, comparé à la luminosité de ses cheveux d'antan qui lui avaient valu le surnom de Boucles d'Or. Cette bienfaitrice avait fondé un empire dans le neuvième arrondissement de Tokyo avec l'aide de certains bons amis, parmi qui il devait sûrement y avoir le père de Chôjiro qui apprit, des années plus tard, via un test ADN, que Boucles d'Or était bien sa mère, comme il le soupçonnait ... D'ailleurs, tous les autres enfants enfermés dans leurs "chambres" devaient être ses enfants ... L'empire qu'elle avait fondé prenait racine en un seul établissement, déjà assez massif pour surplomber de sa taille la métropole. Dans cet établissement, il n'y avait rien de réellement suspect si ce n'est un regroupement massif de goules camouflées sous leur coquille humaine mais au sous-sol, c'était un véritable trafic criminel, conjugué à des jeux d'exhibition illégaux, des combats inhumains qui servaient à Boucles d'Or de s'enrichir sur le dos de ses enfants.
Avec le temps, alors qu'il devait maintenant avoir entre dix et douze ans, Chôjiro était devenu une des têtes d'affiche des combats du sous-sol, avec d'autres comme Aoi, Masamune ou encore Sugô. Ils étaient devenus des célébrités dans le domaine et attiraient de plus en plus de monde, au plus grand plaisir de Boucles d'Or qui, grâce à eux, gagnaient de plus en plus d'argent mais avait surtout put s'entourer de jeunes adultes afin de se former un pseudo-harem afin de passer le reste de sa vie en bonne compagnie, au plus grand damn de ces pauvres êtres.
Dans l'ombre, des idées nouvelles commençaient à vagabonder entre les "chambres" du sous-sol. On parlait de Boucles d'Or, du fait qu'elle avait régné bien trop longtemps, qu'elle avait permis à ses enfants de devenir Hommes en combattant pour elle dans l'arène, qu'elle avait négligé leur force qui ne cessait de croître au fur et à mesure et que désormais, elle était impuissante face à une révolution. Chôjiro n'était à l'époque qu'un benêt, il n'avait aucune opinion, il se contentait de descendre dans l'arène, d'assassiner l'enfant qui lui était présenté et de repartir chercher ses vivres jusqu'au lendemain. C'était une coquille vide facilement influençable dans laquelle des idées furent incorporées à son insu par ses camarades mais aussi par des clients qui le louaient désormais pour des sévices sexuels et qui désiraient, eux aussi, s'emparer de l'empire de Boucles d'Or et qui donc voulaient se servir des enfants pour cela. Avec le recul, Chô' se disait que c'était très certainement ces personnes qui avaient mis ces idées dans les têtes de Masamune, Sugô ou encore Aoi...

Ce qui devait arriver arriva...
Un soir, les enfants sortirent de leurs "chambres" avec fracas et descendirent comme à leur habitude dans l'arène, mais pas pour se battre. Ils libérèrent tous ensemble leurs Kagunes, faisant fuir des clients trop faibles pour combattre ou trop peureux pour risquer leurs peaux ici. Boucles d'Or, fidèle à sa réputation, fit face. Elle déploya quatre longues tentacules bleutées dans son dos et fonça sur les rebelles. Bon nombre furent tués par la matrone, elle avait gardé sa force d'antan malgré son enveloppe d'aïeule qui laissait présager, aux yeux de certains, un combat facile. Chôjiro tenta de se lancer contre elle mais fut repoussé, sa main étant presque arraché par un simple coup de tentacule de la vieille femme. Le combat fut long, ardu. Chôjiro agissait aveuglement, sans réellement comprendre ce qui se passait autour de lui. Il tua des passants, des goules qui fuyaient désespérément, les trouant de son Bikaku tandis que Boucles d'Or gérait presque à elle seule une dizaine de ses bambins qui, à force de revenir à la charge en ignorant la douleur dont il n'avait pas encore conscience, finirent par vaincre la vieille. Celui à qui le mérite revenait, ce fut Masamune. Il avait donné à Boucles d'Or le dernier coup, il avait perforé le côté gauche du crâne de la vieille femme qui gisait alors sur le sol de son sous-sol, la gueule encore grande ouverte et les tentacules qui tremblaient à cause de convulsions post-mortem. Sûgo mourut dans la bataille. Alors, la tripartition eut lieu entre les trois leaders restants : Chôjiro, Masamune et Aoi. Ce fut pareil à la légende grecque de la Trinité olympienne venant à bout de Cronos, avec Chôjiro, Masamune et Aoi dans les rôles de Poséidon, Hadès et Zeus; et Boucles d'Or en Cronos. La succession fut longue et tortueuse, mais après quatre bonnes années de domination sur le sous-sol, les enfants se rendirent compte que Boucles d'Or dominait en réalité tout le neuvième arrondissement de Tokyo, arrondissement qui était désormais leur héritage.

De gladiateurs clandestins à maîtres d'arrondissement...
Le pouvoir c'est comme l'alcool, ça monte à la tête, et ça a un effet plutôt négatif. Cet excès soudain de pouvoir inattendu avait eut raison des trois enfants devenus de jeunes chefs. Chôjiro avait hérité de la partie Sud de l'arrondissement, il la dominait avec négligence, s'amusant un peu trop avec ses proches conseillers et ses soldats, si bien qu'il leur laissait des privilèges qu'il n'aurait jamais dût accorder et qui avait condamné dés l'oeuf son petit empire personnel. Il avait laissé ses goules chasser librement dans son domaine, il avait permis à tous de manger à leur faim, et bientôt, l'anarchie fut proclamée. Le CCG commença à prendre au sérieux le cas du neuvième arrondissement qui commençait à partir en sucettes de tous les côtés depuis la disparition de Boucles d'Or qui s'était jusqu'alors faite discrète. Des Colombes commencèrent à se multiplier dans les rues, les goules périrent une à une en raison de leur faible niveau et bientôt, la Trinité commença à s'inquiéter de leur gestion du territoire. Cette expérience permit à Chôjiro et aux autres de se rendre compte de la difficulté d'être au sommet. Ils avaient appris à leur dépens que quand nous ne sommes pas au sommet, il faut dormir d'un oeil mais que lorsque nous sommes au sommet, il faut garder les yeux grands ouverts toute la nuit. En effet, les Colombes n'étaient pas leur seul problème : des conspirations commencèrent à naître dans leurs rangs et une attaque sur Aoi fit que les trois chefs de territoire renforcèrent leur défense en s'entourant de gardes de confiance et en continuant à s'exercer au combat afin de ne pas être distancé par leurs subordonnées. Ils avaient encore en mémoire la ténacité et la puissance de Boucles d'Or, et ils prirent conscience qu'être au sommet, c'était aussi surplomber tout le monde de sa simple force brute ... Le neuvième arrondissement devint le théâtre de complots, d'attentats. Masamune fut le premier des trois à mourir, retrouvé empalé sur son immeuble, accroché à cinq mètres de haut, le regard vide, le corps saccagé par des Kagunes ... Les Colombes ne purent se satisfaire de ce cadavre en le revendiquant comme étant une de leurs oeuvres, c'était bel et bien des goules qui avaient eut raison de lui.

De nombreux jours durant, Aoi et Chôjiro restèrent cachés et tentèrent d'anticiper de futures attaques en se concertant l'un avec l'autre. Chôjiro devint bien moins clément avec ses semblables, il n'hésitait désormais plus à tuer au nom d'une Justice arbitraire qui changeait chaque semaine selon son seul bon vouloir, faisant ainsi valoir sa puissance qu'il voulait écrasante, oppressante et omnipotente auprès de ses hommes. Plus personne n'était désormais intouchable, il n'hésitait pas à tuer ses propres conseillers, ses amis de longue date, afin d'asseoir son règne sur le neuvième arrondissement. Le problème des goules semblait ainsi plus ou moins régler, mais pas celui des Colombes qui frappèrent au moment même où Chôjiro pensait s'être enfin établi comme étant le maître de son territoire. Des agents du CCG débarquèrent un jour dans son QG. Les goules tombèrent les unes après les autres, les combats furent sanglants et spectaculaires, des goules volaient à travers l'immeuble et affectaient tellement l'infrastructure que le quartier général commençait à chavirer. Les Colombes n'eurent même pas le temps d'arriver face à Chôjiro que l'édifice rompit et s'écrasa lourdement sur lui-même, causant ainsi la mort de tout le monde ... Ou presque.

Dés lors, Chôjiro avait littéralement quitté le sommet. Métaphoriquement. Son immeuble, du haut duquel il gérait son territoire, s'était effondré avec lui et désormais, il était sous les débris de son empire perdu. Ayant repoussé le plus gros des débris qui lui étaient tombé dessus à l'aide de son Kagune, Chôjiro n'était que sous une couche plus ou moins superficielle de pierres. Prisonnier dans cet espace confiné, il peinait à faire jaillir son appendice de goule et se glissa alors, des jours durant, dans de petites brèches où des bulles d'air se trouvait afin de survivre le plus longtemps possible. Aoi avait certainement déjà dut le considérer comme mort et avait donc revendiqué la mainmise sur son territoire, à moins que les Colombes ne l'aient eut elle aussi. Chôjiro avait tout perdu, de son point de vue, il était retourné à son point de départ, dans cette horrible "chambre" du sous-sol, écrasé par des blocs de pierre comme jadis... Des jours durant il se faufilait de brèches en brèches, essayant de retrouver tant bien que mal la sortie, se blessant les mains qui étaient devenues rugueuses à force de vagabonder sous les gravats, se rouvrant sa blessure à la côte provoquée par l'éboulement, son estomac commençant à le consommer de l'intérieur en raison de la famine qui le rendait peu à peu fou. Un jour inespéré, il tomba nez à nez avec un autre survivant dont le bas du corps était écrasé par une roche assez massive, le corps presque sectionné, mais qui respirait encore, même si il le faisait difficilement. Cet homme était une goule, un de ses subordonnées. Quel ne fut pas le plaisir de celui ci quand il vit Chô' arriver en sa direction, il se pensait sauver jusqu'à ce que son chef ne le saisisse par la tête et commence à déchiqueter sauvagement son visage à l'aide de ses dents, provoquant ainsi un long hurlement de douleur de la part de ce pauvre homme. C'est là qu'il comprit cette philosophie qui régissait certains ... La faim justifie les moyens.

Il avait mangé une goule pour survivre. Et il y prit goût. Il parvint un jour à sortir des débris, tout rachitique et la bouche barbouillée de sang, le sang de ses goules mais aussi le sien puisqu'il avait commencé à se manger les doigts pour survivre lorsqu'il était en disette. Sans même se renseigner pour Aoi, Chô' quitta le neuvième arrondissement et devint le Croque-Mitaine, enfilant un masque de démon japonais blanc avec des bandes rouges dessus, arborant deux petites cornes et avec une spirale au niveau du front, là où les deux bandes rouges se rejoignaient; il devint l'une de ces goules qui terrorisait les quartiers de Tokyo en faisant des raids avec quelques hommes, tout ça pour pouvoir manger ... Chôjiro prit goût à la viande, qu'elle soit d'origine humaine ou goule, même si il essayait de se limiter de ce côté là ... Mais après avoir passé plusieurs semaines, voire mois, à ne manger que de la goule, il avait fini par trouver cela agréable sous la dent... Il commença à devenir un petit caïd de banlieue redoutant, mais aussi cherchant, le pouvoir. Il avait désormais une relation assez ambigüe avec cette notion de pouvoir qui avait failli le tuer mais qui lui avait aussi permis de s'enivrer d'un état de supériorité qu'il revendiquait inlassablement et ce, malgré l'horrible traumatisme de sa descente aux enfers. Intelligent par expérience, il avait vite comprit que seul il ne pourrait rien, et c'est pourquoi il rejoignit un groupe émergent dans Tokyo : le Suicide Circus où humains et goules coexistaient paradoxalement autour d'un but plus ou moins flou. Il se hissa au rang de chef d'unité, s'octroyant de nouveau une petite notoriété sous son pseudonyme de Croque-Mitaine, pseudonyme qui faisait désormais trembler petits et grands, humains comme goules ...~

Pseudonyme : Nagel.
Âge : 22 piges.
Comment es-tu venu ici ? : Thx to Google.
Tes impressions : Plutôt bonnes.
Code du règlement : Okay by Caïn ~
Une dernière pour la route ? : Prout.

A votre propos
Revenir en haut Aller en bas
Abel
Rang indéfini || Daanav
avatar
Messages : 121
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 20
Mar 27 Déc - 11:26
Bienvenue et bon courage pour ta fiche o/

J'en profite pour signaler que le code du réglo n'est pas bon, cherche bien 8D

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 10/02/2015
Mar 27 Déc - 11:54
Même si je te l'ai dit sur la CB, bienvenue officiellement sur le forum ! o/

Le code est bon, bon courage pour ton histoire. ^^

Enjoy !

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Kobayoshi Chôjiro
Rang S || Croque-Mitaine
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 27/12/2016
Age : 23
Localisation : Entouré de filles, sûrement, huhu.
Mar 27 Déc - 13:02
Merci à vous deux !!
J'ai le plaisir de dire ... It's over.
Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 10/02/2015
Mar 27 Déc - 13:51
Comme je te l'ai dit sur la CB, j'aime beaucoup ton histoire owo

Du coup je te valide avec plaisir Papy 8D

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Kobayoshi Chôjiro | La faim justifie les moyens ...
» [Tyrannia] La faim justifie les moyens
» JOAO LIVEN THERON. ‡ la fin justifie les moyens
» La faim justifie les moyens
» La faim justifie les moyens [Belinda A. Goldsmith]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Avant-propos :: ► Papiers s'il-vous-plait :: Illuminati-
Sauter vers: