Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Jezabel Näavi
CCG || Inspecteur 2ème Classe
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 24/01/2017
Age : 22
Sam 28 Jan - 17:00


La faim au ventre




Le ciel était paré de noir, légèrement tacheté de petits brillants, de rares étoiles qui avaient osé s'accrocher à la noirceur de cette vaste toile. Une petite brise frisquette fit voleter l'arrière du long manteau immaculé de colombe de l'égyptien. Ce dernier n'allait pas tarder à être balafré de liquide carmin si jamais Jezabel rencontrait une goule sur son passage. Sa mallette à la main, il arpentait les ruelles étroites et à l'ambiance plutôt effrayantes de Shinjuku afin de rencontrer l'une de ces créatures. C'était son boulot après tout de les éliminer. Les rues étaient néanmoins étrangement désertes ce soir ce qui ne lui assura rien de bon à venir. Il continua donc tranquillement sa route jusqu'à ce qu'une violente pulsion infligée par son organe pulsatif au sein de sa cage thoracique ne le fit brutalement courber l'échine. Sa paume s'empressa de se crisper au niveau de son torse à l'endroit d'où était provenue la douleur.

Jezabel ♆ Merde ... Pas maintenant ! Souffla t-il entre ses dents également crispées.

Il tenta de tituber pour retourner chez lui. Ce n'était pas bon pour lui de rester dans un endroit pareil dans un tel état. Jezabel finirait par tuer quelqu'un. Sa malchance s'engrossa lorsqu'il pénétra dans une nouvelle ruelle et croisa la route d'un homme qui s'attela aussitôt le rejoindre pour voir ce qui n'allait pas. Sa trop grande proximité fit perdre la tête à l'égyptien qui le plaqua aussitôt contre le mur. L'inconnu couina de douleur et lui demanda de nouveau ce qu'il se passait chez lui. L'inspecteur ne put lui répondre, à demi en proie à son désir de se repaître de chair fraîche, désir contre lequel il était désespérément en train de lutter. Ses lèvres se portèrent en direction du creux du cou de sa victime et il commença à haleter de manière erratique et douloureuse en maintenant toujours fermement l'individu contre le mur. Sa langue vint finalement parcourir avec sensualité cette nuque qui lui sembla soudainement si délicieuse. L'homme ne put s'empêcher de rosir en poussant un petit gémissement de plaisir parce que mine de rien, Jezabel était plutôt séduisant et érotique en ce moment. Il n'arrivait pas à comprendre le comportement si étrange de l'inspecteur et tenta de le calmer en lui caressant le dos. L'égyptien, lui, émit un tsk d'irritation avant de se mordre les lèvres afin de s'empêcher de commettre l'irréparable. Heureusement pour lui, la vision des vêtements ensanglantés de sa mère gisant sur le sol lui revint fiévreusement en tête. Il repoussa alors vivement la victime et lui intima brutalement de s'en aller sans poser de questions ce qu'elle fit quelque peu décontenancée tout de même par son attitude si imprévisible.

Une fois qu'il disparut de son champ de vision, la colombe s'appuya sur le mur en enserrant son torse de ses deux bras avant de glisser lentement le long de celui-ci pour atterrir au sol. Il continua à haleter douloureusement quelques minutes, son corps étant asservi de brefs flots de spasmes. Jezabel sortit difficilement de sa poche un petit sandwich qu'il se mit à contempler avec un dégoût qui lui déchira le coeur. Il déglutit lentement avant de retirer le film plastique transparent qui le recouvrait et d'en croquer rapidement un morceau. Il ne put aussitôt s'empêcher de mettre une paume devant sa bouche en se retenant de vomir tandis que celle qui tenait la nourriture la fit soudainement tomber au sol. Il avala péniblement ce qu'il avait dans la bouche mais il ne tarda pas à être assailli d'ulcères au niveau de l'estomac avec toujours cette envie et cette sensation d'être sur le point de tout vomir qu'il réprima maintes fois, souffrant terriblement. Quelques gouttes de sueur perlèrent le long de ses tempes par ailleurs. Son calvaire dura une bonne trentaine de minutes avant que sa torpeur ne daigne à se calmer ...

♆ Liia/Origami


Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 10/02/2015
Dim 29 Jan - 1:42
ft. Jezabel & Caïn
Votre résumé.

La faim au ventre
La nuit était le moment de la journée que tu préférais. Il s’agissait du moment où tu pouvais aller épier les maisons, trouver ta nouvelle victime tandis que les gens normalement constitués restaient chez eux bien tranquillement. Seulement, dans ce quartier de la ville, la vie battait son plein tous les soirs. Quelle plaie. Tu poussas un soupir en marchant, les mains dans tes poches. La dernière fois tu avais manqué de peu de te faire chopper par les Colombes, et il était hors de question pour toi d’aller pourrir à Cochlea. Déjà que tu n’étais pas sain d’esprit, ça empirerait certainement ton cas.

Tu n’allais pas te tenir tranquille pour autant, tu balisais simplement les lieux, à la recherche d’une potentielle proie. La faim te tiraillait un peu l’estomac, même si tu n’étais pas non plus mort de faim, même s’il fallait que tu te nourrisses rapidement, étant d’un naturel pire que d’habitude quand tu avais faim. Ou peut-être aller au cinéma ? Rester tranquille pour une fois, faire comme tout le monde et te faire oublier ? Est-ce que tu en étais réellement capable ? Selon toi, non. Tu avais mal à la tête et en te massant les yeux tu percutas quelqu’un. L’autre ne sembla pas bouger. Pourquoi ? Parce que tu étais petit, et l’autre grand. D’ailleurs il se tourna en te zyeutant, et tu haussas un sourcil.

Donc de tout Tokyo, tu venais de percuter un yakuza. Il en avait tout l’air, et vu sa bande de copain, ils étaient tous dans le complot. Tu ne pus même pas lâcher un soupir que celui que tu venais de percuter t’attrapa par le col pour te traîner dans une ruelle voisine. Il n’était pas question de te massacrer en public. Il te plaqua contre le mur en te mettant à sa hauteur, et tu gardas le silence tandis qu’il approcha son visage du tien.


« Bah alors gamin, on reste dehors à cette heure ? Ta petite maman ne va pas s’inquiéter ? »

Il puait, mais tu préféras garder le silence. Tu te contentas de froncer le nez à l’odeur, cependant il s’agissait de ne pas réagir tout de suite même si tu avais une furieuse envie de l’étranger avec ses tripes. Il t’attrapa le cou en le serrant progressivement.

« J’aime pas ton regard, minus. Et si j’arrachais ton œil rouge ? Il irait bien dans ma collection avec les... »

Tu ne le laissas pas finir que tu lui attrapas le poignet pour le tordre avec une telle violence qu’il formait désormais un angle difficilement reproductible en temps normal. Tu gardais un air stoïque, quoiqu’un léger sourire flottait sur tes lèvres, une veine pulsait sur ton front.

« J’accepte pas qu’on me traite de minus, gros porc. ~ »

Tu clignas des yeux, et ton kakugan apparu, laissant le type presque littéralement sur le cul. Tu laissas émerger ton kagune en attrapant deux de ses potes avec deux de tes tentacules, avant de les transpercer avec violence. Tu tenais toujours le poignet de celui qui semblait être le chef de la mini-troupe avec ce sourire qui te caractérisait. Ce sourire qui en disait long sur tes intentions.

« Qu’est-ce que... », fit-il entre deux gémissements de douleur.

« C’est la honte de se faire tuer par un gamin hein ? Sache que j’ai 24 ans gros con, et sache que je vais te faire bouffer tes doigts. »


Le type commença à t’implorer, mais tu ne l’écoutais pas. Tu ne voulais même pas écouter ses gémissements de moins que rien. Ce n’était pas vraiment un yakuza, mais plutôt la petite frappe du dimanche. Tu lui attrapas son autre main en souriant pour t’exécuter sans aucune once de pitié dans le regard. Tu l’écoutas hurler, tandis que son sang tachait tes mains, tes manches. Cela t’amusait énormément, ses cris sonnaient tellement agréable à tes oreilles.

« Kufufu. ~ »

Tu aurais pu continuer des heures durant la torture de ce type, mais quelque chose attira ton regard. Un type qui sortait d’une autre ruelle adjacente, et tu haussas un sourcil. Lui aussi paru surpris en te regardant. Cela dit, il ne devait pas s’y attendre, et il détala sans demander son reste. Tu soupiras. Dommage, lui irait certainement raconter à qui le veut qu’il t’avait vu. Ou alors il tiendrait sa langue et tu serais tranquille pour un temps, même si tu n’espérais pas trop. Tu décidas de continuer à faire du mal ce type, qui était d’une compagnie très agréable.

« Comment tu t’appelles ? »

« Ben... »

« Très bien Ben. Je vais t’arracher les yeux. Vu que c’est ce que tu voulais me faire. Serre les dents, ça risque de piquer un peu. »,
et avant que tu réagisses, tu lui crevas les yeux avec une violence non-contenue, toujours en gardant ce visage presque neutre, presque désintéressé. Seul ton sourire trahissait ton sentiment de joie intense à faire ça.

Le hurlement du type résonna dans la ruelle, et tu te doutas que les plus proches avaient sûrement entendus. Quelle plaie, tu lui avais dis de serrer les dents, mais il ne t’avait pas écouté. Peu importait. Il n’y voyait plus, c’était déjà une grosse satisfaction. Puis tu entendis de l’agitation, et tu réalisas qu’il devait y avoir des colombes dans le coin. Tu t’approchas de la tête de Ben en souriant.


« Je sais à quoi tu ressembles et je retrouve toujours ceux que j’ai épargné. Balance-moi et je te retrouve, je tue toute ta famille devant toi et tu entendras leurs hurlements de douleur quand je leur ôterais la vie. Pour ton bien et celui de tes proches, t’as intérêt à la fermer… Mais pour être sûr... », tu laissas ta phrase en suspend, avant d’arracher la langue de ta victime, et de laisser son corps s’affaisser et convulser par terre, en sanglotant.

Tu décidas de suivre le chemin qu’avait pris l’autre type dans le sens inverse. Il venait bien de quelque part, donc ça menait ailleurs, vers une ruelle meilleure où il n’y avait pas de colombe, peut-être une goule, même si l’odeur te perturbait un peu. Il avait l’odeur d’une goule, mais pas totalement. Enfin c’était bizarre. Du coup tu t’y engageas quand même sans te presser, l’autre ne parlerait pas après tout, tu avais un peu de temps d’avance. Jusqu’à ce que tu tombes effectivement sur un type. Un type assis dans une ruelle. Un type assis dans une ruelle avec la tenue des Colombes, son matériel à côté de lui.


« A quel degré je suis malchanceux ce soir exactement ? »

Quoique, en y regardant de plus près, il n’avait pas l’air très bien. Tu pourrais sûrement en profiter pour le tuer et t’en aller, mais son attitude était bizarre, anormale. Tu le sentais. Tu n’avais pas vraiment confiance, surtout que c’était une Colombe tout de même et toi… Eh bien tu avais les mains pleines de sang, et les vêtements ainsi que ton visage taché du liquide carmin, ce qui ne jouait pas spécialement en ta faveur.

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Näavi
CCG || Inspecteur 2ème Classe
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 24/01/2017
Age : 22
Mer 1 Fév - 0:39


La faim au ventre




Jezabel était en train de reprendre peu à peu sa contenance jusqu'à ce que de terribles cris de torpeur ne viennent fusiller ses tympans. Une goule devait certainement être dans les parages. La colombe désirait alors se relever pour pouvoir venir en aide aux civils mais son corps ne mouva pas d'un pouce. L'égyptien était encore beaucoup trop fatigué pour réaliser le moindre mouvement et continua à haleter à contre-coeur adossé au mur. Il finit alors par voir un être humain courir de toutes ses forces le dépasser sans même lui prêter attention. Il était beaucoup trop paniqué pour cela et Jezabel comprit que la goule qui était en train de le poursuivre ne tarderait pas à pointer son nez par ici. Quelle plaie pour lui. Il n'était pas du tout apte à se battre en ce moment à cause de sa crise. Cette maudite moitié goule qu'il avait en lui ... Si seulement il pouvait l'éradiquer une bonne fois pour toute.

L'égyptien vit enfin l'assaillant pénétrer dans la ruelle dans laquelle il se trouvait. Sa malchance reprit aussitôt le dessus lorsqu'il aperçut le corps de l'inconnu couvert de sang humain. Son coeur eut un nouveau palpitement très violent et il se courba en crispant une énième fois sa main au niveau de son torse. Jezabel fut surpris. Sa pulsion n'était-elle donc pas ensommeillée ? La cruelle venait de se réveiller à cause de la goule. Non ... Elle n'en était pas une à part entière. Cette aura ... Cette odeur si exquise ... La colombe se leva alors instinctivement, son instinct de goule lui donnant l'énergie de bouger à nouveau. Jezabel tituba alors dangereusement vers le criminel, inexorablement attiré par lui. Arrivé à quelques centimètres de lui, ses bras s'actionnèrent spontanément pour pouvoir s'enrouler autour de sa taille tandis que ses lèvres se portèrent à son cou tout comme la première "victime" de l'égyptien. Il huma son odeur aphrodisiaque. Il sentait terriblement bon, encore plus avec tout ce sang le recouvrant. Jezabel ne put ainsi s'empêcher d'haleter douloureusement contre le flanc de sa nuque, les joues empourprées d'un fervent désir de le croquer.

Jezabel ♆ De la chair ... Murmura t-il difficilement.

Il commença à trembler dans les bras de l'inconnu, tentant de repousser ses dernières limites. Non, il ne pouvait pas le dévorer car cela reviendrait à s'abaisser au statut de ces créatures qu'il détestait tant. Son étreinte se resserra alors tandis qu'il se contint encore et encore en soupirant de temps à autre. Mais il finit par craquer et étouffer un puissant hurlement mêlant affliction et souffrance dans le creux du cou du criminel. Jezabel se torturait lui même à s'évertuer à chasser sans relâche sa véritable nature. Perdant toujours ses repères dans ces moments-là, il se lova contre l'inconnu et ferma les yeux après avoir tout évacué au sein de son cri. Son corps continuait toujours d'être assailli de spasmes de torpeur et sa faim apparente ne semblait tarir malgré ses efforts. Jezabel enfouit alors son visage dans le cou de l'autre demi homme en gémissant d'inconfort et respirant de manière erratique ...

♆ Liia/Origami


Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 10/02/2015
Dim 5 Fév - 0:00
ft. Jezabel & Caïn
Votre résumé.

La faim au ventre
A quel moment tu avais raté la transition ? Parce que ce type s’était levé et avait marché comme un zombie vers toi… Pour faire quoi ? Te serrer. Toi. Caïn. Celui qui refusait presque les contacts physique parce que tu détestais ça. En plus ce type était super grand… C’était quoi ton soucis avec les grands gabarits ces derniers temps ? Entre Abel et lui… Quoique Abel était plus grand, il est vrai. Quoiqu’il en soit, cette situation te perturbait. D’autant plus que la Colombe à l’odeur bizarre, pas vraiment humaine mais pas vraiment goule non plus, avait un comportement très étrange et il était… Hyper entreprenant ?

Plus ça allait, moins tu comprenais. Tout ceci n’avait aucun sens. Tu le sentais humer ta peau, tu le sentais se crisper, il n’avait pas l’air d’aller bien. Mais d’où il venait se coller à toi comme ça. Tu ne pus t’empêcher de sursauter quand l’autre étouffa son hurlement. Il n’était pas bien ou quoi ? Tu le repoussas sans même te poser plus de question que ça, fronçant les sourcils pour le fixer, croisant les bras.


« Dis donc le piaf, c’est quoi ton problème ? »

Si on voulait donner des mots aux émotions, alors tu étais énervé. Enervé parce que ce type venait de faire quelque chose de bizarre. Pour toi, les contacts physique c’est bizarre oui, mais c’est parce que tu n’avais pas la même logique que le commun des mortels aussi. Tu devais être l’un des seuls à refuser un câlin en temps normal. Quoi ? Il ne faut pas pousser mémé dans les orties tout de même ! Enfin, tu décidas quand même à faire abstraction de tout ça et de tenter de te concentrer sur quelque chose de marrant. Tu allais passer à côté d’un truc génial quand même, tu venais seulement de le remarquer parce que pour l’instant, tu étais juste perturbé à cause d’un simple contact. Un jour tu seras normal Caïn. Un jour.

Le surveillant, tu commenças à lui tourner autour pour le regarder de haut en bas. Lui, il n’était clairement pas japonais. Pays occidentaux ? Tropicaux ? Ailleurs ? Tu n’en avais aucune idée, mais sa peau en disait long sur lui. Cela ne te dérangeait pas plus que ça, ce n’était pas ce genre de détails que tu regardais d’abord. Toi ce qui t’intéressait tout particulièrement, c’était son comportement. Alors tu te souvins de ce qu’il avait dit lorsqu’il était dans tes bras. De la chair. Son odeur n’était pas la même qu’un simple humain, il y avait beaucoup de choses qui ne tournaient pas rond, mais une chose était sûre, une goule était inspectrice au CCG. Une grande première. Cela t’amusait tout particulièrement, et tu avais bien envie d’en profiter. De plus, une chose était certaine, c’est qu’il n’avait pas l’air d’aimer sa condition vu à quel point il résistait à l’appel de la chair.


« Excuse-moi, je ne devrais pas te parler comme ça, entre personne semblable. Non, je devrais t’aider... »

Tu t’arrêtas pour le regarder, les poings sur tes hanches, comme si tu le jugeais du regard, avant de pencher la tête sur le côté.

« Tu n’as pas l’air bien. Tu as un souci ? », tu souris en le fixant, tes yeux brillaient d’une malice certaine. « Est-ce que tu n’aurais pas faim, par hasard ? »

S’il luttait contre la faim, alors tu t’amuserait à le faire craquer, comme le bon sadique que tu étais. Plus les personnes résistaient et plus c’était drôle de venir briser leur volonté. Cela ne t’empêchait pas d’être prudent, car une goule est bien plus dangereuse quand elle a faim, parce qu’elle ne se contrôle plus, alors tu restais méfiant. Il ne faudrait pas que cet inconnu vienne te bouffer le bras, même si cela repoussait dans tous les cas. Tu avais envie de jouer avec lui, pour voir jusqu’où il irait pour ne pas à avoir à manger de la chair, humaine ou non d’ailleurs.

« Plus tu vas résister et plus tu vas te faire du mal, tu sais. Arrête de lutter, tu te fatigueras moins. »

Tu étais prudent en disant ça, parce qu’il pouvait te sauter dessus pour tenter de te bouffer, et le désavantage d’être petit c’est que ce genre de personne pouvait t’immobiliser. Tu détestais les trop grands, cela devrait être interdit par une loi, d’être comme ça. Ou alors c’est toi qui est trop petit, mais le mystère reste entier. Pour le moment, tu te contentes de regarder cet inconnu et de guetter ses réactions, restant sur le qui-vive, et prêt à te défendre si jamais il attaquait.

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Näavi
CCG || Inspecteur 2ème Classe
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 24/01/2017
Age : 22
Jeu 9 Fév - 23:38


La faim au ventre




Jezabel s'était spontanément accroché à la goule inconnue à la fragrance exquise, désormais presque irrésistible avec tout ce sang humain dont elle en était recouverte. Ses narines se gorgeaient goulûment de cette senteur jusqu'à ce que la colombe fut brièvement repoussée pour alors s'effondrer sur le sol et ne plus se relever tellement elle était affaiblie par sa faim et sa pulsion viscérale. D'hargneuses paroles lui furent crachées au visage mais Jezabel ne put répondre, haletant de manière toujours aussi erratique, commençant à transpirer. L'inconnu décida finalement de subitement de virer de bord et clama vouloir "l'aider" après lui avoir tourné autour à l'instar d'un prédateur. L'égyptien avait pourtant bien compris qu'il se riait intérieurement de son état si misérable du moment et détourna la tête en enserrant sa gorge de ses paumes.

Jezabel ♆ Je ne referai pas la même erreur qu'autrefois quitte à agoniser sur le sol ... Finit-il par répondre avec beaucoup de difficultés.

L'égyptien se redressa avec grande lenteur et chancela dangereusement sur le sol. Il avait vraiment du mal à faire abstraction de la goule si désirable. Il réussit encore à faire des pas et à s'agripper à l'autre créature sous le coup de sa pulsion. Ses lèvres se posèrent sur sa nuque pour y violemment frissonner d'une contenance difficile à maintenir pour Jezabel. Sa respiration était d'ailleurs devenue beaucoup plus bruyante et même un petit gémissement de douleur parvint à éclater au grand jour. L'égyptien trouva néanmoins la force de le repousser et alla prendre appui contre la paroi de la ruelle, écartelé entre son désir de se rassasier et celui de le surmonter. Il avait l'impression de perdre peu à peu les pédales tellement sa souffrance se plaisait à le martyriser. Il se laissa progressivement retomber au sol et se mit à ramper en direction de sa mallette. Il devait absolument faire quelque chose pour pouvoir reprendre ses esprits.

Arrivé à côté d'elle, il en sortit un sabre qu'il fit néanmoins tomber sur le sol. Ses paumes s'y crispèrent et l'égyptien se mordit la lèvre inférieure jusqu'au sang tout en tremblant d'inconfort et de torpeur. Ses prunelles se fermèrent subitement et il adopta une position foetale sur le béton tout en enroulant ses bras autour de son tronc pour pouvoir le serrer avec ferveur et tenter d'apaiser toute cette douleur qui lui tiraillait les entrailles. Une nouvelle flopée de gémissements s'éleva dans les airs tandis qu'il commença à cracher un peu de sang tellement il luttait depuis trop longtemps. Il rouvrit lentement les yeux. Son regard commença peu à peu à devenir de plus en plus souffrant jusqu'à ce que son kakugan unilatéral ne s'activa. Quelques perles nacrées dévalèrent ses joues alors qu'il commença à se maudire pour la monstruosité qu'il était.

♆ Liia/Origami


Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 10/02/2015
Dim 19 Mar - 12:17
ft. Jezabel & Caïn
Votre résumé.

La faim au ventre
Tu avais changé d’avis sur cet humain, et tu souriais doucement en le voyant dans cet état de faiblesse. Tu pouvais t’amuser avec lui comme tu pouvais t’amuser avec un humain lambda, comme celui que tu avais tué peu avant. Tu souris en le regardant. Lui était mieux qu’un humain. Il refusait de se l’avouer, mais il était comme toi. Une demi-goule… Alors le voir souffrir à cause de ce manque de chair, tu étais profondément satisfait. Tu n’en savais rien lorsque tu l’avais vu en arrivant dans la ruelle, mais maintenant c’était tellement différent. Tu avais réfléchi, pesé le pour et le contre, et tu en avais déduis qu’il serait tellement préférable de le faire plonger… Le sang, la chair étaient comme des drogues pour vous les goules, vous ne pouvez vous en passer, car lorsque vous en manquez, vous deveniez lentement fou. Une véritable drogue. Voir cet « humain » en manque était intéressant. Tiens, c’était quelque chose que tu n’avais jamais fait. Affamer une goule jusqu’à la faire mourir de faim. C’était une idée.

Tu penchas la tête lorsqu’il te dit qu’il ne refera pas la même erreur qu’autrefois… Tiens, donc il avait cédé une fois ? Intéressant. Tu gardas cette information dans un coin de ta tête en le laissant faire, lorsqu’il se rapprocha de toi pour de nouveau s’agripper et poser ses lèvres sur ta nuque. Tu frissonnas. Le contact n’était pas ton point fort, néanmoins tu restas calme puisqu’il te repoussa de lui-même, et tu croisas les bras en le regardant se traîner misérablement sur le sol jusqu’à sa mallette. Tu t’étais détendu, il ne te ferait rien dans l’état où il était. Pourtant tu le laissas faire en silence, tandis qu’il sorti son Quinque de sa mallette. Un katana. Bel objet. Tu te demandas si tu pouvais lui voler et le garder chez toi comme trophée… Ou au contraire, attaquer avec. Tiens, en voilà une nouvelle idée intéressante. De plus, vu l’état de la Colombe actuellement, il n’allait pas faire grand-chose contre toi. Cette idée était plaisante, tu pouvais vraiment t’amuser avec lui. A chaque victime, tu arrivais à trouver une douce torture pour t’amuser. Pour ce métis, l’idée était toute trouvée, tandis que tu t’approchas lentement de lui.


« Ca fait mal, n’est-ce pas ? »

Tu t’accroupis à son niveau pour le regarder. Son kakugan était activé, et tu souris doucement en le regardant. Un sourire sadique qui s’étirait de seconde en seconde. Tu avais envie de détruire tout ce pourquoi il s’était battu jusqu’à aujourd’hui, ce pourquoi il avait refoulé son côté de goule. Tu ignorais comment il allait réagir, mais tu étais prêt à prendre le risque car c’était bien la première fois que tu faisais une expérience pareille. S’il t’attaquait, tu ne pourrais t’en prendre qu’à toi-même, car tu lui donnais du sang de choix, mais cela pouvait être vraiment intéressant, et tu ne pouvais t’empêcher de le faire. Alors tu lui attrapas la mâchoire d’une main pour le forcer à ouvrir la bouche et surtout la garder ouverte, tandis que tu te mordis le poignet suffisamment fort pour laisser le sang goutter. Tu plaquas ton poignet contre sa bouche. Si d’abord il risquait de se débattre, l’envie de sang serait trop fort, que ce soit humain, demi-goule ou goule. Il n’y résisterait pas et c’était justement ce que tu voulais voir. Sûrement qu’il allait avoir un regain de force, mais tu étais prêt à activer ton kagune si jamais il devenait agressif.

« Alors ? Ca fait quoi de ne plus lutter contre sa faim ? C’est un sentiment agréable… N’est-ce pas ? »

Tu t’amusais vraiment de la situation, même si c’était risqué. Tu aimais les risques. Tu aimais quand tu te sentais en danger, car cela voulait dire que tu étais menacé, et cela tuait ton ennui. Tu détestais t’ennuyer, alors tu provoquais sans cesse le CCG. Cette fois, c’était littéralement le meilleur cadeau qu’ils pouvaient te faire, et tu t’en satisfaisais grandement, tandis que tu le regardais, ton kakugan également activé pour fixer le sien et essayer de lire ce qu’il ressentait actuellement.

Après quelques secondes, tu lui retiras ton poignet et tu reculas légèrement pour voir comment il allait réagir à ce sang, sûrement tout nouveau pour lui. Si jamais il ne luttait plus, alors il serait dangereux, et il passerait sans doute au stade de demi-goule… Sans compter qu’il se ferait rechercher par le CCG si jamais il ne luttait plus. Comment lutter contre quelque chose d’aussi délicieux ? Toi tu ne cherchais même plus à masquer ton envie de sang, de chair, car tu aimais ça, tu aimais avoir le ventre plein. Tu souhaitais voir comment il allait réagir à cette nouvelle nature qu’il semblait tant rejeter avant. Tu le regardas en souriant.


« Ne rejette pas ce que tu es. Tu es comme moi. Et tu ne pourras pas lutter indéfiniment. »

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Näavi
CCG || Inspecteur 2ème Classe
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 24/01/2017
Age : 22
Sam 25 Mar - 18:49


La faim au ventre




Jezabel pouvait le sentir, à quel point l'autre demi goule se riait de sa misère. Il oscillait dangereusement entre l'envie de le dévorer sauvagement et celui de le découper en petits morceaux mais il n'avait plus vraiment la force pour quoi ce soit. Le métisse se contenta de traînasser difficilement sur le sol pour pouvoir s'emparer de son cher quinque. Il s'était mordu si violemment la lèvre inférieure qu'un mince filet de sang s'échappait de cette dernière et tâcha le bitume au fur et à mesure de son avancée. L'autre créature se plut à lui balancer une question au sarcasme bien douloureux. Bien sûr qu'il souffrait énormément, cela coulait de source. Il était vraiment cruel à remuer aussi nonchalamment le couteau dans la plaie. Jezabel s'empara finalement de son arme mais la relâcha rapidement lorsque le bleuté s'amusa à lui attraper la mâchoire et la forcer à s'ouvrir pour pouvoir y fourrer son bras. Les prunelles de l'égyptien s'écarquillèrent de surprise et il se débattit pour pouvoir éviter de succomber à la tentation, d'autant plus que la fragrance de l'autre demi goule était presque irrésistible.

Le carmin finit néanmoins par indéniablement perler et raviver au plus haut point ses papilles gustatives. Le métisse aurait alors pu lui faire les yeux doux tandis que ses joues s'empourpreraient progressivement tellement c'était délicieux mais son coeur manqua brutalement un battement tandis qu'une horrible vision le frappa de plein fouet. Toujours en proie aux démons du passé, il revit le visage effrayé et hurlant de sa mère transparaître sur celui de l'autre créature au moment où l'égyptien l'avait attaquée pour pouvoir se repaître de sa chair fraîche. Les larmes dévalèrent ainsi les joues du mate de peau, toujours autant affligé d'avoir dévoré celle qui l'avait mis au monde. Sans plus tarder, il se dégagea du bras du bleuté qu'il avait confondu pour sa mère et l'enlaça tendrement avec une noisette de fermeté, tremblotant légèrement dans ses bras. Collé à lui, il avait fermé les yeux tandis que sa tristesse continua de ravager son visage si exotique.    

Jezabel ♆ Ma ... man ... Murmura t-il d'une voix attristée et légèrement cassée.

Jezabel resserra son étreinte avec douceur et enfouit sans aucune retenue son visage dans le creux du cou de l'autre demi goule. Elle n'était plus une créature à éliminer pour le moment mais sa mère, la personne qui lui était le plus cher bien qu'elle ne faisait plus partie de ce monde. Il ne percuta guère les dernières paroles du bleuté, encore perdu dans son monde où sa génitrice était encore vivante et en chair et en os. Et de violents cauchemars ne cesseraient jamais de le tourmenter. Il passait la plupart de ses nuits à culpabiliser pour ce crime impardonnable, tourmenté par cette nouvelle condition de vie qu'on lui avait imposée. Si seulement sa monstruosité pouvait être éliminée, il n'aurait pas hésité à se proposer comme cobaye de laboratoire pour pouvoir se débarrasser de cette moitié qui le répugnait tant. Seule la mort l'attendait cependant s'il osait la révéler à l'organisation ...

♆ Liia/Origami


Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 10/02/2015
Mer 29 Mar - 8:21
ft. Jezabel & Caïn
Votre résumé.

La faim au ventre
Tu étais satisfait de réveiller les démons de la Colombe face à toi, mais tu n’aurais pas imaginé une chose pareille en fait. Au lieu qu’il t’attaque pour se repaître de ta chair, il sembla avoir un bug, avant qu’il ne vienne t’enlacer. Encore une fois. Cela devait une habitude sérieux ! Il fallait qu’il arrête avec ça ! Tu t’apprêtas à le repousser et lui dire que ça suffit les conneries, mais une chose te stoppa dans ton élan. Tu rêvais ou il venait de t’appeler « Maman » ? Houlà. Ca devait vraiment gênant. Encore plus gênant, il te serra un peu plus dans ses bras. C’est quoi les démons que tu avais réveillé en fait ? Un passé douloureux ? Intéressant. Tu pouvais le provoquer en disant qu’il n’était qu’un monstre et qu’il avait tué sa mère, ou que sais-je, tu n’étais pas dans sa tête donc il fallait improviser sur le moment. Cela ne te dérangeait pas de le faire cela dit. Pour le moment, tu restas immobile… Mieux, tu lui rendis son étreinte. Il te prenait pour sa mère ? Ok. La chute n’en sera que plus douloureuse.

Tu réfléchis. Il culpabilisait, c’est clair et certain. Mais pourquoi ? Il avait vraiment tué sa mère ? Sans doute par accident, il ne s’en est donc jamais remis… Enfin tu le déduisais comme ça. Tu n’en savais strictement rien, et à la rigueur tu n’avais pas envie de savoir. La famille était un concept qui t’échappait, puisque tu avais supprimé la tienne il y a longtemps et selon toi, c’était la meilleure chose à faire. Tu avais une pierre à la place du coeur Caïn, tout le monde le sait. Le jour où tu aimeras quelqu’un… Bah déjà faut que ce jour arrive, c’est aussi simple que ça. Tu gardas le métisse dans tes bras en réfléchissant à la saloperie que tu allais lui faire, et un sourire vint étirer tes lèvres. Le sourire vicieux que tu avais quand une idée te venait à l’esprit. Sans doute il te détesterait à vie quand il comprendra que tu n’es ni sa mère, ni un enfant de choeur, mais il le cherchait. Tu lui caressas lentement les cheveux, d’une douceur qui te surprenait toi-même, mais il le fallait, et tu murmuras à son oreille.


« C’est toi qui m’a tué... »

Cela faisait longtemps que tu n’avais pas torturé psychologiquement quelqu’un. Physiquement, tu pouvais le faire tous les jours. Mentalement… Il fallait trouver le sujet adéquat, et là tu l’avais. C’en était presque jouissif, tu l’avouais. Tu étais vraiment une belle ordure, mais tu l’assumais. Après tout, tu n’avais pas de compte à lui rendre. Après tout, tu l’aiderais à lui dire tout ça. Drôle manière de l’aider cela dit, mais tu voulais faire sortir son côté de demi-chose, comme toi. Commencer à le détruire psychologiquement avec des mots forts, pour ruiner son passé, était une chose tellement horrible que peu de gens le faisaient. Toi ? Ca ne te dérangeait pas, parce que tu étais dérangé dans ta tête, il ne fallait pas aller voir plus loin que ça. Tu resserras ton emprise sur la Colombe en souriant, un peu comme un cauchemar qui tournait mal. Très mal.

« Tu as tué ta pauvre mère à cause de ta nature de monstre... »

Tu continuais dans le lavage de cerveau. Ca t’amusait. Tu prenais ce plaisir sadique à le tourmenter, tel l’être insensible que tu es. Enfin pour être exact, tu n’es pas insensible. Il y a juste beaucoup de notions qui t’échappaient, et tu n’avais pas non plus l’envie de comprendre, te contentant du minimum. Est-ce que tu étais limité ? Non, pas jusque-là, c’est sur le plan sentimental. Après tout, tu as la capacité émotionnelle d’une huître, mais tout va bien. Tu es incapable d’aimer qui que ce soit, et même si c’était le cas, tu serais tellement mauvais que tu ferais quand même des erreurs, alors pourquoi se voiler la face et tenter d’être ce que tu n’étais pas ? Voilà pourquoi tu torturais la demi-goule refoulée dans tes bras. Parce que tu ne savais faire que ça, alors qu’elle ne le méritait pas forcément, tu en convenais. C’est comme ça, et pas autrement.

« Tu n’es qu’un monstre… Un monstre assoiffé de sang qui a honte de sa véritable nature et qui se cache parmi les humains… Tu n’es pas humain… »

Tu étais dans ta lancée, et tu souriais toujours. A ce stade tu n’étais plus une ordure, mais une véritable crevure. Cela t’amusait. Tu t’amusais du malheur des autres. Tu n’étais pas normal. Tu avais un véritable problème. Ce problème s’appelle Caïn, et c’est toi. Tu le sais, mais tu ne vas pas changer pour autant… Pourquoi changer après tout ? Tu lâchas le brun pour le regarder avec un regard grave, plantant tes yeux vairons dans les siens.

« Est-ce une bonne chose de refouler ta véritable nature ? »

Chassez le naturel, il revient au galop. Essayer de faire semblant d’être quelqu’un d’autre n’était pas la solution, au contraire, on s’enfonce dans le mensonge et au final on ne sait plus qui on est. Tu es bien placé pour le savoir, toi qui a déjà essayé. Tu eus un sourire doux en le regardant. Un sourire qui dissimulait bien trop de choses sur tes véritables intentions. Quel crétin. Jusqu’où tu pourrais aller pour le détruire ? Loin, si tu étais motivé… Jusqu’où était placée sa limite ? C’est ce que tu cherchais à savoir.

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Näavi
CCG || Inspecteur 2ème Classe
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 24/01/2017
Age : 22
Mer 29 Mar - 16:55


La faim au ventre




La colombe s'était jetée dans les bras de l'autre demi-goule, toujours autant aveuglée et affligée par les démons de son passé. Lorsque l'étreinte fut tendrement retournée, Jezabel soupira tendrement dans les bras du bleuté et se lova davantage contre lui, les prunelles toujours closes sans se douter des vices qu'étaient en train de lui préparer son interlocuteur. Il se sentait si bien dans ses bras, à recevoir de l'amour pourtant entièrement illusoire. Le métisse ouvrit lentement et à moitié les yeux lorsque quelques caresses bercèrent délicatement ses soyeuses mèches de cheveux. Il était littéralement en train de flotter dans sa propre bulle, perdu dans ses idéaux impossible à réaliser. Sa mère ne reviendrait jamais à la vie mais il n'était toujours pas parvenu à l'accepter malgré tous les efforts dépensés pour passer ce cap si difficile. Jezabel détourna légèrement la tête pour déposer un baiser chaste sur la joue de l'autre créature masculine. C’est toi qui m’a tué... Tu as tué ta pauvre mère à cause de ta nature de monstre... Tu n’es qu’un monstre… Un monstre assoiffé de sang qui a honte de sa véritable nature et qui se cache parmi les humains… Tu n’es pas humain… Cette violence verbale le frappa en plein coeur et son corps se raidit instantanément tandis que ses prunelles s'écarquillèrent de mauvaise surprise. Les larmes dévalèrent de nouveau ses joues et il trembla contre le bleuté.

Jezabel ♆ Pardonne-moi, je t'en prie ... Assez ... ASSEZ !

La voix de Jezabel qui était toujours aussi désespérée augmenta graduellement le ton jusqu'à finir par hurler alors que le métisse s'accroupit et posa chacune de ses paumes sur ses oreilles comme pour pouvoir s'empêcher d'en entendre et d'en subir davantage. La dernière phrase fut en quelque sorte le coup de grâce qui changea radicalement le caractère de Jezabel. Refouler sa véritable nature ? La colombe ne l'accepterait pas ... Pas encore du moins ... Lui qui détestait tant les goules ne pouvait se résoudre à faire partie des leurs. Le métisse se releva alors, son visage toujours baissé vers le sol mais les perles nacrées avaient cessé de couler. Les traits de son faciès étaient désormais figés et glaciaux tandis que son rinkaku se manifesta enfin. Quatre tentacules de vertèbres lombaires L4 pointues de chaque côté à l'embout final en forme de gros crochet de scorpion apparurent et dansèrent dans les airs. Elles ne fondirent cependant guère sur l'autre demi-goule. Jezabel était beaucoup plus complexe que cela que de se livrer à une vengeance aussi irréfléchie.

Un des tentacules blessa son bas-ventre gauche et il cracha aussitôt du sang. S'il ne pouvait pas accepter le monstre qui l'abritait, autant le faire disparaître n'est-ce pas ? Le métisse qui fut de nouveau affaibli s'effondra ainsi lourdement sur le sol, les prunelles à demi-closes tandis que sa respiration devint erratique, saccadée en plus d'être douloureuse. L'autre demi-goule ne pourrait jamais comprendre à quel point Jezabel regrettait de ne plus entièrement être humain. Un petit rire nerveux s'échappa de ses lèvres tremblantes de douleur. L'égyptien tenta de la supporter en silence, gisant misérablement sur le sol sous les yeux du bleuté qui ne l'aiderait certainement pas. Il était la pire des ordures, la colombe l'avait bien compris. Elle avait failli à son devoir car le bleuté était toujours vivant et espéra qu'un autre inspecteur se chargerait de son cas. Tokyo devait être purgé de ces immondices ...

♆ Liia/Origami


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le tutu et le hippie. (avec Mon Do'Chwan)
» Do you hate me? ✗ ft Yusheng
» Sang et neige [Terminée]
» Remords... [Elio]
» Laissée sur le pas de la porte {Figue & Emily}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Zone RP - Tokyo :: ► Quartiers Ouest :: District 22 - Shinjuku-
Sauter vers: