Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Une douleur en amène une autre [PV Aito]

 :: Fosse des Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 22 Déc - 12:29

Une douleur en amène une autre
 Toshirô était en retard. Comme d’habitude en fait. Il avait encore oublié de mettre son réveil. Comme… D’habitude ? Non pas que ce soit un jeune homme négligé mais… Quoique si, il était totalement négligé avec ses études, parce qu’il s’ennuyait d’une puissance inimaginable, puisqu'il avait des facilités pour comprendre. Dans tous les cas, il commençait avec un peu de sport personnel avant de se préparer, et avec sa jambe, c'était toujours délicat. Il ne fallait pas déconner non plus, il y avait des limites. Parlant de sa jambe, elle lui faisait mal ce matin-là. Qu’est-ce qu’il détestait quand ça lui arrivait. Ça faisait un moment qu’il avait sa prothèse pourtant, mais ça continuait à lui faire mal à l’endroit où il avait été amputé.

Le jeune homme fit une grimace, à tous les coups il allait sécher à cause de ça aujourd’hui, parce que hors de question qu’il supporte ça en cours, ça le rendrait encore pire que d’habitude niveau humeur. C’était dans ces moments-là où s’il commençait à avoir mal et qu’il faisait la tête, il ne fallait pas venir le chercher. D’ailleurs pour calmer ça, il alla récupérer sa boîte de médicament avant de se rendre compte qu’il n’en n’avait pas racheté, et un nouveau soupir lui échappa, qui ressemblait plus à un grognement qu’à un soupir en fin de compte.

Il était bien parti pour aller en acheter et tant pis pour ses cours, de toute façon il n’y avait que quelques uns de ses profs qui étaient au courant pour sa jambe, et l’administration aussi puisqu’il était allé voir le médecin scolaire… Bref, à part quelques adultes, personne n’était au courant et tant mieux, parce qu’il n’avait pas envie qu’un flot de questions lui arrivent en pleine face. Pas d’humeur. Jamais d’humeur pour ça en réalité. A chaque fois il esquivait la véritable raison pour beaucoup de choses, mais ça passait crème à chaque coup.

Pensant à tout ça, Toshi alla se préparer, d’humeur assez grognon au final. Une fois prêt, il récupéra une veste, portefeuille et clés de son appartement, et le voilà parti pour de nouvelles aventures ! Dit comme ça, ça faisait aventurier, ce qu’il n’était pas. Quand il sorti, un gros dilemme se posa à lui. Il avait mal, c’était un fait. Donc il fallait qu’il prenne un transport en commun, genre le bus, pour aller plus vite. Sauf qu’il avait peur des moyens de transports depuis son accident. Pas qu’il était malade, mais qu’il avait peur tout simplement. Alors il resta planté comme un idiot devant chez lui en réfléchissant, jusqu’à sortir de son immeuble en boitant. Tant pis il allait marcher, peut-être que la douleur allait s’estomper en marchant.

Donc il commença à s’éloigner à pied vers la première pharmacie qui n’était pas à côté d’ailleurs, un autre détail qu’il avait oublié. C’est fou comme ça revenait uniquement quand il était dans le besoin. Le brun traînait presque sa jambe derrière lui en refoulant ses grimaces sinon les gens le regarderaient bizarrement. Enfin encore plus bizarrement que maintenant. Parfois, retirer sa prothèse et se balader avec des béquilles serait tellement mieux mais bon, il faut aussi penser que là pour le coup c’est pire que tout puisque tout le monde le verrait, qu’il n’a plus qu’une jambe. Quelle galère.

Dans sa tête, les injures volaient de plus en plus crescendo, allant du plus soft presque jusqu’au plus vulgaire, en serrant les dents pour ne pas le gueuler dans la rue. Il ne manquerait plus que ça, qu’il envoie chier le premier venu. Ah mais là, ça risquait de ne pas être ennuyeux si ça arrivait. Même si bon, Toshirô se disait que ça serait nettement mieux de faire l’aller-retour sans avoir d’embrouilles quelconques. En d’autres termes, il ne fallait pas qu’il aille chercher la petite bête au premier qu’il trouvera. Rester tout à fait calme et aller chercher ces fichus médicaments qu’il devait prendre régulièrement, et comme il n’en avait plus depuis un moment, voilà pourquoi la douleur était revenue.


"Douleur à la con...", marmonna-t-il entre ses dents.

En regardant le sol, il ne remarqua pas cette personne qui attendait devant un passage piéton et il lui rentra dedans. L’impact lui fit relever la tête et encore, il ne l’avait pas bousculé ni poussé, ni rentré dedans sauvagement. Rien de tout ça, Toshirô s’était mangé son dos, tout simplement. Soit il faisait preuve de mauvaise foi, soit il s’excusait. Sauf que là, comme il avait mal, les excuses attendraient.

"Ça te dérangerait de te pousser tiens pour pas qu’on te rentre dedans ?"

Sûrement que ça n’allait pas plaire à l’autre mais il s’en fichait un peu actuellement. Dans un coin de son esprit, il espérait sincèrement que ce ne soit pas une goule mal lunée, mais ça, il le verrait assez rapidement.
 
© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 27 Déc - 0:01
Une douleur en amène une autre
feat. Yahiko
Mais ils sont tous manchots par ici ?!


Une vive douleur sur l'arête du nez le rendit fou furieux. Ni une ni deux, en bonne teigne qu'il était, Aito avait répliqué sans faire attention à son nez qui saignait abondamment. Ce n'était pas ça qui risquait de le faire repartir la queue entre les jambes, loin de là. Quand même, ce type qui l'agressait empiétait sur son territoire, il allait se laisser faire ? Bien sûr que non ! Il était peut être petit mais plus méchant et vicieux que lui dans le coin on ne trouvait pas. Ce n'était pas pour rien qu'on le considérait comme un chef de gang du haut de ses 19 ans, bien qu'il en paraissait 15 et n'aimait pas se faire appeler chef. Il n'aimait pas avoir la responsabilité d'un groupe tout simplement.

Après s'être acharné un bon moment dessus, la petite frappe qui le faisait chier finit par se barrer sans demander son reste. Aito avait failli partir à sa poursuite, mais à la place il lui balança un flot d'injures à la figure jusqu'à ce qu'il ne disparaisse au coin d'une rue. C'était tant mieux, une tête de con en moins à supporter. Alors qu'il se baissait pour ramasser son skate, le jeune homme remarqua enfin à quel point il avait pris cher en apercevant une tâche rouge sombre sur son t-shirt blanc. Il serra les dents. Déjà qu'il n'avait pas beaucoup de fringues en stock, voilà que son t-shirt préféré était foutu à cause d'un abruti. N'ayant rien pour se soigner sous la main, il essuya juste son nez en sang d'un revers de main puis quitta ces rues mal fréquentées pour des rues un peu plus sûres où on ne l'ennuierait pas.

Bon on le regardait bizarrement avec son visage ensanglanté, le fait qu'il s'était battu ne passait pas inaperçu. Enfin bon, Aito remettait à leur place ceux qui le dévisageaient d'un seul regard, mauvais et hargneux. Le premier qui faisait quelque chose qui ne lui plaisait pas risquerait fort de se retrouver avec un nez bien plus amoché que le sien. Mais bon, les gens semblaient assez intelligents pour ne pas le faire chier aujourd'hui et c'était une bonne chose vu que tout ça l'avait mis de mauvais poil. Et là il tenait surtout à retourner dans sa planque pour se changer et faire quelque chose pour sa blessure même si ce n'était pas bien grave.

S'arrêtant à un feu rouge, il ne vit pas un type arriver qui le bouscula et manqua de le faire tomber. Il allait simplement lui gueuler dessus comme il faisait souvent, mais l'autre lui répondit sur un ton qui ne lui plut pas, mais alors pas du tout. Aito tiqua légèrement de l'oeil avant de l'empoigner sans prévenir par le col, l'abaissant bien rapidement à son niveau et sans aucune difficulté.

"C'est plutôt toi qui ferait mieux de faire attention sale gosse, j'vais te refaire le portrait tu feras moins l'malin !"

Il lui administra ensuite un bon coup de genou dans le ventre, tout en ignorant les passants qui les regardaient et s'arrêtaient face à cette scène de rixe de rue. Après quoi Aito le lâcha, sans se départir de son air absolument mauvais.

"Abruti !"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 27 Déc - 15:40

Une douleur en amène une autre
 La personne qu’il venait de bousculer, sa réaction a été immédiate. Il l’avait attrapé par le col pour l’obliger à se baisser à sa hauteur et là, Toshirô se demandait dans quel merdier il s’était fourré. Ce ne devait pas être une goule mais en tout cas il devait être mal luné. Le jeune homme ressentit une vive douleur au ventre quand l’autre le frappa dans le ventre avant qu’il ne le lâche. Toshi se fichait aussi de ceux qui s’arrêtaient pour les regarder, étant tombé à genoux sous l’impact douloureux et il se tenait le ventre. Sauf qu’une douleur n’arrivait jamais seule, celle de sa jambe fut foudroyante, n’ayant pas aimé le contact un peu brusque avec le sol.

Le brun n’était pas resté à genoux bien longtemps, il s’était rapidement couché sur le flanc, presque en position latérale de sécurité en se tenant la jambe, à l’endroit où on l’avait amputé. Ce qui était curieux pour les autres qui avaient bien vu le coup partir dans le ventre et là, Toshirô serrait sa jambe. D’un point de vue extérieur, c’était un bien curieux spectacle qui se présentait-là. Du point de vue du jeune homme, il s’en foutait royalement de ce qu’il se passait autour, seule la douleur le rappelait à l’ordre et c’était pire que tout.

Il se fichait aussi du type qui venait de lui donner un bon coup de genou, il se fichait des gens qui chuchotaient, il se fichait de tout. Les larmes lui montèrent rapidement aux yeux alors qu’il tentait de se redresser au mieux, même s’il n’y arrivait pas. Tant pis s’il paraissait pour un imbécile, pour un fou ou pour quelqu’un qui tentait de faire son intéressant, Toshirô fit de son mieux pour reculer et aller s’adosser au mur le plus proche en tentant de penser à autre chose que la douleur.


"Fait chier…"

Les larmes coulaient sur ses joues alors qu’il les essuyait un peu rageusement d’une main, sa jambe qui allait bien repliée contre son torse et l’autre tendue devant lui. Il détestait pleurer, encore moins devant d’autres personnes. Si les passants voulaient se moquer de lui, c’était bien le moment parce que bientôt, ça ne serait plus le cas. Pour le moment, il devait attendre que la douleur passe, simplement, et aller chercher ces foutus médicaments à la pharmacie. Pour une fois il regrettait d’avoir cherché la petite bête, surtout que ce n’était pas le moment pour ça. Il aurait pu attendre un peu…

Pour le coup, Toshirô avait complètement oublié l’autre jeune homme qui l’avait frappé, il espérait juste qu’il ne revienne pas pour l’achever. Il avait l’air du genre à se ficher du fait que quelqu’un soit par terre alors il espérait sincèrement qu’il lâche l’affaire. Peut-être bien que oui, peut-être bien que non, c’était tout ce que l'étudiant voulait. Qu’il le laisse tranquille. Que les autres cessaient de le regarder bizarrement comme un animal de foire. Ça aussi ça l’irritait énormément.


"Putain mais vous avez pas autre chose à faire que de me regarder ?!"

Un ton agressif, sur la défensive, son seul moyen de se protéger contre les autres. Montrer de l’agressivité, être mal vu, peu lui importait tant qu’on lui fichait la paix. Quitte à agoniser, il n’avait pas envie qu’on s’attroupe pour voir ça. Il baissa les yeux vers sa jambe en serrant les dents, ne voyant rien. Au moins il n’y avait pas de sang et heureusement, mais ça lui faisait inexplicablement mal quand il ne prenait pas ses médicaments. Peut-être bien que le médecin qui l’avait amputé n’avait pas bien fait son boulot, franchement Toshirô n’avait pas envie de savoir, il ne voulait pas retourner à l’hôpital.

Clairement, il pouvait se débrouiller tout seul. Il voulait se débrouiller tout seul, il n’avait pas envie de provoquer de la pitié parce qu’il n’y avait rien de pire à vrai dire. Il attendait uniquement que la douleur passe, observant les passants qui s’étaient remis à faire leur vie.


© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 3 Jan - 12:46
Une douleur en amène une autre
feat. Yahiko
Mais ils sont tous manchots par ici ?!


Aito toisa le gosse qui l'avait bousculé, sans même ressentir la moindre once de pitié envers lui. Il avait l'air de souffrir, mais pas du coup qu'il lui avait administré. On aurait plutôt dit que c'était sa jambe qui lui faisait mal. C'était un peu étrange mais le rouquin n'en avait rien à faire. Si les autres souffraient ils ne pouvaient s'en prendre qu'à eux-mêmes. Aito était la petite bête qu'il ne fallait pas chercher et ceux qui avaient le malheur de l'énerver en prenaient plein la tronche, un point c'est tout. Et là, la souffrance de ce type il y était totalement hermétique. Ca faisait des années qu'il était comme ça, à s'arranger pour ne pas avoir de regrets sur les saloperies qu'il faisait aux autres. Ca devait être pour se donner bonne conscience… Alors que ça faisait bien longtemps qu'il ne l'avait plus. Et il l'avait encore moins depuis qu'il avait encore échoué à aider quelqu'un il y a quelques mois. Ce type à lunettes là… Il avait appris qu'il avait disparu et s'était senti coupable de ne pas avoir pu le convaincre de se battre pour vivre normalement. Il avait passé les dernières semaines à évacuer ses émotions par la violence, cherchant des noises pour presque rien et dès u'il se retrouvait seul il pleurait toute cette frustration d'être un incapable qui n'avait pu protéger sa famille et une personne qu'il aurait souhaité voir vivre.

Aito le regarda ramper pour s'adosser à un mur. Il ne savait pas ce qui le faisait tant souffrir, mais sur le coup il n'avait même pas envie d'aller lui demander ni même lui refaire le portrait comme il avait menacé, il voulait juste rentrer chez lui. Il s'engagea sur la route, laissant le type qui criait sur la défensive derrière lui. Cependant à mi-chemin, quelque chose tilta dans l'esprit du rouquin. S'il faisait ça à laisser un pauvre gars souffrir… Il devenait sérieusement la pire des merdes. Et puis au fond, il voulait aussi se racheter de toutes ces vies qu'il n'avait pu préserver. Un soupir rageux quitta ses lèvres alors que Aito rebroussait chemin, se fichant des voitures qui recommençaient à circuler sur la route, sautant par dessus les capots et gueulant des insultes aux conducteurs qui le klaxonnaient.

Une fois de retour du côté de la rue qu'il avait quitté, il se dirigea vers le jeune brun, mains dans les poches et l'air très peu aimable malgré ses bonnes intentions. Il gueula de nouveau mais cette fois à l'intention des curieux qui observaient le gosse comme un phénomène de foire, l'air absolument agressif et hostile envers tout ces gens.

"Putain mais circulez bande de merdes y'a rien à voir !"

Après quoi son attention se reporta sur le brun qui était toujours à terre.

"… Désolé. Me suit emporté plus tôt j'voulais pas te frapper."

Aito avait le regard un peu fuyant, n'étant pas habitué à s'excuser comme ça. Après un moment sans rien faire, il finit toutefois par tendre la main au brun, comme pour lui proposer de l'aider. Encore une fois c'était un moyen pour lui de racheter tout le mal qu'il faisait même si ça ne lui arrivait pas souvent et que c'était pour avoir bonne conscience.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 15 Jan - 18:29

Une douleur en amène une autre
 D’abord Toshi se demandait si ces types allaient lui ficher la paix définitivement. Il grinçait des dents, n’avait pas envie d’être agréable pour autant. Il fixait le sol sans rien ajouter de plus, puis quelque chose qui le surpris lui fit relever la tête. Le type qu’il avait bousculé, il était revenu et apostrophait les passants comme quoi il n’y avait rien à voir… Pourquoi ce brusque changement de comportement alors que clairement, il aurait pu aller mourir dix minutes avant ? Le jeune homme n’en savait rien et franchement il ne voulait pas savoir. Il n’était pas mécontent de cette aide… Enfin… Façon de parler, s’il fallait, ça allait encore mal se passer.

Après quoi, le rouquin s’excusa. Là, l'étudiant se demandait si c’était une blague. Puis très vite il compris que non, son interlocuteur ne devait pas être du genre à plaisanter, mais alors pas du tout. L’autre ne voulait pas le frapper, et Toshi hocha la tête positivement. Il acceptait ses excuses, mais il ne disait rien pour le moment. En fait, quelque part, le brun avait un peu peur de ce jeune homme. Il l’avait frappé alors qu’il l’avait simplement bousculé alors jusqu’où il était prêt à aller ? Tabasser quelqu’un jusqu’à ce qu’il soit vraiment mal en point ? Décidément, le garçon ne voulait pas savoir.

Lorsque son interlocuteur lui tendit la main, il la saisit pour se redresser tant bien que mal et prendre immédiatement appui sur le mur. Un soupir lui échappa, alors qu’il regarda le rouquin devant lui. Il n’était pas bien grand, pourtant rien qu’à son air il pouvait imposer le respect. Comment lui expliquer ce qu’il avait ? De plus, à tous les coups, le roux s’en fichait comme de sa première paire de chaussettes, vu qu’il n’avait pas l’air habitué à aider les uns et les autres. Au final, Toshirô décida de garder la raison du pourquoi et du comment.


"Merci."

Le jeune homme se fichait un peu de savoir si l’autre allait accepter ses excuses ou si au contraire il allait encore s’énerver, ce qui ne l’étonnerait pas en fait, mais tant pis. C’était la moindre des choses. Se faire frapper, il en avait la triste habitude quelques années auparavant. Toshirô détourna les yeux en réfléchissant. Puis il fallait qu’il lui demande, au moins ça et tant pis s’il ne voulait pas.

"Tu accepterais de m’aider à aller jusqu’à la pharmacie la plus proche ? Si tu veux pas je me débrouillerais maintenant que je suis debout."

Il n’évoqua pas le cas de sa jambe, parce que dans sa tête il se disait que ça n’intéresserait pas son interlocuteur. S’il voulait savoir, il n’avait qu’à demander sinon, le brun ne dirait rien. Pour ne pas ennuyer son entourage, gardant une nouvelle fois tout pour lui. Cela avait toujours été ainsi et apparemment, ça n’avait pas changé. Pas qu’il ne faisait pas confiance mais… Cela faisait parti du mensonge qui continuait à le poursuivre. Même s’il avait des amis qui tenaient à lui, il ne voulait pas les inquiéter. Ce type n’était pas son ami, peut-être bien qu’il ne le deviendrait pas mais il n’avait pas envie de le concerner pour ce genre de choses.

Toshi attendait sa réponse en observant la populace. Plus personne n’était autour d’eux et la vie avait repris bien gentiment son cours. Heureusement d’ailleurs parce qu’il n’y avait rien de pire que de se faire traiter d’animal de foire comme ça. Et visiblement, il n’était pas le seul à le penser, son interlocuteur devait sans doute être comme ça, trouver ça pénible, chiant, à avoir envie de frapper le monde ? Ou alors comme il était tout le temps sur des charbons ardents… Du moins c’était le ressenti qu’il avait, peut-être qu’il se trompait. Ou pas.


© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 10 Fév - 15:35
Une douleur en amène une autre
feat. Yahiko
Mais ils sont tous manchots par ici ?!


Aito aida le gamin à se lever en grommelant un peu. Il n'était décidément pas habitué à aider les gens comme ça. Il se faisait un peu violence d'ailleurs pour ça, vraiment pour avoir bonne conscience et rattraper toutes les fois où il s'était planté en voulant aider ou protéger des gens qu'il avait estimé comme trop précieux pour ce monde. Ca avait raté par deux fois alors il n'y aurait pas de troisième fois. Cette fois il se sentirait mal s'il arrivait quelque chose à ce type. Malgré tout, il n'était pas habitué à se faire remercier par qui que ce soit, aussi tira-t-il un peu la tronche quand le jeune lui dit merci pour l'avoir aidé. Il soupira malgré lui et leva les yeux au ciel, le lâchant lorsqu'il alla s'appuyer contre le mur.

Il l'observa un moment, comme si le rouquin cherchait à savoir ce qui pouvait être aussi douloureux pour lui. Pour qu'il ne tienne plus debout, c'était certainement en rapport avec sa jambe. Il se demandait du coup ce qui avait bien pu arriver pour que ça lui fasse mal à ce point. Toutefois il ne dit rien à ce sujet pour l'instant. Mais il allait probablement le remettre sur le tapis plus tard vu qu'il n'avait pas sa langue dans sa poche. Aito haussa les épaules quand l'adolescent lui demanda de l'aide pour se rendre à la pharmacie.

"Pour où on en est hein, j'veux bien t'aider pour cette fois."

Après quoi le rouquin lui offrit son aide pour l'amener à destination, peu délicatement puisqu'il était loin de l'être certes, mais tout de même. C'était un sacré effort pour lui que d'offrir son aide à un inconnu vu qu'il tapait sur n'importe qui qui l'emmerdait et ce peu importe la raison. Mais comme dit plus tôt, il voulait bien faire un effort cette fois. Il fit en sorte de prendre tout le poids de l'adolescent sur lui malgré sa petite taille, afin qu'il puisse marcher correctement sans se faire mal puis avança en direction de la pharmacie la plus proche. Après un moment à rester silencieux, Aito décida de lui poser la question qui le taraudait depuis le début.

"Au fait, c'est ta jambe qui te fait morfler, c'est ça ?"

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 11 Fév - 11:43

Une douleur en amène une autre
 Toshirô voyait bien que le rouquin faisait quelque chose d’inédit. Il n’avait pas l’air sympathique, franchement, le jeune homme le voyait comme ça. Ce type après, il allait tout faire pour l’éviter ou pour ne pas le chercher parce que ça avait l’air d’être assez difficile avec lui. Le châtain ne disait rien alors que l’autre le soutenait malgré qu’il soit plus petit que lui. L'étudiant continua de garder le silence alors qu’ils se dirigeaient tous les deux vers la pharmacie, jusqu’à ce que le rouquin lui pose cette question, sur sa jambe. C’était quelque chose dont il ne parlait jamais parce qu’il arrivait à le cacher.

Le jeune homme réfléchissait à comment lui répondre. De toute manière il s’en ficherait à tous les coups et il oublierait, alors quelle importance de lui dire ça ? Aucune, surtout pour n’en n’avoir rien à cirer après lui avoir dit, mais si ça pouvait lui satisfaire sa curiosité. Cependant, il ne fallait pas qu’il en dise trop, pour ne pas l’ennuyer plus qu’il ne l’était déjà et parce qu’il ne voudrait pas connaître sa vie, ce qui était bien normal.


"C’est pas ma jambe. C’est ma prothèse qui la remplace."

Le brun avait lâché ça presque naturellement bien qu’il en grimaçait encore, parce que ça lui faisait mal à chaque fois qu’il posait la jambe par terre. En plus des médocs, il devrait sans doute aller faire un tour chez le médecin même si ça le gonflait assez d’y aller. A tous les coups ça s’était infecté parce qu’il n’avait pas fait attention… C’est vraiment un truc qui le tuait à petit feu mais bon, il tâchait de ne rien dire, de ne rien montrer, et de mentir en souriant, prétendant que tout va bien. Ce type qui l’aidait, il allait certainement le perdre de vue après la pharmacie alors il ne s’attarda même pas sur le sujet.

Si le rouquin voulait des réponses, il n’aurait qu’à demander. Vu comment il démarrait au quart de tour, Toshirô préférait presque que ce soit lui qui pose les questions, au moins il saurait ce qu’il voulait comme information. En attendant, il allait rester le plus évasif possible. De plus, s’il fallait, c’était juste cette réponse qu’il lui fallait et rien d’autre. Beaucoup de choses allaient et venaient dans la tête du jeune homme qui se posait beaucoup de questions à vrai dire, et ce n’était pas forcément bon d’ailleurs mais que pouvait-il faire à ça ? Pas grand chose malheureusement. Après un instant à rester silencieux, finalement le châtain décida de poser une question qui le perturbait depuis un moment.


"Pourquoi tu m’as aidé finalement ?"

Il l’avait bousculé sans faire exprès, et l’autre lui avait collé un bon coup qui l’avait mit à terre. Alors que maintenant, ce même ‘autre’ l’aidait à marcher jusqu’à la pharmacie. Pharmacie qui semblait exagérément loin en plus, ça l’ennuyait profondément de marcher autant mais pas question de prendre les transports en commun. C’était une chose qu’il ne prenait plus depuis bien longtemps… Peut-être que ça paraît stupide mais une peur n’est parfois pas logique, et il ne faut pas chercher.

Toshirô leva le nez en soupirant, croisant le regard de personnes qui les observait bizarrement, comme si ce qu’ils faisaient était totalement bizarre… Peut-être oui mais qu’est-ce qu’ils y pouvaient ? Un nouveau soupir ne tarda pas à suivre le premier en détournant la tête. Mieux valait ne rien dire, et attendre les réponses du rouquin. S’il fallait, il allait encore s’énerver. Peut-être. Toshi n’excluait pas cette possibilité.


© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 9 Avr - 0:28
Une douleur en amène une autre
feat. Yahiko
Mais ils sont tous manchots par ici ?!


Aito faisait mine de n'en avoir rien à faire de l'adolescent qu'il aidait actuellement. Il feignait cette indifférence avec presque tout le monde dans un cas général de toute façon. Après tout, on s'en foutait de lui alors pourquoi il irait se soucier des autres? Non c'était chacun pour sa pomme dans ce monde, il l'avait appris à ses dépends il y a quelques années et maintenant il appliquait ça à la lettre. Enfin... Presque à la lettre... Après tout ça faisait deux fois qu'il aidait quelqu'un de lui-même, sans qu'on le force ou qu'on le supplie de le faire. Au fond, le rouquin voulait juste se rendre un peu utile, même s'il était bien loin de l'assumer, ça c'est un fait.

En écoutant le jeunot, il apprit que ce dernier avait une prothèse à la place de la jambe. Ok maintenant il comprenait mieux pourquoi ça le faisait tant souffrir. Malgré tout et même s'il ne le montrait pas encore une fois, Aito était curieux de savoir ce qui avait pu lui arriver pour qu'il perde sa jambe. Il imaginait que tout et n'importe quoi pouvait causer un truc pareil, mais la question lui brûlait les lèvres. Seulement il attendit avant de lui demander, tout simplement parce que le brun lui posa une autre question entre deux. Il lui demandait pourquoi il l'avait aidé au final.  Et à vrai dire ça fit tiquer le voyou, qui détestait qu'on lui demande ses intentions, surtout qu'il aurait du mal à mentir sur celles-ci qui étaient bonnes et loin de l'image qu'il renvoyait sans cesse aux gens. Une image de type violent et sans âme, un tyran de la jungle urbaine que rien n'effrayait, pas même ces saloperies de goules. Il soupira bruyamment tout en continuant d'avancer, insultant au passage les personnes qui se mettaient sur son chemin tout en ignorant les regards foudroyants qu'on lui renvoyait ensuite.

"J't'ai aidé parce que t'avait l'air sacrément dans la merde mon gars. Puis j'aurais su que t'avais une prothèse j't'aurais pas fait chier de base."

Il soupira à nouveau, l'air renfrogné et s'arrêta quelques secondes histoire de bien raffermir sa prise sur l'adolescent pour lui éviter de tomber ou de se faire davantage mal en appuyant sur sa jambe infirme. Aito regarda ensuite autour d'eux. Encore un embranchement et ils seraient arrivés à destination. Bien, le temps qu'ils arrivent il aurait certainement le temps de poser sa question au brun. A nouveau il feigne une indifférence et un total désintérêt, tout en fixant l'intéressé en coin.

"Au fait qu'est-ce que t'as foutu pour avoir une jambe en moins? Parce que bon, ça arrive pas à tout le monde de se retrouver avec un membre en moins comme ça."

Aito demeura silencieux encore un instant.

"... Enfin si tu veux en parler hein. J'vais pas te démolir la tronche parce que tu veux pas m'le dire. Ca changera pas ma vie de le savoir ou non."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 14 Avr - 0:36

Une douleur en amène une autre
 Toshi écoutait le rouquin lui dire que s’il l’avait aidé, ce n’était pas par charité. Cela, le jeune homme s’en serait douté et il garda le silence. Le fait de savoir que ce type ne l’aurait pas agressé s’il avait su qu’il avait une prothèse le laissait pensif. Bien évidemment, l’étudiant n’allait pas se balader avec sa prothèse visible à qui voulait la voir. Puis ce qu’il craignait s’était bien passé. Même un type comme lui, qui jetait des regards méchants à tous ceux qu’ils croisaient, finissait par dire qu’il n’aurait rien fait parce que le brun avait une prothèse. Qu’il était infirme. Un sourire triste, la mine fermée, Toshirô s’en doutait de toute manière.

Pendant quelques mètres, tous deux restèrent silencieux. Le jeune homme ne savait pas comment dire la chose sans montrer une pointe d’agressivité. S’il se montrait sur la défensive, il était quasiment certain que son interlocuteur l’enverrait bouler, il ne devait pas être du tout du genre à se laisser parler mal ou marcher sur les pieds, ce qui était normal après tout. Puis il posa la question. Celle de savoir pourquoi Toshirô avait une jambe en moins. Il précisa qu’il n’était pas obligé de répondre, mais il se contenta simplement de soupirer.

Celui qui l’aidait avait raffermit sa prise, Toshi l’avait senti, mais il s’écarta vivement, peut-être même trop brusquement, un peu contrarié. Cette chose, cette idée de savoir qu’il serait traité différemment parce qu’il était handicapé l’insupportait énormément. C’était la première fois que ça lui faisait, puisqu’il ne l’avait dit à personne. Ce gars devait être une des seules personnes à le savoir.


"Un camion a fauché la voiture il y a plusieurs années. L’autre est mort, j’ai survécu, je ne sais pas trop comment d’ailleurs."

Toshirô commença à marcher seul en boitant, fixant droit devant lui. Il n’allait pas bien vite, mais il voulait se débrouiller seul. C’était peut-être buté de sa part, et un peu brusque, voire même inexplicable vu comment il avait été incapable de se défendre un moment plus tôt. Le jeune brun avait conscience d’être faible, et ça l’agaçait au plus haut point, il devait l’avouer. Il grimaçait.

"Juste une chose. Je préfère clairement que tu m’en colles une plutôt que tu me prennes en pitié avec ma prothèse. C’est pas parce que je suis infirme que je ne suis pas normal pour autant."

Un ton trop brusque qui ne lui ressemblait pas. Toshirô n’avait rien fait pour écarter ces gens, parce qu’il avait eu mal au mauvais moment. Ils l’avaient dévisagé, regardé bizarrement en se demandant ce qui lui prenait, mais il n’avait pas bronché. De même que pour ce type, qui l’aidait contre toute attente. Parce qu’il avait peur que s’il dévoilait son handicap, on ne le traiterait plus comme avant. Cela pouvait paraître idiot, mais Toshi préférait être dévisagé qu’être pris en pitié.

Un soupir intense et agacé lui échappa alors qu’il s’adossa de nouveau contre un mur. Tant pis s’il mettait toute la journée pour aller jusqu’à la pharmacie, mais s’il devait y aller seul, alors il prendrait tout le temps nécessaire. Si l’autre type voulait partir, il ne le retenait pas. Certes, il lui était reconnaissant de l’avoir aidé mais… Il y avait une certaine limite. Ce n’était pas contre lui en particulier, il aurait réagit de cette manière avec quiconque qui lui aurait fait la même remarque.

Le jeune homme tourna les yeux vers l’autre garçon pour planter son regard dans le sien. Même s’ils étaient d’une taille différente, Toshi ne le prenait pas de haut. Ce n’était pas son genre dans tous les cas. Un faible sourire vint accueillir ses paroles.


"Je n’ai pas envie d’être traité différemment. Même toi qui m’as mis à terre, tu es revenu là-dessus parce que tu sais pour ma jambe. Ça ne change pas ta vie, mais ça change la mienne. Parce qu’en sachant ça, le comportement change, et c’est ce que je ne veux pas."

Si l’autre voulait lui coller un pain dans la figure, qu’il ne se gêne pas, il ne lui en voudrait pas pour ça, pour si peu, parce qu’il avait dit la vérité. En fait, même si au début il n’était pas très à l’aise, Toshirô venait d’avoir le mérite d’avoir déballé son sac, du moins en partie, et cela le soulageait un peu. Que quelqu’un sache, c’était quelque chose… D’apaisant. Même si c’était ce rouquin, et qu’il s’en fichait éperdument, qu’il l’aidait uniquement pour avoir bonne conscience, sûrement. C’était quelque chose qui ne l’étonnerait pas en fait.

Toshi regardait son interlocuteur en tentant d’oublier la douleur. C’était la seule chose pour le moment qu’il pouvait faire, oublier, en attendant de mettre les choses au clair avec ce type. Même si ça devait tourner aux poings, que le brun devait perdre, il perdrait en tant que personne, pas en tant qu’handicapé. A moins que les principes de la petite frappe l’empêchaient de frapper un infirme. C’était à lui de voir et franchement, le jeune homme avait hâte de savoir ce qu’il pensait de ce qu’il avait dit. Franchement, Toshirô ne voulait pas aller sur de mauvaises bases avec lui, mais ça pourrait très mal tourner avec des mots mal employés. La vérité telle quelle, même crue, il fallait l’entendre. Tout dépendait de la personne en face.


"Si tu souhaites t’en aller suite à ça, c’est pas moi qui vais t’en empêcher, loin de là. C’est déjà aimable de m’avoir aidé jusque-là, mais je peux me débrouiller."

Toshirô se braquait tout simplement dans ces moments de faiblesse, ce qui n’était pas forcément bon, parce qu’il se renfermait, et devenait mauvais, agressif alors que ce n’était pas son tempérament de base. Son côté qu’il gardait enfouit remontait dans ces moments-là. Ce qu’il aurait voulu éviter, pour éviter des éventuels conflits. Le brun observait le rouquin, pour essayer de voir ses réactions par rapport à tout ça.

© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» La douleur de la montagne.
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Club de Karaté et autre du meme genre
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Fosse des Rps-
Sauter vers: