Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

« Lâchez les chiens » — U.C

 :: Avant-propos :: ► Papiers s'il-vous-plait :: Quinx Squad Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 19
Sam 1 Avr - 22:30
Watanabe Histë

Âge : 35 ans.
Nationalité : Américano-japonais.
Genre : Masculin.
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Quinque : Issu d'un koukaku, cette quinque de rang C prend une forme similaire à celle d'une rapière, le tranchant en plus.
Quinx? : Oui (cf physique).
Grade : Inspecteur Spécial.

Physique

Je suis un Quinx • La quinque d'Histë est un bikaku d'environ deux mètres de long pour cinquante bons centimètres de large. Il se présente sous différentes formes, la forme usuelle, aux dimensions précédemment citées est une lame plate d'une dizaine de centimètres d'épaisseur. La base de la quinque est de couleur blanche, sur les cinquante premiers centimètres et part rapidement dans un dégradé de bleus qui pousse jusqu'au bleus nuit dans le dernier décamètre. Il demeure toutefois des nervures éparses en surface du même blanc que la base qui courent jusqu'au sommet. Comme énoncé auparavant, ce kagune peut arborer d'autres formes, celles-ci ne sont que des fractionnement égaux des mensurations de l'original en trois appendices au maximum. On peut cependant imaginer une situation dans laquelle le kagune doivent maintenir une certaine force sur un flanc et parer rapidement de l'autre, le kagune peut tout à fait maintenir deux tiers de sa substance sur la zone critique et déployer un tiers isolé pour éloigner la menace annexe.

Mais avant tout un Homme • Le corps d'Histë est envisage comme un outil, une arme plus exactement. Bien avant même, qu'il ne soit Quinx. Il faut croire que la nature elle-même aura eut vent de ce que le futur lui réservait au vu de son gabarit. On peut dire que les gênes japonaises chez lui n'auront pas beaucoup d'impact. Il est immense, c'est un mur d'un mètre quatre-vingt-dix pour plus de quatre-vingts kilogrammes. Il est lourd, tout en muscles, rien ne se perd. Il se doit d'en être ainsi pour assumer le kagune qu'il a implanté juste au bas du dos. Toutefois, grand bien fasse à la nature de l'avoir bien doté, ce n'est pas elle qui jour après jour aura érigé le corps que voilà à force d'entraînement et d'acharnement. Encore aujourd'hui, il se doit de s'entretenir plusieurs heures par jours, il ne faudrait pas ruiner cette vie d'investissement dans une hygiène de vie saugrenue et grotesque. Il a les yeux bleus, le regard dur et froid, les cheveux courts, blonds. Il n'a vraiment rien à voir avec un japonais lambda. Une cicatrice sur le front vient mordre l’extrémité de son sourcil gauche, il l'a sans doute bien rendu à la goule qu'il aura anéantis l'instant suivant. Cela vient conclure le portrait que l'on pourrait dresser de lui, sur une note légèrement impétueuse, aux couleurs du personnage.

Caractère

Watanabe Histë. Une personne droite, fière, loyale et par-dessus, intègre. Vous y avez cru ? Brisez ici tous vos clichés. Le trentenaire est certes un homme bon, il a un indéniable sens de la justice, allé jusqu'à le qualifier d'exemplaire et loin d'être réaliste. C'est une personne calme, posée, calculatrice, manipulatrice et rusée. Le bougre cherche le résultat et il l'obtient. Il tente au plus d'avoir un avis ferme sur le plus de choses qu'il puisse, non pas pour s'emprisonner ou se rassurer, bien plus pour qu'on vienne bousculer ses codes et l'amener à réfléchir. Il a un physique en acier, vous pensiez qu'il s'agissait de la seule chose d'affûter chez lui ? Erreur.

Loin d'être un génie, il se contente de jouer l'idiot bête, un peu simplet auprès de la plupart de ses collègues. Une poignée de ses responsable connaît véritablement l'homme que les apparences de grand gaillard simplet ne laisse pas entrevoir. Il n'est pas fondamentalement du côté des hommes dans cette guerre qui oppose les deux espèces. S'il devait faire le choix entre exécuter un collègue en découvrant une organisation comme celle de l'Antique ou révéler son existence aux autorités supérieures, ne croyez pas que le sang de son ancien camarade coulant sur ses mains le fera broncher.

Il sait où mettre ses priorités. S'il n'a que peut de considérer pour des agglomérats d'imbéciles extrémistes comme Aogiri, il a un profond respect pour les amours de la paix et ceux qui tentent de la maintenir. Les gens qui essaient d'aimer la vie, pour de vrai, sont de plus en plus rares, peu importe ce que leurs organismes leur poussent à manger, nous ne l'avons pas choisi, pas plus que le ventre de nos mères lorsqu'ils nous ont expulsé dans cette chienne de vie. C'est ainsi, à plus ou moins que pense l'inspecteur spécial Watanabe. Ce n'est pas su de tous, loin de là, mais il se trouve qu'aux yeux de la direction, il n'a jamais encore causé de problème suffisamment important au vus de ses résultats pour le suspendre.

En effet, je l'ai dit, mais Histë fait son travail. Il ne l'aime pas forcément, ce n'est pas toujours ce qu'il rêverait de trouver comme excuse pour s'extirper du lit le matin, mais pour ce qui est d'être informé sur les goules, leurs fonctionnements, leurs déplacements et leurs stratégies, il s'agit du meilleur poste possible. Les goules sont pour lui une profonde obsession, la femme d'Histë était une goule, il l'a épousé en connaissance de cause, il a tenté de lui donner des enfants en connaissance de cause. C'est un homme torturé, à l'esprit occupé, mais il mène sa barque comme il le peut, c'est en ça seulement qu'il a quoi que ce soit d’honorable.

Histoire

Un jour comme les autres, rien d'extraordinaire n'est advenu, c'est toutefois celui qu'aura choisi Histë pour naître. Aussitôt projeté dans ce monde à Osaka, il se ravit au japon pour vivre plusieurs années en Amérique, sur la cote ouest. Durant toute sa petite enfance, il sera dorloté par une mère aimante, qui aura mit sa carrière entre parenthèses pour s'occuper un temps de son fils. Un environnement paisible, loin de la ville, sécurisant. Il avait quelques copains, peu, mais ils étaient de bons amis. Le temps passait et comme tous ces camarades, il dut se rendre dans les classes supérieures.

La sortie du jardin d'enfants se passa relativement bien, même si la mère d'Histë avait pris la décision de déménager jusqu'à San Francisco. Elle l'avait suffisamment préservé jusqu'ici, il faudrait maintenant qu'il s'acclimate à la ville, qu'il dompte cette jungle urbaine, qu'il sache comment se débrouiller au milieu d'un trafic infernal et continu. La plupart du temps, il ne voyait son père qu'une à deux fois dans le mois, il travaillait dans une grande entreprise, les voyages d'affaires, il n'arrêtait pas. Ce n'est que tous les deux mots environ qu'il pouvait profiter un peu plus de lui, quelques jours d'affiliés.

Enfant, il ne savait pas encore dire s'il lui manquait réellement ou non, mais ce qui est sûr, c'est qu'il aurait adoré mieux connaître son père, à cette époque déjà. Élevé moyen, Histë témoignait d'une vivacité certaine pour ce qui était de la participation orale. Il n'était pas brillant, mais c'était un vrai plaisir en classe, intéressé, curieux de tout, une vraie pile électrique, un moteur au service de la classe. Il en fut ainsi jusqu'au bout du collège. C'est à cette époque qu'il perdu son père, dans un accident des moins étranges, aucune explication. Il fut enterré à Osaka auprès de ses ancêtres.

Il fallait qu'il le voit. Qu'il trouve un lieu où les larmes qui sur ses joues coulent en silence trouvent une oreille pour les entendre. Il lui fallait connaître, voir, savoir. Soudainement, il lui fallait tout connaître du Japon. Lui qui, sans y être indifférent n'avait jamais mit les pieds au pays de son père semblait tout à coup y tenir plus qu'à la vie. C'est lorsqu'il fut arrêté par des policiers à l'aéroport que sa mère saisit l'absolue nécessité de prendre en considération cette requête de son fils. C'était loin d'être simple pour elle, elle ne pouvait plus voir cette contrée en peinture. Il faut dire qu'elle m'était sur le dos de l'entreprise le surmenage qui avait conduit à la mort feu son mari.

C'est ainsi qu'elle conclut un marché avec son fils, il finissait le lycée aux Etats-Unis, ensuite, il aurait pour lui toute une année pour visiter le japon chez la famille de son père. Beaucoup d'entre eux, les vieux oncles et tantes étaient plutôt implantés à Osaka, d'autres en revanche, les plus jeunes cousins et leurs parents étaient établis à Tokyo. Il prit donc l'initiative de se rapprocher de ses cousins, parmi eux, une fille de son âge, Tsubaki. Avec elle, durant les années de lycée, il tentant d'en apprendre le plus possible sur la branche paternelle de sa famille ainsi que d'améliorer son japonais, rouillés depuis les vieilles années où, bien-pensants, ces parents avaient décidé de parler aussi bien japonais qu'anglais à la maison.

C'est avec justesse qu'il conclut ses années lycées, sans se présenter à la cérémonie de remise des diplômes. Il partit tout droit pour Tokyo, dans le premier avion dès qu'il su qu'il le pouvait. Avec impatience, il dévora tout ce qu'il voyait, tout ce qui touchait ses yeux. Il devint fou de l'ignorance qui le caractérisait et que tout, partout, le lui rappelait. Six mois avaient passé depuis l'arrivée du jeune homme au Japon, mais il ne perdait rien de sa soif de découverte. C'est comme si une fièvre fulgurante transissait tout ses muscles, le poussant à aller encore et toujours exploré. Une fois son année d'exploration terminée, Histë prit la décision de rejoindre la faculté de droit de Tokyo, il serait en colocation avec sa cousine.

La mère n'y pu rien, son fils avait trop d'entrain à cette idée, il était aux portes de sa majorité après tout, les années allaient vite s'écouler, à ce moment-là, il serait adulte, aussi lui faut-il se forger de nouvelles expériences. Celles auxquelles sa mère ne souhaitait pas spécialement songer étaient celles du cœurs... Pourtant, c'est dès la première année d'université qu'il fut frappé par un amour niais pour une fille de sa classe. Elle était belle à ses yeux, loin de faire unanimité, elle vivait un peu à part, sans être exclue. L'attitude séduisit le blondinet de l'époque.

Quelle drôle de raison pour se rapprocher d'une goule que de l'aimer. Comment aurait-il pu le savoir ? De toute façon, est-ce que ça aurait changé quoi que ce soit ? À ce moment-là, il n'avait entendu que les quelques récits de sa cousine, quelques faits étranges dans les journées, des discours parfois alarmistes au JT, rien de plus. Sans être convaincu qu'ils n’existaient pas, les monstres dépeints dans les médias, il n'y croyait pas. C'est déjà là la preuve juvénile d'une profonde tolérance, sur ce point précis tout du moins. Ára, elle, semblait très intéressée par les goules, c'est ainsi qu'elle paraissait à Histë. Aussi, voilà la toute première raison qui le poussa dans cette direction, l'antique béguin du badaud.

Un soir, elle l'invita à sortir. Il ne pouvait pas savoir... Elle tua un type de la classe sous ses yeux. Elle n'avait l'air de n'en tirer aucune satisfaction. Histë aurait sans doute dû hurler de peur, au moins de surprise, avoir une réaction quelconque en somme. Ce n'est qu'un immense vide, une profonde incompréhension qui emplit son cœur. Un de ses potes d'université, l'un de ceux avec qui il discutait depuis le début de l'année, un avec qui il avait rigolait, un avec qui il mangeait. Celui qui dans le groupe avait le rôle de comique relief. C'était une goule. La fille aux cheveux roux. Celle qui comme lui, ne devait à l'évidence, ne pas être complètement japonaise. Cette fille qu'il regardait, pensant le faire discrètement. C'était une goule. Elle lui apprit que très tôt, cet ami, là, étalé au sol, avait décrété qu'il ferait d'Histë son repas.

Il était de ceux qui ne mangeaient que le strict minimum, un cadavre pour un bon mois, deux mois peut-être. C'est pour ça qu'il avait misé sur l'Américain, autant de viande le comblerait peut-être pour trois mois. Qui sait... En temps normal, elle ne devrait pas tuer un congénère qui ne cherche qu'à se nourrir, cette fois, c'était différent. Gênée, dans le cadre d'une scène de crime, elle m'avoua qu'elle m'aimait. Histë lui demandait s'il ne s'agissait pas d'une stratégie pour le manger, elle se mit à rire. C'est alors qu'au fond de lui, il se mit en tête qu'il pouvait lui faire confiance. Il vint l'enlacer & pleurer la mort d'un ami au creux de son cou. L'image est peut-être ridicule à vos yeux...

Il faut remettre les choses en contexte... On parle d'un cadavre pour un jeune de dix-neuf ans, le cadavre d'un ami de promotion, tué par la fille sur qui il avait des vues, dans une ruelle, le soir où elle lui avoue que les sentiments qu'il a pour elle sont réciproques. Le choc émotionnel fit qu'il avait eut ce besoin profond d'évacuer, à ce moment-là et pas à un autre. Étrangement, ils firent tout à l'envers. Puisqu'ils avaient l'air de s'être plu l'un pour l'autre en tant qu'humains. Ils décidèrent de sortir ensemble pour voir, pour donner une chance à cette idylle, parce qu'après tout, il se fichait pas mal, Histë, qu'elle soit une goule ou une humaine. Ce qui lui plaisait chez elle, c'est aussi tout ce qu'elle avait traversé, ce qui à cette époque faisait d'elle, elle, et celle qui lui plaisait.

Si cela comprenait le fait de manger les suicidés les plus frais de l'hiver pour fêter Noël en famille, pourquoi pas... Le destin d'Histë était scellé, il quitta immédiatement les bancs de l'université pour rejoindre l'académie qui se charge de former les nouveaux inspecteurs du CCG. Il pensait pouvoir y être lui-même, bien vite, il comprit qu'il ne pourrait être qu'en petit comité, qu'entre vrais amis. En effet, les supérieurs ne faisaient aucune différence entre les responsables de massacres et les goules pacifiques. À les entendre, il fallait toutes les exterminer. On parle de génocide... On parle de tuer des êtres qui ne se seront pas engagés dans le conflit, des civils en outre.

Quel genre d'homme censé ferait ça ? Il n'y a pas de sens à tout ça... Mais il comptait toujours devenir inspecteur, d'une part parce qu'il lui fallait devenir plus fort, ne pas mourir à la moindre goule rencontrée. D'autre part, il y avait en ce monde des goules qui ne valaient pas beaucoup plus que les hommes, pour Histë ça veut dire beaucoup. Aussi fallait-il bien renouveler les générations pour terrasser celles-là. Puis, un dernier avantage serait d'avoir quelques informations en temps et en heures, quant à savoir s'il faut évacuer telle ou telle maisonnée à quel moment, se fournir en fournir en faux résultats de taux de RC. Être là pour sauver la belle-famille, c'est toujours ça de gagné pour éviter de finir en sandwich.

Les années passent, le voilà diplômé de l'Académie, Histë à 22 ans désormais. Il déménage chez Ára, dans le 16ème arrondissement. Un appartement à eux deux, seuls, pas bien loin des parents de la jeune femme. Après tout, on ne parle pas d'une romance utopique entre un homme et une goule, on parle d'une relation chaotique entre une nouvelle recrue du CGG et cette même goule. Les parents d'Ára étaient inquiets, ça peut se comprendre. Régulièrement, ils ont des visites de toute la petite famille, les frères d'Ára, le père, les différentes cousines. Tout ce petit monde, ces petites visites, semblent vouloir mettre en garde Histë, si jamais il lui arrive quoi que ce soit... Il ne préfère pas y penser, rien n'est censé leur arriver.

La tentative de couple qu'il y avait eu entre les deux jeunes avait plutôt bien fonctionné puisqu'ils étaient en train de préparer leur mariage. Adorable, n'est-il pas ? Tous beaux, tous jeunes, tous fringants. Ils allaient se passer la corde au coup comme semble-t-il il était coutume de le dire. Le jour du mariage, il fut bipé par le CCG quinze minutes avant la cérémonie. La mariée ainsi que les deux familles en ce jour réunies, attendirent près de deux heures avant que le jeune époux ne rapplique couvert de sang de la tête au pied pour donner son baiser à la mariée et sceller leur union. Une anecdote partagée des deux côtés de la famille avec beaucoup d'entrain.

L'information revient aux oreilles des supérieures d'Histë, à ses collègues, cela fit rire, on le traita d'abruti. L'idée fit alors son chemin dans l'esprit tordu du 'ricain. Aux yeux de son partenaire, un inspecteur de première classe tout à fait respectables, le blond était un élément tout à fait intéressant, qui méritait que l'on se penche dessus, en effet, il se pourrait bien devienne un inspecteur de grande envergure dans un futur plus ou moins proche. Cela faisait quelques longs mois qu'il avait commencé à mener son jeu d'imbécile heureux avec ses collègues, on lui expliqua que s'il le voulait, il pourrait ressembler un peu à une goule. Histë accepta sur-le-champ, sans un brin d'hésitation.

C'est ainsi qu'il devient un Quinx, un membre de la Quinx Squad. Pas comme ça, par magie, mais à la suite d'une lourde opération. Il fut plusieurs jours alités et ne peut utiliser le kagune fraîchement implanté que plusieurs mois plus tard. Toutefois, le soir où le médecin lui expliqua qu'il pouvait maintenant commencer à s'exercer avec, il fit un bras de fer avec sa femme le soir même. On pouvait prêter beaucoup plus de maturité à Ára qu'à Histë à l'époque, mais il avait ce don de la faire retomber en enfance... Aussi, ils s'amusèrent beaucoup, la famille tout entière fut plutôt étonnée de ce nouveau dispositif du CCG pour mieux les exterminer, un brin amusé aussi. Il n'en avait jusqu'ici pas vraiment entendu parlé.

Il faut dire que cette famille ne craignait pas tant que ça pour sa survie, ils avaient très bien analysé la situation pour la plupart, les autres y trouvaient un confort sécurisant qui les avaient fait arrêté les chasses foireuses en pleine rue. Il y avait là un réseau très au point de détournement de cadavre, un médecin légiste, un fossoyeur, quelques médecins, le tout était en mesure de falsifier et faire disparaître les corps suite à l'enterrement ou avant l'incinération ou même pis encore, les faire disparaître avant la moindre constatation et laisser des gens à jamais dans les listes de portées disparus. Cependant, malgré la cruauté de ce geste sur ce dernier point, Histë ne pouvait que saluer cette machinerie bien huilée qui permettait à chacun de n'avoir sur les mains pas la moindre goutte de sang.

C'est pourquoi, pendant des années, il tenta, il essaya de concevoir un enfant avec sa femme. Impossible, disait-on. Ça ne se pouvait pas. Certaines légendes parlent de demi-goules, rien n'est moins sûr. On inventait toute une ribambelle de thèses pour les convaincre de ne pas essayer trop fort, d'arrêter là, qu'ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient. Au lieu de prendre au sérieux les mise en garde multiple parmi ses connaissances, Histë fit un test de fertilité. Il se trouvait tout simplement qu'il était stérile. Le CCG se garda de lui expliquer que c'était suite à son opération qu'il en était ainsi, après tout, autant gardé l'homme dans nos bons papiers.

Malgré cette épreuve, le couple perdurait. Histë de son côté jouait plutôt bien sur les deux plans, les goules qui étaient autour de lui n'avait pas spécialement de mauvais œil sur lui, il tuait des goules, certes, celle qui assassinait ses congénères après tout, eux-mêmes condamnaient ce genre de comportement. De plus, il arrive au 'ricain de rabattre quelques goules sur le 16ème et l'organisation qui s'y trouvait. Il s'agissait la plupart du temps des proches des goules que l'on venait de neutraliser et qui ne faisait que se servir sur les proies ramenées par la goule en question, des suiveuses en gros. Il tentait de donner une deuxième chance à celles-là d'avoir une vie un peu plus normale. Si tenté que cela soit possible.

Malheureusement, sans doute à cause de ces mouvements de populations, le stratagème fut remarqué, le CCG fit des investigations en profondeur, Histë ne s'inquiétait pas. Avant même qu'il ne saisissent qu'ils étaient remontés jusqu'à la famille d'Ára, ils donnèrent l'assauts. Les deux tourtereaux étaient à la maison ce jour-là, c'est une intervention étrange qui attira son attention. Le hasard avait fait qu'il n'avait pas été envoyé en mission ce jour-là. Le hasard avait fait qu'il n'avait pas été mit au courant, le hasard fit que la famille fut décimée lorsqu'il arriva sur les lieux. Il avait pourtant dit à sa femme de rester à la maison, de ne pas faire de bruits. Mais, deux pâtés de maisons plus loin, c'était sa famille qui était en danger, impossible pour elle d'obéir sagement.

De rage, elle se précipita sur les membres du CCG qui débarrassaient les corps, terminaient le travail sur certaines goules ou encore mettaient en détention quelques-uns parmi eux. Besoin d'informations, de RC ? La scène fut atroce pour Histë. Ára tua plusieurs de ses collègues, prit par surprise ils ne purent rien faire. Ce sont finalement les supérieurs d'Histë qui neutralisèrent la forcenée, alors qu'ils allaient Dieu sait quoi lui faire, le mari fraîchement endeuillé se jeta sur la dépouille sans plus pouvoir l'en détacher. Il pleurait, pleurait. Après de longues minutes, il se calma et formula expressément de recevoir le kagune de cette femme-là comme quinque.

C'est ainsi que se déroula la chose, il reçut, peu de temps après le tragique événement, le trophée macabre de ce que fut sa femme. Les deux gradés, ce jour-là avaient reconnus la femme d'Histë, ils n'en dirent rien. L'inspecteur avait toujours fait du bon travail, sur le moment, ils se disaient qu'ils le questionneraient plus tard, ils feraient ça, oui... Au vu de l'attitude décontractée et gaie qu'arborait le blond à sa rentrée de congé, ils comprirent que jamais ils ne pourraient en parler... Le chagrin qui le dévorait était bien trop grand. C'est presque sans âme qu'il poursuivit son œuvre jusqu'à devenir agent spécial de CCG. Il entendit parlé d'une nouvelle organisation de goule, il s'y rendit, plusieurs fois, il sait qu'il aurait pu, qui sait, s'y faire tuer, mais la compagnie des goules lui manquait. Que pouvait-il y faire ?

Pseudo : Maevis.
Âge : 19 ans.
Comment es-tu venu ici ? : Il me fallait un forum TG.
Tes impressions : C'est plutôt beau. Les codes de règlements me dépriment. Les balises de descriptions me perturbent, mais ça reste OK. Vous avez l'air actif, mais pas trop (à savoir si vous vous lancez où si vous déclinez ou que sais-je). C'est tout 'o'
Code du règlement : Ananas est passé,
Ananas a validé ♥ ~

Un dernier mot pour la route : Pleutre.

Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Di Antonio
Lorenzo di Spaghetti de la muerte de caliente por favor sisi la familia pizza bolognaise
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 21/06/2016
Age : 21
Dim 2 Avr - 0:06
Bienvenue sur le forum o/

Pour les codes on fait comme on peut honnêtement (avec nos piètres capacités de codage et du libre-service /pan/) et encore ça s'est amélioré depuis les deux ans d'existence du forum xD Après concernant l'activité sur celui-ci on a beaucoup de périodes creuses mais on essaie de le garder actif au possible, on est pas morts juste dans une période d'activité moyenne o/

J'en profite pour dire qu'il ne faut mettre que la bonne partie du code du règlement pour qu'il soit valide aussi c:

En tout cas bon courage pour ta fiche, j'ai hâte de voir ce que tu nous réserve et si tu as des questions n'hésite pas °^°
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 19
Dim 2 Avr - 2:45
Grands Dieux O_O

Je ne me permettrais jamais de juger un forum sur la qualité de son html, css ou que sais-je ! Oo

Je parlais bien évidemment du code règlement qu'il faut soigneusement reporter sur sa fiche afin de pouvoir prétendre à une quelconque validation. Ce genre d'exercice me déprime en général & encore, cette fois-ci, je pensais ne pas m'en être trop mal sorti ! Dommage... Quand on veut trop bien faire !

Pour ce qui est de l'activité, oui pas de soucis, je peux tout à fait l'entendre, sur le seul forum où je RP en ce moment, ce n'est pas tendre non plus ! Mais là ça devrait mieux se passer non ? Les vacances, tout ça... (on peut rêver!)

Des questions... OUI. Vous précisez qu'il vous faudrait plus d'effectif en CCG, Humain & Aogiri. Je suis intéressé par le CCG, cependant, est-ce que jouer un Quinx rentre dans ses critières ou bien ça ne vous arrange pas ? Personnellement, je m'en fiche, j'accroche surtout à un forum, pas à une idée de perso' pré-conçu. Dîtes-moi si ça arrange ou non et je ferais en fonction.

Aussi par rapport aux Quinx et même au CCG de toute façon... Les Quinques n'ont-elles pas des "paliers" elles aussi ? Je veux dire, tout le monde ne se retrouve pas avec des quinques surpuissantes du jour au lendemain, comment fait-on pour ça ? Et de la même manière, comme fait-on pour les Quinx ? C'est une opération, nous avons des précisions ? La force est presque égale à celle d'une goule lambda, dans tous les domaines ? Régénération, force, peau qui résiste aux aiguilles, aux couteaux ? Peut-on imaginer des pertes d'appétit, du sens du goût, etc chez les membres de l'escouade ?

Voilà, c'est tout :D
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Di Antonio
Lorenzo di Spaghetti de la muerte de caliente por favor sisi la familia pizza bolognaise
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 21/06/2016
Age : 21
Dim 2 Avr - 11:36
Oh okay j'avais mal compris alors xD (J'étais crevé aussi et je dormais à moitié quand je t'ai lu ;;) On avait pas de code avant mais comme des petits malins nous ont pris pour des pigeons on a été obligé d'en rajouter un :'D

Concernant l'activité ça peut paraître hyper paradoxal mais aux vacances de Février le forum était encore moins actif que maintenant xD Limite pour nous là c'est carrément actif comparé à il y a deux mois /pan/

Pour tes questions je risque de m'embrouiller donc hésite pas à me dire si je suis pas clair. Pour les Quinx c'est tout à fait possible d'en faire un, même si pour une question logique il nous faut moins d'effectifs que pour le CCG en lui même. Pour le moment on a deux personnages actifs en rp niveau Quinx donc créer des persos pour ce groupe est encore possible.

Pour les niveaux des Quinques on a pas vraiment de système pour ça, donc si un membre veut préciser que la Quinque provient d'une goule d'un certain niveau il peut, en restant dans la logique du grade de son perso (du genre un 3e classe aura pas un Quinque SS quoi) et ça pourra évidemment évoluer en rp par la suite. Pour les Quinx c'est une opération basée sur le volontariat et la compatibilité d'un inspecteur avec l'opération en question. En gros tout le monde peut y prétendre à condition d'être compatible et stable. Pour la force elle est censée être inférieure à celle d'une goule pure puisque si trop de cellules RC sont libérées dans le corps d'un humain celui-ci deviendra une demi-goule et possiblement incontrôlable. En bref la puissance est bridée, mais il est possible de l'augmenter en effectuant des opérations, même si c'est aux risques et périls de celui qui le demande. Pour la régénération et la résistance c'est comme les goules en moins puissant, en revanche ça n'altère en rien le sens du goût et l'appétit puisque les personnes sujettes à l'opération des Quinx restent humaines. En gros il faut penser un Quinx comme un Quinque humain.

Voilà voilà o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 19
Jeu 6 Avr - 16:44

On va considérer cette fiche comme terminée.
Merci d'avoir répondu avec autant de sollicitude à mes "nombreuses" questions Suzuya

Je serais de toute façon disponibles pour de certaines modifications sur cette fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Masamune Asuka
CCG || Scientifique
avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 21
Ven 7 Avr - 12:09
Je passe du coup o/

Globalement c'est une très belle fiche, agréable à lire et l'histoire d'Histë est trop triste ;w; J'aime beaucoup ta façon de narrer tes textes~ Sinon je n'ai vraiment rien à redire du coup je te valide o/




_________________


Asu, fétichiste des poignées?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» Interdiction vente chats et chiens en magasin Belgique
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» SOS pour les chiens Corse - beaucoup de chiots....
» visite chez le gynéco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Avant-propos :: ► Papiers s'il-vous-plait :: Quinx Squad-
Sauter vers: