Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

I'll fulfill your wildest fantasies~ || Lorenzo

 :: Avant-propos :: ► Papiers s'il-vous-plait :: Aogiri Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lorenzo Di Antonio
Lorenzo di Spaghetti de la muerte de caliente por favor sisi la familia pizza bolognaise
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 21/06/2016
Age : 20
Sam 28 Jan - 17:51
Lorenzo Di Antonio

Âge : 27 ans
Nationalité : Italien
Genre : Masculin
Orientation sexuelle : Pansexuel
Groupe : Aogiri
Rang : B
Surnom : Lust (Merci papy 8D)
Kagune : Bikaku
Kakuja : Non

Physique

Lorenzo accorde une importance certaine à son physique. Après tout, comment pourrait-il travailler s'il n'entretenait pas son corps comme il le faut? Bien plus que de par son caractère, c'est charnellement qu'il se doit d'attirer sa clientèle à lui. Le jeune homme culmine aux environs du mètre soixante dix sept et est de corpulence moyenne, ni trop fin ni trop bourru. Une fine musculature se dessine sous sa peau, qu'il entretient régulièrement par ailleurs. Bien dessiné, pas moche à regarder, Lorenzo est beau et il le sait. Il en tire avantage au maximum et n'hésite pas à se montrer. Extraverti c'est un adepte des grandes gestes et des démarches excentriques, le genre de type à toujours se faire repérer où qu'il aille. Il est globalement très expressif corporellement même si à la longue ça peut finir par agacer.

Malgré ses origines presque méditerranéennes, le teint de Lorenzo est blanc comme neige. Il prend difficilement des couleurs et ça lui va très bien comme ça, préférant avoir la peau bien blanche plutôt que tannée. Les traits de son visage sont fins, presque semblables à ceux d'une poupée. Ses yeux sont d'un beau vert émeraude et par ailleurs on pourrait presque croire qu'il possède des yeux de chat, de par leur forme et leur couleur. Il sourit également en quasi permanence, généralement d'une façon qui traduit directement sa personnalité, soit des sourires malicieux ou fourbes. Ses cheveux sont mi-longs, bruns et un véritable champ de bataille sur sa tête, comme s'il prenait à peine le temps de les placer. Parfois quand il a assez de longueur il les attachera en partie afin de ne pas être trop gêné avant de se lasser et les couper de nouveau plus court.

Pas compliqué vestimentairement, Lorenzo est adepte du street style ou du look étudiant bien qu'il n'en soit plus un depuis belle lurette. Les couleurs qu'il porte sont sobres, souvent du blanc, du noir et quelques teintes de vert et d'orangé. En opposition à son comportement excentrique il ne s'habille pas de façon voyante. A part lorsqu'il prend le rôle de Lust, la goule traquée par le CCG. Son costume dans ces moments est composé de cuir. Une combinaison de cuir noir, généreusement ouverte sur son torse et jusque sous le nombril. Cette combinaison est recouverte de sangles, notamment autour de ses bras, de ses jambes et de son cou. Son masque est de même composé de nombreuses sangles, ne laissant deviner que sa bouche et un seul de ses yeux.

Le kagune de Lorenzo est de type Bikaku et ressemble par conséquent à une sorte de queue à la couleur rougeoyante. Le brun utilise le sien comme un fouet ou comme une rapière.

Caractère

Lorenzo porte la fourberie sur sa tronche, c'est un fait. Ce garçon est un manipulateur né et a le diable au ventre pour ainsi dire. Il aime braver les interdits et a tendance à faire le contraire de ce qu'on lui dit. En bref si on lui dit qu'il y a une fosse remplie de serpents à 300 mètres, il ira voir juste par goût du danger et curiosité et tant pis s'il se met en danger. Le pire dans tout ça, c'est qu'il déteste être blessé, parce qu'il est très narcissique. Monsieur se trouve beau et attirant sans chercher à le cacher alors le toucher ou juste l'égratigner peut vite devenir un incident diplomatique. Sans déconner, des têtes ont volé à cause de ça, parce que Lorenzo se sera fait "défigurer". Il a de plus la rancune facile et n'oublie pas les affronts qu'on lui fait, finissant toujours par réussir à se venger. Peu importe le temps qu'il y mettra et les méthodes qu'il emploiera, l'italien trouvera toujours la bonne vengeance à accomplir, que ça implique faire mourir quelqu'un ou juste détruire sa vie.

La jeune goule est sadique. Tellement sadique que voir souffrir quelqu'un est limite un de ses fantasmes, trouvant ça "terriblement sexy" selon ses propres mots. Il n'est pas tant violent que ça pourtant, préférant les attaques en traître que les coups offensifs directs et virulents, mais voir quelqu'un subir la douleur même lorsqu'il ne l'attaque pas directement réveillera ses ardeurs si on peut dire. Il voudra inévitablement voir plus de souffrance, en rira et s'en amusera comme un enfant. En revanche, il n'aime pas la voir dirigée vers lui, tout du moins pas trop. Souffrir lui même a ses limites et quand on les franchit il ne faut pas s'attendre à ce qu'il soit un Bisounours. Ca a à voir avec son narcissisme puisqu'il n'aime pas finir défiguré, même s'il sait qu'il sera capable de régénérer ses mutilations.

Lorenzo ne serait pas connu sous le nom de Lust si la luxure ne faisait pas partie de son tempérament. Gigolo à temps partiel et parfois escort-boy, il est très porté sur les plaisirs sexuels et n'en a jamais assez. Il en connaît un rayon, parfois même des trucs sur lesquels on se demande s'il est vraiment sain d'esprit. Infidèle, il est incapable de rester dans une relation stable plus de quelques jours tant il aime aller voir à droite et à gauche pour trouver de la nouveauté et de la fraîcheur comme il dit si bien. Le jeune homme est également quelqu'un de très moqueur et de chiant, qui apprécie faire tourner les gens en bourrique. Qui aime bien châtie bien comme on dit, mais Lorenzo, avec son diplôme d'emmerdeur professionnel, est parfois difficilement supportable. Il est collant, chiant, opportun et clairement provocateur. Même s'il n'a pas d'ennuis, Lorenzo sera le genre à les faire venir à lui et, comble de la chance il faut croire, réussira toujours plus ou moins à s'en sortir, même si rien n'exclut qu'il finira par se prendre une branlée monumentale un de ces jours.

Lorenzo est également quelqu'un qui aime rassembler des informations et des ragots sur les personnes autour de lui. Il a toujours une oreille qui traîne ou le don de poser subtilement les questions qui l'intéressent pour en obtenir les réponses et il n'est pas rare qu'il connaisse des choses sur vous la première fois que vous le rencontrez alors que vous ne le connaissez ni d'Eve ni d'Adam. Le jeune homme s'en amuse beaucoup et sait en prendre avantage d'ailleurs, vu que ça lui procure un sentiment de puissance temporaire. Il lui arrive également d'aller revendre ses infos aux yakuza, parfois sous couvert au CCG. Disons que les Colombes ne le dérangent pas mais qu'il ne les apprécie pas pour autant. Lorenzo sait cohabiter avec les humains et part rarement dans des massacres d'envergure qui le font repérer. Il n'en voit pas l'intérêt et préfère largement agir en fourbe et faire des coups bas plutôt que d'attaquer directement.

Véritable chat errant, le brun ne loge nulle part de précis. Il vit au jour le jour, ira crécher chez ses clients souvent ou dans le pire des cas passera la nuit à écumer les bars et autres établissements nocturnes, parfois peu recommandables. Il est solitaire au fond et est inaccessible pour qui que ce soit, qu'il s'agisse d'amis ou de conquêtes. Bien qu'il soit un dragueur, Lorenzo n'est pas très doué avec les sentiments véritables et préfère les éviter pour ne pas se faire de mal, en partie parce qu'il en a déjà souffert par le passé. Il sait cacher son mal être derrière ses conneries et son insolence qui ne sont qu'une façade, un mécanisme de défense qu'il a développé au fil des années. Si d'aventure on venait à briser sa carapace, on trouverait à la place de la personne détestable une âme qui se demande encore qu'elle est sa place dans ce monde. Il ne l'a jamais réellement trouvée et se sent à part, hors du cadre social et pas seulement parce qu'il sait qu'une goule aura du mal à s'intégrer à la société humaine. Il a toujours eu cette impression depuis qu'il est tout jeune. Mais il est trop fier pour en parler et jamais ne le laissera transparaître.

Histoire

Vêtu de haillons, sale de la tête aux pieds, le petit garçon était assis sur le pas de porte d'un magasin abandonné dans la grande ville de Florence. Il n'avait pas plus de 8 ans et semblait bien mal en point et triste. Ses yeux verts étaient ternes  et ses cheveux bruns emmêlés. Il tendait la main devant lui, tête baissée et silencieux, quêtant pour un peu d'argent afin de se permettre notamment de trouver un toit où dormir cette nuit. Parfois on lui laissait de la nourriture dans la main, pas de l'argent. Mais il n'en avait que faire de la nourriture, ce n'était pas ce qui lui importait le plus. Il ne pouvait pas manger de nourriture normale en tant que goule, alors il jetait ce qu'on lui donnait ou le laissait aux chats et chiens errants du coin.

Une voix l'interpella et une ombre se dressa devant lui. Un policier visiblement bienveillant, qui venait lui demander ce qu'il faisait ici en pleine nuit et dans un tel état. Effrayé, le petit garçon prit la fuite en prétextant devoir rentrer chez lui parce qu'il était effectivement tard. Trottinant avec difficulté, il se hâta de disparaître dans la foule des grandes artères de la ville. Alors qu'il avançait en jetant des regards inquiets autour de lui, il commença à se remémorer qui il était et comment il en était arrivé à faire la manche en pleine rue comme ça.

Il s'appelait Lorenzo et ses parents sans le sou et vagabonds avaient été tués il y a quelques mois par le CCG italien. Se doutant du triste sort qui les attendaient probablement, ils avaient réussi à cacher leur fils juste à temps, avant de se faire massacrer. Le petit Lorenzo les avait vu mourir, ce qui l'avait profondément traumatisé. Il n'avait pas compris pourquoi on était venu s'en prendre à ses parents. Et comme ils n'avaient presque rien et vivaient déjà difficilement, ils laissèrent derrière eux leur enfant dans la misère, devant se débrouiller par ses propres moyens pour survivre.

Une bousculade le fit revenir à la réalité, suivi d'injures en tout genre. Surpris par tant de violence, il demeura tétanisé et tremblant, levant lentement la tête vers celui qui ne cessait de lui hurler dessus. C'était un homme bourru en costume trois pièces, l'air menaçant et loin d'être aimable. Lorenzo avait l'air minuscule et tellement chétif à ses côtés que ça l'effrayait davantage. Des passants commencèrent à se tourner vers eux, certains cherchant à calmer le type que le petit garçon avait bousculé. Il profita de l'instant pour prendre la fuite aussi vite que ses petites jambes le lui permettaient. Cependant sa fuite fut de courte durée puisqu'il se retrouva soudainement soulevé avec force du sol par ses vêtements usés. Paniqué, Lorenzo commença à se débattre, geignant et pleurant tout en essayant de griffer le bras qui le soulevait comme s'il ne pesait rien. C'était toujours le type qui l'avait bousculé, visiblement il était très rancunier, surtout envers un enfant. Les larmes lui montaient aux yeux tandis que le type bourru l'entraînait dans une rue à l'écart, visiblement animé de mauvaises intentions.

Mais Lorenzo ne voulait pas se laisser faire. Il avait peur certes, mais il ne voulait pas se laisser faire. Il voulait vivre, survivre sinon ça n'aurait servi à rien que ses parents le sauvent il y a quelques mois. Pris d'une poussée d'adrénaline, ses yeux changèrent de couleur et le bas de son dos commença à lui faire mal tandis que son kagune se générait pour la toute première fois. Le long appendice surprit le type qui n'eut pas le temps de réagir et se retrouva avec un bras sectionné, tandis que Lorenzo tombait lourdement au sol en se retrouvant douché par une pluie de sang. Prostré au sol, son kagune toujours déployé, il fixait avec terreur l'homme s'agiter dans tout les sens en hurlant et en tenant son bras qui se vidait continuellement de son sang. Lorenzo n'avait pas compris ce qui s'était passé, il n'avait jamais tué avant, ne se nourrissant que sur les cadavres de sans-abris qu'il trouvait occasionnellement dans la rue. Il ne réagit pas plus lorsqu'un autre type se présenta dans la ruelle; plus jeune que celui qui l'avait attaqué, peut être pas plus de 25 ans. Il avait l'air étonnamment plus calme également. Il s'approcha du petit garçon en souriant et en ignorant l'autre qui se mourrait lentement.

"Comment t'appelles-tu, petit?"

"Putain boss éloignez-vous! Regardez ce qu'il m'a fait!", réussit à joindre celui qui s'avérait être l'un de ses sous-fifres.

Terrifié Lorenzo ne répondit rien. Le jeune homme se tourna vers la montagne de muscle en souriant et en portant une main à sa ceinture.

"Mais non mais non, il ne fera plus rien tu as vu comme il a peur? C'est grâce à toi qu'on peut enfin approcher une goule, même aussi jeune, Philippo. En revanche... Toi tu ne seras plus d'aucune utilité à la famille dans ton état."

Il dégaina un pistolet muni d'un silencieux et tira une balle dans le crâne de la montagne de muscles sans autre forme de procès ni lui laisser le temps de réaliser. Tremblant, Lorenzo tenta de s'enfuir à nouveau, mais ses jambes n'arrivaient même plus à le porter. L'autre homme en profita pour lui barrer la route, tout en pointant le canon de son arme vers lui.

"Pas si vite toi~ Tu n'as pas répondu à ma question... C'est quoi ton nom?"

Bien qu'il savait qu'il n'aurait pas de mal à le tuer s'il l'avait voulu, la jeune goule était trop effrayée pour daigner faire quoi que ce soit à cet homme. Evitant son regard, il lança d'une toute petite voix:

"L-Lorenzo..."

"C'est mignon~ Mon petit Lorenzaccio, tu vas venir avec moi. Ne t'inquiète pas, je ne te ferais rien. Je veux juste te donner un but et une raison de vivre, tu l'obtiendras en restant avec moi. Après tout tu n'as rien à perdre vu ton état actuel n'est-ce pas?"

Le petit garçon ne répondit rien. Cette nuit là dans la ville de Florence, il prit la décision de suivre un homme étrange et probablement peu recommandable. Une décision qui allait effectivement changer sa vie.

--------------------------------------

Cinq ans avaient passé depuis que Lorenzo fut "adopté". Il avait très vite appris que c'était un héritier de la mafia florentine qui l'avait recueilli, un homme fortuné qui serait bientôt à la tête d'une organisation influente dans la région. La mafia du coin était d'ailleurs composée de goules et d'humains sans distinction, chose qui mit le jeune garçon un peu plus à l'aise lors de son arrivée. Ces cinq années furent relativement calme pour lui d'ailleurs. Il était logé, nourri, scolarisé aux frais de la mafia, ainsi personne ne pouvait rien lui dire. Son sauveur quant à lui insistait pour que le brun le considère comme son père, même si Lorenzo y rechigna au début. Il n'avait eu qu'une famille à ses yeux et un étranger ne remplacerait jamais son véritable père.

Cette période calme fut l'occasion pour lui de rencontrer également une de ses seules amies de l'époque. Elle faisait partie d'un cirque ambulant et malgré le fait que leur rencontre ne dura pas plus d'une après-midi, ils avaient pu discuter et partager ce qu'ils avaient sur le coeur. Au final s'ils s'entendaient aussi bien c'était parce qu'ils avaient énormément en commun. Un passé compliqué et un destin incertain. Le lendemain, la jeune fille était partie avec sa troupe de cirque et jamais Lorenzo ne la reverra.

C'est à ses 15 ans que le destin du désormais jeune adolescent commença à se dessiner. Son sauveur commençait à lui apprendre doucement les ficelles du métier de mafieux, à commencer par la hiérarchie, les règles à respecter et les choses à ne jamais faire sous peine de se faire éliminer. Bien qu'ayant déjà tué, Lorenzo assista à l'âge de 16 ans à sa première torture et ce non sans mal tant il était un garçon timide et facilement apeuré à l'époque. On lui fit manier des armes également et on l'initia aux différents trafics de la mafia. Ce fut quelques temps après qu'il débuta en tant que gigolo et accessoirement informateur pour son patron.

Disons que son sauveur s'était aperçu de la répulsion que pouvait avoir Lorenzo envers la violence. Aussi lui proposa-t-il une fonction moins contraignante et qui l'introduirait petit à petit à la violence mais qui en même temps serait profitable à la famille. Lorenzo fut confié à une maison close appartenant à la mafia de Florence au sein de laquelle il apprit les ficelles du métier. Il ne lui fallut pas plus d'un an pour se faire à sa nouvelle fonction et pour qu'il commence à changer. A vrai dire Lorenzo trouvait parfaitement sa place dans le domaine de la prostitution et les plaisirs charnels étaient quelque chose d'extrêmement agréable pour lui. Il devint alors rusé et manipulateur, faisant des clients des ennemis de la mafia pour leur soutirer des infos à revendre au patron. Mais plus le temps et les années passaient, plus il devenait intenable.

Devenant comme fou, il finissait par dévorer ses clients pendant qu'ils prenaient leur pied. Un étrange fétiche de sa part? Certainement. Une chose était sûre, c'était que cet étrange fantasme de sa part s'intensifia de plus en plus. Au point  où le parrain de la mafia jugea préférable de devoir l'éliminer. Mais ces quelques années de débauche avaient permis à Lorenzo de s'affirmer et de changer caractériellement, aussi élimina-t-il sans aucune pitié les hommes qui furent envoyés pour le tuer. En représailles, il tenta même de s'en prendre directement à la famille, mais le cher sauveur de son enfance tenant fortement à la vie lui proposa un deal afin de garder la tête sur les épaules. Lorenzo devait les laisser vivre mais gagnerait le droit de travailler pour la mafia de Florence avec des yakuzas auxquels elle était affiliée au Japon. Au moins selon les dires du boss, il aurait tout le loisir de s'amuser comme il le désirait.

Lorenzo accepta sans rechigner à la surprise générale. D'une certaine façon ça lui permettrait de changer d'air mais aussi de s'amuser un peu avec la police des goules nipponne dont il avait déjà entendu parler ici en Italie. La semaine suivant ce petit incident, Lorenzo se trouvait dans un avion en direction de Tokyo. Une fois sur le sol japonais, il fut mis en contact avec quelques yakuzas qui connaissaient le clan mafieux florentin et commença à travailler pour eux. Ca va faire trois ans qu'il est installé ici et bien qu'il ait de la difficulté avec la langue locale, Lorenzo arrive à se faire comprendre et à se faire un nom petit à petit parmi la pègre japonaise.

Pseudo : J'aime
Âge : très
Comment es-tu venu ici ? : beaucoup
Tes impressions : fort
Code du règlement : les
Une dernière pour la route : PASTAS 8D


_________________
N'OUVREZ PAS LA PORTE OUATE DA PHOQUE (En gros clique à tes risques et périls /pan/)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» LORENZO SPERLONGA
» Eva « Please don't see just a girl caught up in dreams and fantasies
» Nymeria ∞ Please don't see just a girl caught up in dreams and fantasies
» Dans la brande Scylléenne [Ernst]
» Lorenzo HERCOLANI [Ils les auront, leurs frites]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Avant-propos :: ► Papiers s'il-vous-plait :: Aogiri-
Sauter vers: