Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Toi Abel, moi Caïn, nous parler [PV Abel /PAN]

 :: Zone RP - Tokyo :: ► Quartiers Sud :: District 17 - Setagaya Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 10/02/2015
Jeu 29 Déc - 14:08
837 mots
dialogue en #663399
pensées en italique
Toi Abel, moi Caïn, nous parler
Ce qui est chiant quand on est propriétaire, c’est de payer toutes sortes de charges, surtout quand tu n’as pas un rond. Alors il faut improviser, et si on n’arrive pas à gruger, eh bien il faut bosser. Alors c’est ce que tu fais, tu bosses. Pour payer l’électricité, le gaz, l’eau, bref toutes ces consommations de merde qui coûtent de l’argent et ça revient à l’État, et ainsi de suite dans un cercle vicieux. C’est tout con le système, mais il faut savoir le contourner. Quand on ne travaille pas, bien souvent on ne fait rien de ses journées. Cela dit, tu as réussi à trouver une activité pour ne pas mourir d’ennui, parce que tu l’avoues, tu ne travailles pas. Tu as arrêté les études alors que tu aurais continuer les études de médecine, mais bon il faut croire que tu as trouvé d’autres activités.

Ce que tu fais, c’est dessiner. Dessiner, dessiner, dessiner. Après tu te contentes de vendre ce que tu as dessiné, peint, à des prix coûtant. Tu recherches d’abord des acheteurs, et ensuite tu vendais. C’est tout un commerce dont tu es particulièrement fier. Quoique tu ne rejetais pas l’idée d’aller braquer une banque un jour, un de tes buts dans la vie. Mais pour l’instant, tu avais d’autres projets en tête. S’il y a une chose que tu adores faire, c’est de savoir ce qu’il se passe dans Tokyo. Oui, dans Tokyo et pas à Tokyo, parce que tu cherchais toujours les conflits internes de la capitale, les choses exaltantes qui te font passer généralement une bonne journée.

Alors en sachant ce qu’il se passait dans les rues de la capitale, tu avais entendu parler de cette goule qui s’était échappé il y avait de cela un certain temps. Une goule dénommée Abel. Cela avait titillé ta curiosité puisque tu t’appelais Caïn, et qu’Abel et Caïn étaient des frères dans la Bible. Donc quelque part, c’était ton frère biblique… Qu’il fallait que tu tues pour respecter le premier meurtre de l’histoire. Mais nous ne sommes pas dans la Bible, et tu étais simplement curieux. Tu voulais voir de tes propres yeux cette goule qui s’était échappée de Cochlea, une prison hautement gardée. Cela t’impressionnait quelque part, puisque peu de gens arrivaient à sortir, alors il méritait que tu t’y intéresses !

C’était certain que ça allait t’intéresser dans tous les cas. Tu ne faisais aucune distinction entre les humains et les goules, tu les mettais tous au même niveau, pourtant… Eh bien tu exécrais encore plus ceux qui mettaient les goules en prison. Même toi tu ne comprenais pas pourquoi ça te faisais cette impression, mais en y repensant bien, oui, cela t’énervait bel et bien. Sans doute te donnais-tu bonne conscience à tenter de défendre une cause alors qu’au fond, tu tuais sans te poser trop de questions. Mais tu étais curieux ! Comment c’était la prison là-bas ? Comment s’était-il enfuit ? Tu avais envie de savoir ! C’était décidé, tu irais à l’encontre de cette goule.

Tu quittas ton chez toi pour des rues toujours aussi bondées. Ce que tu détestais ces périodes d’affluence où tout le monde était de sortie, à croire qu’ils s’étaient tous passés le mot. Pourtant il fallait que tu gardes ton calme. Après tout un sourire était toujours bien accueillit, du moins de ce que tu voyais, alors tu garderais le sourire en maudissant la personne jusqu’à ce que mort s’en suive pour ladite personne. Cependant, ton attention était attirée avec ce que disaient des badauds, comme quoi une goule aurait encore fait un carnage dans Tokyo… Tout cela était fort appréciable, il fallait juste que tu trouves cette fameuse goule. Si les simples passants en parlaient, alors tu ne devrais pas avoir trop de difficultés. Cela dit, tu te renseignas sur la localisation de ta cible, et tu t’y dirigeas tranquillement. Tiens, pour une fois que tu ne tuais pas quelqu’un pour le remercier, c’en était troublant ! Parce que tu avais l’esprit trop occupé pour faire autre chose. Cela t’arrivait, de temps à autres, d’être trop absorbés par tes pensées pour faire autre chose.

Tu sentais la fameuse goule, mais aussi l’odeur du sang. Visiblement, il n’avait pas perdu de temps, et toi non plus puisque tu te mis activement à le chercher, restant sur tes gardes. Tu connaissais la dangerosité de cet individu pour en avoir bien entendu parler. Dans tous les cas, tu ne te laisserais pas faire mais évitons une attaque surprise douloureuse. De plus, il fallait faire attention, au cas où des Colombes se baladeraient dans le coin, alors une double précaution.

A force de marcher, tu en avais marre. Enfin, tu en avais marre jusqu’à ce que tu vois une silhouette massive et tu te demandas si c’était enfin le type que tu cherchais. Il t’aura fait te balader celui-là ! Mais tu finis par sourire en penchant la tête.


« C’est toi Abel, la goule dont tout le monde parle actuellement ? »
sous-titre

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Abel
Rang indéfini || Daanav
avatar
Messages : 121
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 20
Jeu 29 Déc - 22:22

ft. Caïn Winchester

ft. Abel

「 Toi Abel, moi Caïn, nous parler 」
Tuer.
Tuer.
Tuer.

Sang, rouge, sang, tuer, encore et encore...

Tu t'acharnais sans pression sur le cadavre d'un humain fraîchement tué, le poignardant sans pitié avec une dague fabriquée à partir de ton kagune. Tu te trouvais à cheval sur ta victime, étendue dans une mare de sang qui ne faisait que s'étendre sur le pavé. On venait à se demander d'ailleurs si cette pauvre personne fut réellement humaine à un moment donné tellement tu l'avais amoché. Ce n'était plus qu'un amas de chair difforme dont le visage n'était même plus reconnaissable. Et toi Abel tu continuais de frapper, encore et encore sans t'arrêter. Tu l'avais juste tué pour le plaisir de tuer en plus ce pauvre homme, ton appétit étant satisfait depuis quelques jours déjà. Tu n'avais pas besoin de chair fraîche, mais ta soif de sang était insatiable. Et tu te devais de la satisfaire. Plus le temps passait, plus ton mouvement se faisait machinal tandis que tu te remémorais comment tu en étais arrivé là.

Te retrouver lâché dans une ville que tu ne connaissais pas t'avais perturbé au début. Tu avais réussi à briser le rempart qui se dressait contre toi, en prison et d'un coup tu t'étais retrouvé aveuglé par une lumière naturelle dont tu n'avais plus l'habitude depuis longtemps. Tu n'avais pas cherché à comprendre cela dit et tu t'étais évanoui dans la nature avant que qui que ce soit ne puisse te rattraper. Tu avais alors erré, déboussolé par toutes ces choses, tout ces sons qui t'étaient inconnus. Les gens parlaient la même langue que ceux qui t'ont gardé prisonnier et enchaîné pendant ces longs mois, tu ne comprenais rien, tu ne savais pas où tu avais atterri exactement et ça avait fini par te mettre dans une colère noire. C'est là que tu avais ton plus gros massacre depuis des années. Des douzaines de civils y étaient passés en l'espace de deux heures avant que tu ne disparaisse à nouveau dans la nature. Même si tu étais en colère Abel, tu ne tenais pas à retourner dans cette prison de si tôt. Alors tu avais cherché à être plus discret, bien que tu continuais de tuer n'importe qui se mettant en travers de ton chemin. Des humains, des goules (bien que tu ne comprenais pas encore qu'elles étaient de la même espèce que toi),... Tu avais pris goût à la chair de ces dernières d'ailleurs. Au début immonde, tu commençais à l'apprécier comme n'importe quelle autre viande.

Tu finis par arrêter de poignarder ta victime comme un forcené mais garda le regard rivé sur ton oeuvre. Te défouler faisait un bien fou, mais tu n'en avais jamais assez. En te relevant, tu jetas un oeil à la cape de fortune que tu avais faite avec un drap, histoire de ne pas te faire repérer trop vite. Le tissu blanc avait viré au pourpre et au marron sale à force de baigner dans le sang des victimes que tu faisais. Ca ne te déplaisait pas cela dit. Le rouge était certainement ta couleur favorite. La dague dans ta main se désagrégea, tombant en petit cristaux dans la bouillie informe que tu venais de faire avec ta victime puis tu fis demi-tour, retournant errer dans les ruelles avec la ferme intention de faire de nouveaux morts.

Le silence était seulement troublé par les bruits de circulation non loin et quelques sirènes auxquelles tu étais attentif. Tu essayais de localiser leur position à l'oreille pour t'assurer que tu n'étais pas en danger immédiat et tu adaptais parfois ton trajet selon l'endroit duquel le son provenait. A force d'errance dans les rues les moins fréquentées, tu finis par tomber sur ta prochaine victime. Une femme cette fois. Elle arrivait face à toi et s'était retrouvée tétanisée en te voyant, toi le géant couvert de sang à l'air menaçant. Tu avais continué à approcher, les griffes de ton Ukaku se déployant lentement dans ton dos tandis que l'une d'elle prenait la forme d'une nouvelle dague que tu arrachas sans même ciller. La femme n'avait toujours pas bougé et ce ne fut que lorsqu'elle se rendit compte du danger immédiat que tu représentais qu'elle tenta de fuir. D'humeur sadique, tu la laissas courir un peu, lui donnant un maigre espoir. Puis lorsqu'elle disparut au coin de la ruelle, tu piqua une pointe de vitesse, la rejoignant en quelques secondes à peine. Sa mise à mort fut rapide, sanglante. Tu lui avais tranché la tête de façon nette et précise avec un coup bien placé. Une pluie de sang s'abattit sur toi, tandis que la tête fraîchement coupée roulait plus loin sur le pavé. Le corps s'affaissa lourdement, encore secoué de spasmes et répandit son liquide pourpre par terre tandis que tu allais ramasser ton trophée. Tenant la tête à bout de bras tu observais l'expression de terreur resté gravée sur les traits de la femme même dans la mort. Ca ne te faisais ni chaud ni froid.

Tu t'apprêtais à amocher ce visage figé dans une expression terrifiée quand une nouvelle odeur se mêla à celle du sang et de la peur encore présente de ta victime. Une odeur qui mélangeait étrangement les deux choses que tu chassais en ce bas-monde, à savoir goules et humains. Tu émis un grognement sourd avant de lâcher ton trophée et te tourner dans la direction d'où te venais l'odeur. Très vite tu vis une autre personne apparaître, un homme avec des yeux de couleurs différentes, une coupe étrange et d'un point de vue général une aura qui ne te plaisait pas. Tu essuyas d'un revers de bras le sang sur le bas de ton visage tandis que la voix du type résonnait dans la ruelle. Tu connaissais la langue qu'il parlait. C'était celle des soldats où tu étais avant et dont tu connaissais quelques rudiments. Forcément tu te retrouvas à faire le lien. Il connaissait ton nom actuel, il parlait une langue que tu connaissais,... Dans ton esprit, il était là pour te reprendre ta liberté et t'empêcher de tuer. Tu émis un grognement sourd, colérique, tandis que ton expression se faisait plus intimidante. Puis tu t'approchas d'un coup de l'homme aux yeux hétérochromatiques avant de l'attraper par la gorge et serrer, juste assez pour ne pas pouvoir se défaire de ta prise.

"Si moi dire oui... Quoi toi faire?"

Tu n'aimais pas parler Abel. Tu ne savais pas trop comment faire premièrement et ton vocabulaire était limité. Tu en avais tellement peu l'habitude que ta voix sonnait rauque, très grave et caverneuse. Il n'y avait que cette femme en prison avec qui tu avais accepté de parler. Mais elle n'était plus là alors tu n'en voyais plus l'utilité. La parole ne te servait à rien et ne t'avais jamais servi de toute façon. Tu grognas de plus belle et approcha ton visage de celui de l'homme l'air rempli d'animosité et de sauvagerie contenue puis tu le traînas face à ton récent massacre en le forçant à regarder.

"Moi te tuer comme elle si toi soldat. Compris?"

Tu espérais que c'était compris. Tu te retenais à grand peine de laisser libre court à tes pulsions de meurtre à nouveau. Après tout, tu enserrais la gorge de cet homme d'une main. Un peu de pression et tu pouvais briser sa nuque.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 10/02/2015
Jeu 29 Déc - 23:51
1084 mots
dialogue en #663399
pensées en italique
Toi Abel, moi Caïn, nous parler
De loin, Abel semblait imposant. De près, Abel était vraiment très imposant. Du haut de ton mètre soixante sept, tu te sentais… Relativement petit, encore plus que d’habitude. Enfin, on dit que la petite bête ne bouffe jamais la grosse mais dans ton cas, si la grosse bête continuait, la petite allait lui éclater la tronche façon carpaccio. Tu ne t’attendais pas à ce qu’il soit aussi rapide, et sa poigne était forte. Alors lorsque tu sentis ses doigts serrer ton cou, tu avais juste l’impression qu’il allait te briser la nuque aussi facilement que tu shootais dans un pigeon. Pourtant tu étais vexé. Peur ? Abel ne te faisais pas peur, loin de là. Cela te vexait qu’on te traite de la sorte. Tu n’étais pas un modèle de gentillesse mais avant d’embrocher, tu charmais. Un minimum de civilité tout de même.

Ceci étant, tu étais quand même fier d’avoir parlé naturellement anglais puisque ce sauvage te répondais. Avec des mots simples, des phrases qui ne contenaient aucune syntaxe, sans conjuguer un verbe… Bref, avec des phrases plutôt primitives, ce qui t’étonnait assez d’ailleurs. Tu avais envie de te moquer, parce que c’était ridicule, mais tu évitais de le faire car ce type avait sa main autour de ton cou et qu’il semblait prêt à en découdre. Il y avait aussi autre chose. Comment une personne pouvait perdre toute sa civilité au point d’agir comme ça ? Décidément, Abel était plus intéressant que ce qu’il pensait à la base. Tu avais un petit sourire crispé lorsque la goule approcha son visage du tien, et avant que tu ne te demandes ce qu’il allait faire, il te fit voir son œuvre, et ton sourire s’élargit de manière sinistre.


« Bien. Fini de jouer Pocahontas. »

Tu attrapas sans prévenir le poignet de la goule pour le briser d’un mouvement brusque, et lui faucher les jambes dans l’optique de le faire tomber. Ton œil était noir avec la pupille toujours rouge. Tu fis quelque mouvement de tête en te massant le cou, imaginant sans problème la belle marque qu’Abel avait sûrement laissé. En même temps que cela, tu avais reculé mais tu ne lâchais pas la goule des yeux. Il était trop imprévisible pour que tu relâches ton attention. Tu poussas cependant un soupir en fermant les yeux, ton œil reprenant la teinte rouge de tous les jours.

« Tu me fais mal, je te fais mal aussi, ça n’ira pas plus loin que ça. Et sache que ton petit massacre ne me fait ni chaud ni froid. Je fais pire. Je le montre à tout le monde. »

Tu lui disais ça en souriant, sans te montrer hostile. Tu réagissais juste à ce qu’il te faisait, sans plus. Tu le comparais volontiers à un animal blessé, sur la défensive qui cherchait uniquement à se défendre d’un inconnu qui s’approchait. Tu ferais probablement la même chose, alors… Est-ce que tu pouvais lui en vouloir ? Oui, tu avais envie de le tuer parce qu’il venait d’attenter à ta vie, lui arracher cette main pour lui enfoncer profondément dans la gorge et le voir s’étouffer. Oui, ce serait plaisant, mais tu réservais ça à une autre personne, un autre jour.

« Je suis pas un soldat. Je m’appelle Caïn, et je suis aussi recherché par les gens qui t’ont enfermé, alors je ne ferais rien contre toi. »

Tu cherchais d’abord à le calmer. Peut-être que parler du fait que tu étais l’une des goules à abattre le calmerait ? Ou alors serait-il encore un peu plus méfiant et ne le croirait pas ? Après tout, tu débarquais comme ça et tu pouvais lui faire croire n’importe quoi. Ce que tu aurais fait en temps normal, les goules de Cochlea il fallait les achever parce qu’elles étaient totalement folles, mais elles l’étaient avant donc ça ne changeait pas grand-chose, ça empirait seulement. Tu n’avais pas peur de lui, tu restais calme et confiant. S’il t’attaquait, alors tu saurais lui répondre et pas de la manière la plus sympathique qui soit. Tu t’approchas de lui, pour le contourner, et te pencher sur la charpie qu’il avait laissé derrière lui. Tu vis que la tête était encore intacte, alors tu souris et la pris dans tes mains, avant de plonger tes doigts dans l’un de ses yeux morts pour les lui retirer dans un mouvement précis et vif, tout en fixant Abel, jouant avec l’orbite répugnant.

« Je ne suis pas venu pour me battre, j’aurais fait autrement si ç’avait été le cas. »

De nouveau tu souris en serrant ta main pour écraser l’oeil entre ses doigts, laissant dégouliner un liquide répugnant le long de ta main et de ton bras, avant d’écarter ledit bras et l’autre dans une position vulnérable, même si te défendre avec ton kagune était totalement instinctif, mais tu voulais le tester, voir comment il allait réagir à la provocation. Non, ce n’était pas de la provocation, mais une invitation. Une invitation à essayer de te tuer, pour voir à quel point son humanité était perdue, ou s’il était attentif à ce que tu avais dit plus tôt.

« Mais si tu souhaites me tuer parce que je représente une menace, vas-y. Après tout, je t’ai brisé le poignet, j’aurais pu faire pire. ~ »

Un tas de muscles ne t’impressionnait pas, tu le regardais, les bras toujours écarté. Aucune arme dans tes mains, il ne savait pas de quoi tu étais réellement capable, et même si l’odeur alléchante du sang frais à quelques centimètres de toi te faisais vraiment envie, il fallait que tu attendes. Ne pas quitter Abel des yeux, se tenir prêt. Quel type de kagune il avait ? S’il était à Cochlea de ce qu’il avait entendu, c’est qu’il devait être vraiment dangereux le bougre, et s’il avait réussi à s’enfuir, il n’était décidément pas mauvais. Pour t’attraper par la gorge aussi sans que tu réagisses dans un premier temps, il fallait le faire. Cela faisait longtemps que tu ne t’étais pas fait ouvertement menacer, mais ici c’était différent. C’était bien plus intéressant qu’un vulgaire combat où l’on voulait te massacrer. Souvent c’est es autres qui terminaient en bouillie sanglante, pas toi. Mais ce type, non seulement tu n’avais pas envie de le tuer, du moins pas tout de suite, mais en plus c’était un cas particulier. Et toi, tu aimes savoir les choses, alors tu finirais bien par connaître le pourquoi du comment, il suffisait d’être patient.
sous-titre

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Abel
Rang indéfini || Daanav
avatar
Messages : 121
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 20
Ven 30 Déc - 4:13

ft. Caïn Winchester

ft. Abel

「 Toi Abel, moi Caïn, nous parler 」
Tu sentis un craquement étrange dans ton poignet. Tu sentais tes os bouger, se briser doucement. Tu n'avais pas mal, loin de là, mais ça t'avais énormément surpris. L'homme t'avait dit quelque chose que tu n'avais pas compris et maintenant tu te retrouvais avec le poignet désarticulé et tu ne tenais plus rien dans ta main. Le temps de le réaliser, tu ressentis également un énorme coup dans tes jambes qui visait à te déséquilibrer. Pris par surprise tu titubas et manqua de tomber mais tu te rattrapas en courbant l'échine, posant une main au sol et faisant un salto arrière avant d'atterrir quelques mètres plus loin, un genou à terre. Tu fixas un instant ton poignet brisé avant de le remettre en place d'un coup sec, dans un craquement sinistre. Ta capacité d'auto-guérison allait faire le reste maintenant. Tu jetas ensuite un regard noir à l'homme aux yeux vairons, tout en te remettant debout comme si rien en venait d'arriver.

Tu n'aimais pas ce sourire. Tu n'aimais pas cet homme tout court. Tu avais eu raison de te méfier de son aura quand tu l'avais aperçu et tu aurais dû faire plus attention. Cependant tu ne voyais que de la provocation dans son comportement et ça t'agaçais de plus en plus. Il te faisait mal par ce que tu lui faisais mal et n'était pas impressionné par la façon dont tu tuais. Ca te mettais en rogne, et tes pulsions de meurtre revenaient au galop. Tu rêvais de lui arracher la tête et les membres un par un, de voir son sang couler entre tes doigts tel une cascade pourpre. Le faire mourir de tes mains serait une douce victoire. Personne avant lui n'avait pu te tenir tête, mis à part les soldats américains et les personnes qui te géraient en prison avant que tu ne réussisses à fuir. Il méritait donc que tu t'occupes personnellement de son cas.

Il te disait ne pas être un soldat et être recherché par les mêmes personnes que toi. Avais-tu envie de le croire? Pas vraiment. Il pouvait mentir, te prendre pour un demeuré et en profiter, tu ne lui faisais pas confiance depuis que tu avais senti sa présence. Tu observais tout ses gestes, le moindre changement de comportement de sa part, tu analysais tout, tu essayais de mémoriser tout, afin de ne pas lui laisser de faille. En revanche, tu n'apprécias pas vraiment lorsqu'il commença à s'amuser avec la tête que tu avais fraîchement décapité. Il jouait avec ta proie, celle que tu avais abattue de tes propres mains et, bien que tu ne comptais pas te nourrir de sa chair, voir quelqu'un s'amuser avec le produit de ta chasse t'agaçait énormément. Ca se voyait et se ressentait, tu étais beaucoup plus nerveux, comme prêt à te jeter à la gorge de cet importun qui jugeait bon s'amuser avec ta victime.

L'homme continuait de te provoquer. Il écartait les bras, en une invitation à l'attaquer. C'était tentant. Très tentant même. Une part de toi voulait se jeter sur lui et le déchiqueter, le réduire en bouillie comme l'homme que tu t'évertuais à poignarder sans relâche un peu plus tôt. Pourtant... Pourtant tout cela te semblait trop simple. Tu observais le type en fronçant les sourcils, l'air méfiant. S'il y avait bien une chose que tu avais toujours retenu, depuis des années, c'était de te méfier de l'eau qui dort. En l'occurence, ton adversaire actuel avait l'air bien sûr de lui pour t'attendre les bras ouverts littéralement. Te jeter au corps à corps avec lui serait une erreur, d'autant plus que tu en avais commis une en l'attrapant par la gorge plus tôt. Il t'avait quand même brisé le poignet et ça faisait bien longtemps pourtant que personne n'avait réussi à te casser quoi que ce soit ou à t'infliger la moindre blessure visible. Tes yeux virèrent au rouge et noir et tu généras alors discrètement dans ton dos quelques petits cristaux de ton kagune, extrêmement fins et coupants tels de petites aiguilles. Il te suffit alors d'un mouvement vif et calculé pour les arracher à ta peau et les lancer sur l'homme aux yeux vairons, toujours sans bouger de ta place. Tu jouais la carte de la distance au cas où, par prudence.

"Toi faire mieux d'arrêter ou moi t'exploser tête contre mur."

Tu généras ensuite complètement ton kagune qui jaillit de tes épaules en formant plusieurs griffes qui s'incurvaient vers l'avant, quasiment comme un rempart aux attaques adverses. Tu gardais de la ressources cependant, afin de pouvoir générer des armes à partir de ton kagune. Après tout, tu savais bien les manier, ce serait bête de ne pas te servir de ce genre de capacités, combinées à la force et à la vitesse. Pourtant il te restait un gros malus dans toute cette histoire, c'était l'épais collier en acier qui continuait de t'enserrer la gorge depuis que tu étais sorti du centre de détention. Toute la volonté du monde ne t'avait permis de le briser (tu avais seulement réussi à te débarrasser de la puce qui aurait facilité ta localisation) et il arrivait que parfois il t'empêche d'utiliser correctement ton kagune en plus d'être lourd à porter et d'entraver certains mouvements. Tu faisais avec mais ça aussi ça t'agaçait, tu ne te sentais pas encore tout à fait libre avec cette chose au cou.

"Toi être quoi si pas soldat? Toi avoir force comme moi."


Cette fois tu généras une courte épée dans ton dos, à la forme très archaïque puisque tu n'étais pas tout à fait concentré en le faisant, mais tout de même assez tranchante et a moins maniable. Tu l'arrachas de ton dos sans ciller avant de faire des moulinets avec puis tu te mis en garde sans lâcher l'autre homme du regard. Tu ne tenais plus à te faire avoir par surprise maintenant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 10/02/2015
Ven 30 Déc - 10:56
1095 mots
dialogue en #663399
pensées en italique
Toi Abel, moi Caïn, nous parler
Tu regardais la goule faire, tu l’observais, tu analysais son comportement, et ce que tu vis était plutôt satisfaisant. Il se contrôlait pour ne pas te sauter dessus et t’arracher la tête, ce qui était un bon point pour lui. Ton adversaire s’était mis en position de défense, et dévoilait même progressivement son kagune. Type ailé, très bien. Ca voulait donc dire que ce poids lourd pouvait aller vite. Très vite même, et se prendre un trente-trois tonnes dans la gueule lancé à pleine vitesse, autant dire qu’il allait le sentir passer. Tu commenças à prendre appui sur tes jambes, prêt à te déplacer si besoin. Tu penchas la tête lorsqu’il te recommanda, assez aimablement tout de même, d’arrêter sous peine de rencontrer le mur avec ta tête.

« Sans façon. »

Ce n’est pas que ça faisait particulièrement mal, c’est surtout que c’était dérangeant et gênant, rien de plus. Donc si tu pouvais l’éviter, ce serait avec un plaisir non dissimulé. Des menaces, encore des menaces, toujours des menaces… Quand ce n’était pas toi, c’était les autres, pas étonnant que tu ne veuilles jamais arrêter par la suite, cela faisait un effet de drogue. Tu regardas le kagune de ton adversaire se former petit à petit. Il fallait avouer que tu étais impressionné. Par quoi ? Par ce type, grand comme un joueur de basket Américain, épais et solide comme un rugbyman et rapide comme un coureur aux Jeux Olympiques sur le 100m. C’est un peu le mélange improbable entre Usain Bolt pour la vitesse, Sebastien Chabal pour la carrure et Michael Jordan pour la taille. Un fameux mélange, tout à fait.

Il s’adressa une nouvelle fois à toi avec son parlé de Cro-Magnon. Ce que tu étais ? En voilà une bonne question. Tu te mis à marcher lentement, fermant ton œil pour le rouvrir, ayant changé de couleur à nouveau, reprenant sa teinte rouge et noire. Tu le fixais. Il avait une façon bien particulière de manier son kagune, et tu devais avouer que cela t’impressionnait tout particulièrement. Abel est un type trop hardcore, dommage que ce soit son ennemi, mais c’est la vie. Il voulait se défendre d’une attaque qui ne viendrait sans doute jamais, tu n’étais pas disposé à te battre. Pour une fois que tu préférais avoir une conversation en bonne et due forme… Tu gardas ton kagune replié pour le moment en haussant les épaules.


« Moitié humain, moitié comme toi. Pas parce que je suis à moitié humain qu’il faut me comparer à eux. C’est vexant. »

Ah non quelle horreur. T’identifier à un humain ? Hors de question. Te comparer à un humain ? Plutôt mourir. C’était déjà assez dur comme ça d’assumer ta partie « humaine », alors que c’était du pipeau, tu pouvais uniquement manger de la chair soit de goule, soit d’humain. Tu les exécrais. En fait, en y réfléchissant bien, tu exécrais beaucoup de monde, si ce n’est tout le monde en réalité. Bon peut-être pas tout le monde, certains devaient sans doute déroger à la règle, comme Abel que tu n’avais pas envie de massacrer actuellement. Puis quelque chose attira ton regard. Un petit détail dont tu ne t’étais pas préoccupé au début parce que tu t’en fichais, mais maintenant que tu regardais bien, il y avait un élément étrange chez lui.

Ce collier, énorme. Tu te disais que tu allais t’effondrer si on t’en mettait un comme ça à cause de ta taille. Mais cela semblait gêner Abel dans ses mouvements. Alors un sourire perça de nouveau tes lèvres en le regardant.


« Je ne doute pas de ta force, tu aurais pu me briser la nuque si tu avais serré un petit peu plus fort. Cela dit, tu n’iras pas bien loin avec ce que tu as autour du cou. »

En même temps que tu disais cela, tu laissas ton kagune sortir enfin, laissant les quatre tentacules qui composaient ton Rinkaku s’étendre derrière toi dans un mouvement de flegme total. Tu étais prêt à l’attaque pour lui faire mordre la poussière et lui faire regretter d’avoir voulu te tuer, mais tes intentions étaient tout autres.

« Crois-tu pouvoir me battre avec ce collier ? Mais je peux toujours essayer de te le retirer. »

Si tu détestais les humains, les goules, bref tous les bipèdes possibles et imaginables, tu aimais beaucoup les animaux en revanche et cela te révoltait à chaque fois de voir à quel point on pouvait mal s’occuper d’un animal. Abel, c’était un peu pareil. Le chien échappé de la fourrière, avec tous les hommes à sa recherche pour le remettre en cage et qu’il ne transmette pas la rage aux autres. Et ça, tu ne le tolérais pas. Personne ne méritait d’être traité comme un animal, aussi connard sois-tu. Le châtiment qui restait était la torture et la mort évidemment, mais pas sur la goule. Plutôt sur les Colombes après un instant de réflexion. Pour l’heure, tu regardais la goule ailée devant toi, prêt à l’attaquer et lui aussi visiblement, même si lui restait sur la défensive.

« Alors, t’es d’accord pour que j’essaye de t’enlever cette… Chose ? Je ferais rien d’autres. Et ensuite je partirais si tu veux. »

Tu comprenais enfin pourquoi tu n’étais pas gentil. Dès que tu te proposais pour rendre un service, on t’envoyait chier. Enfin c’était un cas isolé qui ne reflétait même pas la réalité, mais ça te gavait, et ça ne te donnait surtout plus envie de faire des efforts pour qui que ce soit. Tu regardas la goule, avant de rétracter ton kagune et reprendre une apparence aussi humaine que possible avec ton œil naturellement rouge, et tu lui tournas le dos. Etait-ce une bonne solution, de t’exposer ainsi à ton ennemi ? Tu avais un plan, et tu voulais voir si ça fonctionnait. C’était en quelques sortes de la psychologie inversée, mais il fallait encore voir si Abel serait sensible à cette psychologie inversée, ce qui n’était pas gagné.

« Quoique, autant partir tout de suite si tu persistes à croire que je te veux du mal. »

Tu t’éloignas lentement, les mains dans les poches. Ce n’était même pas une tactique pour le manipuler, enfin cela dit tu auras l’air bien con de t’en aller comme ça. Ca te contrariait surtout de ne pas réussir à en savoir plus pour le moment et tu avais l’impression d’abandonner trop vite alors que ce n’était qu’un repli temporaire et stratégique, et tu allais finir par revenir à la charge. Enfin, tout cela restait à voir.
sous-titre

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Abel
Rang indéfini || Daanav
avatar
Messages : 121
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 20
Mer 4 Jan - 15:27

ft. Caïn Winchester

ft. Abel

「 Toi Abel, moi Caïn, nous parler 」
Tu te crispa davantage en voyant Caïn approcher. Tu étais prêt à toute éventualité, à parer la première attaque pour ensuite contre-attaquer. Tu serrais ton arme bien fort dans ton poing, au point d'en avoir les jointures blanchies et le bras tremblant. Si ton coup partait, vu à quel point tu étais tendu, il n'y avait aucuns doutes que ça ferait des dégâts non négligeable à ton adversaire. Mais étrangement il ne fit rien, resta planté devant toi. Il avait un seul oeil comme le tien, ce que tu trouvais étrange et il t'annonça également qu'il était à moitié humain mais qu'il ne souhaitait pas être comparé à ces proies faciles. Ton expression s'assombrit quelque peu, bien que tu restait complètement sur la défensive.

Tu ne comprenais pas le cas de cet homme et tu pensais même qu'il te mentait en disant qu'il était à moitié comme toi.Il faut dire que tu es ignorant Abel, jamais personne n'a pris la peine de t'éduquer sur les choses de la vie et le monde dans son ensemble. Toi ton monde s'était toujours limité à une cage, une cellule dans laquelle on t'enfermait et de laquelle on te sortait pour te conditionner à tuer et aussi t'humilier en te traitant comme un animal à une certaine époque. Pour toi ce mode de vie était devenu normal et tu le trouvais toujours aussi normal qu'auparavant, ton enfermement au centre de détention n'y avait rien changé et n'avait fait que réveiller la bête encore plus.

Caïn t'adressa à nouveau la parole et tu le transperça du regard. Cette fois, il avait remarqué ta faiblesse, le morceau d'acier qui enserrait ton cou et ça ne te plaisait pas. Il avait raison en plus; tu étais fort mais cette chose continuait de te gêner, d'essayer de t'affaiblir. Et en voyant le jeune homme déployer ses tentacules, tu te dis qu'il allait profiter du fait que tu n'étais pas très mobile pour t'attaquer. En voyant ça ta réaction fut immédiate; tu reculas vivement par réflexe et te préparait à attaquer, l'air enragé. Pourtant aucune attaque ne vint. Non, le type face à toi te demandais si tu serais apte à le battre avec ton collier et se proposa pour le retirer et même s'en aller quand ce serait fait. Tu ne répondis rien mais ton silence en disait long. Tu ne lui faisais pas confiance sur ce point, pas tant qu'il avait l'air sur le point d'attaquer.

Il fallait croire qu'il avait lu dans tes pensées puisque peu après il repris une apparence totalement humaine. Tu ne comprenais pas pourquoi et ça t'avait déstabilisé quelques secondes, ça se voyait. Ca te déstabilisa encore plus quand Caïn s'en alla et te tourna le dos, tu ne savais plus quoi faire. Après tout, tu avais toutes tes chances de l'avoir par surprise maintenant qu'il ne faisait plus attention, pour ensuite retourner à tes meurtres en toute tranquillité. Mais en même temps tu te disais que peut être tu pourrais lui faire confiance UNE fois, s'il était vraiment capable de te retirer le collier, profiter de cette opportunité pour pouvoir être enfin totalement libre de mouvement ce qui serait non négligeable si tu tombais sur tes anciens tortionnaires.

Malgré le fait que tu étais totalement effarouché, tu lâchas ton arme qui se désagrégea en tombant sur le sol et rétracta ton propre kagune, tes yeux reprenant leur teinte claire qui avait fait croire de nombreuses fois que tu souffrais de cécité. Puis tu suivis d'un pas méfiant le minus qui te tournait toujours le dos, sans un bruit et prêt à toute éventualité de sa part Peu diplomate tu finis par l'attraper sans grande douceur par le bras et le força à se tourner face à toi. Tu n'avais pas l'air commode, pourtant tu n'avais aucunes mauvaises intentions pour une fois, enfin pas directement en tout cas.

"Retire."

Tu étais loin de faire dans la dentelle ni la politesse, mais tu ne connaissais pas ce genre de concepts. Tu ne faisais que demander, sur un ton similaire aux ordres qu'un militaire pouvait donner puisque tu avais calqué ton peu de paroles sur celles que tu entendais constamment avec les américains qui t'avaient utilisé comme arme. Tu soulevas ensuite légèrement Caïn du sol en le tenant toujours par le bras, rapprochant ton visage du sien.

"Si toi avoir menti, si toi attaquer, toi plus avoir de tête."

Tu posais les bases sur cet accord. Tu n'étais pas diplomate d'ordinaire, alors cet homme devait s'estimer heureux de te voir faire un effort. Jusqu'à présent tu n'en avais fait qu'avec cette fille qui avait cherché à te comprendre en prison, mais depuis qu'elle avait disparu tu t'étais refermé, réduisant son travail à néant, ce qui avait quand même permis ta fuite. Même si tu n'en avais pas l'air tu étais prêt à te défendre si Caïn réagissait mal et tu attendais sa réponse.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 10/02/2015
Jeu 12 Jan - 21:56
855 mots
dialogue en #663399
pensées en italique
Toi Abel, moi Caïn, nous parler
Tu étais surpris que ton plan fonctionne. Quand tu sentis la poigne forte d’Abel sur ton bras qui t’obligea à te retourner, tu fis face à ce colosse et tu l’avouais, il était vraiment imposant. Tu n’imaginais pas ce qu’il pouvait vraiment valoir en combat singulier, mais il devait être fort. Vraiment fort. Tu avais envie de le tester, de voir ce qu’il avait dans les tripes, mais ce n’était pas le moment de te faire blesser inutilement, car un faux pas et tu n’allais pas faire long feu. Tu ne te surestimais pas en combat, tu savais très bien que tu pouvais perdre, et ton rang tu ne le devais pas à ta force, plutôt à ton esprit fourbe. Donc si ce type voulait ta peau, il l’aurait certainement, tu ne cherchais même pas à le nier.

Abel te dis deux choses. D’abord un simple ordre, celui de lui retirer ce truc autour de son cou, et la deuxième, une menace, celle de t’arracher la tête si tu tentais quoique ce soit. Ouh, qu’il a l’air méchant. Tu hochas la tête de bonne grâce, grimaçant parce que ce type te soulevait par le bras et il avait sa tronche dangereusement près du tien. D’habitude tu aurais mit un gros coup de tête, mais Abel allait te la décrocher si tu faisais quoique ce soit. Tu n’avais pas spécialement peur de lui, seulement un bon instinct de conservation. Enfin, seulement quand tu voulais.


« Première leçon avant : Les gens civilisés demandent : Pourrais-tu me retirer ce qui me sert de collier s’il-te-plait ? »


Tu lui disais ça gentiment, calmement. Mais au fond, tu avais une sainte horreur qu’on te donne des ordres. Ces gens-là méritaient que tu les brûles à petit feu pour les faire souffrir bien correctement. Alors heureusement que tu craignais un tant soit peu l’impulsivité d’Abel, autant que son agressivité ou son côté imprévisible, mais ce ton, tu le détestais vraiment, et tu n’avais pas d’autre choix que de tranquillement t’y plier en cachant ton énervement montant. Allez, tu avais ce que tu voulais Caïn, il t’avait rattrapé pour que tu l’aides, donc tu pourrais en savoir plus si tu posais les bonnes questions. Tu te contentas donc de sourire, et de faire lâcher Abel pour que tes pieds touchent de nouveau le sol.

« J’ai bien compris. ~ »


Suite à quoi, ton œil redevint rouge de ton aspect goule, et tu montras ton kagune à Abel sans intention hostile, le fixant sans broncher.

« Je vais frapper le collier de toutes mes forces, mais je veux que tu me promettes que tu vas pas m’arracher les yeux parce que tu as peur que je te tue. Je t’ai proposé mon aide, je m’y tiens, et c’est pas une tactique pour te tuer. »


Tu préférais en être certain, parce que tu n’avais pas spécialement envie d’avoir un poing arriver sur toi pour te frapper ou une quelconque autre attaque qui proviendrait de la goule sauvage, juste parce qu’il n’a pas apprécié ton aide ou qu’il a cru que tu voulais le décapiter. Oui, ce serait bien de vivre en fait. Tu reculas légèrement en fixant Abel. Ton coup devait être parfait sinon tu allais réellement l’embrocher. D’un seul coup, tu lanças l’un des tentacules sur le collier d’Abel avec toute la puissance dont tu pouvais faire preuve. Ca lui ferait sûrement mal, tu n’en savais strictement rien, mais le plus important était de briser cet objet dérangeant. Tu avais très bien visé, ni trop haut, ni trop bas, en plein milieu. Tu étais toujours précis, mais avec la tension qui montait, tu pouvais être déconcentré et faire un faux pas, et… Et tuer Abel tout simplement. Ce serait fâcheux.

Tu regardas la goule en face de toi, ton kagune toujours actif et prêt à te défendre si jamais l’autre décidait de te sauter dessus parce qu’il n’avait pas apprécié ton geste. Une fois devrait suffire en théorie, mais tu préférais garder une certaine distance avant d’être sûr à 100% que tu avais réussi, et dans ce cas, l’autre te serait redevable. A moins qu’il ne connaisse pas ce terme, et du coup tu faisais ça pour rien. S’il fallait, il allait se tirer une fois qu’il serait libre, un peu comme Dobby qui est devenu un elfe libre après qu’on lui ai donné une chaussette. Là c’était pareil. Abel était donc une goule libre aussi ? Probablement. Enfin, pour le moment, tu le fixais attentivement pour guetter sa réaction, voir s’il pouvait enlever le collier, bref, il fallait attendre, et voir. Une attente assez insupportable, puisque tu n’aimais pas ça, surtout avec un être aussi instable à tes côtés. Et sûrement recherché. Autant voire plus que toi, surtout s’il était aussi violent avec toi qu’avec cette pauvre victime à laquelle tu as arraché un œil à sa tête… Ah oui, si on vous découvrait tous les deux, vous aurez de sacrés ennuis. C’est pourquoi en plus d’observer Abel, tu étais attentif à tout ce qui vous entourait, pour ne pas être surpris, du moins le plus possible.
sous-titre

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Abel
Rang indéfini || Daanav
avatar
Messages : 121
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 20
Ven 13 Jan - 11:13

ft. Caïn Winchester

ft. Abel

「 Toi Abel, moi Caïn, nous parler 」
Entendre Caïn te faire la morale comme ça te fis tiquer de l'oeil. La politesse tu ne connaissais pas et hors de question que ça change pour l'instant. Qu'il te fasse des remarques te donnais envie de lui donner un violent coup de tête et en fait tu n'étais pas loin de le faire, ça se voyait que tu te retenais à grand peine. Le seul truc qui t'en empêchait, c'était le fait que cet homme était le seul actuellement qui pouvait t'aider à te libérer de ton entrave. Alors tu prenais ton mal en patience. Tu casserais quelque chose une fois débarrassé de cette chose au poids conséquent sur ton cou.

Il te fit lâcher prise et pour une fois tu ne bronchas pas malgré le fait que tu demeurais extrêmement méfiant, observant ses moindres faits et gestes. Tu étais tendu, prêt à en découdre si tout ça n'était qu'une mascarade destinée à t'éliminer. Lorsque le gringalet déploya son kagune, ta méfiance se renforça davantage malgré le fait qu'il affirmait vouloir l'utiliser pour te libérer et non te tuer. Tu fronças les sourcils, pesant le pour et le contre silencieusement. Finalement, et un peu à contre coeur, tu décidas de le laisser faire, détachant ta cape qui glissa au sol, dévoilant ainsi clairement l'énorme morceau d'acier qui te serrait le cou ainsi que ton corps tatoué de partout. Tu attendais maintenant de voir ce que l'autre allait faire pour te débarrasser de la dernière chose qui te rappelait l'enfermement et la prison.

Le coup arriva, plus puissant que tu ne l'imaginais. Ca te coupa le souffle un instant tandis que l'impact résonnait dans ta tête, une sensation fort désagréable qui te fit tituber légèrement. Tu fermas les yeux un instant et secoua la tête pour te débarrasser de cette impression désagréable, qui faisait monter ta tension encore d'un cran. Oui, la douleur t'était quasiment inconnue, alors la ressentir actuellement t'enrageais, même si tu étais trop sonné pour réagir violemment. Juste un grognement sourd s'échappa d'entre tes lèvres alors que tu tenais ta tête à deux mains comme si tu espérais que les vibrations allaient s'arrêter ainsi. Quand finalement cette sensation se calma tu rouvris les yeux et fixa Caïn d'un air mauvais. Même si c'était pour une bonne cause, tu n'aimais pas spécialement qu'on soit violent avec toi vu que ça se soldait toujours par un retour de flamme bien virulent.

C'est là que tu remarquas que ton collier ballait légèrement et te serrait moins la gorge qu'avant. Tu y porta la main et l'agrippa, le faisant bouger afin de t'assurer que ce n'était pas juste une sensation due au contrecoup de l'homme aux cheveux bleutés. Une fois sûr de cela, tu tiras un coup sec dessus, et la sécurité qui gardait ce collier en place autour de ta gorge sauta, te libérant de son poids. Tu te sentais bien léger maintenant, c'était étrange vu que tu avais été habitué à avoir un poids autour du coup. Tu fixas le bout de métal que tu serrais dans ton poing un moment, avant de froncer les sourcils. La seconde d'après, tu l'avais envoyé avec violence sur Caïn, une façon pour toi de te venger si on peut dire pour le coup qu'il t'avait asséné et t'avait laissé pantois. Ce n'était pas vraiment par méchanceté, même s'il y avait une part de malice dans ton geste vu que tu ne savais répliquer à la violence que par plus de violence. Mais si tu avais vraiment voulu le tuer à l'instant tu l'aurais fait depuis longtemps.

Bien que libre, tu n'en avais pas l'air bien plus aimable. Toujours l'air sombre et méfiant, tu demeurais à bonne distance de l'autre type puisqu'il avait toujours son kagune déployé. Toi à force de t'énerver, tu commençais à manquer d'énergie pour générer et utiliser tes armes. Alors tu demeurais relativement calme, le temps de récupérer un peu. Et dès que ça irait mieux, tu pourrais te remettre en chasse. Ta voix rauque finit par briser le lourd silence qui s'était installé entre vous, bien que tu adressais ces mots à contrecoeur.

"... Merci."

Oulà toi remercier quelqu'un ce sera à noter dans un calendrier. Ca n'était pas arrivé depuis des lustres ça, mais en même temps tu n'avais pas envie que l'autre te refasse la morale comme à un gosse de quatre ans, sinon tu lui aurais vraiment éclaté la tête cette fois. Tu passas une main sur ton cou, donc la peau pratiquement à vif commençait déjà à se reformer maintenant que plus rien ne l'entravait et frottait contre les blessures qui s'étaient formées à force de porter ce fichu collier. Tu te sentais un peu plus libre maintenant et ça c'était loin d'être une sensation désagréable.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 10/02/2015
Sam 14 Jan - 12:53
806 mots
dialogue en #663399
pensées en italique
Toi Abel, moi Caïn, nous parler
Alors ça, tu ne t’y attendais pas. Heureusement que tu avais de très bons réflexes. Pourquoi ? Parce qu’Abel t’avait envoyé dans la tête le morceau métallique qui lui enserrait le coup. En voilà des manières de remercier celui qui l’avait aidé ! Tu dévias la trajectoire de l’objet avec l’un de tes tentacules, en fronçant les sourcils. Il cherchait la guerre celui-là ? Parce que tu avais beau avoir des craintes, tu n’allais pas fuir si jamais il t’attaquait. Puis tu poussas un soupir. Ou alors tu te trompais sur toute la ligne et au final, c’était un geste presque… Amical ? Abel ne semblait pas être vraiment au point niveau politesse et compagnie, donc ce n’était peut-être pas une déclaration de guerre.

Tu l’observas sans son collier. Il avait l’air encore plus menaçant qu’avant, et en plus là, tu lui avais retiré une sacré épine du pied, donc qui sait ce qu’il allait faire maintenant, à part massacrer tout le monde ? Pas que ça te dérangeait, non toi tu observerais de loin en trouvant ce spectacle fort divertissant. Tu souris lorsque le colosse te dis : Merci. Wow, tu avais réussi à lui mettre du plomb dans la cervelle en aussi peu de temps ? Félicitations Caïn, tu gagnes un cookie pour ça. Sérieusement, rien que ce petit « merci » valait mieux que toutes les paroles du monde, parce que s’il y avait bien une chose que tu détestais par-dessus tout, c’était de rendre un service gratuitement.

L’autre allait t’être redevable, tu n’allais pas le lâcher avec ça même s’il aurait sûrement envie de te tuer. Un service pour un autre, voilà comment ça fonctionnait chez toi, et pour beaucoup d’autres personnes également.


« Mais de rien très cher. ~ »


Tu rétractas ton kagune en t’étirant pendant un instant et faire craquer tes articulations. Tu ne disais rien pour le collier envoyé en pleine tête, tu savais que ça allait t’énerver quelques peu sinon et que tu songerais déjà à te venger. Tu supposais donc que le coup que tu lui avais porté lui avait fait mal, et ça c’était réjouissant d’un certain sens. Comment ça, sadique qui aime voir les autres souffrir d’une manière ou d’une autre ? Que voulez-vous, on ne se refait pas, et surtout pas toi qui n’allait pas renoncer à tes principes de base pour être gentil. Oui tu aidais, mais ce n’était pas par pure gentillesse. C’était un mot que tu avais banni à vie de ton vocabulaire. Il y a toujours un intérêt particulier lorsque tu aidais quelqu’un.

« Mais dis-moi, Abel, qu’est-ce que tu comptes faire maintenant que tu es une goule libre ? »


C’était quelque chose qui te rendais curieux. Qu’est-ce que ça faisait de ses journées, une goule sauvage psychopathe ? Toi-même étant un sociopathe parce que tu en avais rien à foutre des morts que tu causais, et surtout rien à foutre du bien et du mal, ça t’intriguait, donc tu voulais automatiquement savoir. Oh, tu savais que l’autre n’aimait pas parler, cela avait dû lui écorcher intensément la bouche ce petit « merci », mais tu aimais l’entendre de la part de ces personnes que tu aidais. Cela ne te rendait pas spécialement puissant mais… Tu aimais ça en fait, c’était assez inexplicable, voilà pourquoi tu ne l’expliquais pas tout simplement. Tu tournas la tête quand tu entendis du mouvement plus loin, mais te détendis lorsque tu constatas que ce n’était que de simples passants. De simples passants qui allaient terminer au stade de mort s’ils venaient dans cette direction, car si ce n’était pas Abel qui leur sautait dessus en premier, c’était toi. Il valait mieux se faire discret pour le moment, donc tu ne bougeas pas.

« Enfin, il y a quelque chose qui me titille… Qu’est-ce que tu as fait de si terrible pour te retrouver à la merci du CCG, voire prisonnier comme un chien dans leur prison miteuse ? »


C’était la question que tu voulais lui poser depuis le tout début, ce qu’il avait fait exactement. Allait-il te répondre ? Tu n’en savais strictement rien, mais tu la posais quand même dans le doute, avec un peu de chance il allait te répondre. Quoique tu irais faire des recherches si jamais il ne te répondait pas, ou très peu. Tu savais avoir ce que tu voulais en temps et en heure, il fallait seulement que tu sois patient. En même temps, tu étais curieux. Ce type était allé à Cochlea, et en plus il en était sorti. Ca méritait ton respect tout de même, bien que l’autre veuille sûrement ta tête à force que tu insistes de la sorte. Enfin, qu’il essaie de t’attaquer, il aurait beau avoir l’avantage niveau force selon toi, tu ne lui laisserais pas la victoire facile.
sous-titre

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Abel
Rang indéfini || Daanav
avatar
Messages : 121
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 20
Lun 16 Jan - 0:07

ft. Caïn Winchester

ft. Abel

「 Toi Abel, moi Caïn, nous parler 」
Au moins, l'autre avait l'air content que tu le remercies même si toi ça te rendais furax. Tu avais envie de démolir cet air satisfait sur son visage et tu le transperçais du regard, ce qui en disait long sur ton état d'esprit actuel. En revanche, tu te détendis lorsqu'il fit disparaître son kagune. Ce n'était pas pour autant en revanche que tu te montrais amical envers lui. Au contraire tu gardais ton air hautain et hostile et même s'il n'avait plus d'armes dégainées tu faisais attention qu'il n'endorme pas ta vigilance. Tu ne te laisserais berner par personne, encore moins un parfait inconnu qui avait débarqué sur le lieu d'un de tes carnages de façon hasardeuse, en ayant l'air de te chercher pour de vrai en plus puisqu'il connaissait ton nom.

Il te posa une question ensuite, qui te fis hausser un sourcil. Ce que tu allais faire en étant libre? A vrai dire tu n'y avais pas vraiment pensé puisque tu t'étais surtout énervé depuis que tu avais réussir à t'enfuir et que tu ne faisais que tuer depuis cet instant où tu avais brisé tes chaînes en cellule. Tu déversais ta haine sur tout le monde, en plongeant des familles et des amis qui n'avaient rien demandé dans la tristesse et le désespoir. Après tout tu n'en avais rien à faire puisque tu n'avais pas conscience de la notion de famille et d'amis, c'était des choses que tu n'avais jamais eu, des choses inconnues. La seule personne que tu étais venu à apprécier t'avais abandonné du jour au lendemain et ça avait par ailleurs joué un rôle important dans ton évasion. Tu étais en colère. En colère que la seule personne qui cherchait à te traiter comme quelqu'un de normal t'ai elle aussi abandonné à ton sort, entre les mains de tout ces humains qui te gardaient captif.

Tu sentis un liquide chaud couler entre tes doigts. Un coup d'oeil à ta main t'indiqua qu'elle était en sang, probablement parce que tu avais serré le poing trop fort au point de rentrer tes ongles dans ta chair à cause de toute ta colère et ta haine intérieures que tu contenais en repensant aux derniers mois enfermés que tu avais passé. Tu secouas légèrement la tête et desserra les poings, tandis que tes blessures se refermaient d'elles-même puis tu reportas ton attention sur Caïn.

"... Moi pas savoir. Moi connaître que tuer."

Il y avait une pointe de menace dans cette dernière phrase, comme si tu cherchais à prévenir la goule en face de toi qu'il valait mieux pas qu'elle te fasse une crasse aujourd'hui ou un jour prochain. Ca finirait en bain de sang à tout les coups, surtout que tu étais encore dans un état de rage en ce moment. Probablement te faudrait-il encore quelques jours pour te calmer avant que tu ne te fasses discret. Enfin, légèrement plus discret. Tu n'étais pas le genre de personne qui pouvait être discret même s'il le voulait. D'une tu avais le sang chaud et tes coups partaient facilement et de deux physiquement tu étais loin de la norme. Mais bon, tu n'avais pas trop envie de repasser par la case prison alors tu tâcherais d'éviter et éliminer tout ceux qui se dresseraient sur ta route.

En voyant Caïn tourner la tête tu portas également ton attention sur ce qu'il venait de repérer. Des personnes qui passaient non loin. Et un peu trop près à ton goût. Ca te démangeait de refaire une effusion de sang, de leur arracher les tripes sans leur laisser le temps de comprendre ce qui se passait. Même tes yeux virèrent au rouge pendant un instant, jusqu'à ce que les passants disparaissent de ton champ de vision. Tu grognas légèrement avant de reporter ton attention sur le gringalet. Il te posa une question qui te laissa réellement confus cette fois, ça se voyait dans ton regard. Pour quoi t'enfermait-on, pas seulement là, mais depuis presque toujours?

Tu ne savais pas.

Tu ne t'étais jamais demandé ça, parce que tu étais probablement trop occupé à souffrir et transformer tes souffrances en colère et en haine pures.

Oui, Caïn t'avait vraiment déstabilisé pour le coup, en t'ouvrant les yeux sur quelque chose que tu ne t'étais jamais demandé. Et maintenant que tu t'en rendais compte, ça te faisait ressentir une certaine sensation de malaise que tu détestais. Tu avais même quelques flashs où tu te revoyais enfant, dans la forêt jusqu'à ce que des bras menaçants ne se tendent vers toi en t'enveloppant de l'obscurité la plus totale. Des sourires, des visages menaçants et avides... C'était tout ce dont tu te souvenais du moment où on t'avait arraché au monde dans lequel tu vivais. Et tu te serais passé de te souvenir de tout ça en ce moment.

La fissure dans ton masque d'hostilité qui laissait entrevoir cette 'innocence' qui te restait finit par se colmater et tu envoyas un coup de poing rageux dans le mur à ta droite. Un coup tellement puissant et rapide qu'il te laissa le poing en sang et un énorme impact dans le mur. Ta voix baissa d'un ton, bien qu'elle n'était déjà pas très portante de base et le son était d'autant plus étouffé puisque tu gardais la tête baissée.

"Moi pas savoir ça non plus."

Tu reportas d'un coup ton attention sur Caïn, l'air de nouveau en colère. Tout ça te dépassait. Les raisons de ton emprisonnement te dépassaient. Tu n'avais jamais su pourquoi on t'avait fait tout ça, pourquoi on ne t'avait pas plutôt laissé tranquille dans ton coin, à une époque où tu ne tuais que pour te nourrir, pas pour le plaisir.

"Soldats apprendre moi comment tuer. Humains ici vouloir que moi arrêter de tuer. Moi plus comprendre."

Tu ramassas ta cape et la jeta sur tes épaules avant de passer devant la goule rapidement, pis la dépasser carrément en t'enfonçant dans la rue juste derrière lui.

"Toi énerver moi, toi arrêter de poser questions maintenant."



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 10/02/2015
Dim 22 Jan - 18:13
998 mots
dialogue en #663399
pensées en italique
Toi Abel, moi Caïn, nous parler
Tu ne t’attendais pas non plus à de la grande discussion avec la goule en face de toi, pourtant tu restas attentif à ce qu’il te raconta, même si c’était totalement primaire. Au final, qu’est-ce que tu savais ? Rien parce qu’Abel ne savait rien non plus. Tu trouvais ça triste dans un sens, de ne rien savoir. Si tu étais dans son cas, tu chercherais à savoir, mais tu n’étais pas dans son cas. Tu étais de ceux qui torturaient , pas ceux qui se faisaient torturer, voilà toute la nuance à saisir. Donc concrètement, tu ne pouvais pas te mettre à sa place parce que tu ne comprendrais pas, du moins tant que tu ne l’avais pas vécu.

Pourtant, il y avait quelque chose dans l’attitude d’Abel qui t’avait fait tiquer. Quelque chose que tu ne pensais pas voir. Tu venais de briser son masque, pendant un instant. Une de tes questions devaient avoir fait mouche, peut-être même la dernière. Tu n’étais pas peu fier de ton petit exploit cela dit, même si la goule retrouva rapidement son masque d’agressivité qui te fis soupirer. Chassez le naturel, il revient au galop après tout. Tout ceci t’intriguait de plus en plus, ta curiosité naturelle était revenue, elle aussi, et tu voulais toujours en savoir plus. Tu détestais ne pas savoir une chose, car le savoir, c’est le pouvoir. Avec le savoir, tu peux écraser n’importe qui, voilà pourquoi tu t’impliquais particulièrement dans certains cas, pour en savoir plus, exactement comme maintenant.

Tu ne bronchas pas lorsqu’Abel manqua de fracasser le mur, laissant une grosse trace de son énervement, en plus de s’éclater le poing. Visiblement tu l’énervais. Toi ? Tu t’en fichais éperdument, tu voulais savoir, c’est tout. Parfois parler aidait les gens à évacuer, même s’il fallait passer par des souvenirs douloureux, exactement comme actuellement et le problème Abel. Tu penchas la tête quand celui-ci parla des soldats qui lui avaient appris à tuer, et qu’ils voulaient qu’il tue, tandis que les humains ici ne voulaient pas. Tu compris immédiatement, puisque tu savais, tandis que lui non. C’était presque de ton devoir de l’informer, pour ne pas qu’il reste aussi ignare.


« Soldats et humains ne sont pas pareils. Les soldats sont entraînés à tuer, pas les humains. Voilà pourquoi les humains ne veulent pas que tu tues, tandis que les soldats si. Enfin ils sont tous humains à la base, mais il y a les tueurs et les autres. Et encore, chez les soldats ils ne tuent pas tous, mais ceux sur lesquels tu es tombé t’ont inculqué des valeurs qui ne sont pas communes à tout le monde. »


Tu te demandais si ce n’était pas un peu trop philosophique pour Abel. Tu ne le prenais pas pour un imbécile, juste un peu limité sur les connaissances. Pour toi, il n’y avait pas d’abrutis, d’imbéciles ou autres. Pour toi, il y avait ceux qui aimaient savoir, et les ignorants. La goule faisait partie des ignorants, donc tu pouvais lui apprendre des choses. Sans doute que ça l’énerverait, mais tu ne t’amusais pas à le rabaisser ou à le traiter comme une sous-merde, même si bon, sa manière de parler comme si c’était « Moi Tarzan toi Jane » t’amusais assez. Tu te taisais juste assez pour ne pas prendre un coup de poing dans les gencives qui te ferait perdre plus que trois dents.

Tu t’écartas lorsque la goule passa non loin de toi pour s’éloigner, en te disant d’arrêter de poser des questions parce que ça l’énervait. Justement, il fallait qu’il fasse sortir cette colère. Après tu ignorais comment il allait se sentir, si se vider de toute colère allait l’énerver ou au contraire le calmer. Les boules de haine comme ça, il fallait être très prudent en leur parlant, en les suivant, bref, il fallait toujours faire attention. Tu n’allais pas lâcher l’affaire comme ça et tu décidas de le suivre avec un sourire en coin.


« Si je ne pose pas de question, tu n’arriveras jamais à mettre le doigt sur certaines choses. Tu ne t’étais jamais demandé pourquoi… Si j’étais à ta place, je voudrais savoir pourquoi. Et au lieu de me venger sur des innocents, j’irai massacrer ceux qui m’ont fait du mal. Pas que tu doives le faire bien évidemment, tu es libre de faire ce que tu veux maintenant n’est-ce pas ? »


C’était assez comique vu de loin, un nain qui suivait un géant. Dans le rôle du nain, toi bien évidemment. Tu craignais une attaque surprise d’Abel, tu restais sur tes gardes et hors de portée, prêt à sauter ou à lui échapper si jamais il décidait de t’attaquer.

« Je n’ai jamais été dans ton cas donc je ne peux pas vraiment savoir ce que tu as enduré, même si c’est facile de l’imaginer en te regardant. Je ne cherche pas à t’énerver pour le plaisir de t’énerver, mais pour que tu évacues cette haine. »


Tu l’observais en continuant de le suivre, à l’affût de ses moindres mouvements, tu n’étais pas surpris de ce que tu disais même si ce n’était pas dans ta nature. Tu continuas sur ta lancée :

« Elle va te détruire progressivement, jusqu’à te consumer de l’intérieur. T’attaquer à des innocents ne fera qu’attirer l’attention des autorités et ils reviendront en masse pour te neutraliser. Si Cochlea peut détruire une personne à ce point, la prochaine fois ils chercheront à te tuer certainement. Tu as beau être imposant, s’ils sont bien plus nombreux que toi, tu vas y laisser la vie. »


Tu le fixais de tes yeux vairons, guettant sa réaction. Tu te demandais si ce que tu disais lui passait au-dessus de la tête, quoique vu sa taille cela devait être dur, ou si ça ne faisait que l’énerver davantage et au final il voudrait t’arracher la tête. Une grande question que voilà, tu étais quand même prêt à te défendre si jamais il t’attaquait.
sous-titre

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Abel
Rang indéfini || Daanav
avatar
Messages : 121
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 20
Jeu 26 Jan - 12:52

ft. Caïn Winchester

ft. Abel

「 Toi Abel, moi Caïn, nous parler 」
Tu ne comprenais pas pourquoi l'autre s'acharnait à te suivre. Il voulait vraiment que tu lui éclate le crâne ou comment ça se passait? Si c'était son intention, il avait réussi et si non... Il avait plutôt intérêt à s'expliquer vite avant que tu ne pètes les plombs et que tu repeignes les murs des immeubles en rouge incessamment sous peu. Il ne cessait de parler, de monologuer et tu l'écoutais même si tu n'en avais pas l'air. Il te faisait la leçon, et t'expliquait des concepts qui t'échappaient. Cependant tu ne savais pas s'il faisait ça parce qu'il voulait aider ou juste parce qu'il avait envie de se moquer de ton ignorance. Tu ne savais rien. Rien de normal en tout cas. Et tu te méfiais des donneurs de leçons, ainsi que des beaux parleurs comme ce commandant que tu t'étais fait un plaisir de tuer lors de tes premières missions dans des pays en guerre. Il t'avait fait chier à hurler et te brailler des ordres en permanence, tu l'avais fait taire à jamais. C'était aussi simple que ça. Et tu ne faisais pas de favoritisme à ce sujet.

Les humains différents des soldats hein... Pour toi tout le monde était pareil. Tout ceux que tu avais croisé dans ta vie avaient des armes sur eux. Même les humains de la prison dont tu t'étais échappé. Pour toi ils étaient tous des tueurs, à la différence que ici, ils étaient hypocrites et ne te laissaient pas faire. Après tout, quelle était le finalité de ton existence en ce monde si ce n'était pas pour tuer? C'était tout ce que tu savais faire, tout ce qu'on t'avait appris. Il y avait une sacrée barrière entre toi et le monde "normal" et tu t'en rendais compte en ayant rencontré Caïn. Lui était civilisé, contrairement à toi, il savait s'exprimer et ne tuait pas dans le vent. Il venait de soulever d'ailleurs ce souci de ta part, celui de te venger sur les innocents. C'était ta soif de sang ça, qui te poussait à t'en prendre à eux mais ce n'était pas pour autant que tu ne désirais pas déverser ta haine sur ceux qui t'ont gardé captif.

Tu serras les poings. Il parlait trop, tu avais de la difficulté à tout comprendre. C'était un niveau de compréhension que tu ne pouvais pas atteindre actuellement, pour le moment du moins. Ca t'agaçais au plus haut point et tu t'arrêtas d'un coup d'ailleurs, demeurant sur place un moment sans bouger. Tu laissas planer un silence et une ambiance pesants, quasiment menaçants, une aura qu tu développais le plus naturellement du monde. Que tu t'acharnes sur les innocents ou non, tu savais que tu passerais difficilement inaperçu et qu'on te retrouverait bientôt. Au fond... Ca ne changeait rien d'épargner les innocents ou non. Le résultat serait toujours le même. Tu te retournas d'un coup, transperçant de ton regard bleu pâle Caïn qui était non loin derrière toi.

"Peu importe. Moi les tuer jusqu'à ce que eux tuer moi."

Ca t'était égal. Tu n'avais nulle part où aller dans ce monde, à part être une machine de guerre ton existence n'avait pas de sens. Alors mourir... Rien que cette idée ne te faisait ni chaud ni froid. Certes tu allais te battre pour survivre jusqu'à la dernière seconde. Mais tu accepterais la mort quand elle viendra à toi, ce n'était pas un problème et bien le dernier de tes soucis. Tu portas ensuite ton attention sur les passants plus loin, sur la vie qui battait son plein dans ce monde "normal" auquel tu étais totalement étranger. Au fond peut être que c'était toute cette normalité qui t'énervait? Tu ne savais pas trop, mais voir ça à quelques pas de toi te donnait des envies de meurtres assez violentes.

"Et prison... Moi vouloir vengeance, moi pas seulement tuer innocents. Eux avoir ce que eux mériter bientôt. "

Oui, tu comptais bien frapper un grand coup quand tu seras plus calme. Ils comprendront qu'il ne faut pas t'avoir comme ennemi et encore moins te garder captif comme ils l'ont fait. Pour le moment tu continuais d'organiser tes pensées en déversant ta violence sur le monde, tu continuais d'essayer de te faire à cette ville dans laquelle tu t'étais retrouvé largué d'un coup. Ton attention se reporta sur Caïn à nouveau.

"Moi jamais être calme et toi pourras pas changer moi, ok? Si toi vouloir savoir plus, toi faire comme tu veux. Mais moi pas responsable si toi blessé ou mort."

Tu insistais bien là dessus. Il pouvait te suivre s'il voulait, s'il lui arrivait une tuile tu n'en aurais rien à faire. Ce sera sa faute à lui et sa curiosité. Tu recommenças à avancer ensuite, de nouveau silencieux. Tu arrivas bientôt à un croisement et décida de t'enfoncer un peu plus loin dans les ruelles. Toute proche, une sirène retentissait. Ca te rendait nerveux et tu étais prêt à en découdre à tout instant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 10/02/2015
Sam 4 Fév - 23:42
963 mots
dialogue en #663399
pensées en italique
Toi Abel, moi Caïn, nous parler
Vous pouviez avoir toutes les conversations du monde, parler de la plus insignifiante des choses comme du sujet le plus important, cela ne changerait rien à tout ça. Abel ne semblait pas appartenir au même monde que toi, ni d’aucun être humain. Il était un peu comme ces tribus qui vivaient à l’écart de tout, et qui devenaient hostiles dès qu’il y avait quelque chose qu’ils ne connaissaient pas. Ce genre de personne, on ne pouvait les faire changer, et ce n’était pas toi qui allait révolutionner la chose, bien au contraire. Tu disais simplement ce qui devait être dit. Tu ne cherchais pas à comprendre Abel, parce qu’il te serait décidément impossible de vivre la même chose que lui. Perdre l’usage de la parole et s’exprimer aussi sommairement, il te faudrait des années pour perdre tous ces acquits. Vivre isolé du monde, seul.

Abel n’était qu’un concentré de haine et de colère, qui ne disparaîtrait sans doute jamais. Lui avait souffert pendant des années, qui étais-tu pour lui faire la morale ? Personne. La personne que tu étais seulement, c’est quelqu’un qui pourrait l’aider à s’en sortir. Toi qui est une sale race en règle générale, aider quelqu’un te passait au-dessus de la tête et Dieu sait que ce n’est pas dur. Plus tu l’écoutais, plus tu te disais que c’était un dialogue de sourd. Tu imaginais que tu aurais voulu la tête de beaucoup de gens si tu avais été dans sa situation, mais encore une fois, tu n’étais que toi. Il était violent parce qu’il était en colère, réaction typique de toute façon.

Tu ne disais rien, tu l’écoutais, tu réfléchissais. En aucun cas tu n’allais abandonner, et tu n’étais pas prêt à lâcher l’affaire aussi facilement. Alors quand tu entendis que tu ne pourrais jamais le changer, que tu pouvais continuer à vouloir en savoir plus, mais il ne sera responsable de rien s’il t’arrivait quelque chose, tu eus un vague sourire flottant sur ton visage.


« Je ne suis pas un enfant très cher, même si mon physique ne joue pas en ma faveur. ~ »


Tu continuas à le suivre, jusqu’à ce que tu sentes qu’il était nerveux à cause d’une sirène. Ton sourire s’élargit quelques peu en écoutant ce son si familier à tes oreilles. A aucun moment tu ne stressais. Le jour où tu te ferais avoir par le CCG, ce ne sera pas glorieux et tu le regretteras amèrement, mais en attendant, tu continuais à profiter de la vie et à semer des morts aux quatre vents, comme tu le faisais d’habitude. D’ailleurs, tu étais un peu motivé à prouver ta bonne foi.

« Je sais, je vais te prouver que je ne suis pas aussi faible que j’en ai l’air ! »


Ni une, ni deux, sans l’attendre ni même le prévenir que tu partais, tu fonças en direction de la sirène. Cette sirène… Oui, ça devait être pour lui et son carnage d’il y a un long moment déjà. C’est fou comme le temps passe vite lorsqu’on est occupé. Tu tombas nez à nez avec deux inspecteurs, assez jeunes. Peut-être de deuxième classe, et un de première classe qui était plus loin. Tu étais d’humeur assez sanglante, et ton œil vira au noir et rouge tandis que ton kagune se déploya rapidement pour s’abattre sur les deux plus jeunes dans un ricanement amusé, tandis que le sang coulait à flot. Ce liquide te stimulait, et te donnait encore plus envie de tuer, tuer, tuer.

Il fallait que tu offres un présent à Abel. Une tête, pour remplacer celle que tu avais abîmée sans aucune gêne lors de votre rencontre, alors tu coupas d’un coup sec et net la tête d’un des deux jeunots, regardant son corps s’effondrer sans vie, tandis que tu tenais la tête par les cheveux en regardant le dernier inspecteur en lui faisant coucou, et de repartir aussi vite que tu étais venu. Disparaître pour mieux réapparaître, c’est ce que tu fis pour abattre brusquement le dernier inspecteur de la rue, qui s’était précipité vers ses partenaires déjà morts. Eh oui, on ne pouvait déjà plus rien pour eux, tu t’assurais de ne pas faire de survivant dans tes victimes, pour ne pas qu’il y ait de jalousie. Cela t’empêcherait de dormir voyons, si quelqu’un t’en voulait.

Tu admiras ton œuvre, avant d’éteindre la sirène qui devenait de plus en plus insupportable à tes oreilles, et soupirer de soulagement une fois que le silence était revenu. Une chose était bien cependant, c’était que la sirène avait couvert les bruits de lutte, donc cela avait joué en ta faveur. Suite à quoi tu rejoignis Abel, couvert de sang mais le sourire aux lèvres comme si de rien n’était, brandissant la tête à bout de bras pour lui montrer, comme si tu étais content et surtout très fier de ton œuvre.


« Tiens, cadeau, pour remplacer la tête de tout à l’heure. »


Il pouvait bien la refuser que tu t’en fichais comme de l’an 40. Tu voulais simplement lui prouver qu’il te sous-estimait clairement.

« C’est sympa tes recommandations, mais en fait, je m’en fous. J’ai pas peur du CCG, le seul truc qui m’inquièterait vraiment c’est toi, mais bon, qu’est-ce que tu veux. »


Tu lâchas la tête qui retomba mollement au sol avant de t’essuyer les mains sur ton pantalon, savourant le silence nouveau de la ruelle, tes oreilles n’étant plus agressées par le son insupportable et pénible de cette sirène. Pourquoi les humains avaient-ils mit un son aussi désagréable à entendre ? A part pour se faire remarquer, tu ne savais pas vraiment. Quoiqu’il en soit, tu observas Abel, attendant sa réaction à tout ça. Bonne ? Mauvaise ? Tu n’allais pas tarder à le savoir.
sous-titre

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Abel
Rang indéfini || Daanav
avatar
Messages : 121
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 20
Jeu 23 Mar - 13:17

ft. Caïn Winchester

ft. Abel

「 Toi Abel, moi Caïn, nous parler 」
Tu tâchais de rester calme même si tu avais les nerfs à fleur de peau. Que ce gringalet continue de te suivre t'énervait à petit feu alors que tu voulais retrouver un semblant de calme. Enfin du "calme"... Tu avais le sang chaud et on t'avait conditionné au combat donc c'était quelque chose qui t'échappait le calme. Chez toi ça se résumait surtout à ne pas faire voler toutes les têtes que tu croisais. Autrement tu avais l'air toujours aussi peu aimable, menaçant et j'en passe. Tu étais à deux doigts de te retourner pour envoyer ton poing dans la figure de Caïn en ce moment en fait.

Puis la goule t'indiquas vouloir te montrer qu'il savait se défendre. Tu lui jetas un regard méprisant et grogna tout bas, signe clair que tu n'en avais rien à faire. Cependant tu avais à peine eu le temps de lui faire comprendre ça qu'il était déjà parti et ça te laissa pantois quelques instants au point où tu t'arrêtas de marcher et te tourna dans la direction qu'il venait d'emprunter. Là où il se dirigeait... C'était de là que venaient les sirènes de tout à l'heure. Tu fronças les sourcils et soupira avant de suivre le même chemin. Si massacre il y avait, tu voulais participer. Et accessoirement voir si Caïn ne te racontait pas du pipeau, s'il était vraiment fort pour avoir le culot de vouloir te suivre.

On te surprenait difficilement Abel. Mais là on peut dire que ce que tu vis au loin, tout en demeurant dans l'ombre, te laissa un peu pantois. Ton regard clair venait de se poser sur un véritable bain de sang, digne de ce que tu faisais et avait pu faire par le passé. Tu n'aurais même pas pu intervenir puisque le minus venait de tuer les humains présents à lui tout seul. Tu ne savais pas si tu devais être impressionné ou en colère en fait. Retrouvant ton impassibilité, tu suivis Caïn du regard alors qu'il revenait vers toi après avoir éteint les sirènes, tout en brandissant une tête fraîchement coupée sous ton nez. Tu louchas légèrement dessus en grognant de nouveau. Il te l'offrait? Pour quoi te prenait-il, un animal?

Cela dit, tu avais maintenant la preuve que effectivement cet homme savait se défendre. Tu ne bronchas pas lorsqu'il laissa la tête tomber au sol. Il avouait maintenant que tu étais potentiellement la seule chose qui pourrait lui faire peur. Ca t'aurait presque fait sourire en fait, mais tu demeuras impassible. A la place tu posas le pied sur la tête coupée au sol avant d'appuyer de toute tes forces pour la faire exploser comme un fruit trop mûr, presque sans efforts. Le sang et la cervelle giclèrent, teintant les alentours d'une belle couleur pourpre.

"Nous être quittes."

Il s'était amusé avec ta proie alors tu rendis la pareille en gâchant de la potentielle nourriture. Tu repris ta route ensuite, désirant t'éloigner de cet endroit avant qu'il ne soit infesté d'humains qui voudraient votre peau à tout les deux. Vous en aviez fait assez pour aujourd'hui, en tout cas tu l'imaginais. Et tu savais te contenir pour ne pas finir de nouveau en prison trop vite, même si tes pulsions meurtrières demeuraient. Sans faire attention à si Caïn te suivait, tu t'adressas de nouveau à lui.

"Toi bien te débrouiller, toi suivre si toi vouloir."

Tu ne comptais pas faire ami-ami avec ce type. Mais s'il pouvait t'aider à te venger, ce serait une bonne chose. A vrai dire tu comptais l'utiliser juste pour ça et après... Disons que tu aviserais. Pour l'heure tu partais te chercher une planque pour la nuit, écumant les rues désertes en quête d'une bâtisse abandonnée qui ferait l'affaire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 10/02/2015
Jeu 23 Mar - 17:24
722 mots
dialogue en #663399
pensées en italique
Toi Abel, moi Caïn, nous parler
Tu étais plutôt fier de ton petit effet. Qui y avait-il de mieux que de rabattre le caquet d’une personne plus grande, plus large, plus corpulente que soi ? En étant un pur sadique qui aime les carnages. Tu avais vu passer de l’étonnement dans le regard d’Abel et ça, tu en étais particulièrement content. Bim, dans tes dents géant vert. Tu étais pleinement satisfait, parce que tu lui avais prouvé que petit, mais teigneuse la bestiole. Il ne fallait pas te chercher de trop près, tu pouvais démarrer au quart de tour si tu le voulais et arracher les yeux de quelqu’un rapidement, tout en agilité et souplesse, ou agilesse et soupleté, comme on veut. La chose qui te faisait sourire aussi, c’est le fait qu’Abel reste impassible. Pour un peu, tu croirais qu’il a été empaillé.

Tu ne te moquas pas, tu préféras rester silencieux, d’autant plus que ce gars venait d’écraser d’un coup de pied la tête que tu avais brandi, et tu haussas un sourcil en regardant le spectacle, adoptant le même air impassible que la Bête en face de toi. Hmm, de la bonne bouillie de chair humaine, sauce sanglante. Bon appétit mes amis. Puis il te dit que vous étiez quittes. Sûrement à cause de tout à l’heure. Tiens, cela te faisait plaisir d’entendre ça. Donc Abel le reconnaissait, c’était un bon point très franchement, tu n’aurais rien à redire là-dessus. Brave bestiole. Hm, à ne pas dire à voix haute sinon il allait t’éclater le crâne aussi. Tu le vis s’éloigner, ce que tu comprenais puisque tu venais de te faire plaisir en massacrant des humains, alors tu te décidas à suivre Abel en mettant tes mains dans les poches d’un air décontracté. Tu étais plein de sang, tu avais le sourire aux lèvres et surtout, tu étais sans pression. Pourquoi faire après tout ? Te stresser n’était pas nécessaire, surtout pas chez toi, qui est relativement calme en toute circonstance. Cependant, tu songeas à tirer ta révérence. Tu avais obtenu assez d’information et tu trouvais ce géant très intéressant. Cependant tu ne voulais pas gâcher ton plaisir en le suivant comme un petit chien. Le plus amusant serait de le croiser à nouveau au détour d’une ruelle ou d’un croisement, et de voir sa silhouette imposante.

Heureusement que tu le suivais encore, car il te dit que tu te débrouillais bien. Encore heureux. Tiens, un autre compliment. Trop de générosité de sa part il fallait dire, mais cela te faisait plaisir qu’il le reconnaisse. En fait tu étais sensible aux compliments même si tu refusais de l’avouer. Ah, cela flattait ton ego déjà assez surdimensionné. Eh bien ? Quand quelqu’un reconnaît votre talent, vous êtes content ? Bah voilà, c’est exactement ce qu’il se passe actuellement. En plus de ça, il te dit que tu pouvais le suivre si tu le souhaitais. Ca y est, il s’est résigné à te garder avec lui si tu voulais, un bon point en plus. Cependant, tu en avais fini donc tu t’arrêtas.


« Je tire ma révérence ici Abel. », tout en disant cela, tu t’inclinas de manière théâtrale. « J’en ai fini pour aujourd’hui, je te laisse en paix. N’oublie pas que tu peux compter sur mon soutien si jamais, je serai ravi de t’aider à te venger. »


Te voilà bien généreux Caïn, mais tu avais envie d’être en bon terme avec Abel, dans le sens où la prochaine fois, il ne voudrait pas t’arracher la tête. C’était purement tactique et réfléchi. Tu cherchais toujours à chercher l’avantage d’une situation et ainsi tirer profit des choses, c’était le but premier quand tu allais voir une personne. Ce n’était jamais par sympathie, mais pour obtenir quelque chose d’une manière ou d’une autre, et encore une fois, cela avait fonctionné.

« Au plaisir de se revoir. »


Suite à quoi, tu le laissas partir de son côté pour partir du tien, et surtout penser à la suite. Tu étais persuadé que vous alliez vous revoir, et plus tôt que tu pouvais le penser. Après tout, Tokyo avait l’air d’être grande, on croisait toujours les mêmes personnes aux mêmes endroits, quand on sait où chercher. C’est avec le sourire que tu pris la fuite dans la nuit, loin des regards, et rester dans l’ombre jusqu’à une prochaine attaque.

Hrp:
 
sous-titre

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nous devrions prendre le temps de parler. ft. Ellyn des Essaims [flashback]
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Nous sommes tous des Obama français
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Zone RP - Tokyo :: ► Quartiers Sud :: District 17 - Setagaya-
Sauter vers: