Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Un air de vengeance... Ft. Usui Kazuo

 :: Zone RP - Tokyo :: ► Quartiers Est :: District 11 - Koto Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Masaki Eto
Quinx || Inspecteur classe spéciale
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 19
Dim 18 Déc - 18:12

Un air de vengeance…

Ft. Usui Kazuo
1548 mots

Cette nuit-là, la lune éclairait la pièce comme s’il faisait jour. Lorsqu’il tourna la tête vers celle-ci, Eto vit qu’elle semblait pleine, voilà pourquoi elle était si lumineuse ce soir se dit-il. Il soupira, reportant son regard sur le plafond qu’il connaissait maintenant par cœur, dans les moindres détails. Il leva une main vers le plafond, l’observant sous toutes les coutures puis la laissa retomber mollement sur son lit. Encore une fois, ce fut une nuit où le sommeil semblait impossible à trouver. Changeant de position plusieurs fois, il finit par se résoudre à se lever. Il s’assit sur le bord du lit et enfoui son visage dans ses mains. Brusquement il se leva, secouant la tête, essayent d’évacuer toutes pensées sombres qui pourraient ressurgir. Il se dirigea vers sa salle de bain et, prenant appui sur l’évier, se regarda dans le miroir. Sa peau était pâle, son regard était sombre et ses traits durs. Il s’aspergea le visage avec de l’eau glacée et restant un instant debout, se demanda s’il avancerait dans la traque du meurtrier de ses parents aujourd’hui. De toute façon quoi qu’il arrive, il le trouverait. Serrant les poings sur les rebords de l’évier, il préféra retourner dans sa chambre plutôt que de se remémorer de sombres souvenirs. Regardant l’heure il vit qu’il était bien trop tôt pour partir au CCG. En effet, il n’était pas sûr que ses « collègues » soient déjà présents à 2 heures du matin. Il décida d’aller s’entraîner dans la pièce qu’il avait aménagé justement pour ce genre de moment à l’aide du confortable revenu auquel il avait droit grâce à son poste. Avant tout, il enfila une tenue plus adéquate pour le sport qu’un simple caleçon.

Il passa donc le reste de la nuit à s’entraîner, comme il aimait le faire, seul face à lui-même et ses démons. Après de longues minutes à suer, à frapper, à souffrir, le soleil sortit le bout de son nez. Il sentit la chaleur de l’astre lui réchauffer le visage tandis qu’il s’étirait. L’aube arrivait doucement. Eto fila prendre une bonne douche bien chaude qui sembla le revigorer. Fermant les yeux, sentant les gouttes perler sur sa peau, il se prépara à affronter une journée remplie et à débusquer tous ces foutus monstres. Il se demanda avec regret combien de meurtres auraient été perpétrés cette nuit et se prépara à partir, déterminé. Une fois prêt et après avoir grignoté un petit quelque chose, il prit la route pour se rendre au CCG et retrouver ses collègues du Quinx Squad.

Aujourd’hui Eto portait une simple chemise blanche, retroussée jusqu’à ses coudes, ainsi qu’une sorte de lanière qui lui resserrait légèrement le bras droit. Par-dessus cette chemise, il avait enfilé un gilet de costume marron foncé et ses boutons en or, accordé à sa cravate marron. Il avait complété sa tenue par un simple pantalon noir, une ceinture et des chaussures assorties noires. Bref rien dans son apparence ne semblait sortir de l’ordinaire, ni d’ailleurs dans son attitude car il n’avait rien fait de particulier, mais malgré ça, lorsqu’il passa dans l’allée qui menait à l’entrée du CCG, les têtes se retournèrent sur lui et les messes basses se multiplièrent. Il soupira, les ignorant à chaque fois qu’il le devait tout en tendant l’oreille. « Tiens Masaki, que va-t-il trouver à faire aujourd’hui pour assouvir ses pulsions meurtrières ?» « Arrête, tu sais très bien qu’il est plus qu’utile ici, ça se trouve sans lui tu ne serais peut-être même pas là pour te plaindre idiot » « Eh bien peu importe, tout ce que je sais c’est que c’est un monstre, regarde son visage, aucune émotion, tsss. » Eto fit mine de n’avoir rien entendu. Après tout, il avait déjà entendu ce discours des centaines de fois, et il n’en avait vraiment que faire. Ce dont il était sûr, c’est que si cet homme ne faisait que s’intéresser à son cas, il n’irait pas très loin. La seule chose qui comptait ici, c’était les résultats, et pour cela rien ne servait de se tourner les pouces, il fallait agir et donc traquer ces satanées goules. Il finit par entrer dans le bâtiment et se dirigea vers les locaux où se regroupaient les Quinx. Sur le chemin, il y eut encore de nombreux regards méfiants vers lui, d’autres baissés par crainte et d’autres, très rares, neutres qu’on lui lançait d’inspecteur à inspecteur.
Continuant son chemin à travers les couloirs, il finit par croiser un inspecteur spécial avec qui il avait déjà travaillé auparavant.

« Ah, inspecteur spécial Masaki, je vous cherchais. Nous avons une nouvelle affaire toute fraîche, nous vous attendons en salle de réunion. »

« Bien, j’y vais de ce pas, dois-je aller chercher les autres Quinx ? »

« Ne vous en faites pas, j’y allais justement. On se voit en réunion. » dit-il en s’éloignant.

Reprenant son chemin sans un regard pour son collègue, Eto changea de direction et bifurqua pour rejoindre la salle de réunion. Quand il entra dans la pièce, un silence s’installa mais les murmures reprirent quand il s’efforça de saluer les personnes déjà présentes. Quelques minutes plus tard, ses camarades des Quinx arrivèrent, il les salua un poil plus gaiement, soulagé qu’ils soient enfin là et qu’il ne soit plus le seul « différent » du groupe. Durant les minutes qui suivirent, ils discutèrent d’un cas de meurtre qui s’était produit dans le quartier proche d’Aogiri. Ce n’était pas une mission anodine car des affaires similaires semblaient être en lien avec cette dernière. De plus, les quartiers qui touchaient aux territoires d’Aogiri n’étaient pas réputés pour être calmes et sans encombre. Lorsque des colombes étaient repérées dans le coin, on ne donnait pas très cher de leur peau si elles n’étaient pas un minimum préparées. C’est pour cela que les Quinx avaient été réquisitionnés sur cette affaire. Notre équipe serait sûrement capable de mener cette enquête à bien. Les jours suivants leur servirent alors à se préparer à la suite.

Durant ces quelques jours, Eto remarqua quelque chose d’étrange. Ayant consulté et analysé les preuves ainsi que le peu d’informations qu’on leur avait mis à disposition, il semblait que quelque chose dans cette affaire lui semblait familier. Enfin, les affaires de meurtres provoquées par des goules étaient tellement semblables qu’il ne savait pas vraiment s’il mettait le doigt sur quelque chose d’intéressant ou s’il s’égarait complètement. Malgré tout, il sentit que quelque chose clochait. Perplexe, il avait préféré ne pas alerter ses camarades des Quinx car ils auraient probablement dit qu’il délirait. Personne n’était vraiment au courant du passé d’Eto, mais ils se doutaient bien qu’il en avait après quelqu’un, après une certaine goule. En effet, lors des moments où il perd le contrôle de son kagune, il perd aussi le contrôle de son esprit et révèle parfois des informations qu’il n’a pas forcément envie de divulguer. C’est de cette manière qu’ils ont connus quelques détails sur son histoire et qu’ils ont décidé de l’aider à contrôler son kagune. Bien que les relations humaines ne soient pas son fort et le repousse la plupart du temps, il savait que les Quinx étaient là pour l’aider si un jour il en ressentait le besoin. Peut-être qu’un jour il leur expliquerait le fond des choses, ce qui l’a rendu comme ça et pourquoi il met autant de rage dans son métier. Ainsi ils pourraient mieux le comprendre, parce qu’il n’était pas forcément facile à vivre au quotidien. Enfin, ce n’était pas le sujet, pour le moment il fallait qu’il se concentre sur l’affaire en cours.

Ils prirent la décision de se rendre dans le quartier des crimes pour enquêter au plus près des évènements. Après tout, on n’était jamais mieux servis que par soi-même. Essayant d’être les plus discrets possibles, ils avaient pris la décision de se séparer sur place. Bien qu’il sache pertinemment que chaque Quinx saurait se débrouiller à la perfection, il avait un très mauvais pressentiment concernant cette affaire. Lui n’avait pas peur de mourir, mais s’il avait loupé un indice crucial qui aurait pu sauver l’un ou l’autre de ses camarades si l’opération tournait mal, il s’en voudrait cruellement. L’air de rien, il se promena dans les rues autour des scènes des crimes comme ils l’avaient prévu dans le plan. Les victimes, des jeunes hommes, avaient tous été assassinés dans des petites ruelles sombres et isolées. Alors si chacun pouvait être un appât potentiel, la goule responsable de ces crimes se montrerait peut-être.

Eto trépignait, s’aventurant toujours plus loin dans les ruelles. Il n’avait qu’une envie, que cette goule lui tombe dessus et que ce soit à lui de la réduire au silence. Son instinct exterminateur de goules se réveilla. Il fallait absolument qu’il parvienne à résoudre cette affaire. Il voulait savoir par-dessus tout ce qui lui semblait familier dans cette affaire et ce qui lui donnait un sentiment affreux de déjà-vu.
Soudain, alors qu’il se triturait les méninges à essayer de mettre les affaires en lien et à coller les indices ensembles, il sentit qu’il n’était plus seul. Faisant mine de rien, il se prépara tout de même à bondir, prêt au combat si c’était nécessaire. Si cette présence avait été une présence amie, elle se manifesterait probablement sinon, il serait prêt.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 27 Déc - 19:44
  • Takayu Kaze
  • Usui Kazuo
Un air de vengeance...
Depuis quelques temps, Kazuo prenait un énorme plaisir à massacrer des innocents aux alentours du territoire d'Aogiri. Pas de raison particulière à cela, l'albinos était juste d'humeur meurtrière depuis quelques semaines... Et pour éviter de se défouler sur ses sous-fifres il avait choisi des cibles plus faciles et plus amusantes à terroriser avant de tuer. C'était fourbe, c'était lâche, mais Kazuo se sentait mieux à détruire ces vies là. Des vies qui connaissaient le bonheur, qui avaient des familles et des amis sur qui compter... Il prenait aux humains ce que les humains lui avaient pris, tel une Grande Faucheuse. Peu importait qu'ils soient jeunes, vieux, blancs ou noirs, tous y passeraient tôt ou tard. L'albinos avait la rage au ventre et elle n'était pas là de disparaître.

Ca faisait quelques années pourtant maintenant qu'il avait perdu toute sa famille. Des années qui correspondaient à une vraie descente en Enfer pour la goule, son entrée à Aogiri et la réapparition de Râ pour le CCG. Putain oui, qu'est-ce que ça avait pu lui manquer de les faire tourner en bourrique ceux-là... Et avec ses meurtres actuels il savait qu'il était en train de leur donner du pain sur la planche. Au moins ça les faisait bosser et puis pour l'instant il n'avait pas encore été tenu responsable des meurtres ce qui était parfait. Il pouvait s'amuser encore un peu comme ça. Aujourd'hui n'était qu'une autre journée de massacre à ses yeux, tandis qu'il se préparait à sortir du 11e arrondissement pour se rendre à ses abords, là où il était très actif en ce moment. Vêtu comme le dieu solaire, son masque de faucon sur la tête, Kazuo ne tenait pas à être reconnu et fiché s'il se faisait prendre. Et avec cette tenue, les autres goules ainsi que les Colombes savaient à quoi ils allaient se frotter s'ils venaient à lui chercher la bagarre. Au fond l'albinos n'attendait que ça, qu'ils viennent lui chercher des emmerdes. Ca lui permettrait de se défouler un bon coup contre des adversaires plus coriaces que tout ces pauvres humains qu'il avait tué jusqu'à présent.

Il s'aventurait dans les petites ruelles sombres, à la recherche de sa prochaine victime. Tel une ombre, Kazuo se glissait contre les murs discrètement malgré sa tenue et son physique atypique. Ses kakugan rougeoyaient à travers les fentes de son masque tandis qu'il scrutait les moindres recoins à la recherche d'une personne isolée et inoffensive qu'il pourrait tuer facilement. Le bonhomme qui sortait d'un bar là-bas? Non pas trop tentant. Et le gosse qui attend à côté d'une supérette? Trop facile. L'albinos décida d'attendre encore une bonne opportunité, bien que ça le démangeait de déployer son kagune pour massacrer le premier venu.

Finalement, au détour d'une ruelle, Kazuo remarqua quelqu'un de potentiellement intéressant à tuer. Un homme d'âge mur, qui n'avait pas l'air de l'avoir repéré et qui avait l'air de flâner dans les ruelles. Le dévolu de la goule se porta sur cette personne, qu'il suivit à bonne distance et passant parfois par les toits pour éviter d'être vu. Il observait les moindres gestes de sa future victime. Pour le moment il ne semblait pas l'avoir repéré, mais plus Kazuo l'observait, plus il lui rappelait quelque chose. Pensif il s'arrêta un moment sur le rebord d'un balcon. Oui cet homme lui disait quelque chose... Mais quoi? Pour le moment il n'en savait rien et il espérait que cette sensation de déjà-vu s'estomperait ou se concrétiserait. Il n'aimait pas avoir cette impression sans savoir d'où elle venait.

Reprenant sa traque, il finit par passer devant le petit brun pour le dépasser et l'attendre à l'intersection de deux rues. Une fois à destination il déploya son kagune en partie et attendit que le type soit assez près de lui pour lui barrer la route, calmement. Anormalement calmement. Avec sa stature et en se grandissant un peu, il pouvait passer comme un mur infranchissable et jouait la carte de l'intimidation. Placé ainsi, il pouvait également mieux détailler le visage de l'homme qu'il visait. Ces traits ne lui étaient définitivement pas inconnus... Comme s'il avait souvenir de ce visage, mais beaucoup plus jeune. Un léger rictus se dessina sur ses lèvres tandis qu'il laissait grandir les flammes dans son dos.

"Bien le bonsoir jeune homme~"

Sans prévenir il durcit l'une de ses ailes et envoya une salve de cristaux sur celui qu'il espérait avoir comme prochaine victime. Son sourire devint plus avide et sadique, tandis qu'il vérifiait bien avoir atteint sa cible. Il ne pensait pas s'être loupé d'ailleurs...
Commentaire
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Masaki Eto
Quinx || Inspecteur classe spéciale
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 19
Jeu 5 Jan - 19:48

Un air de vengeance...

Ft. Usui Kazuo
… mots

Alors qu’il marchait d’un pas déterminé mais aussi prudent, Eto ne pouvait s’empêcher de se questionner sur le mode de vie des ménages qui occupaient la zone. Cette dernière n’était pas réputée comme la zone la plus tranquille et la plus calme en raison de sa proximité avec le territoire d’Aogiri. En effet, le QG des goules qui composaient Aogiri prenait place dans le quartier juste à côté d’après les données du CCG. De nombreux raids avaient déjà été lancés dans ces lieux mais ils n’avaient pas toujours été victorieux. La menace était toujours bien présente, ce qui fit douter Eto quant à la sécurité des populations des environs. Le nombre de crimes ici était beaucoup plus élevé que dans la plupart des autres arrondissements malgré le travail des inspecteurs du CCG. Ils ne pouvaient pas tout le temps être partout, même si c’est qu’il faudrait pour améliorer la situation. Et c’est cela qui frustrait le plus l’inspecteur qui se trouvait dans les petites ruelles sombres du quartier. Il n’arrivait pas à imaginer comment pouvait-on vivre insouciamment dans de telles conditions. Bien sûr, grâce au CCG il n’y avait pas des attaques tous les jours à chaque coin de rue mais des attaques, il y en avait tout de même. Eto voulait se battre pour toutes ces familles qui devaient craindre pour leur vie à chaque fois qu’elles devaient sortir le soir, pour ne plus qu’elles vivent dans la peur et dans le doute de savoir si chacun allait revoir les membres de sa famille en rentrant le soir.

Eto avait perdu ses parents à un âge très précoce et jamais il ne souhaiterait ça à quiconque sauf peut-être à toutes ces goules qui ne rechignaient pas à ôter la vie des braves citoyens et qui faisaient ainsi augmenter le nombre d’orphelins, de veuves, et de parents sans leurs chers enfants. Perdre sa sœur fut ensuite le deuxième choc de sa piètre enfance. Bien qu’aucune goule n’en fut directement la responsable, l’inspecteur prenait l’assassin de ses parents pour coupable. Si ses parents avaient été là, ils auraient pu s’occuper d’elle mieux qui ne l’aurait fait lui-même et leurs revenus auraient permis qu’on la soigne. C’est en ayant vécu ces évènements qu’il tenait absolument à faire de son travail un moyen de sauver les jeunes enfants et même toutes les autres catégories de personne de la perte des êtres chers. Pour cette raison, il arpentait ces rues encore et encore, cherchant inlassablement le ou la responsable des actes cruels dont ils avaient été chargés il y a quelques jours. Quand il pourra enfin tomber sur ce criminel, il ne lui faudra pas plus d’une seconde pour savoir ce qu’il ferait. Il tuerait ce monstre, en y prenant plaisir et en lui faisant regretter tout le mal qu’il aura répandu. Il espérait d’ailleurs pour la goule en question qu’elle tomberait plutôt sur l’un de ses collègues des Quinx, car si elle tombait sur lui, elle ne finirait pas sa maudite vie à Cochlea le centre de détention des goules mais plutôt en Enfer, si bien sûr il en existait un pour ce genre de monstre. Quitte à ignorer la consigne de ses supérieurs quant à ramener les goules vivantes dans le but de les questionner, il ne pouvait se permettre de la laisser en vie. Sinon, il renoncerait au but qu’il s’était fixé.

Son but n’était pourtant pas bien compliqué. Il devait retrouver la goule qui avait assassiné froidement ses parents et la faire souffrir jusqu’à son dernier souffle. Jamais il ne lui laisserait aucun répit, la mort serait son seul repos. Mais avant de pouvoir lui faire regretter le fait de s’être attaqué à sa famille, il fallait déjà qu’il la trouve. En effet, il n’avait que peu d’indices sur cette goule. Il avait déjà épluché le dossier qui concernait ses parents même si ce fut assez dur pour lui et n’avait trouvé que quelques détails utiles. Les seules choses qu’il savait c’est que ses parents avaient été tués par une goule qui avait déjà perpétré de nombreux meurtres similaires. Ce n’était vraiment pas une information primordiale puisque ça n’aidait en rien mais il pourrait peut-être trouver des affaires semblables à celle-ci. Il devait continuer d’enquêter, il ne s’arrêterait pas avant de l’avoir retrouvée. Il s’était déjà posé plusieurs fois la question quant à la provenance de cette goule. Appartenait-elle à Aogiri ? Ou bien à Suicide Circus ? Ou peut-être était-ce seulement une goule agissant seule ? Il ne savait pas, mais pourquoi une organisation aurait-elle voulu la mort de ses parents ? Après tout, ils n’étaient personne. Enfin, peut-être que ce monstre agissait par seule envie de tuer ou de se nourrir sans avoir consulté qui que ce soit. Mais c’était dangereux d’attirer le CCG lorsque l’on appartenait à une organisation. Il est vrai que les inspecteurs se concentrerait sur la série de meurtres de la goule ce qui pourrait mettre en danger l’organisation à laquelle elle appartient. Enfin, de toute manière, qu’elle appartienne à l’une ou à l’autre, il la tuera quoi qu’il arrive.

Tandis qu’il avançait toujours plus loin dans la ruelle, la présence ne s’était toujours pas manifestée. Puis soudainement il vit une silhouette le dépasser, passant à côté de lui fugacement. L’inspecteur se raidit, serrant son poing autour de la poignée de sa quinque qu’il dissimulait jusque-là au maximum dans l’ombre. L’étranger avait-il deviné qu’il était du CCG ? Qu’il l’ait remarqué ou pas, de toute façon, il le verrait bientôt s’il devait s’affronter ou même juste discuter. Enfin cette présence était tout de même suspecte, elle ne devait probablement pas être une présence amie finalement. Continuant toujours d’avancer, durcissant son expression pour ne rien laisser paraître, il se prépara mentalement à un affrontement sanglant. Il tentait de garder une expression neutre ne voulant ni montrer son anxiété quant à la personne qu’il allait découvrir ni son incroyable excitation qui grandissait à chaque pas qu’il faisait. Enfin il allait rencontrer un nouvel ennemi qu’il pourrait massacrer sans ménagement, il en trépignait d’impatience. Enfin, peut-être se faisait-il trop de faux espoirs, peut-être était-ce juste un homme perdu ou quelque chose comme ça. Mais il vit finalement l’homme, assez grand, lui barrer la route à une intersection. Bien, décidément, ce n’était définitivement pas une présence amie. Eto ne put s’empêcher de sourire. Étudiant les possibilités qu’il avait, il vit qu’il pourrait difficilement s’enfuir puisque l’homme entravait totalement la voir face à lui. Il faudrait donc qu’il fasse demi-tour mais il ne se risquerait pas à tourner le dos à l’ennemi. Il n’avait donc qu’une seule chance, se battre. De toute façon, c’est exactement ce pourquoi il était venu, il se devait juste d’observer toutes les portes de sorties possibles comme tout bon inspecteur.

S’approchant encore plus, il put mieux détailler la personne qui se tenait face à lui. C’était un homme de grande taille qui avait de longs cheveux blancs et qui portait un masque de faucon. Il fronça les sourcils. Il avait déjà vu ce masque quelque part. Tandis qu’il observait ses traits, il que l’homme souriait tout en déployant son kagune qui semblait être d’énormes ailes de feu. Eto analysa rapidement la situation. Une goule de type Ukaku, ce qui voulait dire une grande rapidité mais une endurance réduite. Bon, ce n’était pas les adversaires les plus faciles à abattre mais il fallait qu’il fasse durer le combat pour pouvoir s’en sortir plus facilement. L’inspecteur avait déjà rencontré un bon nombre de goules similaires, il devrait s’en sortir. Et puis même s’il ne s’en sortait pas, qu’importe ? Il se sera battu comme une bête jusqu’à son dernier souffle, sans aucun regret. Quand le monstre le salua, quelque chose fit tilt dans son esprit, il avait reconnu la goule qui se tenait face à lui, il était en effet connu du CCG. Ce n’était autre que Râ aussi connu sous le nom de Hayabusa No Kasai, une goule de rang S. Eto se méfia, cette goule n’était pas à son premier meurtre, il les accumulait même. Mais était-ce lui qui était responsable des derniers meurtres du secteur ? Mais l’inspecteur fut ravi de se retrouver face à lui, il allait pouvoir effacer de la terre un être aussi vil que lui, il ricana face à cette perspective. Sa haine envers les goules se raviva, aussi forte qu’elle ne pouvait l’être. Il ne pensait plus qu’à une chose, réduire en miette la goule face à lui. La rage qui l’habitait et qui le faisait devenir lui-même monstre se réveilla. Il pencha la tête sur le côté, faisant craquer son cou.

Il n’eut pas le temps de faire autre chose ou de dire quoi que ce soit qu’une salve de cristaux du kagune ennemi se dirigeait déjà vers lui. Il eut tout juste le temps de sortir sa quinque de sa mallette pour parer l’attaque. Il avait brandi ses deux grandes épées, Hel et Vali, juste devant lui, protégeant ainsi ses points vitaux. Malgré ça, il fut écorché à plusieurs endroits, mais rien de grave, il ressentait à peine la douleur.

« Eh bien eh bien, Râ n’est-ce pas ? J’ai lu ton dossier sale monstre… Si tu savais comme je suis ravi de me retrouver face à toi ! Les erreurs de la nature comme toi n’ont rien à faire parmi nous… Je vais te détruire et ainsi je vengerais toutes les pauvres victimes que tu as laissé derrière toi ! Mais dis-moi, est-ce toi qui est responsable de tous ces meurtres dans le quartier ? »

L’inspecteur le scrutait derrière ses deux lames dégainées, observant ses mouvements et ses gestes pour trouver une faille qu’il pourrait exploiter par la suite. Il ne savait pas s’il avait déjà entendu parler de lui et donc s’il savait qu’il faisait partie des Quinx, il préféra donc garder son kagune caché pour le moment. Il pourrait ainsi le sortir et l’utiliser à un moment propice, quand son adversaire ne s’y attendrait pas ou encore s’il en avait réellement besoin. Avant de se jeter sur son adversaire, il attendit sa réponse, trépignant d’impatience. Il n’avait qu’une envie, c’était planter ses lames dans la chair de son ennemi et ainsi voir la vie quitter ses yeux petit à petit.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 12 Jan - 11:19
  • Masaki Eto
  • Usui Kazuo
Un air de vengeance...
Un rictus se dessina sur les lèvres de l'égyptien, alors que son adversaire venait de réussir à parer son attaque. Vu comme ça ce n'était qu'un échauffement, il n'avait pas encore déployé sa pleine puissance sinon l'inspecteur serait déjà mort. S'il avait été sûr de la nature de son adversaire, il n'aurait pas simplement lancé une attaque aussi flemmarde. Oui, il était sûr d'avoir affaire à un inspecteur maintenant, puisque l'homme face à lui venait de se protéger à l'aide de quinques en forme d'épées. Bizarrement ça ne le mettait pas autant en colère que ça. Au contraire il était ravi de se frotter à un humain qui ne se laisserait pas faire. Ca faisait bien longtemps qu'il n'avait pas trouvé un adversaire à sa mesure, capable de lui tenir tête.

Ce qu'il trouvait divertissant, c'était l'agressivité et l'hostilité qui se dégageait du personnage en face de lui. A croire qu'il déversait toute la haine du monde dans ses paroles. Ce genre de discours... Kazuo trouvait cela pathétique et sans intérêt. Juste des paroles prononcées par quelqu'un qui voulait se prendre pour un héros, un sauveur du peuple. L'albinos soupira de dédain, posant un poing sur ses hanches tandis que les flammes de son kagune continuaient d'ondoyer derrière lui. Il n'était même pas sur ses gardes, comme s'il était juste en train de discuter le plus normalement du monde avec un étranger.

"Tu me cherchais donc blanc-bec... J'aurais dû me douter que j'aurais les Colombes aux trousses, à vouloir me faire plaisir comme ça. Tant pis, ce qui est fait est fait et je le regrette pas."

Kazuo fit un pas en avant, vers l'inspecteur, sans même avoir l'air de craindre pour sa vie. Au contraire il était largement sûr de lui et de ce qu'il faisait. Après tout, il avait énormément de puissance, une puissance qu'il voulait déployer dans toute sa grandeur pour montrer qui il était et à quel point il était dangereux. Après toute la merde qu'il avait vécu au cours de sa vie, il avait eu le temps de s'endurcir.  Et pourtant il aurait pu mourir de nombreuses fois, seulement il s'était accroché à la vie comme un charognard sur un morceau de viande. Et il ne laisserait personne l'arrêter aussi facilement.

L'albinos finit par s'arrêter juste à portée d'épée pour l'inspecteur. Pourtant il n'en était pas impressionné pour deux sous et continuait de le toiser comme s'il ne valait rien à ses yeux, ce qui était un peu le cas au fond. Après tout il avait la possibilité de se défendre et conservait sa pleine puissance au fond de lui pour frapper au bon moment.

"Tu es bien hypocrite, comme tout les autres inspecteurs d'ailleurs. Si je suis le monstre à tes yeux alors n'importe quelles goules sans histoire et ne vous cherchant pas d'emmerdes peut vous considérer comme tel également. Après tout, tuer des enfants et des femmes sans défense en utilisant l'excuse que ce sont des goules ça ne doit pas te déranger je me trompe?"

Le ton était amer, tranchant. Kazuo savait tout ça mieux que quiconque puisque le CCG avait débarqué chez lui et tué sa femme ainsi que ses deux enfants sous ses yeux. Qu'avaient-ils fait pour le mériter? Rien du tout. Leur seul crime était d'être nés goules apparemment. Jamais ils n'avaient été hostile aux humains, sa femme avait même appris à l'albinos à se fondre dans la masse et cette éducation avait été transmise aux enfants pour qu'ils n'aient pas d'ennuis. Ca n'avait pas été du goût de ces bâtards du CCG apparemment. Et c'était en partie de leur faute si Kazuo avait mal viré à nouveau, après les assassinats purs et durs de sa famille.

"En tant que faucon, je me dois de chasser les autres oiseaux pour rester seul maître des cieux... Tu ne feras pas exception mon mignon."

La seconde d'après, Kazuo s'était déplacé tellement vite qu'il se retrouva dans le dos de son adversaire, souriant d'un air extrêmement mauvais. Il lui envoya un coup de pied puissant dans le dos afin de l'envoyer valser plus loin et tenter de l'handicaper un peu. Puis afin d'éviter toutes représailles, il se hâta d'aller se percher sur la rambarde d'un balcon plus loin. Ses ailes de feu éclairaient la ruelle d'une lueur rouge infernale et donnaient même une dimension démoniaque à l'albinos avec les ombres qu'elle dessinait sur son corps. Dieu du soleil ou démon des enfers, dans tout les cas il ne se laisserait pas faire par qui que ce soit et ne mourrait pas aussi facilement. Et pas aujourd'hui en tout cas. Il avait encore sa famille à venger et des dizaines de Colombes à tuer pour satisfaire cette soif de vengeance.
Commentaire
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Masaki Eto
Quinx || Inspecteur classe spéciale
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 19
Sam 28 Jan - 18:32

Un air de vengeance…

Ft. Usui Kazuo
2222 mots

Tenant toujours ses deux lames bien droites devant lui, il observait chaque fait et geste de son adversaire qui semblait redoutable. En effet, il avait réussi de justesse à parer l’attaque de ce dernier. Il fallait qu’il fasse attention, ce ne serait probablement pas une partie de plaisir. Enfin, tuer des goules était toujours une partie de plaisir, mais parfois, c’était juste un peu plus compliqué. Et puis, de toute façon, même s'il perdait la vie ce soir, il serait mort en faisait ce qui lui plaisait le plus : mettre en charpie des monstres.
Fixant la goule face à lui, il se dit que ce n’était pas bien prudent d’agresser un homme en pleine rue, sans savoir qui il pouvait réellement être. Bon c’est vrai que les goules n’ont aucun état d’âme concernant leurs victimes mais tout de même, se jeter à l’inconnu de cette manière n’était pas très malin pour une goule. Il n’avait pas vraiment pris le temps de savoir qui il était avant de faire quoi que ce soit. Si une goule banale avait fait la même chose, elle n’aurait pas fait long feu. Bien qu’Eto soit déjà un puissant inspecteur, il y en avait des plus forts que lui, et ils n’étaient pas plus commodes. Ne pas se renseigner sur eux et ne pas mettre au point de stratégie avant de se jeter « dans le tas » menait le plus souvent à la mort de la goule qui n’avait pas été prudente. Enfin, ici, ça ne semblait pas être le cas. Même si la goule présente n’avait pas vraiment pris le temps d’identifier la nature de sa « victime », il n’avait pas eu l’air spécialement déstabilisé lorsqu’il avait découvert qu’Eto était du CCG. Cette goule était assez sûre d’elle pour ne pas avoir besoin de prendre des précautions avant de lancer une première attaque. Évidemment, Râ n’avait pas besoin de tout ça, il n’était pas n’importe qui…

Lorsque que Eto avait parlé, la goule face à lui avait soupiré, l’air dédaigneux et le poing sur la hanche. Eto n’avait pas réagi face à ce comportement, il n’en avait que faire du dédain de son adversaire. En fait, il n’en avait que faire de tout ce qu’il pouvait bien penser de lui. Tout ce qu’il recherchait ici, c’était du sang et de la souffrance, il voulait à tout prix la mort de ce fameux Râ. Cette perspective l’excitait de plus en plus. Il n’attendait qu’une chose, que le corps de cette monstruosité retombe, inerte sur le sol, les cheveux ensanglantés et une expression figée sur son visage. Visage qu’il pourra d’ailleurs bien détailler lorsqu’il pourra lui enlever son maudit masque de faucon. Pourquoi ce faucon d’ailleurs ? L’inspecteur se demandait bien ce que ce masque signifiait. Enfin, seulement par pure curiosité, ce n’est pas comme s’il voulait s’intéresser à la vie de cet homme.
La vie de cet homme… En avait-il réellement eu une avant de faire ce qu’il faisait : tuer sans pitié pour son propre plaisir ? Certains inspecteurs au CCG discutaient parfois des goules qui avaient eu un passé. En effet, certaines essayaient parfois de mener une vie normale, parmi les humains. Ridicule. Comment de tels monstres, impurs, vils et contraires à la nature pouvaient-ils bien s’adapter à notre monde ? Et comment pouvaient-ils espérer une seule seconde que nous les accepterions ? Pour l’inspecteur, ce genre de goules n’étaient autres que des idéalistes et des stupides rêveurs qui se mentaient à eux-mêmes. Eto n’était pas de ceux-là. Ils ne peuvent tout simplement PAS cohabiter. Il faudrait être aveugle pour ne pas voir ça bordel. Quand bien même certains essaieraient, les choses finissaient toujours par mal tourner. La goule finissait toujours par perdre la tête, ou faire une erreur qui menait bien souvent à la mort d’un humain, d’une manière ou d’une autre. C’est pour ça qu’Eto était catégorique là-dessus, goules et humains ne pourraient jamais vivre ensemble, jamais ! Leur place était en enfer, avec tous les autres de leur espèce.

La goule prit la parole tandis qu’elle restait face à lui, sans montrer aucun signe d’une attaque imminente. Il l’avait appelé blanc-bec. Eto ricana. Il ne le connaissait décidément pas du tout. Pour un blanc-bec, il était assez dangereux pourtant. Enfin ça, il ne le savait probablement pas, ce qui était d’ailleurs peut-être mieux pour le moment. Ça permettrait à l’inspecteur d’avoir un léger « avantage ». Moins on connaît son adversaire, plus il faut se méfier, c’est bien connu. Contrairement à son interlocuteur, Eto avait parcouru le dossier de Râ. Il ne le connaissait pas non plus parfaitement, mais au moins, il avait eu quelques détails qui pourraient, qui sait, peut-être l’aider. Il parla ensuite des Colombes. Évidemment qu’elles seraient à sa recherche, ça semblait plutôt logique, elles n’allaient pas laisser des crimes impunis et un criminel en liberté. Il prononça ces paroles sans regret, comme s’il annonçait quelque chose de banal, de normal pour lui. Eto le regarda avec un profond dégoût, qu’il ne dissimulait pas. C’est ce genre de comportement qui lui faisait aimer pourfendre les gens comme lui.

« Blanc-bec ? Eh bien tu ne te prends pas pour n’importe qui à ce que je vois. Oui ça me semble plutôt logique que tu ne regrettes rien, après tout, les choses comme toi ne sont pas capables de ressentir quoi que ce soit, le contraire m’aurait bien étonné en revanche. »

Les paroles de l’inspecteur dégoulinaient de haine. Et pourtant, il trouvait ce qu’il disait tellement évident pour lui. Il ne voyait même pas pourquoi il l’avait précisé. Ce n’est sûrement pas l’être qui s’amuse à tuer qui peut ressentir quoi que ce soit, lui-même le savait bien.
La goule s’avança d’un pas sûr vers l’inspecteur. Celui-ci renforça discrètement l’appui de ses jambes et resserra bien les mains sur les manches de ses épées. Ne sachant pas encore ce que prévoyait l’homme face à lui, il préférait être prêt à bondir pour esquiver un coup ou même être prêt à riposter et lui-même porter un coup efficace à ce monstre. Eto voyait bien que la goule était sûre d’elle. Il est vrai que Râ n’était pas un petit poisson, mais l’inspecteur ne l’était pas non plus. De toute façon, à l’issue de cette rencontre, ils sauront bien qui des deux aura été le plus puissant mais aussi le plus intelligent face à la situation.
Râ finit par s’arrêter très près de l’inspecteur. Si près que si celui-ci décidait de porter un coup, il pourrait le toucher sans difficultés, même si évidemment, il pouvait tout aussi bien l’esquiver avec sa rapidité. Il avait ce regard dans les yeux, comme s’il était tout-puissant et que rien ne pouvait l’atteindre. Comme si l’inspecteur n’était pas capable de lui infliger quoi que ce soit. L’inspecteur sourit. Lui non plus n’était pas impressionné, lui non plus n’en était pas à son coup d’essai. Mais il allait se méfier tout de même, il fallait toujours se méfier avec les goules comme ça. Il lui suffirait d'attendre le moment où ce plein d’assurance lui ferait défaut, et là, il agirait.
Il finit par traiter les inspecteurs d’hypocrites, disant qu’eux aussi était des monstres à tuer des « goules sans défense ». Il avait parlé d’un ton amer. L’inspecteur ne put s’empêcher d’éclater de rire sinistrement. Il braqua un regard froid et sans émotions sur la goule aux ailes de feu.

« Et alors ? Tu crois peut-être que ça m’importe ce que tu penses de nous ? Vous pouvez bien penser ce que vous voulez, je n’en dormirais pas moins. Les goules ne valent rien du tout pour moi. Et non tu ne te trompes pas en effet. Femmes et enfants méritent tout autant de mourir sous mes lames. Rien ne changera le fait qu’ils sont des erreurs de la nature qui se nourrissent de chair humaine eux aussi. Je dois t’avouer que c’est même plutôt amusant parfois. Certains ont du mal à le faire, je ne les comprends pas, enfin que veux-tu... Après tout, quelle différence y a-t-il ? Mais toi sale monstre tu es aussi hypocrite, tu n’as rien à me dire là-dessus, tes victimes sont toutes autant innocentes. »

Le ton de l’inspecteur était plutôt léger, comme s’il s’amusait à raconter ça. En réalité, il avait en mémoire la plupart des familles de goules qu’il avait décimé. Ces jours-là, c’est qu’il avait décidé d’appeler les journées « détente ». Bien qu’il s’ennuyait et n’appréciait pas spécialement tuer des adversaires aussi faibles, il prenait plaisir à voir les mères tenter de protéger leurs enfants. Hilarant. Mais pour éviter de s’ennuyer il testait de nouvelles choses. Tuer la mère devant les enfants, les enfants devant la mère, obliger la mère à se tuer pour faire vivre ses enfants et finalement les tuer aussi. Toutes sortes de choses amusantes quoi. Enfin, il repoussa ses douces pensées et se reconcentra sur la situation actuelle. Il ne devait pas relâcher son attention face à cet ennemi.
Il reprit ensuite la parole, expliquant que le faucon se devait d’exterminer tous ses adversaires pour régner en maître. Voilà peut-être pourquoi son masque représentait cet animal. C’est vrai qu’avec son kagune de type Ukaku il ressemblait plutôt à un volatile. Mais il ne fallait pas qu’il se brûle les ailes. Enfin, c’est une expression, puisque ses ailes étaient déjà en feu, se dit l’inspecteur. Aux paroles de la goule, il leva les yeux au ciel. Encore ce discours des « grands méchants ». "Je vais tuer tout le monde pour être le plus puissant, bla bla bla…" Eto s’en fichait plus qu’autre chose. Quand il en aurait fini avec lui, lui aussi irait se charger des autres goules de ce genre. Chaque goule décimée était une avancée pour le but qu’il s’était fixé. Néanmoins, les choses sérieuses allaient probablement commencer. Eto fit craquer son cou et fronça les sourcils.

« Eh bien, approche monstre. »

Il eut juste le temps de prononcer cette phrase qu’il se retrouva projeté à quelques mètres de là où il se trouvait auparavant. En effet, il n’avait pas eu le temps de se retourner et de parer le coup de son adversaire qui s’était précipité derrière lui avec une vitesse extrême. Il avait alors ressenti une douleur dans le dos. Évidemment, l’inspecteur aurait bien du mal à rivaliser avec la rapidité d’une goule de ce genre. Il fallait qu’il trouve une solution pour le fatiguer rapidement, avant que les choses ne tournent mal. Il fallait qu’il essaye de parer ou d’esquiver les coups jusqu’à qu’il puisse prendre le dessus. Malgré le fait qu'il avait atteri plus loin, il avait essayé de ne pas quitter des yeux l'autre homme. Il le vit d'ailleurs  sauter sur un lieu en hauteur, hors d’atteinte pour de simples épées, du moins quand on n’avait pas d’ailes soi-même.
L’inspecteur réfléchit à la situation. Devait-il trouver un moyen de le faire descendre de son perchoir, cet oiseau de malheur ? Il ne savait pas vraiment comment il pourrait faire ça. Lui n’avait pas d’ailes et il ne pouvait tout simplement pas faire un saut aussi grand. Et s’il lançait quelque chose, comme une de ses épées, il pourrait ne plus pouvoir y avoir accès… Il serra les dents, son esprit tournant à plein régime. Était-il obligé de sortir son kagune maintenant finalement ? Il avait espéré en faire la surprise plus tard mais bon, s’il n’avait pas d’autre choix… Après tout, il ne devait pas s’en douter, la surprise serait donc quand même au rendez-vous.
Il se releva donc lentement, un sourire malsain aux lèvres même s’il était écorché un peu de partout, et un regard fou dans les yeux. En général, quand il sortait son kagune, ce n’était pas bon signe pour la plupart des gens sur place. Soit il arrivait à le contrôler et là il s’amusait à tuer goule sur goule, soit il s’enfonçait profondément dans la folie et détruisait tout sur son passage. Enfin, pour l’instant, bien que sa folie soit tapie dans l’ombre, il n’était pas assez énervé pour perdre totalement pied.
Lentement, ses habits se déchirèrent au niveau de ses reins. 6 tentacules bleu-rouge sortirent bientôt et s’élevèrent bien au-dessus de sa tête. Tenant toujours aussi fermement ses deux lames il s’avança pas à pas dans la ruelle jusqu’à l’endroit où se trouvait Râ.

« Allez ne t’en vas pas, viens t’amuser avec moi… »

Son sourire était cruel, sa voie était rauque et son ton menaçant. Il leva la tête vers la goule, un éclat sombre dans les yeux tandis qu’il lançait trois de ses énormes tentacules vers l’endroit où se tenait Râ, détruisant un gros morceau du balcon au passage. Il s’écarta ensuite d’un rapide bond, évitant ainsi de recevoir des décombres sur le crâne. Bon, il n’avait pas tellement contrôlé son coup, d’ailleurs il espérait ne pas trop avoir attiré l’attention mais peu importe. Le plus important était de blesser la goule. Il savait que ce coup ne serait pas mortel, mais il le toucherait probablement. Il avait seulement voulu le déloger de son balcon pour l’instant, n’étant pas forcément à l’aise avec un adversaire dans les airs. Mais l’inspecteur était comme un petit fou, littéralement fou en fait. La partie commençait et il allait bien s’amuser.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Kazuo Umezu pourra garder sa maison
» [Demi] Kazuo / Shimera vs Sylquartz / Carpediem
» This small heart can get lonely, I lose myself inside myself ▬ Esha / Kazuo
» Kazuo Hikari, un gars qui vient de loin !
» L'union fait la force (PV Seki Zennosuke, Kahei et Kazuo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Zone RP - Tokyo :: ► Quartiers Est :: District 11 - Koto-
Sauter vers: