Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

A ray of light between raindrops [Pv : Tsubaki Kaede]

 :: Fosse des Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 20 Aoû - 14:49

ft. Tsubaki Kaede

ft. Takano Akimitsu

「 A new wronged world 」


Bleu, le ciel était constellé de petits nuages blancs ou de grands tapis immaculés. Timide, le soleil jouait avec ces voiles éphémères. Peut-être ne souhaitait-il pas voir le monde d'en bas? Voir à quel point tout avait changé, si vite, si brutalement...peut-être que la pluie ne venait pas, car elle même était dégoûtée. Akimitsu se sentait mal, malgré cette journée aux températures plutôt douce et à la météo agréable. Il se trouvait assit sur un banc, un jeune homme solitaire, avec deux oreillettes à gauche et à droite, connectées à un MP3 dans sa poche. Oui, il se sentait mal, même en observant les oiseaux voltiger de-ci, de-là, insouciants. Même en voyant tout de même des jeunes en sorties, riant ou discutant. Non...même ça ne parvenait pas à lui remonter le moral. Car lui ne se voilait pas la face...ou plutôt, il savait.

Le Picasso avait échappé de peu à la mort, il y a de cela quelques semaines. Prit dans un piège destiné à un groupe organisé de goules souhaitant rejoindre Aogiri, il avait fait face alors à un adversaire redoutable, contre lequel il n'avait eut d'autre choix que fuir...ou périr. Désormais, il savait que le CCG ne se composait pas seulement de personnes compétentes, capable d'user d'armes pouvant lui faire du mal. Non, le CCG, c'était également des hommes qui n'en étaient pas. Des monstres...pour ceux qu'on considérait monstre. Ses blessures avaient mit du temps à guérir, le forçant à prendre un congé en prétextant une personne âgée de la famille approchant la mort, avec qui il souhaitait passer du temps. Bien sûr, cela n'était pas vrai. Il était resté enfermé chez lui, pendant au moins une semaine, avant qu'il ne se mette à sortir de nouveau...

...Et qu'il apprenne les nouvelles. Tout d'abord, il y avait eu ce nouveau groupuscule. Des rumeurs de goules...d'humains même. Quelque chose d'étrange mais d'inquiétant. Des personnes prêtes à s'en prendre à la fois à Aogiri et le CCG, aux ambitions et objectifs méconnus. Cela ne présageait déjà rien de bon. Mais le CCG sembla soudain changer de moyens...de mentalité. En quelques jours, en une semaine, voilà qu'une immense lame de fond était passée sur la ville. Détruisant de grandes figures du monde des goules...tout comme humaines. C'était un chaos invraisemblable, jusqu'à ce que le CCG impose sa domination à la fois en moyens d'actions, mais aussi au niveau décisionnel, sur l'ensemble de Tokyo. Désormais, la panique grandissait au sein des goules des Districts. Le mot passait, comme quoi il se profilait quelque chose de terrible, que la main du CCG devenait d'acier, et qu'elle allait s'abattre sur Tokyo. Certains, même, allaient jusqu'à parler d'une guerre.

Une guerre...humains et goules. Rien ne faisait plus peur à Akimitsu que l'idée d'un chaos généralisé, des affrontements répétés. Il espérait que cela n'arriverait pas. Mais depuis cet épisode, cette "Semaine des Colombes Rouges" comme il l'avait nommé lors d'une discussion dans un bar du District 4, les tensions se faisaient de plus en plus nombreuses. Bien sûr, certains citoyens faisaient comme si de rien n'était...a moins qu'ils ne s'en fichaient complètement. D'autres en revanche, commençaient à devenir nerveux, suspectant les uns et les autres. Et les colombes étaient devenues bien plus vivaces, bien plus hargneuses, même, de ce qu'il avait entendu. Alors, lui aussi gagné par ce stress ambiant qui s'était mit à grandir comme une nappe de smog au dessus de la ville nippone, il était sortit aujourd'hui, en une belle journée de dimanche, pour tenter de se détendre.

Mais la musique, l'environnement, les oiseaux, les gens...tout cela n'y faisait rien. Il ne pouvait s'empêcher de penser à tout ce qui était entrain de se dérouler. Et l'impression qu'une épée gigantesque allait s'abattre sur la ville entière ne cessait de croître, prendre de la place dans son esprit et ses cauchemars. Après un soupir, le jeune homme décida de se caler sur le banc...et il amena son mp3 à son visage afin de changer d'air. Pour la journée, il s'était habillé simplement d'une chemise noire avec quelques motifs rouges sombres, ici et là. Une simple ceinture grise maintenait son pantalon blanc comme les nuages dans le ciel. Et il était sortit chaussé d'une paire de baskets ébènes, aux lacets rougeoyant.

Aujourd'hui, il ne s'attendait pas à une rencontre. A une discussion. Son esprit était ailleurs, inquiet, tentant d'imaginer un avenir qui lui semblait bien sombre. Mais peut-être que quelque chose allait se mettre en travers du chemin des sombres nuages noyant l'horizon...et changer ses idées, l'espace d'un instant?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Tsubaki Kaede
Civil || Etudiante
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 23/07/2016
Age : 17
Sam 20 Aoû - 22:08

Humpty Dumpty sat on a wall~


Takano Akimitsu | Tsubaki Kaede



-----------------------------------------------



« - Ce n’est pas une tenue pour venir jouer jeune demoiselle !»

Son professeur d’instrument l’avait prise en retrait, juste après qu’elle soit passée à l’audition. Il paraissait... Furax. Vraiment. Il faisait tout un plat à cause des vêtements qu’elle portait. N’empêche, il avait l’habitude devoir la jeune femme mettre tout et n’importe quoi. Mais là, il ne pouvait pas supporter que l’une de ses élèves vienne jouer devant des jurys et des spectateurs mal fringuée. Kaede souriait en se souvenant des longs speechs qu’il lui avait fait des années plus tôt, en lui expliquant que l’apparence est quelque chose de très important, et que l’on peut facilement perdre des places face à un juriste coincé.  

En même temps, il avait raison, elle aurait très bien pu faire quelques efforts. Par exemple, ne pas venir avec un jean déchiré et un t-shirt en mauvais état. En fait c’est ce qu’elle avait fait. Pour compléter sa tenue, elle avait pleins de bracelet à son poignet droit, des sandalettes aux pieds et s’était fait une queue de cheval. Apparemment, c’était pas passé.

Et puis, elle mentirait si elle n’avouait pas qu’elle avait fait ça pour voir sa réaction. C’était plutôt drôle en fait.
Au bout de quelques secondes, la jeune fille soupira. Ce qui lui valut un regard noir de la part de son enseignant.

«-Arrête de te focaliser sur ce genre de bagatelle, c’est pas le plus important ! »

Nan. Le plus important, c’est qu’elle avait accomplit un sans-faute, et qu’elle avait su faire passer ses sentiments par son jeu.
Son professeur ne parla pas, il se contenta de la toiser.

« -Si j’te connaissais pas, souriait-elle,j’aurais l’impression que tu me reluque là !
-Tss. Tu sais que ce n’est pas mon genre. Je suppose que tu vas rentrer directement et ne pas attendre pour les résultats ?
-Ah ! Tu me connais bien, dis donc !
-Pff, soupira-t-il, très bien je t’enverrais tes résultats. »

Elle lui sourit en guise de réponse. Il n’était pas si énervé que ça en fait. Kaede avait même perçu une petite étincelle de fierté dans son regard. La jeune femme mit sa veste violette, rangea son violon et mit l’étui dans son dos.

En sortant, un beau ciel l’attendait. Les couleurs bleu et blanc prédominaient. Le soleil jouait à cache-cache avec les nuages de coton et il faisait chaud. En clair, c’était le temps idéal pour se promener. Elle flâna dans les rues.
Au bout d’un moment, elle vit un parc, avec du monde dedans. La violoniste s’y dirigea. Elle pourrait peut-être y aborder quelqu’un pour parler. Ou peut-être pas. Depuis quelques semaines, elle avait vu le comportement des gens changer. Ils devenaient plus méfiants. Au départ, Kaede n’en comprenait pas la cause, alors elle s’était tournée vers ses parents. Ils lui avaient apprit quelques trucs, par exemple, que le directeur du CCG avait changé suite à la disparition de l’ancien. Sa mère lui avait aussi relatée une rumeur, comme quoi il y aurait un rassemblement de goule et d’humain qui causerait du tort... à tout le monde.
Sa génitrice lui avait conseillée de ne pas prêter trop d’importance aux rumeurs qui circulaient ses temps-ci.  

Elle observa le parc tout en marchant. Il était composé de verdure, de fleurs colorées, d’arbres...et de gens. Elle s’assit sur un banc, et posa son violon à terre. Comme elle s’ennuyait et avait oubliée son casque, elle chantonna :

« -Humpty Dumpty sat on a wall, Humpty Dumpty had a great fall.»
Son anglais n’était pas excellent et son accent japonais ressortait. Elle s'en foutait.
« - All the king’s horses, and all the king’s men couldn’t put Humpty together again~»

Ce n’est qu’à la fin de la comptine qu’elle remarqua qu’un jeune homme était sur le même banc qu’elle. Etait-il présent avant elle ? Kaede ne saurait le dire.

« -Heu... Bonjour ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 25 Aoû - 22:30

ft. Tsubaki Kaede

ft. Takano Akimitsu

「 Oh Mary...contrary...」


Son regard s'arrêta sur l'herbe plus loin, les arbres, les passants. Puis il appuya sur "Play", pour lancer la première musique qui viendrait se présenter sur la liste. A ce moment il commença à entendre une mélodie qu'il connaissait déjà, et qui n'allait sûrement pas arranger son état actuel. Pourtant, il l'aimait tellement! Ainsi il murmura un peu, alors qu'elle commençait :

-Oh Mary, contrary...how does your garden grow? Come with me, and you'll be, the seventh maid in a row. Her answer, a laughter, soft as she lowered her head : You're too late, I'm afraid... this flower's already dead.

Après ce refrain, il se mit à soupirer. Pourquoi se trouvait-il toujours une certaine beauté dans les tragédies? Les pièces de théâtre...oui, bien sûr, il avait dû travailler extrêmement dur, même retourner à l'école fut un temps, il peinait donc à comprendre certains passages. Mais pourtant il était toujours intrigué par ces histoires au dénouement des plus terribles. Comment la grâce pouvait se trouver dans ce genre de situation et susciter de telles émotions? Cela restait pour lui une énigme qui n'en était pas une, inconsciemment.

La relation entre les goules et les humains étaient en soi tragique. Dans l'obligation de se nourrir, une obligation à laquelle aucun d'entre eux ne pouvaient contrevenir, mais que certains acceptaient parfaitement...alors que d'autres se battaient avec courage contre cette chaîne de naissance qui entravait leur vie. Monstres, créatures incomprises, effrayantes, souffrantes. En soi, leur existence même était une véritable tragédie, pour ceux d'entre eux n'acceptant pas leur propre nature, l'affrontant pour la maîtriser, trouver des chemins détournés. Prit dans ses réflexions, il se posa la question...que donc pouvait être la meilleure chose? Être né foncièrement "bon"...ou bien avoir surmonté sa "mauvaise" nature au travers de grands efforts? Étrangement, il eut l'impression de ressasser quelque chose...

Pendant ce temps, la mélodie continuait.

-Don't leave me, please don't...
-...had a great fall!
-...seventh maid in a row...
-...king's men couldn't...

...Qu'était-ce donc que cela? Intrigué, la comptine sur l'oeuf et son mur se terminait alors qu'il retirait ses oreillettes et que son doigt appuyait pour mettre en pause la musique. Intrigué, il tourna sa tête vers la source de cette langue anglaise, tranchée par un accent très prononcé, bien qu'il se trouvait dans la même situation, à vrai dire. Quelqu'un lui disait bonjour d'un air un peu hésitant. En effet, il n'avait pas remarqué que quelqu'un s'était assit sur le même banc que lui, noyé qu'il était dans ses pensées et par sa musique.

Juste à côté de lui, il y avait une jeune fille. Jeune, en effet, elle ne devait pas avoir plus de vingt ans. Des cheveux à la couleur crème, semblant entretenus mais pourtant assez dispersés. Une frange, menant jusqu'à un regard bleu comme le ciel. Elle était arrivée là, aussi silencieuse qu'une feuille. Elle lui semblait bien frêle, petite de taille, pourtant elle provoquait une impression étrange, et un sourire se fraya jusqu'à son visage : Elle semblait charmante! Bien qu'elle était habillée avec un T-shirt en très mauvais état et un jean troués à plusieurs endroits...bien sûr.

Rangeant d'une main ses oreillettes dans sa poche, il répondit à sa salutation, souriant aimablement et d'un ton qui se voulait équivalent à cette expression :

-Bonjour, mademoiselle. Excusez moi, je ne vous avais pas remarqué avec ma musique dans les oreilles.

Sur-ce, il s'inclina poliment, tandis que ses yeux voguaient sur les alentours. Il remarqua par terre une étrange boite...un étui? Cela semblait être un violon, non? Lui qui aimait la musique n'avait pas réellement de grandes connaissances sur les instruments...d'autant plus qu'entre le violoncelle, le violon et la contrebasse, il y avait pour lui de quoi se perdre. Ainsi donc, elle devait être musicienne. Intéressant! Peut-être qu'inconsciemment, il souhaitait échapper à sa propre inquiétude, c'est pourquoi il reprit, toujours très aimablement, alors même qu'il se redressait sur ce banc où il était précédemment affalé :

-Vous êtes venus ici pour vous reposer un peu?

Même si sa voix était douce, son visage, ainsi que sa précédente posture ne masquaient pas son véritable état. Sous ses yeux, on pouvait même distinguer de vieilles traces de cernes, cicatrices bénignes de sa double vie nocturne. Et son visage était encore contracté par l'inquiétude. Mis à part cela, il était tout à fait honnête dans sa question. Il attendit poliment une réponse de la jeune demoiselle.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Tsubaki Kaede
Civil || Etudiante
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 23/07/2016
Age : 17
Ven 26 Aoû - 22:28

A ray of light between raindrops


Takano Akimitsu | Tsubaki Kaede




-----------------------------------------------


Le jeune homme répondit à sa salutation. Kaede était contente, au moins elle ne se prendrait pas de bâche. Elle ne comptait plus les fois où elle avait été ignorée. Ҫa serait un long chiffre. Il s’excusait même de ne pas l’avoir remarquée ! Son sourire s’agrandit. Pendant qu’il parlait, elle l’observa. Dans la vingtaine, ce jeune homme aux yeux brun et à la chevelure charbonneuse portait des vêtements aux couleurs contraires : noir et blanc.
Il semblait lui aussi profiter du bon temps.

« -Ouais, je... »

C’est alors qu’elle remarqua. Cette lueur de fatigue, de tristesse et d’inquiétude dans les yeux du jeune. Elle réalisa que tout son être exprimait ces sentiments négatifs. Que ça soit par son regard, son visage ou sa posture, tout véhiculait ces impressions.  Elle ne l’avait pas décelé de suite, à cause de cette atmosphère lourde qui régnait sur Tokyo depuis maintenant quelques semaines. Elle s’y était presque habituée maintenant. Du coup, elle ne remarquait presque plus. Tragique.  

« -Il t’es arrivé quoi? »

Sa voix était calme, presque semblable à un murmure. Mais assez fort pour qu’il puisse l’entendre.
Elle ne le regardait plus, occupée à observer deux jolis oiseaux qui s’étaient posés à quelques mètres du banc. Elle ne connaissait pas le nom de cette espèce. En posant cette question, Kaede ne s’attendait pas vraiment à une réponse. Les deux piafs semblaient se fuir l’un l’autre. Dès qu’un approchait, l’autre se décalait. Spectacle assez amusant en somme. Elle les compara au comportement humain. Comportement qui était assez fréquent.
Les oiseaux s’envolèrent.

Elle le regarda à nouveau et se décida à répondre à sa question.

« - Ouais, comme j’ai pas envie de rentrer, j’me promène. Et t -»

Elle s’arrêta, trop habituée à tutoyer les gens.  Cet après-midi, elle choisit qu’elle serait un peu respectueuse envers ses ainés. Un peu.

« -Et vous ? Qu’est-ce qui vous amène ici ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 29 Aoû - 21:46

ft. Tsubaki Kaede

ft. Takano Akimitsu

「 The blooming garden of life」


Alors qu'elle avait commencé à lui répondre, elle s'arrêta en plein milieu de sa phrase. Ceci étonna le jeune homme qui fronça imperceptiblement les sourcils. Puis elle détourna le regard alors même qu'elle murmurait une question qu'elle devait se poser à elle même, mais qui ne put sûrement s'empêcher de s'échapper d'entre ses douces lèvres. A la question qu'elle ne voulait peut-être pas lui poser directement, son regard aussi se détourna. Mais la réponse ne pouvait être honnête. On ne pouvait révéler à autrui ce double jeu, cette espèce de comédie qui n'était ni rêve, ni cauchemar, mais qui se jouait pourtant. A laquelle il avait décidé de participer et dans laquelle il se retrouverait certainement prisonnier un jour. Impossible.

Non loin d'eux, deux oiseaux s'évertuaient à se rapprocher puis se séparer. Fuir, revenir, puis s'envoler ensemble...étrangement, cela lui rappelait un peu les réactions humaines. On hésitait, on se parlait, puis on se perdait de vue...avant de se retrouver et de partir main dans la main. Allait-il lui fuir face à cette question directe? Dans tous les cas il réalisait à présent que toutes ses inquiétudes pouvaient aisément se lire sur son visage. Il n'était pas le plus parfait des menteurs, sans son masque. A vrai dire, il n'avait eut que rarement besoin de mentir. Alors, le faire à présent lui semblait...étrangement plus compliqué. Peut-être que le reste de la population humaine se fichait bien de ce qui arrivait? Comment pouvait-il savoir, alors que lui même en savait déjà plus...trop peut-être? Peut-être aurait-il dû rester à l'écart, une petite vie tranquille...sans se mêler des affaires des goules ou des hommes?

...Non. Car ce qui était entrain d'arriver n'allait pas rester comme cela bien longtemps. Une bombe prête à exploser, voilà à quoi ressemblait la situation actuelle. Et mieux valait pour lui qu'il soit déjà au courant plutôt que tout tombe soudainement sur sa tête et qu'il en meurt. Oui, l'ignorance pouvait désormais tuer. Les oiseaux, sûrement d'une espèce commune à la région de Tokyo, s'envolèrent alors vers les branches d'un arbre, et même arrivés à leur destination, ils continuèrent à piailler d'une manière qui lui semblait joyeuse. Cela fit naître un sourire sur son visage, qui se tourna vers la jeune demoiselle qui répondait à sa question. Bien évidemment, une question en amenait souvent une autre.

Toujours très doux, il répondit mettant inconsciemment les mains dans ses poches, un réflexe qu'il avait de ses virées nocturnes. Egalement, il avait remarqué le changement entre le tutoiement et le vouvoiement. Cela le fit pouffer légèrement, amusé et ravit qu'on soit si poli avec lui, avant qu'il ne réponde :

-Moi? J'avais envie de me changer les idées. Beaucoup de choses me sont arrivées dernièrement...c'est pour m'échapper que je suis ici, peut-on dire.

Ce n'était pas un mensonge, mais ce n'était pas exactement la vérité non plus. Mais que pouvait-il y faire, lui qui était un monstre pour tous les autres? Son regard se détourna vers le ciel et les nuages. Il se mit à rêvasser, l'espace de quelques secondes. Un monde où il n'y aurait pas tous ces problèmes...un monde où les goules pourraient vivre avec les humains et non contre eux. Sans les psychopathes de tous les bords, sans les sans-coeur d'un côté comme de l'autre. Sans, sans, sans...avec toute cette négation, il ne resterait plus grand chose pour faire de la vie quelque chose de palpitant, peut-être. Mais au moins, tout serait calme...si agréable. Ses yeux se plissèrent un peu, alors que son sourire se faisait un peu triste...puis il revint à lui aussi vite, se redressant, et se tournant vers son interlocutrice, il avait envie de passer sur tout cela et avoir une discussion sans ce genre de choses traînant dans sa tête :

-Je me nomme Takano Akimitsu, et vous, quel est votre nom, si je peux me permettre de vous le demander?

Pourquoi rester sur tout cela? Sur toute cette noirceur qui n'appartenait qu'à un milieu qui était généralement ignoré de tous? La vie continuait. Peut-être que la plupart des goules ou des colombes n'en avait pas conscience, mais le reste du monde continuait de tourner. On pouvait mourir, être blessé, continuer à se battre...le reste du monde détournait les yeux. Ne savait pas, ne voulait pas savoir. Alors, tant qu'à faire, il fallait profiter de la vie. Discuter normalement, agir normalement, profiter...vivre! Et c'est ce qu'il comptait faire. Pour une fois qu'il pouvait avoir une discussion normale, il était prêt à mettre toutes ces pensées sombres au placard...ne serait-ce que pour s'échapper, l'espace d'un instant, de la vie qu'il avait décidé de vivre ou qui, tôt ou tard, finirait par s'abattre sur lui à nouveau.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Tsubaki Kaede
Civil || Etudiante
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 23/07/2016
Age : 17
Ven 2 Sep - 16:40

L’automne et le miel~


Takano Akimitsu | Tsubaki Kaede




-----------------------------------------------


La réponse du jeune homme fut limpide, noyée dans la brume. « Beaucoup de choses me sont arrivées dernièrement», hein ? Kaede, de nature curieuse voulait savoir ce qu’était ces « choses ». Et puis, pourquoi utilisait-il le mot « échapper », aussi ? La jeune femme accordait beaucoup d’importance sur les mots utilisés. Elle pensait que même si c’était fait inconsciemment, les mots reflétaient l’état d’esprit, ou la situation des personnes. Bien sur cela dépendait des gens et d’elle-même.
Peut-être qu’elle cherchait trop. En même temps, la blanche voulait des renseignements sur ce qu’il se passait. Même si ce garçon ne savait rien, elle se devait de « l’interroger ».

Takano Akimitsu. C’était le nom du jeune. Avec certains kanji, Takano voulait dire « haut champ ». Aki signifiait «automne » et mitsu « miel ». Ce n’était pas des traductions fidèles, mais que voulez-vous ! Kaede et les kanji, ça ne donnait pas un bon mélange.
Comme dans une solution d’eau et d’huile !

La jeune femme sourit. Elle fit abstraction de tout ce qu’il l’entourait et s’imagina un beau champ automnal, où les feuilles tombantes de milles couleurs valsaient au gré du vent et les fleurs fanent de vieillesse.
Un beau nom donc.

Elle laissa sa rêverie de côté.

« - Kaede. Tsubaki Kae-. »

Tout à coup son téléphone vibra dans la poche de son gilet. Elle le prit avec tellement de maladresse et de brusquerie qu’il tomba. Evidemment avec ses réflexes quasiment inexistants elle ne put le rattraper avant qu’il ne touche le sol. Elle le contempla sans faire aucun geste, avec cet air surprit qu’ont les enfants avant de s’apercevoir qu’ils ont fait une bêtise. Elle se leva et le ramassa. La blanche soupira de soulagement. Il n’était pas cassé. Certes, ce n’était pas une grosse chute, mais elle en avait déjà cassé un comme ça.
Ne jamais sous-estimer la force obscure d’une chute !

« -Excuse moi, lança-t-elle à Akimitsu, c’est important. »

La jeune femme se rassit et lut le message. Comme elle si attendait, son jeu avait fait impression et elle était plutôt bien classée. Elle arborait un sourire fier.

« -Wataaa ! »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 11 Sep - 23:37

ft. Tsubaki Kaede

ft. Takano Akimitsu

「 A melody in the air」


La jeune demoiselle lui répondit tout gaiement. On aurait dit l'éclat d'une rose dans un champ de violettes, d'une couleur proche, pourtant bien plus rayonnante. Il ne savait pourquoi, mais elle le faisait sourire. Kaede. Alors qu'il apprenait également son nom, une vibration vint interrompre sa phrase. Alors qu'elle sortait son téléphone, lui souriait. Tsubaki Kaede. Etait-ce le destin qui avait ainsi décidé de lui faire rencontrer quelqu'un qui semblait si...si...il ne savait pas trop. Il y avait chez elle quelque chose de différent. Quelque chose dont il n'arrivait pas à trouver l'expression exacte. C'était...comme une fleur dans un champ, oui. Toutes similaires, pourtant celle-ci était différente.

Alors qu'il pensait, il vit qu'elle l'empoigna d'une manière fort précipitée, qui mena à la fuite de l'appareil d'entre ses mains. Celui-ci tourna un peu, elle tenta de le reprendre, mais il n'en fut rien. Quand à lui, il se trouvait trop loin pour pouvoir espérer le rattraper mais cela ne l'empêcha pas de faire le mouvement. La coque toucha le sol et le téléphone se retrouva au sol avec le bruit caractéristique du plastique dur qui se retrouve malmené. Puis le silence. Intrigué, le jeune homme la fixa...et ne put s'empêcher d'avoir un sourire franc, presque niais. On aurait presque dit un enfant étant entrain de réaliser qu'il a renversé son verre d'eau sur le plancher, pour la première fois de sa vie. C'était à la fois mignon et amusant.

Finalement, Kaede décida de se lever pour se rassurer sur l'état de sa possession. Fort heureusement, au vu de son soupir et de ce qu'il voyait, il n'était pas cassé. Alors, elle se tourna vers lui pour s'excuser des quelques secondes qu'elle allait prendre afin de vérifier cet important message. Akimitsu lui répondit par un sourire et un simple signe de tête. Il ne fallut pas longtemps avant que le visage de la jeune fille ne change du tout au tout, et qu'elle ne s'exclame pour exprimer sa joie. Face à une telle explosion de couleurs, il la regarda, un sourire aux lèvres et un air amusé, avant de demander gaiement, la joie de la demoiselle étant pour lui contagieuse :

-Une bonne nouvelle? Si c'est important, c'est à propos de votre avenir dans le domaine de la musique? Vous êtes une violoniste non?

Il était vrai qu'il ne lui avait pas demandé. Dés le départ il avait noté la présence de la forme caractéristique aux côtés de la blanche. En tant que musicienne, elle devait peut-être apprécier son art au point de vouloir en faire son métier. Cela ne l'aurait pas étonné du moins. Cependant, elle lui semblait bien jeune. Il lui donnait dans les seize-ans tout du moins. Le jeune homme savait à quel point les apparences pouvaient être trompeuses et, de toute manière, il n'était pas rare de trouver des personnes de son âge dans les milieux artistiques, même au niveau professionnel. Enfin...il n'allait pas lui demander son âge, c'était impoli, à demander cela à une demoiselle.

Alors il se contenta de se pencher en avant, joignant les mains, toujours avec un sourire amusé sur le visage. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas parlé à quelqu'un comme ça. La joie...cette émotion était rare dans son métier. Et quand à son entourage, il était bien seul, chez lui. Ses sorties nocturnes n'arrangeaient en rien son état émotionnel. C'est pourquoi il se trouvait ravit d'être présent à cet endroit, en ce moment, avec une personne telle qu'elle. Cela lui faisait le plus grand bien. Les gens passaient à côté d'eux. Certains leur jetant un regard, en particulier après l'exclamation de Kaede. Mais tous passaient leur chemin. Après tout, ils étaient deux jeunes gens comme les autres, au milieu d'un parc. Il n'y avait là rien d'exceptionnel.

Pourtant, pour la goule, cela avait des airs...presque féeriques. Et il espérait pouvoir se détendre plus au fur et à mesure de la discussion. Son inquiétude et son stress, en tout cas, commençaient doucement à s'estomper de son visage.  

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Tsubaki Kaede
Civil || Etudiante
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 23/07/2016
Age : 17
Mar 13 Sep - 19:42

La force de la musique


Takano Akimitsu|Tsubaki Kaede




-----------------------------------------------


Kaede rayonnait de joie. Néanmoins, une chose obscurcit sa positivité. Oui, elle était bien classée, mais la perspective des prochains morceaux à travailler, qui seront bien évidemment plus complexes, et le jury qui en demandait toujours plus, ne l’enchantait guère.

Son fidèle sourire ne s’estompa pas pour autant. Elle vivait la joie de l’instant en s’efforçant de ne pas se s’inquiéter du futur. Les soucis, les inquiétudes, Kaede les transformaient en sons. Et ces sons ajoutés un à un, formait une mélodie. Qu’elle soit belle, mélancolique ou agitée. La blanche avait toujours crût que les meilleurs et les pires des sentiments étaient une force, une force que les musiciens se devaient de dominer pour les laisser éclater lors d’une performance. Et qu’ils submergent et atteigne de plein fouet leurs auditeurs.

Kaede, lorsqu’elle jouait, ne se souciait pas de rendre hommage aux compositeurs. Pour elle, c’était plus une sorte de défouloir qu’autre chose.
Un beau défouloir.

Akimitsu lui demandait si la nouvelle était bonne pour son avenir, et si elle était violoniste. Son voile de tristesse semblait s’être envolé au loin. Kaede était contente, elle préférait de loin voir les gens heureux plutôt qu’ils broient sans relâche du noir.

Yep, c’est une excellente nouvelle. Et ouais, t’as raison, chuis violoniste. »

Et voilà. Maintenant elle s’en rendait compte, la blanche était de nouveau passée au tutoiement. Attitude légère et peu polie selon quelques uns, mais habitude dont elle ne se passerait pas. D’une certaine manière cette façon de s’exprimer rapprochait plus vite les gens.

Son regard couleur ciel passa d’Akimitsu au parc, puis du parc à un groupe de jeunes gens discutant et rigolant à quelques mètres d’eux, et du groupe à son instrument. Et là, Kaede eut une de ces envies irrépressible et fulgurante. Elle ne l’avait jamais fait, jouer dans un parc.

C’est avec des yeux emplit d’une lueur nouvelle, une lueur d’envie qu’elle fixa Akimitsu. Comme si elle attendait sa permission comme un gamin préparant une surprise qu’il espérait émerveillante aux yeux de ses parents.

Peut-être voudrais-tu m’écouter ? »

Son ton était franc, elle n'y était pas passée par quatre chemin, en balbutiant de timidité ou autre. Elle avait vraiment envie de jouer ici et maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Lucky Light
» Moon Light [Pouffy]
» Feather Light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Fosse des Rps-
Sauter vers: