Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Quand une passion rapproche, ça fait des étincelles [PV Kala ♥]

 :: Fosse des Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 10/02/2015
Dim 7 Aoû - 12:16
741 mots
Dialogue en #F4661B
Actions en italique
Quand une passion rapproche, ça fait des étincelles
« Quelle belle journée qui s’annonce ! »

Tu disais ça chaque matin. Littéralement, chaque matin tu te levais de bonne humeur en disant que ça allait être une bonne et belle journée. Cette déception quand tu ouvris tes volets et que tu vis qu’il faisait très moche, c’est-à-dire qu’il pleuvait et qu’il y avait de l’orage. Tu fixais l’extérieur d’un air mauvais, pas spécialement content de devoir sortir par un temps de pluie. En effet, le temps influait pas mal sur ton humeur, même si tu étais joyeux même par temps pluvieux, neigeux, ensoleillé ou autre chose. Mais là, tu aurais voulu du soleil. Parce qu’il pleuvait depuis trop longtemps à ton goût.

Plusieurs jours sans voir le Soleil, c’était assez désagréable et ça te mettait presque de mauvais poil. Cependant, tu tenais bon ! Et tu mettrais l’ambiance au boulot comme d’habitude, en amusant la galerie. La routine quoi, métro boulot dodo, et ce chaque jour de chaque semaine de chaque mois de chaque année. Il y avait des fois où il se passait des trucs inédits, genre lorsque tu allais t’acheter un nouveau jeu, et que tu rentrais pour jouer pendant des heures jusqu’à t’endormir dessus. Bien entendu, tu ne faisais jamais ça pendant le boulot, sinon tu ferais mal ton travail.

L’organisation était le maître-mot de ta vie, c’était le cas de dire. En fait tu faisais tellement tout bien, sans te vanter bien évidemment puisque tu étais modeste, que tes journées étaient plus ou moins rythmées. Une vie bien ordonnée, c’était ça en l’occurrence. Bon depuis quelques temps, tu aimais bien passer du temps avec Eika. Cette jeune femme aussi accro que toi à Pokémon. A croire que vous avez oublié de grandir… Et quand on vous voit ensemble, c’est carrément le cas, parce que plus rien ne compte. Tiens, aujourd’hui, tu passerais du temps avec elle !

Cette perspective te redonnais déjà le sourire, et tu allas te préparer, de meilleure humeur. Toi il t’en fallait très peu pour être heureux, comme le disait la chanson. Une fois prêt, tu pris ta valise qui contenait ta Quinque, Thor pour être précis, et tu te rendis au boulot en sifflotant. Décidément tu n’aimais pas la pluie, encore moins quand l’eau s’infiltrait dans tes chaussures et te mouillait les chaussettes et les pieds pour le reste de la journée. Ta vie, c’était quelque chose de normal, totalement normal, il n’y avait rien d’extravagant, tu l’étais simplement la journée et il n’y avait pas de quoi en faire un plat. Tu vivais simplement.

En oubliant ta particularité de Quinx qui te bouffait l’existence quand tu étais contrarié, et dans ces cas-là il ne fallait même plus venir te parler, sous peine de finir mal. Tu ne plaisantais pas avec ça, et les gens voyaient quand tu étais sérieux. Ils le voyaient facilement parce que tu blaguais tout le temps. Te voir comme ça faisait presque peur tant on n’était pas habitué, mais tu prenais toujours tes précautions. Penser à ça te fit perdre ton sourire. Tu espérais que cela n’arrive pas aujourd’hui en fait, tu voulais passer une bonne journée.

Une fois arrivé au CCG, tu agitas ton parapluie comme un débile pour en virer le plus de gouttes possibles et rentrer avec le sourire. Tu savais ce qu’il se passait, tu savais que le CCG n’était plus vraiment ce qu’il était depuis ce coup de force, mais tu faisais celui qui n’était pas au courant, juste pour Eika en fait, parce que tu avais envie de la voir. De toute manière, si ça se corsait ou quoi, tu partirais, purement et simplement. Même si cela semblait une mauvaise idée.

Dans tous les cas, tu n’en étais pas encore là. Allant déposer ton parapluie et ta mallette dans ton bureau, tu en ressortis rapidement pour aller voir si ton amie était arrivée. Tu étais tellement de bonne humeur que c’était impossible pour les autres d’être négatifs, avec toi à côté. Finalement, tu te rendis dans le bureau d’Eika, tout sourire dehors.


« Salut Cresselia ! »

Tu l’appelais comme ça depuis le jour… Non depuis toujours en fait, aussi loin que tu t’en souviennes, tu l’avais toujours appelé Cresselia. Ah si ! Depuis que tu savais qu’elle adorait Pokémon. Pourquoi Cresselia ? Aucune idée, pour toi, ça lui allait bien tout simplement, et ça s’arrêtait là. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 10 Aoû - 21:58


Quand une passion rapproche, ça fait des étincelles

Glenn



C’était une journée difficile qui s’annonçait.

Entre les piles de papiers inutiles qu’elle devait remplir, son humeur d’une noirceur inquiétante, sa fatigue et son manque de motivation à tout finir, il fallait le dire, ce ne serait absolument pas de tout repos comme quart de travail. Le fait qu’elle n’allait pas était pourtant caché sous les manches trop longues de son kigurumi coloré, une tonne de fond de teint appliqué soigneusement sur la peau de son visage pour cacher les cernes bleues foncées qui s’étaient peintes sous ses yeux dorés, et un faux sourire quasi-permanent ancré sur ses lèvres rosées. Et malgré tout, son aura en elle-même projettait ce mal d’être tout autour d’elle, si bien qu’un seul coup d’oeil suffisait à faire comprendre qu’elle n’était pas d’humeur à se faire déranger. Pourquoi? Eh bien, c’est un truc bien nébuleux aux yeux des autres autour d’elle, autant ses camarades de travail qu’à sa famille pratiquement inexistante, si ce n’était de son fils adoptif.

Non, absolument personne n’était au courant de la raison de ses maux. On aurait pu dire que c’était le changement de direction au CCG qui l’affectaient d’une telle façon. Le fait que leur objectif de maintenir la paix dans Tokyo avait été radicalement altéré par cet homme qui avait forcé la main de l’organisation simplement pour s’installer au-dessus de tout le monde. Quelque part, l’on aurait raison de croire cela, car il est vrai que ce gros changement l’avait marquée. Elle qui croyait n’avoir qu’à aider les goules à s’en sortir et éviter les griffes des autres colombes… Maintenant, les humains avaient besoin d’elle aussi. Mais il n’y avait pas que ça qui la rendait aussi malheureuse ces derniers temps.

Loin de là.

Un soupir quitta la bouche de la jeune femme, alors qu’elle mettait de côté un document qu’elle venait tout juste de réviser et peaufiner comme il se doit, portant ensuite une main à son cou un peu inconsciement afin de toucher l’anneau qui reposait contre les bandages qui couvraient sa peau. Le simple fait de ressentir la froideur de ce bijou si précieux contre ses doigts lui faisait ressentir tout un lot d’émotions, de la joie à la peur, mais d’abord et avant tout une énorme tristesse. Eika soupira à nouveau, un soupir triste et tremblant, alors qu’elle essuya doucement une larme qui menaçait de couler de son oeil.

Elle n’avait pas compris pourquoi tout ça avait fini de cette façon. Elle n’avait pas compris pourquoi il avait choisi de partir et de la laisser ici, alors qu’en lui offrant cet anneau, Masaki avait promis de rester avec elle jusqu’au bout, de faire d’elle sa femme, sa famille… M’enfin, c’était bien quelque chose qui demeurerait dans l’ombre à jamais, maintenant. La première personne qui l’eut aimée malgré ses défauts et ses fautes, la jeune Hoshina eut le malheur de la mettre en terre, sous une tombe de pierre froide où elle a fait graver son nom, dans un cimetière qu’elle visitait probablement trop souvent au goût des autres. Et elle qui fut autrefois si heureuse alors qu’il était avec elle, s’était renfermée sur elle-même, comme une huître; elle qui aimait tant parler de lui à ses camarades qui la toléraient et étaient contentes pour elle ne disait plus rien, se contentait de s’enfermer dans son bureau dès qu’elle arrivait pour son quart de travail pour n’en sortir que lorsque celui-ci finissait, sans adresser la parole à qui que ce soit. Et tous les soirs, elle repartait au cimetière pour y passer la nuit, emportant des couvertures pour éviter d’attraper froid, s’asseyant à la tombe de son premier amour afin de lui raconter sa journée et ses problèmes, combien il lui manquait, combien elle aimerait le revoir.

Bon, d’accord… Elle ne passait pas TOUS les soirs là-bas. Parfois elle allait passer ses soirées chez Glenn, l’un de ses camarades de travail et un ami qui lui était devenu très précieux au fil du temps, surtout depuis qu’elle avait perdu Masaki. Etrangement, il arrivait toujours à lui redonner le sourire, lui faire oublier ses soucis en l’espace de quelques heures. Après tout, il était tout aussi accro’ à Pokémon qu’elle…

M’enfin. La brune soupira longuement, essuyant à nouveau ses yeux qui se remplissaient de larmes. Elle n’avait pas envie de repenser à tout ça. Ca ne l’aidait pas du tout, surtout vu comment elle ne se sentait pas bien ce matin. Et dieu sait qu’elle n’était pas bien, surtout après tout ce qu’elle s’était fait subir le soir d’avant. C’était presque un miracle qu’elle était au boulot ce matin-là, par une journée pluvieuse alors que les bandages sur ses bras, cachés par les manches trop longues de son kigurumi, étaient tachés de rouge. Personne n’était au courant du fait qu’elle se mutilait quand elle ne se sentait pas bien, pas même Glenn, et la seule autre personne à l’avoir su avait emporté le secret dans sa tombe.

Au moment précis où elle allait relever doucement l’une de ses manches pour vérifier l’état de ses bandages, Kala eut le réflexe de la tirer pour cacher sa main dedans. Pourquoi? Simplement parce qu’elle avait vu Glenn entrer dans son bureau du coin de l’oeil. Pour le coup elle crut halluciner un instant, surtout en voyant ce grand sourire qu’il arborait, comme à son habitude. Mais dès qu’elle entendit sa voix, elle sut qu’elle ne rêvait pas. C’était bien lui, le seul qui avait pris l’habitude de la surnommer ‘Cresselia’, comme le Pokémon légendaire. Elle ne comprenait pas comment il faisait pour être si enjoué en permanence, mais bon, elle ne posait pas de question. Tant de positivité était bien de temps en temps, et à vrai dire, ça lui faisait du bien. Elle avait tant de difficulté à voir le côté positif des choses depuis la mort de son fiancé, alors que le blond arrive à lui remonter le moral avec un simple sourire et une attitude enjouée était quelque chose de très apprécié.

«Salut, Glenn.»

Oh… Son ton avait été plus monotone qu’elle ne l’aurait voulu. Ce qui était plutôt normal après tout. Elle n’était pas vraiment d’humeur à être heureuse, même avec la gaieté de son pote qui la rendait joyeuse en temps normal. Mais bon.

«Je me demande vraiment comment tu peux être aussi heureux tout le temps, surtout par un temps pareil dehors…»



(c)LOKIA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Caïn Winchester
Rang S || Raven
avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 10/02/2015
Ven 12 Aoû - 23:02
741 mots
Dialogue en #F4661B
Actions en italique
Quand une passion rapproche, ça fait des étincelles
Tu trouvais qu’Eika n’avait pas l’air d’être dans son assiette, et cela se confirma quand elle te salua d’un ton morne, monotone. Hmmmm cette joie de vivre… Tu n’y prêtas pas attention et tu allas directement piquer un fauteuil pour t’asseoir en face d’elle, tranquillement, sans gêne. Elle te demanda ensuite comment tu pouvais être aussi enjoué, aussi heureux, en permanence. Ah, si elle savait ! …Mais tu ne comptais pas lui dire. Tu étais content qu’on aie cette image de toi, de quelqu’un qui a toujours un sourire collé au visage, c’était ce que tu voulais après tout.

« C’est vrai que j’étais très déçu ce matin en voyant la pluie mais je m’en fous, parce que derrière la pluie il y a toujours du soleil. »

Tu lui souris doucement, une fois de plus. Est-ce qu’elle comprendrait que tu parlais des larmes qui pouvaient être chassées par un simple sourire ? Tu ignorais pourquoi elle était malheureuse, sûrement à cause de choses qu’elle ne t’avait pas dit. Enfin, tu ne lui en voulais pas pour ne pas tout de dire évidemment, toi-même tu lui cachais pas mal de trucs que tu ne voulais pas qu’elle sache, pour ne pas qu’elle se fasse encore plus de soucis qu’elle semblait se faire déjà. A ton avis, tu savais qu’elle avait ses propres problèmes à gérer.

« Si je suis tout le temps heureux… C’est parce que je le suis aussi pour les personnes tristes et malheureuses. »

Tu t’étiras en baillant, te renversant sur ta chaise. Peut-être même trop parce que tu tombas à la renverse, ce qui te surpris sur le coup, avant que tu n’éclates de rire. Oui, tu passais pour un imbécile heureux, quelqu’un qui voyait la vie en rose, qui ne semblait pas avoir un quelconque problème, bref, qui avait une vie parfaite et bien rangée, qui pouvait encore vivre chez papa-maman. Tu te redressas en souriant pour te rassoir comme il faut et de nouveau t’accouder au bureau en regardant Eika. Elle te faisait de la peine, et tu ne savais pas comment y remédier.

A plusieurs reprises, tu avais réussi à lui remonter le moral quand ça n’allait pas, mais cette fois ça semblait plus grave que d’habitude. Honnêtement, tu avais peur qu’elle fasse une connerie, mais tu n’allais pas lui en parler. Pourquoi ? Parce que tu as beau être inquiet, Eika est une grande fille qui sait ce qu’elle fait. De plus, tu allais te faire passer pour quelqu’un de surprotecteur, et tu n’avais pas envie de couver quelqu’un comme ça. Mais ça ne t’empêchait pas de veiller sur elle à ta façon. Alors tu attrapas un de ses stylos et une feuille au hasard, vérifiant que ce n’était pas important, avant de te mettre à dessiner dessus.

Tu n’étais pas un dieu du dessin, mais tu te débrouillais assez pour qu’on reconnaisse ce que tu dessinais. Là, tu avais fait toute la famille d’Evoli. Pourquoi eux ? Parce qu’ils sont tous mignons évidemment ! Tu souris en lui donnant le dessin une fois que tu avais fini. Tu avais pris ton temps et pour une fois tu n’avais rien dit, te contentant de dessiner. Parce que tu avais envie de faire quelque chose de… Spécial disons ? Dans ce dessin du moins. Quand tu lui tendis, enfin, ce n’était pas du très grand art mais on les reconnaissait tous.


« Regarde, ça c’est Evoli au milieu qui est triste. Il est triste pour une raison qui échappe aux autres, ce qui les inquiète beaucoup. Pyroli s’approche pour connaître l’origine de son mal, mais il refuse de parler. Alors Aquali le rejoint pour tenter de convaincre Evoli de leur parler. Encore une fois, le petit Pokémon ne dit rien. Vinrent Givrali et Phyllali qui tentèrent de le distraire avec leurs attaques gracieuses pour l’amuser. Cela fonctionna un petit peu, et Evoli leur prêta de l’attention. Noctali lui dit de se reposer la nuit, tandis que Mentali lui conseilla de ne pas trop en faire. Evoli leur promis de rester tranquille. Voltali vint à son tour pour lui changer les idées, passer plusieurs heures ensembles et tenter de lui donner le déclic pour lui. Enfin, Nymphali fut le dernier, en disant à Evoli que quoi qu’il arrive, tous seraient là pour lui si jamais il voulait parler pour se soulager. »

Tu souris en penchant la tête. Cette histoire pouvait paraître stupide, mais c’était uniquement pour changer les idées d’Eika, lui dire indirectement qu’il serait toujours là pour elle quoiqu’il arrive, et pour lui montrer qu’il n’allait pas l’abandonner même si elle était triste et qu’elle ne voulait rien dire. Un message peu banal en mettant en scène des Pokémon, ce qui avait tout l’air d’être puéril, et pourtant. Ce jeu, ce monde même, rassemblait tout le monde, les petits comme les grands. Tu gardas ton sourire en reposant le stylo et tu donnas la feuille à Eika avant de se lever. Tu avais fait ce que tu pouvais, à elle de voir si elle se montrerait réceptive ou non.

« Si tu veux, après le boulot ce soir, on peut passer la soirée ensemble. Ça te fera du bien je pense. Mais je ne te force pas c’est comme tu veux. N’hésite pas à venir me voir dans mon bureau. »

Tu t’approchas d’elle pour lui embrasser affectueusement la joue, avant de quitter son bureau pour retourner dans le tien. C’était bien beau tout ça mais toi aussi tu avais du pain sur la planche. Tu espérais seulement qu’Eika comprendrait qu’elle avait besoin de penser à autre chose. Bien sûr qu’elle le savait, tu t’en doutais, mais tu n’hésitais pas à dire les choses, parce qu’il n’y avait que la communication de vraie, dans n’importe quel type de relation, que ce soit en couple, en famille ou simplement entre amis.

_________________


Merci à Ana pour l'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand on traque Ishana, on ne fait pas semblant. [Libre]
» [Île du Shuriken ] La chute d'une étoile
» Quand l'originalité d'un cadeau fait le bonheur de celui qui le fait
» Quand je vous dit que Barbie fait des ravages, c'est pas des blagues
» Quand on parle d'inverser, on fait pas semblant.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Fosse des Rps-
Sauter vers: