Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Au milieu d'un terrain de chasse [Pv : Koneko Reika]

 :: Fosse des Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 24 Juil - 1:43

ft. Nagahara Yoshiko E.

ft. Takano Akimitsu

「 Ô wolf, what art thou daring to chase? 」


Néons et éclats de lumière se côtoyaient en ces lieux. Grands et petit bâtiments, salles de jeux, magasins. Malgré l'avancée de la nuit et de la pénombre, victorieuses face au jour la ville ne dormait pas entièrement. Derrière le verre, ayant quitté les rues éclairées, à l'intérieur se jouaient d'innombrables batailles. Entre amis ou en solitaire, sur de grandes machines née dans un passé qui n'était pas si lointain, ou toute dernière création tendance réunissant les foules. Nakano était bien la terre rêvée pour ceux dont les yeux et l'esprit étaient imbibés par ces univers virtuels, ces concepts de jeu, ces gains, ces pertes, ces divertissements à ne plus savoir vraiment quoi faire.

Ce n'était pas vraiment un lieu que le jeune homme appréciait, loin de là. Toute cette agitation, toutes ces couleurs clignotantes, ces lieux animés de jour comme de nuit, où se retrouvaient tous les fans des créations de l'industrie vidéo-ludique, ce n'était pas pour lui. Voilà pourquoi il se trouvait en ce moment en haut d'un immeuble en bas duquel s'était enraciné un salon-bar de jeux vidéos. Karaokés, consoles de jeu...il devait y en avoir pour tous les goûts. Si il était là, ce n'était pas non plus par hasard. De là haut, il observait, en contrebas, les allées et venues, les entrées et sorties. Après tout, certains soirs, il se pouvait qu'après une nuit à s'amuser jusqu'à en être saoul, les esprits soient comme endormis, amorphes, plongés dans une rêverie. Des proies faciles.

Mais ce n'était pas seulement pour cela qu'il ne bougeait pas. Bien qu'il ne voulait pas se l'avouer, c'était parce qu'il n'appréciait pas l'endroit et qu'il ne voulait pas le parcourir de long en large. Et depuis le dernier incident, il préférait se ménager, plutôt que d'utiliser son énergie à courir en tout sens. A présent, il tentait bien plus de se concentrer sur les sons et les odeurs. Des sens qu'il avait longtemps sous-estimé et qu'il n'avait pas user, étant donné qu'il ne chassait pas.

Les pieds se balançant au gré du vent, avec la rue en contrebas, animée par des passants d'un soir ou les habitués du salon, il essayait de percevoir la détresse qui passerait pour un son de la nuit. Ou l'odeur d'une goule qui, bien souvent et de façon malheureuse, le mènerait probablement vers un corps ou une fleur en détresse. Les ronces avait tout du moins quelque chose de particulier...un parfum unique qui les différenciait des fleurs du Grand Jardin. A baigner dans le sang floral, il était normal de porter la fragrance de la mort et du sang.

Akimitsu dodelinait de la tête, passant le temps tout en se concentrant sur son environnement. Bien que l'agitation des noctambules lui rendait la vie dure. Pourquoi se perdre ainsi dans le plaisir de mondes virtuels, d'histoires inventés mais bien loin du papier ou du feu de camp? Bien sûr...c'était différent. Un autre monde qu'il ne comprenait pas. Un jour peut-être déciderait-il de l'explorer, mais pas pour le moment. Délaissant des réflexions brusques et des jugements hâtifs, le Picasso reporta son attention sur les odeurs. C'est lorsque le vent changea de direction qu'il perçut un parfum différent...

Une autre ronce.

----

Avec agilité, il se redressa et s'éloigna du rebord pour se retourner. Derrière...on approchait. Droit comme un i, mais bien à l'affût du moindre mouvement, Akimitsu était prêt à rencontrer celui ou celle qui venait dans sa direction. Paré de son manteau gris aux arabesques d'ébène, comme un voile masquant un simple habit à la couleur elle aussi sombre surplombant un pantalon un noir de jais, ainsi que des chaussures d'une couleur similaire, il ne passait pas pour un humain. Et quand bien même on pouvait douter, a la place de son visage paraissait un tableau compliqué, de motifs floraux et d'autres plus incertains, s'alliant en une danse qui donnait un résultat des plus étranges, à la manière des oeuvres du peintre qui lui valait son surnom.

La réponse allait venir à lui, il la percevait déjà. Ce fut son masque qu'il détailla en premier, quand il put la percevoir. Celui-ci allait de pair avec sa longue chevelure, attachée en queue de cheval, qui s'alliait parfaitement avec ce visage d'être sauvage. Blanc comme la neige...pourtant, c'était bien là un chasseur. Pourtant, on racontait souvent la légende du lupin qui s'était éprit de la rose. Peut-être qu'ils pouvaient bien s'entendre? Dans tous les cas, le jeune homme se tenait là, attendant cette mystérieuse personne. A la fois curieux et inquiet, car autant souhaitait-il la voir de plus près pour la détailler mais également discuter, mais il n'oubliait pas que son bras gauche n'était pas tout à fait rétablit. Certes, ce n'était pas le bras dont il usait tous les jours...mais cela pouvait le gêner si les choses tournaient mal.

Loin au dessus de la rue, il n'avait également que peu d'issues simples...et il n'y avait que la surface du toit, et peut-être de ceux avoisinant, pour lui permettre de se déplacer. Néanmoins, il éloigna ces réflexions stratégiques. Il ne l'avait pas encore rencontré, il ne pouvait pas juger d'une personne sans même avoir apprit à la connaître...non? C'est pourquoi il l'observa, l'attendant, sous les rayons de la lune narquoise, son manteau dansant occasionnellement sous les caprices de vents nocturnes.

Qu'allait-il découvrir? Une ronce épineuse et cherchant à se repaître de la sève des fleurs...ou bien quelque chose d'autres? L'espoir tout comme l'appréhension caressaient son esprit. Mais lui aussi portait des épines...et si il le fallait, il n'hésiterait pas à les utiliser. Pour son bien...ou celui d'autrui.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 27 Juil - 12:14
Reika ne sortait pas souvent du repaire d’Aogiri. Seulement, on y faisait vite le tour, surtout quand ça faisait plusieurs jours que rien ne bougeait. Une faim naissante décida la goule à sortir dans la ville. A cette heure tardive, les gens se méfiait moins des autres, et certains ne réfléchissait même plus.
Elle se dirigea vers le 19e arrondissement, lieu qui ne dormait jamais vraiment, c’était aussi ici que beaucoup d’humains se perdaient dans un monde virtuels pour évité de voir la réalité, beaucoup plus dure qu’un jeu vidéo.

Elle passait dans les rues telle une ombre furtive,  elle se fiait beaucoup à son odorat et à son ouïe. L’obscurité de la nuit ne lui permettait pas toujours de voir tout distinctement, même si ici, les lumières artificielles éclairaient parfaitement les rues. Après être passé à côté d’un bar sentant l’alcool à plein nez, elle décida de prendre de la hauteur, elle serait ainsi moins repérable.
De là-haut elle pouvait dominer le district, et même plus. En bas, on percevait surtout une masse grouillante aller et venir. Elle put même percevoir quelqu’un allongé dans la rue. Ces proies là étaient faciles, mais le goût de l’alcool en faisait de la nourriture vraiment bas de gamme. C’étaient quand tu n’avais plus le choix, hors ici, le choix il y en avait.

Elle passait par les toits voisins pour avancer. Ce qui était pratique dans cette ville, c’est que les immeubles étaient souvent assez proches pour pouvoir se déplacer ainsi, sans devoir se perdre dans la foule en bas. A cet instant, ce ne fut pas la proie idéale qui la fit s’arrêter, plutôt le contraire.
Elle cherchait des yeux le porteur de cette odeur, et elle vit cette silhouette, une goule à n’en pas douter. Reika se mit sur la défensive, elle ne connaissait pas cet être qui la regardait venir, s’il était hostile ou non. A cette distance, elle pouvait percevoir un long manteau gris, qui mettait le doute sur le sexe de cette goule, mais à l’odeur, c’était un homme. Son masque ne ressemblait pas à quelque chose de particulier.
Elle s’arrêta à bonne distance, se demandant en même temps pourquoi sa curiosité l’avait fait se détourner de son but premier. Seulement, elle n’allait pas partir comme ça maintenant qu’elle avait attiré l’intention de cette goule au masque indéterminé.

« Qui es-tu ? Tu semble bien te cacher pour n’être vraiment personne. »

Elle souri derrière son masque, un geste que l’autre goule ne pouvait voir, c’était un autre avantage avec les masques. On ne pouvait voir les émotions sur le visage et tromper ainsi plus facilement.

« A moins que tu cherche à sauter d’ici, dans ce cas, tu serais vraiment débile. »
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 7 Aoû - 16:11

ft. Nagahara Yoshiko E.

ft. Takano Akimitsu

「 Ô wolf, what is hiding behind this white curtain of yours? 」


A quelques pas de lui se tenait une forme gracieuse, aux longs cheveux blancs et à la tenue originale. Plus que tout, c'était le masque qui attirait son attention, comme une rose attirerait le regard dans un bouquet d'hibiscus. Le loup, animal sauvage, robuste et fort. Un animal également entouré de mystère. Son masque était blanc comme la neige, et il n'y avait que ses yeux qui perçaient cette fine couche immaculée. Impossible pourtant de voir ce qui se trouvait derrière, mais la voix qui lui était parvenue semblait celle d'une femme, et son odeur semblait confirmer cette hypothèse. Quoi qu'il en soit, elle avait décidée de lui adresser la parole.

Le Picasso ne connaissait pas cette personne, ni son masque. Dans l'univers des goules, il était encore loin de connaître toutes les personnalités formant la grande toile de Tokyo. Ainsi, il ne pouvait savoir si cette louve blanche comme l'hermine était sympathique...ou une ronce qu'il devait considérer comme une ennemie. Un silence s'installa doucement, alors qu'il la détaillait. Autour d'eux, la nuit continuait de s'agiter au rythme des consoles de jeu, des personnes marchant dans les rues en contrebas et au bruit de l'air qui les fouettaient à cette hauteur. Un jeu. Une mascarade. Racines ensanglantées ou innocentes? Était-ce là une agneau déguisé en loup...ou un loup dont la couleur se voulait amicale?

"Qui". Une question pour le moins ordinaire. "Qui es-tu". Pour un acteur, la réponse n'est pas simple. A Tokyo, le qui allait souvent de pair avec le quoi. "Qu'es-tu". Goule, ou humain? Ami ou ennemi? C'était là une danse pour le moins ridicule et dangereuse. Toujours était-il qu'il fallait bien répondre. Répondre par du vrai, ou une fausse vérité. Il était entrain de choisir les mots qui allaient former sa réponse quand il se rappela que la moquerie accompagnait la seconde phrase de la bête. Un saut associé à un manque de bon sens? Les humains sautant en contrebas n'étaient pas vraiment idiots, de son point de vue. Comment juger du malheur d'autrui sans l'avoir vécu soi même? Mais peut-être que cela n'était pas le but de sa phrase. Dans tous les cas, toujours les mains dans les poches de son long manteau gris, il répondit d'une voix calme et claire :

-Je ne suis plus quelqu'un, quand je porte ce masque. Vous le savez autant que moi. Je suis...quelque chose, vous êtes une louve blanche. Par ailleurs...Sauter d'ici, serait une option comme une autre, mais ce n'est pas dans mon intention immédiate.

Dans un mouvement habile, il sortit les mains de son manteau pour venir saisir l'une des entrées d'aération se trouvant sur le toit de l'immeuble, juste à côté de lui. Usant de la force de ses bras, il se hissa sur ce promontoire et s'y assit, commençant à balancer ses jambes doucement d'avant en arrière, tandis que ses mains se joignirent afin qu'il vienne y reposer son manteau. Akimitsu regardait toujours la goule qu'il venait de rencontrer. Et c'est avec une voix toujours très calme qu'il lui lança une nouvelle question :

-Qui porte un masque ne souhaite pas être vu. Reconnu. Comprit. Qu'est-ce qui vous amène dans ce quartier, par une si belle soirée, vous qui portez le masque du loup blanc?

A vrai dire, il avait déjà des idées sur la réponse. Mais il se pouvait qu'elle ne soit pas un prédateur et que, comme lui, elle avait une raison tout autre de se trouver ici. Chasser dans un tel quartier pouvait s'avérer en réalité difficile, car les rues étaient bondées et les passants nombreux. Excepté si l'on réussissait à trouver un inconscient dans une impasse ou dans des ruelles étroites et oubliées, comme on pouvait en trouver parfois. Bien qu'il se présentait comme étant calme et loin d'être agressif, son esprit était déjà entrain de se préparer à l'affrontement. Si jamais il s'avérait que cette ronce souhaitait se gorger du sang d'innocents, alors il agirait. Mais peut-être que, pour une fois, la violence n'était pas nécessaire...?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 11 Aoû - 13:36

-Je ne suis plus quelqu'un, quand je porte ce masque. Vous le savez autant que moi. Je suis...quelque chose, vous êtes une louve blanche. Par ailleurs...Sauter d'ici, serait une option comme une autre, mais ce n'est pas dans mon intention immédiate.

Oui une louve blanche, alors toi tu es quelque chose d’indéfinis apparut ici comme un fantôme dans la nuit. Reika ne bougeait pas de sa position suivant simplement des yeux cette goule aux paroles un peu trop lyriques.

-Qui porte un masque ne souhaite pas être vu. Reconnu. Comprit. Qu'est-ce qui vous amène dans ce quartier, par une si belle soirée, vous qui portez le masque du loup blanc?


Tiens c’est vrai, qu’est ce qui pouvait bien amené une goule en pleine nuit dans un quartier bondé ou, la ou l’isolement était difficile, passé inaperçu était par contre, très facile. Reika n’avait pas l’habitude des discussions comme celles-là, elle s’était préparer à une rencontre musclée, pas à un simple jeu de question-réponses. C’était aussi pour cette raison qu’elle n’avait pas bougée, préférant d’abord savoir à qui elle avait affaire.

« Je ne suis pas dans tel ou tel quartier pour une raison précise. J’aime bouger et me promener. »


Elle se trouva un petit promontoire pour être au même niveau. Pas qu’elle sentait un complexe d’infériorité pointé le bout de son nez, mais elle ne voulait pas faire croire qu’elle n’était qu’une statue à qui on pouvait faire ce qu’on veut. Elle frotta quelque poussières qui passait par la sur ses habits noirs (il fallait quand même être classe en toute circonstances) et ajouta, avec une pointe d’irritation dans la voix.

« Il se peut par contre que tu troubles quelque peu ma nuit. Pourquoi cherches-tu à connaître mes intentions, tu l’as dit toi-même, celui qui porte un masque ne souhaite pas être comprit ni reconnu. »

S’il y avait bien une leçon qu’elle avait apprise au cours de sa vie, c’était de ne jamais faire confiance à personne, surtout quand il s’agit de quelqu’un tout juste rencontrée. On ne savait jamais quand les gens s’apprêtaient à vous enfoncer un poignard dans le dos alors qu’on avait absolument out donné à cette personne. C’est pourquoi elle préférait ne rien dire sur elle et sur ses petites activités nocturnes.
Elle fixa encore un peu cette goule atypique avant de s’avancer vers le bord du toit. Elle lui adressa un dernier regard, avec l’espoir d’écourter cette rencontre.

« Et je préfère discuter autour d’un verre qu’au dessus du menu. »

Son sourire s’élargit derrière son masque, simple provocations, peut-être. Mais elle était loin de s’imaginer que cette goule était bien plus atypique que ce qu’elle pouvait s’imaginer. Si combat il y avait, au mieux ce ne serait qu’un échauffement, au pire, il fallait trouver un terrain de chasse moins envahit.
Elle chercha du regard un endroit pour descendre, pour ce genre de chasse en milieu bondé, il fallait abandonner le masque et jouer à la fille facile, ça elle savait faire. Elle mit ses sens en alertes, à l’affût du moindre mouvement que l’autre goule pouvait faire. A moins qu’elle se fasse juste des illusions et dans ce cas, tant mieux.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 15 Aoû - 17:42

ft. Nagahara Yoshiko E.

ft. Takano Akimitsu

「 Ô wolf, art thou ready to stop by to listen to a thorn? 」


Un soupir. Avait-il sentit cette voix teintée de malice? Ou bien s'agissait-il du fait que la goule en face de lui était encore une chasseuse? Dans tous les cas, il avait souffler face à la dernière phrase de son interlocutrice.En un sens cela répondait à sa question...mais d'un autre il ne se trouvait pas l'envie d'agir comme d'habitude.Trouver une goule qui chassait, gâcher son repas, la tuer peut-être...en ressassant le passé, il réalisa que depuis quelques temps, il était devenu bien plus violent. Bien plus rapide à juger. Et justement, cela...l'épuisait. Devenir insensible et une simple machine allant d'un point A à un point B en surveillant tout ce qui se trouvait sur sa route...ce n'était pas ce qu'il avait en tête, au départ.

Non, cela ne donnait pas un sens à sa vie. Bien au contraire. Ces patrouilles nocturnes...devenaient un passe-temps. Quelque chose pour éviter de réfléchir, de tomber dans la monotonie des pensées avec lesquelles il ne souhaitait pas croiser le fer. Cette rencontre était également différente d'autres. Ici, il ne découvrait pas le chasseur avec sa proie, le fait accomplit. Il ne découvrait pas non plus un être humain en détresse...ou une goule en détresse. Pour une fois, et c'est ce qui était unique, c'était qu'il se trouvait avec une goule qui souhaitait chasser...mais qui n'était pas encore passer à l'acte. Alors...peut-être...?

Akimitsu avait cessé de battre des jambes de manière régulière. Elles se tenaient raides, bien droites. Ses mains auparavant jointes allèrent dans les poches de son manteau, et, suivant son soupir, sa tête se baissa vers le sol. Puis, il la releva, pour fixer la louve...et il prit la parole d'un ton très sérieux, bien qu'empreint de fatigue :

-J'ai bien peur que ce trouble ne soit pas temporaire. Voyez-vous...je n'apprécie pas vraiment la chasse où la faim ou le plaisir sont les seuls éléments.

Cette phrase terminée, il sauta de son petit promontoire. Cependant il ne bougea pas plus, il continua de fixer la goule aux cheveux blancs et aux habits noirs. Toujours les mains dans les poches, il laissa ses mots être portés par le vent. Ce n'était pas là une phrase anodine. Ce n'était pas une plaisanterie, non, c'était un avertissement. Il n'hésiterait pas à gâcher sa soirée...cependant :

-...Cependant, et si vous n'êtes pas au point de mourir de faim, j'apprécierais continuer cette discussion afin de savoir pourquoi vous chassez. Voyez-vous...j'en ai assez de jouer les troubles-fêtes partout où je passe...et, bien que qui porte un masque ne shouaite pas être connu ou comprit,nous sommes de la même espèce. Nous avons tous deux ce besoin vital. Sauf que je serais prompt à me mettre entre vous et votre verre... si jamais nous ne parvenons pas à nous comprendre. Ou nous pourrions trouver une boisson qui convienne à nos goûts respectifs, même si ils me semblent pourtant très différents.

Là non plus il ne plaisantait pas. Non sur la menace, mais sur sa proposition. Le jeune homme n'avait jamais compris pourquoi certaines goules avaient décider de chasser, tuer, parfois avec une violence inimaginable, ou pour des raisons répugnantes. Il existait de nombreuses autres possibilités. Certaines n'incluant même pas le meurtre...d'autres, des cibles dont la disparition apporterait plus de bien que de mal, selon lui. C'est ainsi que le Picasso se tenait là. Dans une posture neutre, les mains dans les poches. Ni aggressif...et ne présentant pourtant pas une attitude entièrement amical. Disons qu'il semblait...attendre. Attendre de voir si la soirée serait douce, ou si les ronces écarlates allaient à nouveau entrechoquer leurs épines, comme tant de nuits auparavant.

Qui sait. Peut-être qu'il lui manquait une pièce du puzzle? Non seulement il se trouvait soudain fatigué de toujours agir de la même manière...non, il se trouvait las. Las d'agir de la même manière. Mais peut-être qu'il avait jugé et agit trop vite. Peut-être que les goules chassant pour le plaisir, ou pour des raisons sordides, pouvaient produire une intéressante discussion. Peut-être qu'avoir la vision d'une d'entre elle...lui permettrait d'y voir plus clair. Et donner plus de sens à ces vadrouilles au beau milieu de la nuit. Il savait qu'il avait raison de sauver certains...d'en laisser d'autres périr. Mais peut-être que finalement...a toujours se fier à ses impressions, il lui manquait beaucoup de choses.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Terrain de chasse du clan des Étoiles.
» Terrain de chasse de la Tribu de la Chasse Éternelle
» Partie Est du terrain de chasse
» Fanmi Lavalas veut occuper le terrain, en attendant Obama...
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Fosse des Rps-
Sauter vers: