Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Si seulement... [PV Neal]

 :: Fosse des Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 28 Mai - 11:33

Hasekawa Toshirô

Maehara Neal

「 Si seulement... 」
Toshirô traînait les pieds. Il était fatigué, il en avait marre de vivre, il n’avait qu’une envie, c’était que tout se termine enfin. Se jeter sous les roues d’une voiture, il y avait déjà pensé plus d’une fois mais jamais il l’avait fait, puisqu’il n’en avait pas le droit concrètement. C’était trop facile de prendre la fuite. Trop facile d’oublier de cette manière. Visiblement, on ne voulait pas que le brun oublie quoique ce soit. Pourtant, ce n’était pas faute de vouloir, mais il ne pouvait pas, tout s’acharnait à ce qu’il continue à s’en rappeler, jour après jour, nuit après nuit, comme un fantôme qui reste encore présent sans qu’on le voit.

Le jeune homme ne pensait à rien, il n’en pouvait plus, et pourtant il devait continuer à vivre comme si de rien n’était, comme si tout était normal, alors que non, plus rien ne serait pareil à présent. Ce… Cette goule… Elle avait brisé sa vie, réussi à briser son esprit. Ça oui, il lui en voulait énormément, au point de vouloir sa mort dans d’atroces souffrances, pourtant il savait pertinemment qu’il se ferait tuer s’il osait seulement s’attaquer à Clyde. Le brun s’arrêta en plein milieu de la rue avant de frapper rageusement dans le mur, provoquant une douleur dans son poignet gauche qui se répandit dans tout son bras. Faible. Inutile. Et brisé. Voilà tout ce qu’il était maintenant.

Jamais il ne pourrait reprendre une vie comme celle qu’il avait avant. Jamais il ne pourrait retourner à la fac dans cet état, les autres se rendraient forcément compte de quelque chose, surtout son pote le plus proche. Plusieurs fois il l’avait appelé d’ailleurs, mais Toshi ne lui avait pas répondu une seule fois. Il lui disait seulement de ne pas s’inquiéter par message, et encore, même lui n’y croyait pas quand il le disait. Tout son corps tremblait sous le coup de la rage. Clyde l’avait fait changer, et pas dans le bon sens du terme.

S’il était provocateur mais pas méchant, et qu’il voulait le bien des gens parce qu’il ne voulait pas que d’autres souffrent de parents tyranniques, voire à la limite du violent ; maintenant c’était tout le contraire. Il s’en foutait de tout le monde, et que si quelqu’un mourait devant lui, il ne broncherait pas plus que ça. Pourtant ça lui faisait mal de penser ainsi. Ce n’était pas lui, il en avait conscience, mais après tout ce qu’il avait vécu, comment réfléchir rationnellement ? Comment redevenir celui qu’il était avant ? Toshirô ne savait pas, il ignorait quoi faire et se sentait terriblement mal. Revoir tout ça la nuit, sous forme de cauchemar, ça le tuait lentement à petit feu.

Jamais il n’a eu de chance dans sa vie, même pas une fois. Cependant, le jeune homme ne demandait pas grand chose pour autant. Une vie tranquille, une vie où il aurait pu avoir des parents normaux, une vie où il n’aurait pas eu cet handicap, où il n’aurait jamais critiqué cette goule qui s’était énervée pour rien et qui le lui avait fait payer, une vie où il aurait pu continuer ses études sans se poser de question. Une vie simple, banale et sans intérêt. Une vie qui lui serait inaccessible aujourd’hui.

Il repris sa route, ses pensées dérivant sans cesse sur tout ce qu’il s’était passé, du début jusqu’à la fin. Tout cela continuerait à le hanter sans arrêt, un film infini qui passait et repassait sans cesse devant ses yeux, et qui commençait sérieusement à l’énerver. A l’énerver autant que le fatiguer. S’il manquait de sommeil, c’était parce qu’il n’arrivait pas à dormir, il en faisait des crises d’angoisse, et il avait l’impression d’être tout le temps observé. Peut-être que c’était le cas d’ailleurs. Ou alors le fruit de la paranoïa, ce qui ne l’étonnerait pas aussi. Peut-être qu’il devrait consulter un psy. Peut-être qu’on lui dirait de se faire interner parce qu’il perd totalement la tête.

Jamais il n’ira s’enfermer de lui-même dans ce genre d’endroit, plutôt crever. Plutôt mourir sous les griffes d’une goule, et pas qu’on lui administre encore plus de médicaments qu’il n’en prenait déjà. Tant pis s’il en devenait malade, tant pis pour tout. Perdu dans ses pensées, Toshi bouscula plusieurs personnes qui, à son avis, ne se poussaient pas de son passage. Pourquoi ce serait toujours à lui de se décaler ? Pourquoi ce ne serait pas aux autres ? Pourquoi c’était toujours lui le faible ? POURQUOI tout simplement ?

Plus il y pensait, et plus ça l’énervait. Jusqu’à bousculer tellement fortement quelqu’un qu’il l’envoya valser sans prévenir. Il regarda vaguement le type qu’il venait de repousser, un rouquin. Sur le coup, le brun s’en foutait royalement, et il repris sa route. De toute manière il était persuadé d’une chose. Ça allait encore mal se terminer, d’une manière ou d’une autre, il avait trop la poisse pour que ça se passe autrement.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 5 Juin - 0:20

Hasekawa Toshirô

Maehara Neal

「 Si seulement... 」
C’était la fin de journée et notre magicien venait de finir sa représentation au suicide circus. Comme toujours, Neal avait su faire vibrer le public et cette fois-ci, avec un tour qu’il avait lui-même inventer. Sortant une scie de nulle part, il ne faisait pas semble de se couper une main, mais le bras tout entier. Jetant son membre au loin, bien sûr avec du faux sang pour faire plus réaliser, il ne faisait que mettre un drap noir par-dessus sa soi-disant blessure avant de désigner quelqu’un dans le public d’un signe de pistolet fait avec deux doigts. Ce signe était un peu la marque de fabrique du jeune homme et une fois l’enfant designer, Neal lui demandait de réciter une formule compliquée et que s’il la disait faux, c’était le bras de l’enfant qui allait être raccommodé à celui du magicien. Oui, l’homme s’amusait particulièrement à faire peur à ses spectateurs lors de ses petits tours et jamais ça ne ratait. Voyant l’enfant trembler, Neal retint un sourire en coin et écouta la formule de sa victime. Une fois terminée, il s’approcha du bambin, toujours avec son drap noir et lui demanda de le retirer. Une fois ceci fait, seule la manche avait été recousue à son uniforme. Un petit «  perdu ! » sortit de sa bouche avant que l’endroit sans membre s’approcha de l’enfant comme s’il allait lui voler son bras. L’enfant commença à pleurer que la manche arriva à quelques centimètres de son visage et que la main sortit d’un coup de sa cachette. « Ah, c’était qu’une blague, bravo fiston ! » furent les mots que Neal employaient presque à la fin de chaque tour du genre. Glauque ? Complètement et Neal aimait particulièrement ça.

Maintenant que le spectacle était terminé, le Maehara se changea et se dit qu’il n’était pas trop tard pour aller se dégourdir les jambes. En plus, le soleil n’allait pas tarder à se coucher. Pourquoi ne pas trouver un endroit sympa pour regarder les étoiles ? Voir la pleine lune, c’était normalement ce soir qu’elle allait montrer le bout de son nez ? Et cela faisait un moment que Neal n’avait pas eu l’occasion de se retrouver pénard à la contempler. Il en avait bien le droit après cette dure journée de boulot, non ? Regardant dans sa chambre, il posa ses yeux sur son masque de goule. Mh, est-ce qu’il allait en avoir besoin ? Normalement, non. Mais on ne sait jamais. Neal décida donc de le prendre avec lui au cas où quelque chose d’amusant lui tomberait dessus. Les mains dans les poches, il sortit donc pour se diriger vers le district 21.

Il y avait encore pas mal de personne de sortie, que cela soit des adultes ou des adolescents qui allaient sûrement s’amuser en boite de nuit ou écarter les jambes pour une partie de plaisir. Il ne fallait pas grand-chose aux humains pour qu’ils s’amusent et prennent du plaisir. Pour notre rouquin, le plaisir était particulier. S’amuser directement sur une victime était sûrement sa préférée ! Surtout quand cette dernière essayait d’avoir un air supérieur au sien et que finalement, il se rabaissait à lui baiser les pieds en voyant que c’était une goule. Tiens, il n’avait jamais poussé le vicie de cette manière, chose à méditer ! Mais alors que Karma observait les gens se baladant autour de lui, un brun lui fonça dedans sans aucune retenue d’une manière qu’il manqua presque de le faire trébucher. Enfin, si Neal n’avait pas un bon équilibre, il serait même tombé sans aucun souci. Attends, même pas un regard ? Même pas un mot d’excuse ? Et le pire, c’est qu’il semblait faire pareil à la moitié des passants ? C’était quoi cette fierté mal place… ? Un rictus apparut sur le visage de notre goule qui venait de passer de bonne humeur à une humeur qui lui donnait envie de faire voler des têtes. Sans dire un mot, ses plans de la soirée changèrent et il se mit à suivre discrètement ce bonhomme pour trouver le moment opportun.

Il fallut environ bien une quinzaine de minute pour que Neal daigne faire quelque chose trouvant l’endroit, comment dire, à son goût ? Malheureusement, il n’avait pas pris sa cape avec lui, donc inutile de cacher sa chevelure un peu trop voyante et reconnaissable. Après tout, peut-être qu’il n’allait pas avoir besoin de jouer à la goule ? Arrivant dans une ruelle où il n’y avait personne, le jeune homme prit un pas plus rapide ainsi qu’un raccourcit avant de se retrouver en face de cette peste. Les mains dans les poches, il resta calme pour le moment. Comme si aucune mauvaise intention ne se baladait dans sa tête. De son air calme, il prit la parole pour que le mec quiaimaitregarderautrepartquenfacedelui daigne faire attention à lui.

« Le sol est aussi joli que ça ? » demanda-t-il simplement en attendant d’avoir une réaction du lécheur de sol.

On allait commencer gentiment, oui. Gentiment. ♥
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 7 Aoû - 0:31

Hasekawa Toshirô

Maehara Neal

「 Si seulement... 」
Personne ne l’avait arrêté, personne ne lui en avait collé une. C’était un miracle, littéralement. Que Toshirô ne soit pas à terre en train de manger la poussière, couvert de bleu ou face à une goule avec l’espérance de vie réduite, cela relevait vraiment du miracle. Merci, toi là-haut qui veille sur le peuple ! Pour une fois qu’il disait merci à quelqu’un qui n’existait pas… C’était un comble ! Eh bien oui, si le brun ne croyait pas au destin, il croyait à la fatalité. Le destin, on peut le changer. Pas la fatalité qui te tombe dessus d’un seul coup.

C’est pourquoi il prit le chemin de chez lui. Autant arrêter le massacre le plus rapidement possible, se mettre sous sa couette et ne plus y bouger jusqu’à la fin des temps en se gavant de chocolat. C’était un bon plan, que de mourir d’un surplus de sucre. Cela semblait même être une excellente idée. Depuis qu’il avait rencontré Clyde… Argh, plus jamais de goule. PLUS JAMAIS. Mais comment savoir qui était une goule et qui ne l’était pas ? Après tout, il pouvait y avoir un de ces monstres parmi les gens qu’il avait bousculé tout à l’heure.

Mais comment savoir ? …Il ne pouvait pas tout simplement. Et au CCG, ils ne pouvaient pas inventer un radar à goules, genre ça t’avertit de la présence de goules autour de toi, et où il faut s’abriter pour pas mourir comme un blaireau alors que tu allais chercher le dernier jeu sorti à la mode comme le jeune que tu étais ? Un soupir échappa à Toshi, qui continuait à marcher. Il s’était un peu calmé, et il continuait à boiter. Ça non plus ça ne le quitterait pas malheureusement, et ça le ralentissait toujours autant. Quelle plaie. Au moins il n’était pas en fauteuil roulant, ce qui aurait été bien plus handicapant que les béquilles de temps à autre.

Perdu dans ses pensées, Toshi revenait sur des évènements passés, en se demandant effectivement comment il pouvait cumuler autant de malchance. Sa bonne étoile, c’était l’Enfer il n’y avait pas d’autre alternative. Oui ce n’était pas une étoile, et alors ? Bref. En attendant, il ne pensait vraiment pas qu’il allait s’en tirer sans dommage aujourd’hui, et il en était assez content. Enfin, assez content pour Toshirô cela signifiait dormir peinard et sans avoir mal partout. Un bon point donc. Mais il ne fallait pas se leurrer, ce serait de courte durée.

Parce qu’à force d’être malchanceux, le brun avait développé un radar à emmerdes. Le radar à emmerdes, pour ceux qui ne connaissent pas encore, c’est ce truc implanté dans le cerveau qui indique quand on est proche d’être dans la merde, à un degré plus ou moins fort. Celui du jeune homme indiquait qu’il était potentiellement dans la merde, parce qu’il avait un mauvais pressentiment. Et lorsqu’il avait un mauvais pressentiment, ce n’était pas forcément bon, surtout avec lui. Plus il marchait, et plus cette impression se renforçait, et puis finalement il comprit quand il le vit.

Ce type, aux cheveux de feu, qui lui avait barré la route en lui disant un truc. Quel truc ? C’était sans importance. Le plus important, c’était de rattraper sa connerie. Mais si, il le reconnaissait, c’était le type qu’il avait poussé sans ménagement. Alors lui, il attendait sans doute des excuses. A moins que ce soit un type comme Clyde. Non pitié, Toshi ne voulait pas que ça recommence, il avait mit tellement de temps à s’en sortir… Et encore… On ne sortait jamais d’un engrenage pareil. Alors il pencha la tête en le regardant.


« Désolé pour tout à l’heure, j’aurais dû m’excuser au moment où je t’ai poussé mais ça m’a échappé. »

Le pire c’est qu’il était sincère, parce qu’il avait peur que ce soit une goule. Cette bonne vieille peur revenait le hanter, pour ne pas arranger les choses. En espérant que ce rouquin accepte ses excuses sans histoire, ou sans faire trop d’histoires, en espérant qu’il ne soit pas une goule. En espérant tout simplement survivre, vu que c’était son seul objectif quand il avait un souci avec quelqu’un.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Si seulement on avait su s'aimer. Les fleurs auraient été plus roses et nous peut-être plus heureux... [PV Jack]
» "Si seulement on pouvait mettre sa connerie en bouteille..."
» -° Si seulement je pouvais l'oublier °- [PV]
» Baja™ ➜ si seulement les singes pouvaient aller sur skype, un jour peut-être
» Présentation de Neal Caffrey [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Fosse des Rps-
Sauter vers: