Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Mieux vaut en rire qu'en pleurer [PV Clyde]

 :: Fosse des Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 21 Avr - 0:05

Hasekawa Toshirô

Hakuryu Clyde

「 Mieux vaut en rire qu'en pleurer 」
Toshirô s’était précipité hors de chez lui ce matin, à moitié débraillé, une tartine dans la bouche. Ce n’était absolument pas classe, mais il s’était loupé son réveil et s’il arrivait en retard le jour d’une présentation importante, il serait vraiment dans la merde. Evidemment cela tombait sur le jour où c’était lui qui devait passer avec un projet. Ça l’agaçait déjà. Heureusement qu’il était productif et qu’il l’avait fait il y a longtemps. Il avait fini la veille. Normal quoi. En plus avec sa jambe, il partait toujours en avance pour ne pas courir et ne pas avoir à prendre les transports en communs.

Le jeune homme pris son téléphone pour regarder l’heure. Argh. S’il ne prenait pas le bus, il n’arriverait jamais à temps. Par chance, sa jambe avait cessé de lui faire mal, alors il pouvait trottiner. Cette journée allait s’annoncer merdique, allez savoir pourquoi. Le brun leva la tête vers le ciel, constatant les nuages menaçant qui n’attendaient que de pleuvoir lorsque tous ceux qui n’avaient pas de parapluie seraient de sortie. C’était des fourbes, eux aussi. Toshi vit le bus s’arrêter et il accéléra le pas pour le louper. Manque de chance, il referma les portes sous son nez avant de s’éloigner, sous l’air sidéré de l’étudiant.


« Mais c’est une blague ? »

Jurant après le chauffeur sadique, qui aurait pu attendre franchement une minute de plus, Toshi continua sa route vers son université, son sac sous le bras, allant au plus vite. Il avait même considéré l’option de prendre les transports en commun tellement il était à la bourre. Comble de tout, il se mit à pleuvoir et cette fois, ça acheva de mettre de mauvaise humeur le brun. Et puis d’abord c’était la faute à son réveil qui ne sonnait pas ! Il aurait pu se permettre une grasse matinée s’il ne devait pas faire cette foutue présentation. En plus il était jugé. Quelle plaie. Journée de merde.

Toshirô serrait au mieux son sac contre lui en allant finalement s’abriter en voyant que la pluie s’intensifiait. Au pire s’il avait une bonne excuse, il pouvait sécher. Aussi bien au sens propre qu’au sens figuré. Il pourrait toujours dire qu’il avait une affreuse grippe ou bien qu’il était victime d’une gastro monstrueuse. Convaincu par son plan, il décida de faire demi tour pour rentrer chez lui au mieux. L’orage se mit rapidement à tonner, et il lâcha un soupir excédé. Cela ne pouvait pas mieux tomber. Tant pis, le brun alla acheter un parapluie, sinon il allait réellement tomber malade, et c’était bien la dernière chose qu’il voulait. Glander chez lui c’était une chose, être vraiment cloué au lit en était une autre.

Protégé par son parapluie, bien que ce soit relativement inutile désormais vu qu’il était trempé de la tête au pied, l’étudiant poursuivit son chemin lentement en boitant. Les joies du quotidien quand il se dépêchait. Remarque, il avait sa tartine qui ne passait pas, et il avait envie de vomir. Pour le coup, le jeune homme ne savait pas ce qui pouvait lui arriver de pire. Marcher dans une crotte de chien ? Se faire voler son portefeuille ? Un nouveau soupir, blasé cette fois. En baissant les yeux au sol, il vit justement quelque chose que le type devant lui semblait avoir perdu. Ca ressemblait de près ou de loin à un portefeuille justement. N’étant pas de nature voleuse, Toshi attrapa l’objet et alla rattraper la personne pour lui rendre.


« Excusez-moi, vous avez fait tomber ceci. »

Sans s’attarder, il lui donna et le salua poliment. Il nota certaines choses physiques chez ce type, notamment des cheveux bleus, des yeux de la même couleur, mais sans plus. Y a que les cheveux bleus qui l’avaient un peu perturbé. Voulant couper court parce qu’il sentait son téléphone vibrer, il s’arrêta près d’un magasin, un peu embêté entre son parapluie dans une main et son sac de l’autre pour prendre ce truc qui n’avait pas sonné ce matin. La sale bête. Décrochant, Toshirô se remit en route tranquillement.

« Ouais je sais que je suis pas venu, mon réveil a pas sonné… Dis au prof que je suis cloué au lit à cause d’une énorme gastro, ça passe crème. »

Le brun continuait sa route sans se poser de question, écoutant son ami parler en souriant.

« Oh bah d’ailleurs en parlant de type bizarre, j’viens de rendre un portefeuille à un mec aux cheveux bleus. Faut vraiment être con pour le laisser tomber et surtout pour pas le remarquer quoi… Nan j’lui ai rendu, j’ai aucun intérêt à voler, mais bon, c’est pour dire que y a des blaireaux qui font vraiment pas attention. »

Toshirô dans toute sa finesse, capable de traiter quelqu’un d’abruti parce qu’il a oublié d’éteindre une lumière. Son ami le prévint de faire attention à son langage, ce qui le fit rire dans un premier temps.

« Mais non t’inquiète pas y a du monde, je l’ai pas revu donc il m’a pas entendu. Je sais, ça peut être n’importe qui, tout ça, mais y a pas de quoi s’inquiéter. Ouais allez, à plus. »

Raccrochant en soupirant, il y avait peu de chance que le type aux cheveux bleus l’aie entendu, sinon c’est parce qu’il était près de lui. Ça ne l’inquiétait pas plus que ça, après tout il s’était déjà fait casser la figure pour des propos comme ça, une fois de plus ou de moins… Il aurait une très bonne raison de rester chez lui cependant, si ça devait arriver.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 23 Avr - 18:55
Il vaut mieux en rire qu'en pleurer
feat. Toshirô


Les jours de merde ça arrive. Même aux plus chiants de cette planète. Et aux mercenaires. Comme Clyde. Oh ça oui il était pas vraiment de la meilleure humeur depuis la veille. Il avait réussi à se faire rouler par meilleur que lui et n'aimant pas se faire surpasser par quelqu'un d'autre ça l'avait plutôt pas mal frustré. Comme il n'aimait pas rester sur un échec d'ailleurs, il avait passé la nuit à réfléchir à une vengeance. Et si ce n'était pas l'enfoiré qui s'était fichu de lui qui prenait, ce serait quelqu'un d'autre. En attendant il avait l'esprit bien occupé par tout ça alors qu'il marchait actuellement dans les rues de Tokyo.

Plusieurs fois, il avait envisagé d'aller voir Ignis, étant donné qu'il pourrait certainement mieux se calmer en passant du temps avec son jeune ami. Mais bon, Clyde se rendait bien compte qu'ils étaient actuellement en semaine et que par conséquent le rouquin devait être occupé par ses cours. Alors le mercenaire décida tout simplement qu'il lui fallait une victime sur laquelle passer ses nerfs, au moins pour aujourd'hui et pour se rassurer. Se rassurer qu'il était toujours au mieux de sa forme, et que les événements de la veille n'étaient qu'une grossière erreur. Bref, il ne lui en fallait vraiment pas beaucoup pour être contrarié vu l'estime de lui-même qu'il avait.

Après un moment à marcher en étant perdu dans ses pensées, Clyde entendit une voix dans son dos qui l'interpellait. Il se retourna pour tomber nez à nez avec un jeune homme brun qui lui tendait un objet familier. Son portefeuille ? Le mercenaire fronça les sourcils un instant, il n'avait pas fait attention s'il l'avait fait tomber, ce qui était un peu normal vu qu'il ruminait ses pensées de vengeance il y a quelques minutes. Un sourire vint flotter sur ses lèvres alors qu'il reprenait son bien des mains du garçon en le remerciant. Tout les humains n'étaient pas des débiles il fallait croire, vu qu'à l'odeur il devinait que ce type était l'un d'entre eux. Le brun s'en alla ensuite et Clyde allait faire de même, jusqu'à ce qu'il ne surprenne la conversation que le type entretenait au téléphone. Bon au début il n'était question que de sécher les cours visiblement, puis ça parlait de type bizarre, apparemment de lui. Encore rien d'anormal, Clyde avait l'habitude de se faire traiter de bizarre en plus d'assumer l'être. En revanche ce qui le fit tiquer, fut d'entendre l'autre impliciter qu'il était un « blaireau » pour avoir laissé tomber son portefeuille sans faire exprès.

Il y avait des choses qu'il ne fallait pas dire et ça c'était l'une d'entre elles. Finalement il retirait ce qu'il avait pensé plus tôt : les humains sont tous des débiles. A part Ignis. Clyde avait d'ailleurs trouvé sa future victime en la personne du jeune homme. Autant lui apprendre les bonnes manières et à ne pas traiter les gens gratuitement. Le mercenaire alla se dissimuler dans un coin plus loin, attendant que l'autre daigne passer devant, ce qui ne devrait pas tarder. Il allait voir ce qu'il en coûtait de l'insulter, d'autant plus qu'il n'était pas de bonne humeur aujourd'hui.

Peu de temps après comme il l'avait prédit, le jeune brun passa non loin de l'endroit où Clyde l'attendait. Son éternel sourire vicelard apparut sur ses lèvres alors qu'il vint coller l'humain de très près, lui murmurant près de l'oreille :

"Alors comme ça je suis un blaireau hein ?"

Il jeta un rapide regard autour d'eux avant de serrer bien fort l'épaule du brun et l'entraîna sans ménagement dans un coin plus sombre. Une fois arrivé là Clyde le poussa devant lui avant de croiser les bras et l'observer d'un air qui ne présageait rien de bon, tout en se préparant à l'éventualité de voir la petite souris essayer de se sauver.

"J'aime qu'on me dise les choses en face tu sais… Les petits hypocrites comme toi méritent qu'on leur coupe la langue~"

Le mercenaire allait tenter de l'effrayer un peu avant de s'en prendre à lui. Après tout, c'était tellement mieux quand les victimes avaient la peur au ventre, il n'y avait rien de plus divertissant que ça.



(c)Raravioli- Uniquement pour City of Ghouls

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Avr - 12:35

Hasekawa Toshirô

Hakuryu Clyde

「 Mieux vaut en rire qu'en pleurer 」
Perdu dans ses pensées en marchant devant lui, quelle ne fut pas la surprise quand il senti quelqu’un  quasiment se coller contre lui. Toshi n’eut pas le temps de protester qu’il entendit une voix lui parler du coup du blaireau tout proche de son oreille. Il tourna à peine la tête vers lui pour constater que c’était le type qui venait de perdre son portefeuille. Merde, il avait entendu sa conversation au téléphone, et visiblement… Il n’en avait pas l’air très content. Sans trop lui laisser le temps de répliquer, l’autre type empoigna Toshirô pour l’entraîner ailleurs, à l’abri des regards et le pousser devant lui.

Toshi manqua de tomber, n’étant pas très bien campé sur ses jambes, et se rattrapa au mieux au mur près d’eux en grimaçant. C’était mauvais. De nouveau sa voix retenti, et le brun senti qu’il ne semblait pas plaisanter. Comme quoi il était un hypocrite, et qu’il méritait d’avoir la langue coupée. Le jeune homme resta interdit pendant un instant avant de lever les yeux vers son interlocuteur, qui avait un regard un peu angoissant, mais bon c’était le truc de ce genre de types, menacer. Un peu comme Aito, sauf que lui, c’était la force brute et le poing dans la tronche sans prévenir.

Il pouvait se défendre en temps normal. L’important était de dissimuler son handicap, même si ça n’allait pas être caché pendant très longtemps, malheureusement.


« Peuh… J’aurais dit la même chose pour n’importe qui, pas que pour toi ! Je suis déjà bien gentil de te rendre ton truc, j’aurais pu partir avec ! Mais si tu te sens visé c’est que vraiment t’es un blaireau au final. »

Dans sa tête, Toshi se disait mentalement de se taire. Que ça allait mal se terminer pour lui, que le type aux cheveux bleus allait vraiment mettre sa menace à exécution. Au final, le jeune homme commençait un peu à angoisser pour ça intérieurement même s’il n’en montrait rien. S’il fallait, l’autre allait quand même lui faire passer un sale quart d’heure. Autant endurer jusqu’à ce que ce soit terminé, et on n’en parle plus, comme ça il pourra repartir chez lui. Avec un peu de chance il ne sera pas trop endommagé.

« Enfin bon, une menace reste des mots, le tout c’est de vraiment l’appliquer… »

Ferme-là Toshi. Arrête-là, ça suffit.

« Mais y en a qui se dégonflent rapidement parce que c’est uniquement un genre qu’ils se donnent. »

Il va te massacrer, regarde ses yeux, il a pas l’air de plaisanter. Vraiment pas. Alors tais-toi, ou tu vas mal finir, voire pire. Tu pourrais y laisser beaucoup plus que ta langue si ce type passe à l’action.

« Enfin je juge pas, je cherche pas vraiment la merde avec toi… Je m’excuse même de t’avoir traité de blaireau, et je te pousse pas non plus à passer ta menace à exécution… Je me doute que tu rigoles pas. »

Une pensée lui vint à l’esprit. Est-ce que ce type accepterait vraiment ses excuses ? Impossible de prévoir les réactions de ce genre de personnes à l’avance et s’ils étaient vraiment sérieux. Là, aux yeux du brun, cet homme ne semblait pas rigoler du tout. Alors une crainte lui montait au fond de l’estomac. Il avait peur. Peur de ce qui pourrait lui arriver. Après ce n’était pas comme s’il avait vraiment quelque chose à perdre mais… Il avait déjà failli mourir une fois, il ne voulait pas que ça arrive une deuxième fois. Tout cela le rendait anxieux.

Se campant sur ses jambes, Toshirô se disait qu’il allait avoir du mal à passer. L’autre s’était mit de sorte à ce qu’il ne puisse pas avoir d’espace pour manœuvrer. Dans tous les cas, le jeune étudiant serait quand même bloqué parce qu’il ne va pas vite dans ces moments-là. Il retint un soupir au bout de ses lèvres en restant bien droit en fixant son interlocuteur. Il ne pourrait pas vraiment s’enfuir si ça tournait mal… En fait il ne pouvait rien faire, si ce n’est attendre de se faire tabasser, ou alors qu’il lui dise qu’il le laisse partir, ou même appeler les secours. S’il gueulait un bon coup, ça pourrait passer aussi non ?

Toshi regrettait de s’être mis dans cette situation qui commençait assez à le terrifier. Même avec Aito il n’avait pas eu cette boule au ventre, parce qu’au final, ce dernier l’avait aidé. Mais ce type… Il dégageait quelque chose de différent. Quelque chose qui effrayait vraiment le brun, qui pourtant n’avait pas spécialement peur de prendre des coups vu comment il parlait à tout le monde.


« Allez quoi… Je disais pas ça méchamment. »

Cette fois le jeune homme n’était plus sûr de rien, et il avait peur pour la suite. L’autre l’avait juste menacé de lui couper la langue, mais ça sous-entendait bien autre chose, il en était quasiment certain. C’était décidé, si son interlocuteur faisait quelque chose, il appellerait à l’aide.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 6 Mai - 18:16
Il vaut mieux en rire qu'en pleurer
feat. Toshirô


Un sourire mauvais aux lèvres, Clyde écoutait l'humain s'enfoncer encore plus en voulant jouer au plus malin. Visiblement, il n'avait pas sa langue dans sa poche, peut être parce qu'il se croyait intouchable. Si c'était le cas, le mercenaire allait lui apprendre qu'il valait mieux se taire parfois plutôt que de dire des conneries et énerver des personnes qu'il ne fallait pas. Il l'écoutait donc se rendre compte de son erreur petit à petit, c'en était presque amusant à vrai dire. Au moins avec ce jeunot il avait trouvé une victime parfaite pour se défouler après ses récentes mésaventures. Comme il lui arrivait d'en trouver régulièrement d'ailleurs. Il ne comptait plus le nombre de pauvres malheureux qui avaient fini torturés et tués tout ça parce qu'il avait eu des sautes d'humeurs.

Clyde sentait bien que le brun commençait à paniquer et à avoir peur. C'était quelque chose qui se sentait et se voyait tellement facilement pour lui maintenant. Ces traits tirés, les pupilles dilatées, la nervosité apparente... Tant de symptômes de la peur qu'il ne connaissait que trop bien à force d'accumuler les victimes dans sa salle de jeu. Bientôt, cet humain pourrait très bien en faire partie. D'ailleurs, sa dernière réplique eut pour mérite de faire bien rire le mercenaire. Il s'approcha davantage et lui agrippa la tignasse fermement d'une main pour le forcer à le regarder droit dans les yeux, toujours cette expression qui ne disait rien qui vaille collée au visage.

"Tiens donc... Je me demande si je dois te pardonner là, ton discours m'a donné la larme à l'oeil et tu me ferais presque pitié..."

Il prit alors un faux air dépité, très exagéré et fit mine de réfléchir un moment. Clyde ferma ensuite les yeux un instant et lorsqu'il les rouvrit il fixait l'humain de ses yeux de goule désormais visibles, son sourire mauvais s'accentuant encore plus.

"Mais tu vois quand je te disais que j'allais te couper la langue... Je ne disais pas ça méchamment non plus, c'est juste une petite formalité envers mes chers amis~"

Il éclata d'un rire malsain tout en s'assurant de garder l'humain immobile. Il allait jouer un jeu sadique avec lui désormais. Oui c'était dégueulasse pour une raison aussi futile que de se faire traiter de blaireau, surtout qu'il aurait dû ne pas l'entendre à la base. Sauf que Clyde n'en avait rien à faire des questions de morale et ce depuis bien longtemps. Le jeune brun pouvait bien être sincère dans ses excuses, il s'en fichait comme de l'an 40. Tout ce qui comptait, c'était qu'il puisse se défouler, peu importait les conséquences que ça avait sur les autres. Le mercenaire approcha alors son visage du sien, toujours en souriant de façon malsaine. Il déploya en même temps son kagune sous la forme d'une lame discrète le long de son bras qu'il plaqua contre la gorge du brun.

"Au moindre mouvement brusque tu peux dire adieu à la vie~"

Après quoi Clyde le mordit sans ménagement au coin des lèvres, juste assez pour y faire perler un peu de sang qu'il lécha ensuite toujours sans pression. Il recula ensuite un peu, l'air légèrement satisfait.

"Ton sang est délicieux, ce serait dommage de le gâcher si vite...~ Je te laisse le choix: ou bien je te coupe la langue ou alors on joue au jeu du couteau. Pour ce dernier tu auras une infime chance de conserver quelques uns de tes doigts, huhu~"

Clyde ne lâchait pas l'humain du regard. Allez il était quand même sympa de lui laisser le choix de la torture qu'il subirait dans l'immédiat, il ne faisait pas cette faveur à tout le monde. Et qui sait, peut être que s'il survivait, le mercenaire se faire un plaisir d'en faire son petit animal de compagnie pour quelques temps...


(c)Raravioli- Uniquement pour City of Ghouls

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 21 Mai - 0:18

Hasekawa Toshirô

Hakuryu Clyde

「 Mieux vaut en rire qu'en pleurer 」
Toshirô ne réalisa qu’il était dans la merde que lorsque le type aux cheveux bleus s’était rapproché pour lui tirer les cheveux, de sorte à ce que le brun le regarde dans les yeux. Aucun son ne voulait sortir de sa gorge, il avait peur. Jamais il ne s’était senti comme ça, aussi impuissant et aussi vulnérable, malgré son handicap. Là c’était différent, et Toshi le voyait bien sur le visage de ce type. Lequel lui dit sans aucune pression, avec une expression du visage qui était digne d’une pièce de théâtre, l’expression de l’acteur qui exagère tout. Il lui dit qu’il se demandait s’il devait le pardonner ou non. Qu’il lui faisait pitié.

Le brun se sentait vraiment mal, et avait une terrible envie de partir, rentrer chez lui et se cloîtrer dans sa chambre pour les six mois à venir, pour se faire oublier. Sa peur monta d’un cran quand il s’aperçu d’une chose, qu’en réalité ce type était une goule. Le jeune homme était en train de se dire que sa vie était finie, que ça allait se terminer de manière stupide, parce qu’il a critiqué quelqu’un comme à l’accoutumée, mais que ce quelqu’un n’était pas un humain. Ses épaules s’affaissèrent lentement. Que pouvait-il contre une goule de toute manière ?

L’autre lui lança que le coup de lui couper la langue, c’était pas méchant. Que c’était une formalité. Toshi ne l’écoutait qu’à moitié en le fixant. L’esprit ailleurs, il pensait surtout à sa mort prochaine et pas à ce qu’il lui racontait en ce moment-même. Même la pression sur ses cheveux avait disparu pour lui. En fait, rien ne comptait, excepté ces yeux, des yeux de goules. Pour lui, il se passa un moment qui dura une éternité, avant que quelque chose ne se plaque contre sa gorge et qui le fit revenir dans le présent, avec la voix de l’autre qui retentie encore. Qu’au moindre mouvement brusque, il le tuerait, tout simplement.

Le brun n’osait ni bouger, ni parler, ni faire quoique ce soit. Seulement il senti des larmes couler sur ses joues lorsque la goule le mordit. Il ne s’y attendait pas mais il ne bougea pas. Lentement, il cédait à la panique, sa respiration s’accélérant, son cœur menaçant de lâcher tant il battait vite. Cette goule était cruelle, il le sentait, de plus ce genre de créatures n’attendaient pas pour tuer d’habitude. Celle-ci devait être plus sadique que les autres. Pourquoi il a fallu qu’il l’ouvre encore une fois ? Pourquoi il ne peut pas dire simplement qu’un type avait fait preuve d’inattention ? Pourquoi il l’avait traité de blaireau ?

C’était toujours trop tard qu’on avait des regrets. Même s’il paniquait, Toshi essaya de se calmer, au moins arrêter de pleurer, son sort serait le même de toute façon et ça ne lui ressemblait pas. Dans certaines circonstances, l’humain peut avoir des réactions associées. Le fait de mourir lui faisait peur, ça le faisait paniquer et pourtant… Pourtant s’il paniquait, faisait un malaise, tombait dans les pommes, pleurait ou n’importe quoi d’autre, ça ne changerait rien, l’autre prendrait un malin plaisir à le tuer ou pire, le torturer. Le jeune homme secoua la tête en prenant une longue inspiration. Il fallait qu’il se calme au mieux, même si c’était dur, même s’il risquait sa vie tout simplement. C’était la goule qui avait le droit de vie ou de mort sur lui maintenant. Toshirô savait que l’humain était faible, et que lorsqu’il tombait sur une goule, il n’y avait pas photo. Avec son handicap, il n’aurait dans tous les cas aucune chance.

Suite à quoi, la goule lui proposa quelque chose de sordide. Soit il lui coupait bel et bien la langue, soit le jeu du couteau, comme il l’appelait si bien. Un sourire amer vint étirer les lèvres du brun, qui gardait les yeux brillants de larmes même s’il venait de cesser de pleurer.


« La langue, les doigts, qu’est-ce que ça peut bien me faire ? Tu finiras par me tuer à la fin. Un morceau en plus ou en moins je m’en fout, je suis déjà pas entier de base... »

Bien sûr que non, il ne s’en fichait pas de perdre sa langue ou ses doigts, il ne s’en fichait pas de cette idée qu’il pouvait souffrir énormément si l’autre appliquait ses menaces. Il le voyait dans ses yeux qu’il était sérieux, ses yeux qui lui faisaient peur. Mais qu’est-ce qu’il pouvait faire ? A part retarder l’échéance le plus qu’il pouvait, il ne savait pas, et il avait beau réfléchir, ça ne venait pas. Il fixait la goule en attendant que ça passe. Peut-être qu’avec de la chance ça ira plus vite que prévu. Ou bien qu’il trouverait une idée entre temps. Une idée qui ne devrait pas traîner cela dit.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 8 Aoû - 16:07
Il vaut mieux en rire qu'en pleurer
feat. Toshirô


Clyde s'amusait du fait d'avoir droit de vie ou de mort sur ce pauvre humain qu'il s'amusait à tourmenter. Le voir flipper à ce point ça le satisfaisait, lui donnait cette impression d'avoir du pouvoir sur les autres. Oh s'il le voulait le mercenaire en avait du pouvoir, il lui suffisait de caresser dans le sens du poil avant de frapper par derrière, montrer qu'il se fout des autres à un point pas possible. Il dévisagea ensuite le brun, souriant en voyant les larmes qu'il refoulait. C'était si simple de lui faire peur à celui là que ça en serait presque pas drôle. Mais Clyde savait s'amuser, il savait faire durer ce genre de plaisir sadique qu'était voir souffrir les autres. Le jeune lui disait qu'il s'en fichait de perdre la langue ou les doigts, qu'il n'était pas entier de toute façon. Le bleu haussa un sourcil avant d'appuyer son index sur sa joue, assez fort pour faire rentrer son ongle dans la chair de l'humain.

"Pas entier hein? Personne n'est entier mon gars. Physiquement, moralement... Il y aura toujours un peu de déraison en chacun de nous... Tu crois que j'ai toute ma tête pour te faire ça?"

Il fit ensuite glisser son doigt le long de la joue du malheureux, le griffant au passage. En même temps Clyde réfléchissait. Si ce jeune disait ne pas être entier... Il devait s'être fait amputer ou quelque chose du genre. Le bleu l'observa un instant, comme s'il le jugeait. Maintenant qu'il y pensait, l'humain avait une démarche légèrement boiteuse quand il l'avait croisé. Une démarche digne de quelqu'un qui s'était soit blessé ou à qui il manquait une jambe. Sans prévenir Clyde lui tapa du pied dans le tibia, semblant bien s'en amuser d'ailleurs.

Etrangement plus le temps passait et moins il avait envie de le tuer. Peut être que ça avait à faire avec le fait que son énervement suite à cette incartade avec le jeune homme commençait à redescendre petit à petit. Ou alors c'était un effet de sa bipolarité quotidienne. Malgré tout, ce n'était pas pour autant que le mercenaire voulait lui laisser la vie sauve. Il voulait s'amuser, et pour ça il devrait certainement placer un coup bien fourbe, faire subir à l'humain quelque chose qui le marquerait à vie. Au fond de lui Clyde savait très bien que ce garçon n'avait rien fait de grave pour mériter un sort pareil. Mais bon, la compassion elle prenait la poussière dans un coin chez le bleu, et ce depuis longtemps maintenant. Il y avait peu de personnes avec qui il était vraiment sincère et pour l'heure, le brun n'en faisait pas partie. Un moment de silence passa, pendant lequel son plan se concrétisait peu à peu dans sa tête. Il finit par offrir un sourire chaleureux au brun et lui tapota l'épaule.

"Au final non, je vais pas te torturer c'est pas vraiment ce qu'il y a de plus sympathique à faire~"

Clyde recula ensuite, ses yeux reprenant au passage leur teinte bleu profond habituelle. L'humain avait tout le loisir de s'échapper, mais si ça devait arriver il le rattraperait en deux temps trois mouvements.  Et puis il espérait qu'il ne soit pas assez idiot pour tenter la fuite, qu'il avait bien compris à ce qu'il avait affaire.


"Je te laisse la vie sauve... A condition que tu deviennes mon assistant pour un petit moment, rien de bien méchant~"

Clyde ne précisait rien mais en tant qu'assistant il laisserait l'humain être témoin de choses que n'importe qui ne devrait voir. Des choses qu'il faisait comme si c'était normal, une routine quoi. Ca incluait torture, chasse, manipulation,... L'habituel pour la goule, son travail limite. Mais il allait s'arranger pour que le brun soit toujours là, non loin et le forcerait à assister à tout ce qu'il ferait dans les prochaines semaines.

"Libre à toi d'accepter ou de refuser mais tu sais ce qui t'attend si tu me dis non~"


(c)Raravioli- Uniquement pour City of Ghouls

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 28 Aoû - 4:06

Hasekawa Toshirô

Hakuryu Clyde

「 Mieux vaut en rire qu'en pleurer 」
Cette goule, ce devait être un démon au final. Quelle personne sensée et saine d’esprit s’amuserait à torturer plus faible que soi ? Justement, il avait la réponse. Ce type était loin d’être saint d’esprit, bien au contraire. Fou ? Sadique ? Perturbé ? Beaucoup d’autres mots pouvaient sans doute le définir, et plus ça allait, plus il stressait. Mais à quoi ça servait ? Dans tous les cas, Toshi allait bien mourir un jour ou l’autre, ce n’était qu’une question de temps. La mort l’avait frôlé une fois en emportant sa jambe. La prochaine fois c’était quoi ? L’autre jambe ? Les bras ? Ou tout simplement la tête ?

Le brun grimaça quand la goule lui planta son ongle dans la joue pour le griffer. Il porta sa main à sa joue en lui jetant un regard noir, en l’écoutant à moitié lorsqu’il disait que personne n’était vraiment entier. Puis indirectement, le bleu donna raison à Toshi en disant qu’il n’avait pas toute sa tête. Il retint tant bien que mal un « Je l’savais. », après tout avec ce psychopathe en face de lui, impossible de savoir ce qu’il pouvait penser, ce qu’il pouvait se passer. Pourtant…


« Ca se voit de toute façon. »

Mon cher Toshi, aurais-tu l’obligeance de la fermer pour une fois ? Visiblement non. Il avait un sourire crispé sur le visage en fixant le bleu, sa main toujours appuyée sur sa joue en sentant que ça brûlait. Plus les minutes passaient et plus il était stressé, certes. Cependant, malgré la peur qui lui nouait le ventre, il se faisait à l’idée que d’une manière ou d’une autre, ça allait chier. Brusquement, il se senti partir en arrière. L’autre taré lui avait shooté dans le tibia. Le BON tibia. Le fourbe. Non seulement ça faisait mal, mais en plus il ne tenait pas en équilibre sur sa seule prothèse. Le brun ne se retint que in extremis au mur pour ne pas se vautrer lamentablement par terre, l’insulte au bout des lèvres.

Non, ne rien dire. Ça lui ferait trop plaisir à ce type, et ça lui donnerait une raison de plus pour le martyriser. Se taire, au mieux, et garder ses commentaires pour soi même si c’était assez dur, même dans la situation des plus merdiques, Toshi arrivait à la ramener. Suicidaire ? Sur les bords, sans doute. Mais c’était dans sa nature, que de répondre. Sinon c’était se laisser marcher sur les pieds, une chose qu’il détestait. Cela dit, avec une goule, il pouvait bien la fermer, surtout si celle-ci était mal lunée comme maintenant. Puis il arriva quelque chose de totalement inattendu. Le bleuté qui lui tapota l’épaule en souriant. Un sourire… Chaleureux. A quel moment il avait basculé dans le côté obscur ce con ? Le brun se le demandait.

Il eut un rire nerveux lorsque la goule lui dit qu’en gros, torturer c’est pas gentil. Sérieusement ? Il s’en rendait compte ? Donnez une médaille à cet homme, il le mérite ! Plus sérieusement, Toshirô plissa les yeux en le regardant. Il reprenait son aspect humain. Ça cachait forcément quelque chose, il avait l’air trop fourbe pour laisser passer une occasion comme celle-ci. Bien évidemment, l’étudiant avait raison. L’autre lui laissait la vie sauve. Trop aimable. En échange, il deviendrait son assistant. Bah voyons. Cette fois il haussa un sourcil, restant appuyé contre le mur avant de croiser les bras. Son cœur était prêt à se faire la malle à tout moment, limite Toshi aurait pu faire un malaise, ça ne l’aurait même pas étonné.


« J’ai le choix entre devenir ton assistant et devenir ton assistant donc. C’est dur, j’hésite. »

Entendez-vous le sarcasme dans sa voix ? Elle s’entend à des kilomètres n’est-ce pas ? Lui qui était au bord des larmes il n’y a pas dix minutes, il reprenait du poil de la bête. Sûrement parce qu’il s’était rendu compte que ça ne servait à rien de lutter avec plus fort que soi, qui avait presque le droit de vie ou de mort sur notre personne. Qu’il se fasse tuer maintenant ou demain, torturer dans trois semaines ou six mois, ça ne changerait rien. Fataliste ? Un peu il faut dire, mais qui ne le serait pas dans son cas ? Autant accepter tout de suite son sort, au lieu d’attendre que ça vienne avec une peur certaine.

C’était certain, que Toshirô avait peur de cette goule, peur de ce qu’elle pourrait faire, mais le ton qu’elle employait, en lui laissant le choix entre lui obéir ou mourir, tout cela revenait au même. Il n’avait pas le choix en réalité, et l’autre le savait bien, voilà pourquoi il lui avait fait cette proposition. Qu’il le frappe ou le prive de ses doigts ou autre chose, ce n’était qu’un avant-goût si on pouvait dire les choses ainsi. En fait, d’après lui, le brun n’avait jamais pensé de la sorte. Il n’avait jamais été aussi fataliste de sa vie. Il fallait un début à tout comme on dit.


« J’imagine que j’ai pas d’autre solution que d’accepter. »
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Galaad - Mieux vaut se méfier de l'eau qui dort ! [Terminée]
» JAELYN (+) mieux vaut rater un baiser que baiser un raté.
» Mieux vaut tenir un lapin que poursuivre un lièvre [Sydney & Chase]
» Mieux vaut ne pas songer au passé, rien ne le peut changer.
» Mieux vaut tard, que jamais [PV Anya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Fosse des Rps-
Sauter vers: