Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Somme nous le reflet l'un de l'autre? [feat Pakkun]

 :: Fosse des Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 25 Avr - 17:32
J'attends la suite des évènements, puis je vois l'autre type prendre un cadavre et le jeter à Vik', il dit :

-On va prendre leurs vêtements, ça va nous donner un avantage.

Je vois Vik' retirer les vêtements du cadavre et son ami m'en lancer un pour moi aussi. Je retire rapidement les vêtements et les enfile, ils sont trop grands pour moi mais au moins je peux garder ma veste et celle d'inspecteur en dessous. On est tous habillé, avec plus ou moins la même tête.

On se dirige vers l'atelier quand une goule se dirige vers nous et qu'elle nous demande ceci :

-Qu’est-ce qu’il s’est passé ? On a entendu des coups de feu.


-Rien de bien méchant, des yakuzas qui ont cru qu’ils pouvaient nous battre… Ils ont vite compris à qui ils avaient à faire.

Vik' à répondu dès que la goule avait fini sa phrase. Mais elle semblait très étonnée et perplexe. Elle était là sans rien dire à nous observer. Puis elle répondit en ayant l'air encore plus étonnée :

-Attends, tu es en train de me dire que vous…



-Bon, je ne suis pas là pour faire dans la dentelle.

La cervelle de la goule explosa, éclaboussant Vik' et l'autre goule au passage. Elle n'avait même pas eu le temps de finir ce qu'elle avait à dire. L'autre goule qui l'accompagnait connu le même sort, je regardais tout autour pour voir si on avait alerté d'autres goules. Je baissais les yeux quand je vus que le pistolet était équipé d'un silencieux à son extrémité. Il me semblait bien que l'arme ne faisait pas beaucoup de bruit.

Vik' regarde son ami et il lui dit ceci :

-La prochaine fois évite d’en foutre partout…


Puis il se tourne vers moi :


-… et c’est ça le plan, on entre, on sort le colis et si on peut glaner des infos sur le pourquoi du comment.

-Pas très travaillé, mais vu où on en est je vais me contenter de suivre le plan.

On entre dans l'atelier, il est assez spacieux, malgré les différents objets s'accumulant sur les côtés. J'observe rapidement la pièce, à part nous trois il y a trois goules et au centre, dans un sale état, la goule que Vik' avait ramené. Elle avait pas mal de blessures dont certaines assez profondes, elle est en sang. Je vois l'ami de Vik' près de lui, les goules sont l'une à côté de l'autre, elles ne bougent pas du moins pour le moment.

Puis l'une d'entre elles s'approche de la goule ensanglantée, elle parcourt le corps du regard, sourie au coin des lèvres. Une fois le corps observé, elle se met à donner un violent coup de pied dans le corps de la goule, comme si c'était un enfant qui jouait avec son jouet et qu'il s'amusait à le briser. Vik' pointe du doigt les goules du fond et il me dit en français :

-Le type qui est au sol devait nous aider à avoir des infos, mais ces collègues semblent avoir pris les devants.

Je hochait la tête pour lui dire que c'est ok, son ami soupire et tire une balle dans la rotule de la goule en chef. Elle tombe au sol et hurle, Vik' tient en joue les autres et il dit :

-Pak ramène toi, on a un blessé !

-Ca va. Deux secondes.

Je prends le corps de la goule et la mets sur mon dos. je ne fais plus rien, j'attends les deux autres.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 25 Avr - 20:58
Pak’ prend la goule blessée sur son dos et il attend certainement que nous ayons fini. Je jette un rapide coup d’œil pour voir l’état de notre amie. Bah pour le coup, je me serais bien passé de ça, plusieurs plaies béantes, des os broyés et peut être des organes perforés. Si on ne lui donne pas de quoi manger, elle arrivera pas à régénérer assez vite pour survivre.

-Pose là contre un mur et par chercher de la chair humaine nous… on se charge des autres.

La goule qui s’est fait exploser la rotule commence à parler comme c’est pitoyable.

-Vous ne savez pas à qui vous avez à faire.


Je me baisse pour la regarder.

-Alors ce qui est bizarre, c’est qu’il y a une colombe qui m’a sorti la même chose il y a plusieurs heures. Tu sais comment elle a fini ?

-J’avoue que la réponse m’intéresse, mais je doute que mes supérieurs apprécient que je sois mort.

Les mots de cette goule me font glousser et elle l’a remarqué. Je la regarde de nouveau.

-Donc tu es le chef de cette petite expédition punitive ?


-Exact.

Je détourne mon regard pour voir celui de mon mentor.

-Celle qui s’est mangé ta balle est leur chef, on fait quoi des autres ?

Il regarde les deux autres goules un moment et il plonge son regard dans le mien.

-Des exemples ?

Je ricane un moment au vu de l’idée que j’ai.

-Soit.

Je tire dans les rotules de celle de gauche et Wick dans celle de droite. On trouve un moyen de les assommer, on attache les mains de la première aux plafonds avec des cordes. Quant à la seconde, on l’a enchaîné contre un pylône métallique à l’extérieur de l’atelier. J’asperge celle-là d’essence et je fais une traînée jusque dans notre salle de torture improvisé. 

Je pars voir comment va notre Pak’ numéro 2. Je ne sais pas ce que lui a apporté l’ours, mais en tout cas, ça lui a permis de se remettre d’aplomb. Je lui mets quelques bandages sur ses plaies et je retourne auprès de Wick.

-Bon, on commence par qui ?

-Viens me dire ce que tu cherches.

Wick fait signe à Pak de venir. J’observe la goule qui sert de chef. Elle tente de se débattre pour se libérer. On n’a pas serre si fort que ça, elle peut facilement se libérer, mais si elle le fait, elle se fait refroidir net alors. À vrai dire, les deux autres aussi semble se réveiller. Nos trois sujets d’expérience émergents.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 25 Avr - 21:38
Après un diagnostic plus approfondi, la goule est dans un état pire que prévu. Les plaies sont béantes, il y a des os perforés et peut être des organes perforés. Je repose la goule et dit :

-Merde ... J'vais faire comment pour trouver de la bouffe ...


-Pose là contre un mur et par chercher de la chair humaine nous… on se charge des autres.


-J'veux bien ... Encore faut t'il que j'en trouve suffisamment ... C'est pas gagné.


La goule qui s’est fait exploser la rotule commence à parler, j'entends le discours, n'étant pas loin regardant à l'extérieur pour voir où je peux trouver de quoi nourrir la goule.

-Vous ne savez pas à qui vous avez à faire.



Je le vois se baisser pour la regarder.

-Alors ce qui est bizarre, c’est qu’il y a une colombe qui m’a sorti la même chose il y a plusieurs heures. Tu sais comment elle a fini ?

J'entends ce qu'il dit et j'ajoute ceci :

-Tu te tais, j'ai pas envie de vomir sur la goule. J'ai pas envie de te boxer !

-J’avoue que la réponse m’intéresse, mais je doute que mes supérieurs apprécient que je sois mort.

Les mots de cette goule le font glousser et elle l’a remarqué. Il la regarde de nouveau.

-Donc tu es le chef de cette petite expédition punitive ?


-Exact.

Après ceci je décide d'aller voir deux trois cadavres. J'ai eu pas mal de chance, l'un d'entre eux avait un couteau à lame noire brillante que je décide de prendre et de garder pour la suite. La lame à l'air de bien couper, malgré qu'elle ne soit pas très longue. Je découpe plusieurs morceaux de chair humaine, essuie la lame du couteau sur des bouts de vêtements déchirés et revient voir la goule.

Elle me regarde bizarrement, entre temps j'en ai profité pour retirer les affaires et les balancer au loin. Je la regarde et lui dit :

-Oui, je sais que tu as toutes les raisons de me tuer. Je sais que tu me fais aucunement confiance. Mais juste bouffe cette viande et de dis rien, ne me demande rien, je ne te tuerais pas.

La goule me regarde encore plus bizarrement maintenant, mais elle ne cherche pas à obtenir plus d'informations et elle mange juste. Puis j'entends des coups de feu et me rappelle d'avoir laissé les deux autres avec le groupes de goules. Je me retourne et je les vois asperger d'essence l'une des goules sur un pylône électrique dehors et attacher les mains de l'autre au plafond avec des cordes.

Je viens de me rappeler de quelques souvenirs que je pensais avoir oubliés mais qui sont entrain de revenir. Mon regard se fige sur cette scène si inhumaine que mon corps l'ai aussi. Je suis à deux doigts de craquer, à les détacher mais je ne suis pas sur que les deux autres le voudront. Je me retourne et voit la goule qui à déjà l'air plus en forme, je décompresse un peu et souffle un coup.

Un problème urgent en moins, réglé. Vik' s'approche de la goule et lui met quelques bandages, je l'aide un peu avant qu'il retourne avec l'autre type. Je les vois parler :

-Bon, on commence par qui ?

-Viens me dire ce que tu cherches.

Je soupire, je ne veux pas mener ce genre d'interrogatoire, je ne sais pas encore si je vais tenir et si je tiens, je ne sais pas si ce sera pour une longue durée. Je m'approche, à pas lents essayant de paraître le mieux possible. Je les vois tous attachés et commençant à se réveiller. J'hésite à demander de les détacher mais si je le fais ils vont sûrement se demander pourquoi ...

HRP:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 25 Avr - 22:53
Pak traine la patte pour nous rejoindre et à vrai dire, je le comprends. Le surnom de Croque-Mitaine n’est pas attribué pour rien. Marcus a su montrer au fils des années qu’il faut avoir deux personnalités pour nos boulots. La nôtre et celle que l’on a derrière le masque, mais depuis la mort de sa femme la personnalité du masque est devenue la dominante. Je crois que je suis le seul qui se vanter de l’avoir vu sourire. Je serais dans le même cas que lui si on me prenait Aono et Kaito. Je le comprends que trop bien. Je suis tout de même content que ça soit lui qui fasse l’interrogatoire, j’ai plus les tripes pour ça. Marcus se tourne vers moi.


-Pour marquer les esprits, il faut des témoins.


Je suis très étonné, je ne savais pas qu’il parlait japonais. Il faut croire qu’il l’a appris après mon départ. Je soupire avant de lui parler.


-Tu veux combien de personnes et aussi quoi comme public ?


Il me regarde avec son regard le plus froid, cela me glace le sang. J’ai du mal à garder le contact visuel direct.


-Tous ceux que tu peux trouver, humains, goules, yakuzas, policiers, colombes. Tous ceux que tu trouveras.


Je commence à marmonner dans mon coin et je sens son regard posé sur moi. Je me dresse droit comme un I et je pars aller chercher le futur public de ce spectacle macabre. Je vais voir Pak et Pak n°2.


-Venez, on va prendre l’air.


J’aide la goule à se lever et je sors de l’atelier. Je vois celle qui est attachée au pylône commençant à planer avec les vapeurs d’essence. Je la plains tellement. Après que l’on soit suffisamment éloigné la porte de l’atelier à claquer tellement fort que je commence à me sentir mal. Je me dirige avec la goule vers la maison du chirurgien. Je ne peux pas continuer sans mon masque. Sur le chemin, on tombe sur des yakuzas qui ont réussi à maîtriser quelques goules. Je racle ma gorge pour mieux hurler. Je ne sais pas si Pakkun nous suis et à vrai dire je m'en fout, j'ai besoin d'air. 


-Le Croque-Mitaine veut expliquer quelque chose à un maximum de personnes possible…


Ces mots me donnent envie de vomir, je retombe dans les besognes de mon ancien moi. Je demanderais à Pak’ d’être discret sur cette affaire.


-… prenez les goules avec vous, elles doivent aussi assister au spectacle.


Les yakuzas me font signe que c’est bon avec leur main. Cet endroit peut servir au prochain film de zombie que Roméro pourrait tourner. Il y a tellement de corps, de morts inutiles. Ça me dégoûte.
Lorsque j’entre dans la maison du doc, je pose la goule sur le canapé et je pars chercher mon masque. Lorsque je le vois la colère m’envahis. Je suis en train de rompre les promesses que je me suis faite. Lorsque je le vois la colère m’envahis. Peut-être qu’il faudrait que je me coupe de toute émotion. Mes réflexions sont coupées par un grincement du plancher.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Avr - 10:34
-Pour marquer les esprits, il faut des témoins.

Tiens, je ne savais pas que l'autre type parlait japonais, il le parle peut être en privé ... Bon peu importe, ce sont ses paroles qui me gênent le plus, ou plus exactement ce qu'elles veulent dire. J'espère qui ne parle pas de témoins au sens où je l'entends, sinon il va falloir que je le stoppe.

-Tu veux combien de personnes et aussi quoi comme public ?


-Tous ceux que tu peux trouver, humains, goules, yakuzas, policiers, colombes. Tous ceux que tu trouveras.

Je n'ai pas entendu ce que je pense ... Vik' veut aider ce monstre ? Ok, ok. Je veux bien croire que pour ce qu'il fait il faut avoir deux personnalités ... Mais quand même, lui qui le connaît, il peut essayer d'empêcher tout ça, non ? Je lève la tête et je croise le regard de l'autre type ... Ce regard me glace le sang, je pensais ne plus jamais le revoir depuis sa mort, mais je me suis trompé. Même Vik' semble avoir du mal à regarder dans les yeux.

Gendô. Je pensais pouvoir l'oublier, mais le regard de glace de l'autre type vient de me le faire rappeler. Officiellement c'était mon père, mais pour moi il restera toujours un monstre. Je regarde Vik', il droit comme un I et il viens vers nous, une fois arrivé à notre niveau il dit ceci :

-Venez, on va prendre l’air.


-J'en ai bien besoin ...

Vik' commence à relever la goule, je l'aide aussi, je lève la tête et la goule attachée au pylône n'a pas l'air bien. Sûrement les vapeurs d'essence qui lui font cet effet. On sort de l'atelier, je me demande comment ils compte neutraliser les goules, car il y a très peu de possibilités. Un grand claquement me fait sursauter, après vérification c'est la porte de l'atelier. Mes yeux se portent sur Vik', il n'a pas l'air d'être en grande forme, mais je n'ose pas demander comment il va.

Sur le chemin des yakuzas maîtrisent quelques goules, signe qu'on ne les avait pas toutes eues. Ils sont encore la à les tenir quand Vik' parle :

-Le Croque-Mitaine veut expliquer quelque chose à un maximum de personnes possible...

Vik' à un moment d'absence avant de poursuivre sa phrase :

-… prenez les goules avec vous, elles doivent aussi assister au spectacle.

Les yakuzas font signe que c'est bon, je regarde les alentours ... Cet endroit me dégoute, il est rempli de cadavres, de sang et de membres arrachés. Tous des morts inutiles. On se dirige jusqu'à la maison du docteur, Vik' pose la goule sur le canapé. Je lui fais signe que j'ai besoin de me poser et de reprendre mon souffle. J'en peux presque plus, pas physiquement mais psychologiquement. Je me repose un peu mais mon repos est coupé par le grincement du plancher, je demande :

-Il vient d'où ce bruit ?  
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Avr - 16:37
-Il vient d'où ce bruit ?

Il faut croire que la maison ne tient plus, les grincements sont légions et tout ça pour rien, mais au moins ça m’a coupé dans ses idées noires. Me couper de toute émotion, non, je refuse de le faire. Ma vie a pris un tournant positif et je ne compte pas tout ruiner comme ça. Il faut que nous ayons tous les deux changé. Je retourne dans le salon avec mon masque à la main, je regarde Pak et la goule en soupirant.

-Alors soit vous réglez votre problème d’origine à l’amiable, soit je vous fous dehors et je vous oblige participer au « spectacle ». Je peux être très persuasif.

Après avoir dit ces mots, je pars dans la cuisine pour prendre de quoi me rafraîchir. Je prends les trois bouteilles d’eau qui sont dans le frigo, je me dirige dans le salon et je les donne aux deux zigotos. Je m’affale dans le siège qui est à côte en plaçant mon masque assez proche de mon visage pour qu’il soir suffisamment dissimuler.

Des cris retentissent de l’extérieur, la goule se lève difficilement pour aller voir par la fenêtre ce qui se passe. Elle est apeurée, je n’ai pas besoin de voir son visage pour le savoir. Je sais très bien ce qu’il se trame dehors et je ne veux plus y participer. L’odeur de chair brûlée inonde mes narines et la seule réaction que j’ai, c’est de sortir une phrase débile avec un ton froid.

-Tiens, il a finalement décidé de faire un barbecue. Je me demande ce qu’il va faire des autres, l’acide peut être…à moins qu’il mette de la thermite.

Tiens ça, c’est vrai, on n’avait pas encore essayé de voir ce que la thermite faisait aux goules…mais qu’est-ce que je raconte. Je redeviens celui que j’été avant d’atterrir au Japon, quelle plaie. Je regarde Pak, il n’a pas l’air bien, je parie qu’il veut aller les aider.

-Pak’, reste ici, si tu sors, tu verras des horreurs, il n’a pas eu le surnom du croque-mitaine pour rien. Il tue sans émotion.

Des coups de feu retentissent, il a retiré le silencieux de son pistolet. Je soupire avant de regarder Pakkun. J’ai envie de lui dire qui est mon mentor, mais je lui parlerais d’un homme qui est mort, celui qui est dans son corps n’est pas celui qui m’a sauvé, notre code moral et le reste… Me voilà nostalgique, pitoyable, mais il est vrai que cette époque où je braquais me manque, la crainte dans les yeux des civils, les contrats, la poudre, le sang… Non, je me suis rangé… Alors pourquoi j’ai suivi cette goule ? Pour une insulte ? Non, je ne suis pas de ce genre-là… Alors pourquoi ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Avr - 17:11
Ma question fut suivie d'une série de grincements, provenant d'un peu partout. Je souffle encore un peu, je suis limite affalé sur le canapé, la goule me regardant encore bizarrement. Bon, vu ce qu'elle avait reçu, je la comprends tout à fait. Vik' fait son apparition dans la pièce masque en main, il vient vers nous et dit :

-Alors soit vous réglez votre problème d’origine à l’amiable, soit je vous fous dehors et je vous oblige participer au « spectacle ». Je peux être très persuasif.


-Pour régler notre problème comme tu dis, j'en ai d'autres à régler avant ...


Il se dirige vers une sorte de cuisine, elle est spacieuse et bien équipée, je fouille dans les placards à la recherche d'un peu de nourriture que je mange aussitôt. Une fois revenu dans le salon, là où j'étais sur le canapé, il nous tend un peu d'eau. Je prend un verre, le remplit et le boit d'une traite, je commençais à avoir vraiment soif, surtout après avoir mangé.

Entre temps Vik' s'est installé sur un fauteuil, moi je me mets comme j'étais, affalé sur le canapé qui est d'ailleurs confortable. Des cris retentissent, je n'y prête pas attention, du moins au début, la goule tend l'oreille et décide de se lever après une courte hésitation. Elle s'avance vers la fenêtre, je peux voir son visage grâce au reflet. Très rapidement elle semble horrifiée de ce qui se passe, vu l'air quelle à je ne préfère pas m'approcher.

Une odeur de corps brûlé commence à se faire sentir, Vik' brise le silence pesant qui s'est installé depuis peu :

-Tiens, il a finalement décidé de faire un barbecue. Je me demande ce qu’il va faire des autres, l’acide peut être…à moins qu’il mette de la thermite.

 
Je suis toujours affalé sur le canapé, mais j'ai très bien entendu ce qu'il à dit. Je me tourne, me relève et le regarde. Il décide de parler à nouveau :

-Pak’, reste ici, si tu sors, tu verras des horreurs, il n’a pas eu le surnom du croque-mitaine pour rien. Il tue sans émotion.

-Ce n'est pas ça qui m'empêchera d'aller les aider. Je sais qu'elle ont méritées d'être punies mais pas comme ça. Ce type est fou, point. Mais je n'irais pas là bas, pas à cause de tes paroles mais pour autre chose.

Je me remets là où j'étais. "On peut lui faire confiance" ... Mouais ... Pour tuer ca oui, pour autre chose non. Des coups de feu retentissent, je regarde la goule, je la prends par le poignet, l'installe à nouveau sur le canapé et tire les rideaux. Je reste la, je ne suis pas assez fort pour tenter quoi que ce soit, je baisse la tête, je suis appuyé sur le rebord de fenêtre, debout, seul face à mes pensées.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Avr - 20:42
-Ce n'est pas ça qui m'empêchera d'aller les aider. Je sais qu'elle ont méritées d'être punies mais pas comme ça. Ce type est fou, point. Mais je n'irais pas là bas, pas à cause de tes paroles mais pour autre chose.

L’idiot. S'il y retourne, il va voir une goule qui a été transformée en chipolata trop cuite. Tu ne peux rien faire, on ne peut rien faire. Il a commencé à faire office, il y a certaine chose que l’on ne peut pas empêcher. Pakkun tire les rideaux et s’appuie sur le rebord de la fenêtre, tête baissée et pensif.
La goule décide de partir du bâtiment, je ne vais pas l’en empêcher. Je ne suis pas responsable si elle meurt. Je me lève et je m’approche de Pak’. J’appuie mon dos sur le rebord de la fenêtre, je suis à côté de l’ours.

-Tu ne peux pas le juger, tu ne le connais pas, il a vu et vécus tellement de choses, mais il est vrai que ce n’est plus celui qui m’a sauvé. Son regard… Habituellement, il garde ce regard pour ceux qui font du trafic d’être humains.

Je regarde la pièce dans laquelle on se trouve, elle ressemble beaucoup à mon ancien appart, ce n’est que la maison d’une personne qui vit des crimes… Je commence à rassembler mes affaires quand l’électricité commence à faire des siennes. Je ne veux pas savoir ce qu’il compte faire à la troisième. Je commence à m’approcher de la porte pour sortir, j’ouvre la porte et avant de sortie, je regarde Pakkun.


-Aller ramène toi avant que les flics arrivent.

Après avoir dit ces mots, je pars de la maison, je passe devant l'atelier et j'avais raison, il y a un corps complètement brûlé et le groupe de personnes "émerveillé" par le sort d'une des goules et j'entend le bruit d'un arc électrique. Je continue mon chemin pour atteindre la rue principale, je range mon masque dans une poche intérieure de ma veste et je me pose sur un banc en espérant pourvoir être tranquille deux minutes et je repart comme j'étais venus.

Fin pour moi.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Avr - 21:10
Je suis encore à la fenêtre quand j'entends du bruit, c'est la goule qui est sur le point de partir, juste avant je lui dis ceci :

-Fais gaffe, la prochaine fois tu n'auras peut être pas la même chance ...

J'entend à nouveau du bruit, après vérification c'est Vik' qui se lève et s'adosse à la fenêtre juste à côté de moi, pour me dire ceci :

-Tu ne peux pas le juger, tu ne le connais pas, il a vu et vécus tellement de choses, mais il est vrai que ce n’est plus celui qui m’a sauvé. Son regard… Habituellement, il garde ce regard pour ceux qui font du trafic d’être humains.

-Hummm ... Tu es mieux placé que moi pour le juger, mais il ne mérite pas ta confiance ...Pas dans l'état qu'il est actuellement ...

C'est à peine si je chuchote, je n'ai même pas envie de parler. Juste de partir loin de tout ça, renter chez moi et me reposer dans mon lit. J'ai vraiment pas l'envie de faire autre chose, ces derniers jours étant source de beaucoup de tensions.  

Je me retourne et contemple la pièce, pas pour voir qu'il y a tel ou tel chose mais juste pour me vider l'esprit. Je ferme les yeux quelques secondes et quand je les réouvre, la lumière vacille. Je vois Vik' s'approcher d'une porte, l'ouvrir, me regarder et dire ceci :

-Aller ramène toi avant que les flics arrivent.

Je bouge péniblement de l'endroit où j'étais adossé, je me racle la gorge et dis à Vik' :

-Adieu, si on se revoit jamais. Au revoir si t'as l'espoir de me revoir un jour ...


Je passe la porte, passe rapidement à côté de l'atelier, je ne veux pas savoir ce qu'il se passe la bas. Je continue mon chemin jusqu'à tomber dans une grande rue passante, je me repère et décide de prendre un taxi jusqu'à chez moi. Le traffic est fluide, très fluide même, je mets peu de temps pour arriver jusqu'à chez moi. Je paie la course, ouvre la porte de l'entrée et la referme aussitôt une fois chez moi.

Je me regarde dans le petit miroir de l'entrée, je suis épuisé, j'ai l'air d'un zombie. J'arrive dans le salon, je jette mon manteau d'inspecteur et ma veste sur un fauteuil. Je pars dans ma chambre et m'allonge sur le lit, pas fait comme d'habitude, je daigne enfin regarder mes messages. L'un d'entre eux me glace le sang, elle à du se faire tuer sur le chemin du retour, elle n'était pas en grande forme non plus. Ils ont réussis ce qu'ils voulaient faire, la goule est morte. Je me contente juste de balancer mon téléphone avant de m'endormir.


Fin pour moi !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre.Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde... [Livre I - Terminé]
» Quel pokemon vous seriez ?
» Qui somme-nous ? Ou allons nous ? [Benoit Semper-Milah Jones]
» "Nous nous prétendons différents, mais ne sommes nous pas tout simplement les mêmes ?" FEAT IMMO, AKU & HOSSY
» Un jour, nous serons indispensables l'un à l'autre. - Muse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Fosse des Rps-
Sauter vers: