Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Twinkle Twinkle Little Star [PV Lulu]

 :: Fosse des Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 7 Avr - 23:27
Twinkle Twinkle Little Star
Feat. Luna
Tu t’étais régalé. Rien de mieux que la chair tendre d’un enfant pour te rassasier, et il n’y avait rien de mieux pour démarrer une journée. Cela voulait donc dire que tu étais relativement de bonne humeur pour une fois, et il fallait donc que tu en fasses partager ton entourage. Quoi de mieux que de provoquer ensuite un accident de la route ? Rester en plein milieu de la route, en sachant que l’homme ou la femme allait t’éviter et allait se manger le camion qui allait en sens inverse. Tout ceci était fort divertissant pour toi, tu devais bien l’avouer.

Mais bien trop commun. Cette journée, comme tant d’autre, était répétitive et c’était une chose qui commençait à sérieusement t’ennuyer. Toujours les mêmes choses, toujours la même rengaine, tu avais besoin de quelque chose de nouveau, quelque chose qui serait innovant pour une fois. Mais quoi ? C’était ce que tu cherchais actuellement. Réfléchir en fixant tes pieds, ne pas regarder devant toi, et fracasser le premier qui te bousculait. Cela aussi, c’était bien trop souvent à ton goût. Il fallait que ça change.

Le changement, c’était maintenant. Un soupir quitta tes lèvres alors que tu t’adossas à un mur en croisant les bras. Il fallait le dire, tu t’ennuyais sérieusement, et ça, ça n’annonçait rien de bon. Tu détestais t’ennuyer, c’était ton pire ennemi. Tu levas les yeux au ciel pour regarder un instant le ciel, et les nuages, ces moutons volant pour toi. Eux ils ne se posaient pas la question de l’ennui, cette bande de chanceux. Puis tu te remis à observer les gens. Bien évidemment, comme d’habitude, on te dévisageait à cause de ton style qui ne passait pas inaperçu pour deux sous.

Sans prévenir, tu interceptas deux jeunes qui passaient et qui semblaient avoir dit quelque chose sur toi et ton style vestimentaire. Tu les passas à tabac sans raison, avec un grand sourire et sous les yeux éberlués des passants. Cela par contre, ça t’amusait profondément. Faire du mal aux gens, c’était ta spécialité. Cependant c’était justifié, puisqu’ils venaient de critiquer ta façon d’être au final. Personne n’avait le droit de critiquer sans qu’il n’en subisse les conséquences, c’était devenu une règle d’or pour toi. Depuis des années néanmoins, mais ça t’énervait. Chacun avait sa manière de se vêtir, si la personne n’est pas contente, qu’elle aille chier dans sa caisse et basta !

Il fallait que tu te calmes. Tu baissas les yeux. L’un des deux garçons que tu venais de frapper n’avait plus figure humaine. Oups. Tu y étais allé un peu trop fort. Relevant la tête vers les gens, tu souris simplement avant de partir, les mains dans les poches et sans te poser de question. Tu avais sûrement tué ce garçon, mais tu ne t’en sentais aucunement chagriné, bien au contraire. Pour prouver ta bonne humeur, tu t’étais même mis à siffloter un air d’une chanson que tu aimais bien parce que tu étais de bon poil, ce qui te reflétait bien.

Tu ne savais franchement pas où tu allais, tu n’avais aucun but précis, mais tu t’aventurais dans les petites ruelles pour avoir une discrétion, assez futile il fallait dire puisque tu ne te cachais pas en règle générale. Ce n’était pas une question de se dissimuler aux yeux de la population parce que tu te fichais de savoir ce qu’ils pensaient de toi comme de la Saint Glinglin. Pour le coup tu réalisas que tu ne savais absolument pas où tu étais. Pas que ça t’importait énormément, cependant tu aimais bien savoir où tu allais et là, c’était pas très clair à vrai dire.

Tu quittas ta ruelle, cherchant des gens à interroger. Tu avais deux jeunes femmes en visuel, et tu pris ton plus beau sourire pour aller les aborder. Même avec ton look excentrique, elles ne semblaient pas effrayées alors ça t’arrangeait assez à vrai dire. Tu compris que tu étais dans le 13ème. Il y avait très peu de choses que tu ne savais pas sur cette ville depuis que tu y étais, et depuis que tu l’arpentais nuit et jour. Alors ce n’était sans surprise que tu te rappelas que c’était ici que s’était installé un petit trafic d’organes pour des goules. Ces goules faibles qui ne savaient pas tuer parce qu’elles étaient trop gentilles.

Ces goules que tu prenais un malin plaisir à torturer parce que c’était vraiment jouissif de les voir te supplier de les épargner. D’ailleurs, tu avais envie de maltraiter une goule. Une envie soudaine comme ça, qui te remplissait d’une excitation certaine parce que tu sentais l’adrénaline monter. Tu ne savais jamais sur qui ou sur quoi tomber, alors c’était comme une roulette russe. Tu t’étais préparé à tout, et rien ne te surprendrait maintenant. Tu cherchais justement ce petit quelque chose qui pourrait t’étonner, et c’était pour ça que tu t’en prenais aux goules, jusqu’à ce qu’il en trouve une digne de lui.

A force de marcher, il tomba sur quelqu’un qui semblait assez pressé, et tu décidas de le suivre avec un léger sourire tordu mais de contentement. A son odeur, tu déduisais que c’était une goule. Une goule en manque, vu son air désespéré et surtout, émanait de lui une sensation de faim intense, comme si cet être n’avait rien mangé depuis des jours. Ton sourire s’élargit alors que tu t’élanças vers lui en dévoilant ton kagune sans complexe et surtout sans crainte de te faire découvrir, comme si c’était normal, pour tuer cette goule, d’un mouvement net et précis. Tu te servais de tes cristaux pour le mettre à terre, et ensuite tu avais tout le loisir de le torturer.

Il hurlait à la mort mais pour toi, ce n’était qu’une sonate à tes oreilles, un son tellement doux et apaisant que ça te calmait presque. Cela pouvait attirer des gens que ça t’importait peu. Tu avais rétracté ton kagune et tu n’étais assis sur ta victime tranquillement pour le mutiler gravement avec l’un de tes cristaux. Ses cris redoublèrent, et toi tu t’amusais comme un enfant de cinq ans avec son camion pompier. Ta victime et toi étiez proches des murs des bâtiments alors tu ne t’exposais pas totalement, mais les hurlements pouvaient clairement attirer tout le quartier.


« La Reine de Cœur avait fait des tartes… Mais le valet de Cœur a volé les tartes… La Reine de Cœur s’est alors écriée… »

Un large sourire étirait tes lèvres maintenant alors que tu levas ton bras pour trancher la gorge de la goule, à plusieurs reprises pour le décapiter. Du sang t’éclaboussait mais tu t’en fichais, ton œil brillait de satisfaction.

« …Qu’on lui coupe la tête. Qu’on lui coupe la tête. QU’ON LUI COUPE LA TÊTE ! »

Tu adorais créer des problèmes, et si tu avais laissé cette goule rameuter qui l’entendait, c’était pour attirer l’attention.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 8 Avr - 2:27





× Luna
× Shi




12h35 ღ 13ème

{1 597 mots}

Code © Hiyata
Twinkle Twinkle Little Star


C'était un début de journée plutôt bon.
Tu avais cours ce matin. Un cours ennuyant, ce genre de cours que tout le monde préfère sécher puisqu'il n'est pas obligatoire ce trimestre et ou tu n'apprends pas forcément de chose qui vont te permettent de réussir le partiel du moi prochain. mais tu t'y rend. Tu as la paix comme ca. Eric se plaint mais il est venu lui aussi. Ton groupe "d'ami" lui n'est pas complet. A vrai dire il n'y a qu'Eric et toi.  Tu te demandes pourquoi il est venu si ce n'est que pour se plaindre.

Il t'incite plusieurs fois à quitter la salle durant la pause de 11 heures et de t'en aller avec lui boire un café au bar d'en face. Tu souris gentiment, mais tu es bien ici. La voix monotone du prof t'aide à avoir l'esprit clair. Personne ne parle dans le grand amphi. Enfin, presque personne à par le fond de la salle. Il ne faut jamais aller au fond si tu veux avoir la paix. Toi, tu es au premier rang depuis le début de l'année.

Tu fais genre de travailler tes cours en griffonnant sur ta feuille, mais il n'y a rien qui ne concerne l'Histoire du Droit au Japon durant le XVI° siècle sur ta copie. Tu t'interroges sur tes nouvelles relations, Aogiri, ton trafic. On commençait à en parlait et ca te faisait peur. Quand on parle c'est qu'on sait, un peu, une base. Quand on en parle, c'est que ca devient important. Sauf que toi tu n'as clairement pas entrepris l'idée que ca devienne important. C'est trop pour une gamine de 20 ans comme toi. Tu sais que tu ne peux pas faire ça toute seule.

Alors tu t'interroges. Sur toutes ces personnes qui se sont proposées à t'aider. Eto a dit que si tu utilisais des goules d'Aogiri, il faudra donner sa part à l'organisation. Tu contractes ta mâchoire. Est ce que tu peux faire confiance à cette fille merde ? Elle est trop puissante pour que tu dises non de toute façon, trop importante pour la laisser de coté. Tu entoures son nom sur ton plan, tu passes plusieurs fois avec ta mine, perplexe, puis tu inscrits un petit point d'interrogation.

La matinée continue. Il est 11 heures. Onze heures, et ce même problème reste planté dans ton esprit si bien que tu n'écoutes pas Eric se plaindre devant la machine à café de la fac. Tes yeux sont dans le vide, et à cet instant tu aimerais bien te tirer une balle pour échapper aux explications d'Eric sur "Pourquoi on devrait laisser les jolies filles vendre leurs corps si elles en ont envies." Tu n'écoutes même plus à forces, lançant des "Hunhun." ou "peut être, je sais pas." pour acquiescer.

Tu te fais payer un café par l'idiot qui te tiens compagnie. Si il est là, qu'il serve à quelque chose ce gland. Café en mains, tu prends une gorgée tout en fixant l'écran de télévision en face de la machine. Quelques étudiants sy sont attroupés. Généralement on regarde le sport, les chaines de musiques ou une foutu émission mais là c'était les infos en continue. Il s'était passé quelques choses.
Tu fronces les sourcils. Aogiri ? Non tu aurais été prévenue si c'était ça. Tu t'approches doucement, laissant Eric parler tout seul. Tu bois une gorgée amer. Tu écoutes. Un incident de la route aurait été causé par un homme. On soupçonne l'individu goule. Quelle goule est assez conne, pour créer un incident en pleine journée, sérieusement. Depuis la mort de Jason beaucoup de pseudo-puissante viennent essayer de conquérir l'espace de chasse qui était celui de Yamori. Cependant tu as toujours mis un point d'honneur à écraser et à brûler le moindre centimètre de chaire de cette racaille.
Tu sens ta gorge formée une boule de nerf. Tu sers ton poing qui aggripe le siège ou tu t'addosses. Tu n'aimes pas bien qu'on se foute ouvertement de ta gueule ainsi. Tu va envoyer chier la dernière heure de ce cours à la con et tu vas retrouver la tête à claque qui à fait ca, histoire de lui apprendre le respect des règles et des autres.

Tu agrippes ton sac, pique le café à Eric et te dirige vers la sortie. Ce dernier râle et te suit comme un bon petit chien et décide d’arrêter quand il comprend ou tu te rends, prétextant qu'en fait, le cours est plutôt intéressant. Tu laisses passer, de toute façon il va te ralentir, et c'est clairement mieux de ne pas l'avoir avec toi.

Tu es dans le huitieme arrondissement. Il va te falloir un temps avant d'arriver dans ton quartier. Le mieux ce serait de prendre le métro ou même le bus. Mais toi les services de transport publique ca te rend un peu claustro et il faut que de toute façon, tu passes à a maison te changer pour accueillir ton prochain souffre douleur.

Tu imagines déja son visage se décomposer sous tes yeux quand il te verra. Tu l'imagines deja, les yeux embuaient de larmes, implorer ta pitié, ton pardon. Tu es déja excitée, rien qu'en imaginant le visage de la goule déformé par la peur. Tu trépignes. Tu trépignes, Oh comme tu t'impatientes de buter ce mal élevé et de pouvoir jouïr à volonté de son corps une fois qu'il sera brisé et ouvert en deux.
Ton Kakuja n'est plus très loin après tout...

Tu réfléchis et tu te dis que les égouts, c'est surement la meilleure option pour parcourir la ville. Tu connais le plan presque par coeur à force de les empreinter. Tu sais ou passe le métro et donc comment l'éviter. Puis la bas tu peux sortir ton premier Kagune pour te déplacer plus vite.  C'est ce que tu fais. Tu arrives dans ton quartier vers les coups de midi. Tu soulèves la plaque et sors de sous terre pour directement tomber sur ton immeuble. C'est parfait.

Tu montes rapidement te changer. Tu retire tout ce qui est susceptible de te faire démasquer. Tu changes de vêtements pour enfiler ton accoutrement préféré. Celui qui est associé à ton surnom, Doku. Ta veste militaire, ton Tshirt au signe Anarchy, ta ceinture de munition et encore tes Rangers tachées de sang. Tu détaches tes cheveux, tu les ébouriffes. Avant d'accrocher ton masque à gaz, tu mords dans un coeur humain, pour te donner des forces. Le sang coulent sur ton visage et s’échappe ensuite par les bouches d’aérations de ton masque.
Tu respires. Ca s'entend. Eric dit que ca fait Dark Vador. Il a peut être raison. De toute façon ce qu'Eric pense tu t'en bats les ovaires pour le moment. Maintenant, tu pars en jeux.

Le téléphone sonne.
C'est Eric.
C'est un message. Tu décides de regarder, au cas ou. Tu as bien fait.
"D'après certaine source. L'enquiquineur de ce matin, c'est la goule Raven."
Tu restes figée.

Merde. Putain. Merde. Bordel.
Il fallait être con pour attaquer en pleine journée. Con ou vraiment intouchable. Et tu le sais, Raven est intouchable. Personne n'a jamais réussi à stopper cette goule. On ne sait quasiment rien sur lui si ce n'est qu'il est dangereux et craint par le CCG. Certains disent qu'il seraient comme Eto... borgne quoi. Tu ne te fie jamais au "on dit que" mais là tu préfères croire. Au cas ou. Tu préfères t'attendre au pire et être déçu plutôt que l'inverse.

Tu hésites à partir. Mais la curiosité te pousse à y aller. La même qui t'a poussé le jour à chatouiller Aogiri. Tu passes par la fenêtre pour atterrir sur le toit. Tu le sais. Tu n'as qu'a suivre les cries.  Tu n'as pas eu de mal à les trouver. tu mets ta capuche.

C'est en haut du toit que tu observes la goule défoncer le crâne d'une autre. Charmant. Tu observe l'homme. Il aborde un style vestimentaire hors norme mais toi ca ne peux que tu plaire. Tu serais très mal placée pour juger quelqu'un sur la façon dont il s'habille. Tu fais toi même tes vêtements et tu aimes être décalée.
Son cosplay te plait beaucoup. A vrai dire, malgré le carnage tu as juste envie de toucher ses cornes. Elles ont l'air si vrai.
Tu descends une fois qu'il a finit. Tu sais qu'il a surement du te repérer depuis un moment, mais tu voulais le laisser finir. Par politesse. Tu n'aimes pas quand on te dérange en pleins repas ou en pleins jeu.
Tu te mets face à lui. Tu te contente de le regarder de la manière la plus neutre possible. Tu ne sors pas ton Kagune, malgré que le siens le sois. Ne pas se montrer agressive c'est ca. Juste, venir et saluer....
Tu t'approches de lui, tu dois être à trois mètre. Tu attends... puis tu ferme les yeux et tu le salut respectueusement. Tu ferrais pareille avec ton professeur, ou quelqu'un de simplement plus âgée que toi.  Tu te remets à le fixer.

Doku Poison
"Joli Cosplay."

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 12 Avr - 23:12
Twinkle Twinkle Little Star
Feat. Luna
Tu ne restas pas seul bien longtemps. Comme prévu, les cris avaient attiré quelqu’un, et toi ça ne faisait que t’amuser après tout. Tu n’attendais que ça, qu’on vienne te voir, pour voir ce que tu faisais, et qui sait ? Peut-être que la ou les personnes réussiraient à te distraire, ce que personne n’arrivait à faire en temps normal. Tu redressas la tête en souriant, alors que tu rétractas ton Kagune tranquillement, sans la moindre pression, comme si tu n’avais pas peur de la personne qui venait de débarquer.

A première vue, c’était une femme. Enfin tu le déduisais par sa voix, puisqu’elle était encapuchonnée. Une précaution pour ne pas que tu vois son visage ? C’était bien inutile, tu finirais bien par la voir à un moment ou un autre. Un sourire étira tes lèvres alors qu’elle complimentait ton « cosplay ». Tu étais ravi qu’elle te fasse un compliment, elle semblait respectueuse cette fille, et ça te plaisait. Le respect se perdait ces derniers temps, et rappeler les uns et les autres à l’ordre, certes c’était plaisant mais au fond, c’était lassant. Il n’y avait plus cette envie de leur régler leur compte, c’était trop facile.


« Je vois qu’on a du goût. »

Tu te redressas en souriant pour lui faire face, avant de t’étirer d’un air vraiment désintéressé, comme si tu te fichais de ce qu’il se passait. Ce qui était un peu le cas au fond, mais la situation s’avérait intéressante. Tu époussetas tes vêtements, bien que cela rajoute du sang mais qu’importe, tu aimais le rouge ; le tout en gardant un large sourire bon vivant, comme si ce que tu venais de faire n’était qu’une vaste blague. Pour toi, ça l’était, parce que quelqu’un de mort était la meilleure des choses qui pouvaient arriver. Un jour ce serait toi à la place du type que tu avais tué, mais l’Enfer n’avait pas envie de toi, après tout tu risquais de mettre encore plus de bordel que chez les vivants.

Ce serait une chose qui serait intéressante à faire une fois mort. Mais là n’était ni l’endroit, ni le lieu, ni le moment pour penser à ton décès et ta vie après la mort. Tu avais une fille sous les yeux qui t’observait, et tu l’observas à ton tour en croisant les bras. Tu ne la craignais pas, parce que si elle avait voulu t’attaquer, elle l’aurait fait pendant que tu avais le dos tourné… Malheureusement pour elle, tu l’avais déjà détecté quand elle était arrivée. Si tu la laissais en vie actuellement, c’était uniquement pour déterminer si elle était intéressante ou non. Si ce n’était pas le cas, elle rejoindrait la goule que tu venais de tuer. Un léger sourire malsain traversa ton visage alors que tu regardais la demoiselle sous sa capuche.


« Quel dommage de laisser un habit pareil cacher un si joli visage. ~ »

On ne pouvait pas savoir si tu étais sincère ou si tu jouais avec la personne. Tu avais pris l’habitude de le faire avec les filles, comme avec les garçons d’ailleurs. Parfois ça fonctionnait, parce que les humains comme les goules aimaient les compliments, d’autres se montraient farouches et c’était ce genre de personnes qui te plaisait parce qu’ils te résistaient. C’était bien plus passionnant de faire craquer une personne plutôt que d’avoir la victoire facile. Tu avais un raisonnement étrange, mais tu étais étrange après tout et tu l’assumais amplement, fier de ce que tu étais aujourd’hui.

Tu mettais également ton physique à ton avantage. Ayant fait toujours plus jeune que ce que tu étais, tu jouais là-dessus très souvent, parfois pour obtenir la confiance des uns et des autres pour généralement les trahir un peu plus tard si leur façon de penser ne te plaisait pas. Tu pouvais tuer pour un oui ou pour un non. Même parfois pour moins que ça. Là tu n’étais pas d’humeur à tuer cette fille, mais à faire sa connaissance. Te montrer charmant, c’était ce qu’il fallait. Peut-être que tu te prendrais une claque monumentale, mais quelque part, c’était un défi. Ces défis, c’était quelque chose que tu aimais beaucoup, alors tu n’allais pas abandonner de si tôt.


« Alors quel nom se cache derrière ce visage encapuchonné ? »

Tu penchas la tête en regardant la jeune femme en croisant les bras sur ton torse pour observer ses réactions, ses mimiques, voir si elle allait t’en coller une ou si, au contraire, elle allait se poster sur la défensive. Tout t’intéressait, tout avait son importance, tu ne laissais rien au hasard, il fallait que tu saches. Parfois on apprend beaucoup d’une personne rien qu’en la regardant, alors c’était ce que tu faisais avec cette personne, tu l’analysais, pour essayer d’anticiper ses mouvements ou ses réactions. A moins qu’elle soit du genre livre fermé.

Ton intérêt s’était porté sur elle au moment où elle t’avait interpellé, où elle avait dit que ton cosplay était joli, parce qu’elle s’y intéressait. Parce qu’elle avait été attiré par le hurlement de douleur de ta victime, que c’était elle et pas un autre qui avait débarqué ici. L’odeur t’indiquait que c’était une goule. Tu ne pouvais pas dire comme toi, puisque tu étais à demi-humain…

Mais quelque part, elle et toi êtes semblables, alors que demander de plus, si ce n’est que si elle te décevait d’une quelconque manière, même sans le savoir, tu la tuerais probablement, comme tant d’autres avant elle. Même si la perspective de jouer avec elle n’était pas négligeable, et tu attendais de voir ce qu’elle allait répondre, comment elle allait réagir. Ton intérêt était au plus vif, c’était la première fois depuis un long moment.


« Que dirais-tu de marcher un peu avec moi, miss ? Bien sûr tu n’es pas obligée d’accepter mais… J’ai envie de discuter avec toi. Qu’en penses-tu ? ~ »
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 17 Avr - 1:11





× Luna
× Shi




13h00 ღ 13ème

{1 037 mots}

Code © Hiyata
Twinkle Twinkle Little Star


Au moment ou tu avais fait remarquer ta présence, tu sentais une boule dans ta gorge. Qu'est ce que tu foutais ? Tu courrais clairement au suicide, autant aller au quartier du CCG, Kagune sorti et encore, tu avais plus de chance de t'en échapper. Là tu ne pouvais pas lui échapper. Tu t'étais jetée dans la gueule du loup, et au moment ou tu avais ouvert ta grande gueule, tu avais senti sa mâchoire se refermer sur toi, te laissant dans l'obscurité et la merde la plus totale.

Cependant tu garda ton calme. C'était simple pour toi de rester calme et sans émotions. Tu fixa l'homme, et aucun sentiment ne traversa ton esprit. Ton masque ne couvrait pas tes jolies yeux de goules. Tu fixais, en essayant de comprendre. De le comprendre. Tu cligna deux fois de tes grands yeux quand il parla. Puis tu te remis à l'observer. C'était quelqu'un de fascinant, dans ces gestes, dans son attitude. Il avait quelque chose qui susciter ton attention. Ca n'était pas arriver depuis longtemps. Tu savais que c'étais dangereux, que tu n'avais pas à planter ton regard sur lui comme ça et qu'il allait surement te le faire remarquer. Mais il fallait l'avouer, même si il était dangereux, il restait fascinant. Cette désinvolture, ces jeux qu'il pratiquait. Tout ça te plaisait.

Quelques parts, il possédait cette petite folie et originalité que tu recherchais tant chez les gens. Ca crevait les yeux qu'il ne voulait rien faire comme tout le monde, toi que les autres goules traitent de 'bizarroïdes', tu sembles bien banale devant lui.

Avoir bon gout ? Qu'est ce que c'est que d'avoir bon gout dans cette société de merde ? Pour la plupart des gens, la mode consiste a faire comme tout le monde. Toi tu ne veux pas entrer dans les codes. Tu veux sortir des règles.
Curieux pour une étudiante en Droit.
C'est alors que le borgne vient te sortir de tes pensées. Tu sembles plus à l'écoute, et tu rougis faiblement. Pas parce que ca te touche qu'on s'intéresse à toi, mais plutôt parce que tu ne t'y attendais pas vraiment. Depuis que tu as ce demie masque, tu fais plus flipper qu'autre chose. Le treizième ca a toujours était très mouvementé, mais personne ne pouvais te tenir tête ici. Tu n'avais pas pour habitude de rencontrer de grosses grosses goules.

Jusqu’à ta rencontre avec Eto, et maintenant avec Raven.
Tu te rapprocha un peu, détruisant la distance entre l'homme et toi tout en le fixant. Ton avancé te rapprocha de la lumière si bien que tu décida de retirer ta capuche, te laissant a visage découvert avec ton masque. Tes grands yeux ont perdu de leur rougeur pour laisser place à un bleu azuré. Ta respiration raisonnée sous ton masque. On entendait bien que tu n'avais en aucun cas la pression ou juste peur.  Du moins c'est ce que tu essayais de faire paraître, depuis le temps on ne savait pas vraiment ce que tu ressentais, ca avait toujours était un casse tête. Si tu décidais de ne pas faire paraître quoi que ce soit, et bien on ne pouvais rien lire sur toi.
Ton corps ne te trahira jamais.

Doku
"Les noms vont et viennent. Cela n'a pas d'importance. Plus tard, peut être."

Tu fermes les yeux. A quoi bon dire comment tu t'appelles. Tu le sais très bien qu'il en a rien à cirer si il te tue maintenant. Tu le sais, tu dois te prendre à son jeu. Il va essayer de voir si tu es amusante, ce genre d'homme cherche un intérêt pour les personnes, si elles sont trop ennuyeuses. Capoute. On en parle plus. Tu réfléchis tout en l'observant, encore. Tu es partagée. Quelques parts tu voudrais le cerner, juste savoir si il va te foncer dessus tout de suite, s'il va échanger encore un peu avec toi avant de décider de se barrer comme ca ou si il va te coller maintenant que tu es venu le voir.

Tu le regardes, encore et toujours, penchant la tête quand il penche la sienne. D'un autre coté... tu meurs d'envie de savoir... Ou a t'il eu ces cornes... Tu recherches depuis longtemps un magasin un peu plus... trash. Un peu dans son style vestimentaire, mais soit aucun vendeur n'a su te séduire, soit tu es trop maigrichonne ou trop grosse. Un stress permanent pour te fringuer, c'est pour ca d'ailleurs que tu fais tes propres vêtements maintenant. Puis c'est toujours original d'avoir sa propre création. Tu hésites. Tu hésites vraiment. Tu respires un peu plus fort, tu racles ta gorge et t'approche encore un peu.

Doku
"... Un café, ca te dis ? Quite à parler, quite à mourir, j'aimerai bien que ce soit chez moi, autour de la seule boisson qui me soit autoriser de boire en ce bas monde."

Tu détends un peu ton regard et dégluti. Tu tournes les talons, te préparant à une possible attaque en traître et attend que l'homme veuille bien te suivre. Tu marches doucement, en regardant l'homme plutôt que ton chemin. De toute façon le chemin de la maison tu le connais par cœur. Tu observes encore ces cornes. Ces jolies cornes. Tu veux quelques choses dans le même genre,vraiment. Tu les pointes du doigt, d'un air presque innocent pour la personne que tu es.

Doku
"C'est toi qui les a faites ?"

Ta voix et douce et sucrée. Pas mielleuse, tu ne vas pas lui lécher ouvertement le cul non plus. Tu ne fais pas ca pour attirer tes faveurs, ca se voit dans ta façon de faire. En cet instant tu essayes juste d'échanger avec quelqu'un sur l'une de tes passions.

Mais si une goule te voyait, toi, Doku l'insensible, laisser place à cette petite et fragile chose que tu es vraiment. Elle s’étoufferait de rire ou elle n'y croirait pas.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 17 Avr - 10:52
Twinkle Twinkle Little Star
Feat. Luna
Cette jeune demoiselle n’avait pas eu envie de te répondre sur la question de son nom. Quel dommage. Tu aimais bien connaître l’identité d’une personne quand tu la rencontrais. Une idée fleurissait dans ta tête, qui était de ne pas la tuer tant que tu ne connaîtrais pas son nom. C’était un bon compromis non ? A tes yeux ça l’était, et puis cela permettait de passer un peu de temps en sa compagnie. Elle te semblait… Amusante ? Divertissante ? Les deux à la fois ? Elle titillait ta curiosité, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps. Cette jeune goule, tu savais qui c’était. Doku, voilà comment elle se faisait appeler.

Mais tu ne connaissais pas son prénom. Et ça, tu souhaitais vraiment le savoir. Pour ton plaisir personnel, pour savoir qui tu allais épingler sur ton tableau de chasse. Une envie bizarre, une envie qui te correspondait après tout. Un léger sourire flottait sur tes lèvres, toujours aussi calme. Ce n’était pas ton genre de t’énerver immédiatement. Il fallait vraiment te pousser à bout et si cela arrivait… Il valait mieux que cela n’arrive pas. Jamais. Tu souriais aimablement, comme si tout cela était normal. L’était-ce vraiment ? Pour toi oui, mais l’avis n’était que subjectif.

Tu la regardais approcher de plus en plus de toi. Elle n’avait pas peur, pourtant il te semblait qu’il y avait un petit quelque chose dans l’air, comme un sentiment de malaise, peut-être. Tu ne pouvais pas définir précisément ce que c’était, mais dans tous les cas, ça t’amusait de plus en plus. Tu avais enfin trouvé un but dans ta journée. Chaque jour était une recherche incessante de choses à faire pour ne pas s’ennuyer. Tu l’observais de ton œil visible, qui avait retrouvé sa couleur initiale, ambrée. Pour un albinos c’était spécial mais… Il n’y avait rien de normal chez moi. Pas même mon prénom. Un prénom qui s’apparente à la mort.

La demoiselle te proposa soudain d’aller boire un café chez elle. La seule boisson qui lui était autorisée, pour reprendre ses termes. La seule boisson autorisée pour les êtres qu’ils étaient. Tu hochas la tête, te redressant pour la suivre. Elle commençait déjà à tourner les talons pour te guider, et que tu la suives. Tu ne disais rien, elle t’observait, comme si elle avait peur que tu l’attaques. Une précaution qui te faisais sourire. Alors elle avait tout de suite deviné qui tu étais… Après tout, tout le bordel que tu avais pu mettre à Tokyo, cela ne t’étonnait même plus. Au contraire, plus ça allait et plus tu continuais à causer beaucoup de problèmes, parce que c’était amusant.

Tu te mis à la suivre, en fourrant tes mains dans tes poches. La scène était assez étrange. Toi qui marchais avec le sang sur tes vêtements comme si de rien n’était, et cette fille qui te fixait au lieu de regarder la route, parce qu’elle avait peur que tu lui fasses à l’envers. Tu t’étais décidé à ne rien dire pour l’instant, cherchant surtout quoi lui répondre. Les gestes comptaient plus que les paroles, alors en la suivant, tu acceptais d’aller avec elle. Ce qui t’amusait le plus, c’était qu’elle était prête à mourir. Elle avait peur ? Non… Sinon elle ne serait pas là, aussi calme. Cela t’amusait autant que ça t’étonnait. D’un coup, elle désigna les cornes que tu portais. Ces cornes dont tu étais fier parce que tu les avais bien réussies, pour une fois.


« Non, j’ai arraché les défenses d’un éléphant avant de les repeindre en noir et blanc pour me la péter. »

Tu avais un humour vraiment très particulier, qui ne faisait rire que toi. Cependant, autant tu avais un humour noir douteux, autant un rien pouvait te faire rire, parce que tu étais et tu es toujours très bon public. Accélérant le pas pour te rapprocher de la goule, tu souriais presque d’un air désolé.

« Je rigole. Oui c’est moi qui les ai faites. Tu les aimes ? J’en suis content. C’est dur de trouver des gens qui aiment bien, et qui ne soient pas des moutons dans la société qui font comme tout le monde. »

Tu t’étais mis presque à sa hauteur, tu gardais ton air pétillant et malicieux, presque comme un gamin qui venait de découvrir quelqu’un avec les mêmes goûts que lui. A presque trente ans, tu étais parfois pire qu’un gamin. A quatre ans près, tu avais encore de la marge mais quand même. Quasi trente ans. Quasi trente ans que tu fous la merde partout où tu vas. C’est énorme trente ans. Rien qu’à cette pensée, tu fis un grand sourire sans raison, presque content de réaliser ça. Cela te mettait de très bonne humeur.

« Allons Doku, tu es intelligente, tu sais que si je voulais te tuer, je l’aurais déjà fait. »

Tu disais ça d’un ton léger, presque insouciant, comme si ce n’était rien. Tu ne pouvais pas imaginer ce que ça faisait de te retrouver avec quelqu’un de dangereux. Franchement. Tu n’avais aucune pitié pour personne, mais tu pouvais retarder l’échéance sur quelqu’un avec qui tu avais envie de faire connaissance… Avant de la tuer. Pire, tu cherchais à avoir peur de quelqu’un, tu avais envie de voir s’il y avait quelqu’un de pire que toi.

Tout cela te fascinait, voilà pourquoi tu mettais le bordel absolument partout. Rien que là, tu avais envie de provoquer un accident, et mettre la demoiselle dans la merde. Cela te démangeait, mais non… Une fille t’invitait à prendre le café chez elle, il fallait rester courtois et l’accompagner, pour ne pas la vexer. Voyons. Alors que tu marchais encore derrière elle, tu te mis cette fois à côté d’elle, vraiment tout près. Ton sourire ne te quittait pas, mais cette fois il y avait quelque chose de dérangeant sur ton visage. De vraiment dérangeant, comme si tu venais de totalement délaisser ta partie enfantine, laissant ressortir ton côté anarchique, meurtrier, celui qui voulait tout détruire.


« Mais dis-moi… J’espère que tu ne cherches pas à me piéger… Parce que tu le regretterais amèrement… Et crois-moi que je te ferais quelque chose pire que la mort. »

Tu lui avais chuchoté ça près de son oreille en la fixant de ton regard perçant, avant de te remettre à une distance convenable, et troquer de nouveau tes expressions. Tu étais du genre à passer du rire aux larmes en un quart de seconde. Tu jouais avec les expressions du visage, parce que tu avais réellement envie de lui flanquer la frousse. Tu t’étiras en baillant, regardant droit devant toi et offrant des regards vicieux à tous ceux que vous croisez. Certains détournaient la tête, d’autres te dévisageaient, d’autres encore t’ignoraient. Jusqu’à ce que tu dépasses te rapproches de la route, percutant un homme qui voulait vous éviter toi et Doku.

Tu lui fis un grand sourire en l’agrippant, avant de le jeter joyeusement sur la route avec un air tout content. La voiture qui passa ne pardonna pas, car même en voulant éviter l’homme, elle percuta une autre voiture qui venait en face, et cela créa un carambolage qui te divertissait énormément, car tu regardais la scène d’un air fasciné. Tu te tournas alors vers la goule qui t’accompagnait en retournant vers elle.


« Tu vois ? C’est tellement facile de jouer avec la mort qu’elle peut arriver à tout instant. Mais c’est tellement passionnant de voir comment fonctionne la peur chez l’être humain que je ne peux m’empêcher de provoquer volontairement cette émotion. ~ »

Puis, tel un gamin jouant dans la cour de récréation, tu attrapas le poignet de la jeune fille pour partir en courant avec elle. Tu savais qu’ils ne tarderaient pas à te chercher, mais tu t’en foutais royalement. Qu’ils viennent, c’était ce que tu pensais, tu les tuerais de toute manière. Quelque chose ne tournait pas rond dans ta tête, mais c’était ça qui te permettait de faire tout ce que tu faisais, et rien d’autre.

« Bon alors, c’est par où chez toi ? Si on ne se dépêche pas, ils vont nous rattraper et je dois t’avouer que ce ne sera pas très beau à voir. »
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Avr - 0:32
Yoshida Luna a écrit:





× Luna
× Shi




13h30 ღ 13ème

{930 mots}

Code © Hiyata
Twinkle Twinkle Little Star


Un simple gloussement. C'est la seule chose que tu offris à Raven quand il vint t'inventer l'histoire des défenses d’éléphant. Il a un humour spécial, tant mieux. Tu aimes les choses sortant du normal, tu aimes le décalé, tu aimes les gens qui osent, qui ne rentrent pas dans des cases. Des gens comme toi, des gens comme lui.
C'est à croire que les borgnes sont toutes bizarres. Dans le bon sens hein ! Tu admires encore un peu ces jolies cornes faites mains tout en l'écoutant. Tu rougis, un peu nerveusement, amis c'est visible. Il est content de voir que vous partagez un intérêt commun. Tu souris légèrement, ca ne se voit pas a cause de ton masque, mais tu parais plus sereine, plus détendu. Il se met a ta hauteur et t'offres un grand un sourire enfantin. Tu le fixes sans afficher de réelle émotions. Pas parce que tu ne veux pas, mais parce que tu ne peux plus. Tu ne voulais pas lui mentir en passant pour l'enjouée de service. Si il fallait te montrer une derrière fois, autant que quelqu'un voit la pauvre chieuse que tu étais.

Tu ne souris donc pas autant que lui, tu le fixes de tes grands yeux maintenant bleus. TU le fixe et cligne plusieurs fois pour attendrir ton regard. Tu as vu ca dans un dessin animé un peu creepy. Ca rend les gens mignons.

Tu continues de marcher et c'est alors que tu te remets un peu sur la défensive. Toi qui n'avait pas grand chose à redire de votre petite promenade, qui fixait avec envie les cornes de la goule, voila que tu commences à te demander si fuir n'est pas une meilleure option. Tu racles ta gorge en fermant les yeux, marchant simplement droit devant toi. Ce sentiment, cela fait longtemps que tu ne l'avais pas ressenti. Cette petite boule dans la gorge. La dernière fois c'est quand ton ex copains l'inspecteur a mi fin a votre relation. Tu te sentais tellement mal ce jour là, il n'a suffit que peu de temps pour que tu ne ressentes plus grand chose par la suite.
Plus de véritable compassion, plus de véritable attachement... Il te suffit de combler les besoins qui s'avancer devant toi... Et tu les comblais. Peu importe le prix.

Tu fixa la goule. Au final cette petite peur a rapidement disparu et c'est une forme d'excitation qui vient la remplacer. Tes yeux redevienne rouge et tu n'as pas peur de t'exposer en plein soleil à la vue de tous. Toutes les caméras de surveillance du 13° sont défectueuses depuis que tu les a toutes brouillées, alors qu'on te voit ou non... Cela t'importe peu. Le CCG n'aura pas de photo si ce n'est qu'une description physique qu'ils ont déja.
Doku
"Allons Raven, tu es bien assez intelligent pour savoir que je ne vais pas m'abaisser à ca. Ce serait domma-..."
"


Tu n'as pas le temps de finir que quelqu'un vous bouscule. Tu foudroie l'homme du regard avec ces yeux lumineux. Tu t’apprêtes à lui écraser la tête à coup de rangers militaires dans la gueule. Tu lèves ta jambe. Raven n'attend pas, lui pour mettre fin à la vie de cet abruti. Il se remet à parler. Alors il aime faire peur aux gens. C'est ce à quoi il s'est amusé tout à l'heure avec toi quand vous marchiez. Et toi tu as faillit marcher dans son jeu. En fait tu as totalement marché.

Tu gardes ta jambe a demi levée quand il vient t'attraper la main pour que vous puissiez aller boire ce fameux café. Ce contacte fais du bien, il est presque humain. Tu lui sers un peu sa main, puis te mets à courir à ton tours. Tu passes par l'arrière de l'immeuble, pour ne croiser personne.

Doku
"Evite de buter les gens de mon immeuble. J'aime pas faire le ménage."

Tu entres pars la fenêtre et arrives dans la cage à escalier. Tu aides ton invité à passer par le petit carré de verre. Tu lâches sa main et descend au rez de chaussé, là ou tu vis la plupart du temps. Tu as un grand sous sol, immense, aménagé en tant que laboratoire et chambre froide. Tu gardes tes colis la bas. Tu n'as pas envie pour le moment de montrer ca à quelqu'un. Viktor était venu une fois, mais c'était la nuit et tu l'avais foutu à la porte.

Tu cherches tes clés puis te te rappelles que c'est pas fermé. Tu ouvres. Ton appart' est un peu en bordel, rien de bien dérangeant. Tu as tes plans pour ton prochain cosplay sur une table, plusieurs patron et planche de dessin traînent par terre. Un mannequin est placé au milieu de la pièce, avec une robe à motif florale qui attend d'être finit.

Tes vêtements de ce maton sont négligemment en boule par terre. Tu les attrapes et t'éclipse cinq seconde, le temps de les enfiler, retirer ton masque et te refaire une queue de cheval. Tu avais appris à faire ca très rapidement, au cas ou il fallait fuir l'ennemie et qu'il ne retrouve jamais ta trace.

Tu reviens quelques secondes après en ce mode étudiante qui te change totalement. Tu dévoiles ton vrai visage, sans ce gros masque et ta jolie bouille.

Doku
".... Café alors ? Je peux rajouter des boyaux frais en guise de sucre..."

Tu fixes, et affiches un sourire simple en clignant plusieurs fois des yeux, encore. Espérant qu'il aime bien les endroits pas trop rangés comme ici.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 27 Mai - 23:09
Twinkle Twinkle Little Star
Feat. Luna
Tu sentis que Doku serrait sa main, ce qui te fit sourire d’un air amusé. Elle se prenait à ton petit jeu, ce qui n’était pas une mauvaise chose d’ailleurs. Ceux qui entraient dans tes délires méritaient de vivre un peu plus longtemps que prévu, donc cette fille, tu ne la tuerais pas tout de suite. Après tout elle t’invitait chez elle, n’est-ce pas une bonne chose ? Ton sourire s’élargit quand elle te demanda d’éviter de tuer quelqu’un dans son immeuble, parce qu’elle n’aimait pas faire le ménage. De quel droit elle se permettait de te donner presque un ordre ? Celle-là, elle allait le sentir passer.

Mais autant endormir la vigilance de cette gamine, avec un grand sourire du jeune garçon qui venait de faire une bêtise et qui en était fier, hochant la tête positivement au passage.


« T’inquiète je serai sage ! Je suis un ange, j’ai les cheveux blancs, c’est bien connu. ~ »

C’était quoi le rapport entre tes cheveux blancs et le coup de l’ange ? Bah on ne dit pas que la couleur blanche est pure ? Donc par conséquent, tu es également pur. Une fois que vous êtes arrivés chez la demoiselle, elle te laissa un instant pour aller ranger deux-trois trucs peut-être, ou faire autre chose mais honnêtement, tu t’en foutais réellement. Non, toi ce que tu observais, c’était la disposition de l’appartement, ce qu’il y avait, ce qui pourrait te servir, ce genre de choses. Ce que tu voyais en premier lieu, c’est les affaires de cosplay de la miss. Cela te fit sourire, même si tu ne faisais aucun commentaire. Elle était intéressante. Enfin même si la propreté laissait à désirer…

Enfin ce n’était pas tant la propreté, mais le bordel. Tu es quelqu’un de très perfectionniste, même côté ménage, et tout est nickel chez toi. Dans les tons monochromatiques puisque tu détestes tout ce qui se rapporte à la couleur, il n’y a jamais un grain de poussière et si c’était le cas, tu le traquerais jusqu’à ce que ce soit propre et qu’on puisse manger par terre. Du coup tu avais envie de mettre le feu à l’appartement parce qu’il ne te plaisait pas au final. Uniquement par ressenti, tu pouvais faire ce genre de choses, mais il valait mieux attendre. Après tout, tu avais toujours en tête le coup de ne tuer personne dans l’immeuble.

Quand elle revint, elle n’avait plus son masque et était avec un look disons normal. Tu souris en penchant la tête, elle se montrait sous son vrai visage, comme tu te montrais du tien après tout, et tu comptais bien imprimer sa tête dans ton esprit, pour plus tard. Après tout, par moment, tu aimais t’amuser sur le long terme, et c’était bien parti pour. Puis elle te demanda si tu voulais du café… Et avec une pointe d’humour, si tu voulais des boyaux frais en guise de sucre. Tu penchas la tête en t’approchant d’elle jusqu’à la faire reculer jusqu’au mur le plus proche, un sourire inquiétant sur tes lèvres, et ton œil ayant viré au noir.


« J’ai pas aimé ta remarque de tout à l’heure Doku. Si toi tu n’aimes pas faire le ménage, moi j’aime pas qu’on me donne des ordres… Ça me donne des pulsions meurtrières vois-tu ? Alors peut-être que je vais me satisfaire des tiens en guise de compensation… »

Tu la fixas intensément pendant quelques secondes, avec ton sourire qui reflétait une pointe de sadisme, dans ta voix on sentait que tu étais prêt à passer à l’acte et à l’éventrer sans te poser de question. Pourtant, tu t’écartas, ton œil retrouvant son éclat ambré habituel, et tu t’étiras sans la moindre pression avec ton sourire qui s’était radouci, comme si rien ne s’était passé. Tu posas un regard limite bienveillant sur elle, une expression totalement normale sur ton visage. Comme si elle faisait face à une autre personne.

« Le café, c’est sans boyau, il ne faut pas mélanger les bonnes choses ! »

Suite à cela, tu allas explorer la pièce tranquillement, t’attardant sur son cosplay. Argh, trop de couleurs pour toi, tu n’aimais pas ça. Cela dit, elle dessinait bien et tu aimais bien ce qu’elle faisait, ce qui retardait le moment où tu allais la tuer pour de bon. Tu gardais ton sourire, assez doux, ce qui n’allait absolument pas avec ton caractère mais tu jouais avec les expressions, et tu avais une multitude de masque que tu montrais en fonction des situations. Tu étais assez calme, et tu oubliais surtout le bordel qui t’entourait parce que tu avais vraiment envie de faire quelque chose. Cela paraît con, mais c’était dans ta nature.

En regardant un dessin de manière passive, tu te détournas d’elle délibérément, en marchant lentement dans la pièce, rejetant du pied les trucs qui étaient sur ton chemin, peut-être trop calme, mais il fallait que tu t’informes de plusieurs choses. Enfin… Elle savait qui tu étais. Pourquoi elle t’avait amené ici ? Honnêtement, tu étais curieux de connaître la réponse. Et tu ne tardas pas à poser la question d’ailleurs.


« Dis-moi Doku… Tu n’as pas peur qu’une fois parti, je revienne pour te tuer un jour ? »

Tu souris lentement, toujours dos à elle.

« Tu n’as pas peur que je sache où te trouver pour t’arracher les yeux ? »

Ton sourire s’agrandissait, alors que tu lâchas le dessin qui tomba au sol, alors que tu te tournas vers elle, tranquillement.

« Tu n’as pas peur que je te traque jusqu’à te faire devenir folle ? »

De nouveau tu t’approchas d’elle, la tête penchée, ton sourire sur ton visage se réduisant petit à petit jusqu’à garder l’ombre d’un sourire étrange, mais tu restas à une certaine distance d’elle. Tu disais tout ça, mais au final, tu restais prudent même si tu ne la craignais pas plus que ça.

« Tu m’as ouvert la porte de ton appartement comme si on était amis… Pourquoi ? J’avoue que cela m’intrigue… Les réactions des autres m’intriguent toujours… Je ne sais pas si c’est une quelconque stratégie de ta part ou bien de la stupidité pure mais… Je doute que tu sois stupide alors… Pourquoi ? »

Tu t’approchas un peu plus d’elle pour tendre la main vers sa joue, pour la lui effleurer sans faire autre chose, et laisser ton bras retomber le long de ton corps.

« Tu m’intrigues Doku... »
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Twinkle twinkle little star - pv Anna
» Twinkle twinkle little star ✧ Kim Brothers
» Twinkle twinkle, little star, do you know how loved you are?
» Twinkle Little Star [PV Connor]
» Star Wars Pocket Models TGC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Fosse des Rps-
Sauter vers: