Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Pas besoin d'yeux pour voir - Aizen

 :: Fosse du néant Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 19 Nov - 21:56


I. LE PERSONNAGE.


• NOM : Kimura.
• PRÉNOM : Aizen.
• SURNOM : Masterchief.
• GENRE : Mâle.
• ÂGE : 19 ans.
• TYPE DE KAGUNE : Rinkaku.
• KAKUJA : //
• GROUPE : Aogiri.
• ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuel, même s'il ne s'est jamais vraiment posé la question.
• AVATAR : Daraen - Fire Emblem


II. LES DESCRIPTIONS.


MORALE
On pourrait qualifier Aizen d’imprévisible et complexe. En effet, il est dur pour quelqu’un le regardant d’anticiper ses mouvements ou ses actions. Est-ce parce qu’il est aveugle ? Non, simplement qu’il a été élevé de manière à ne jamais montrer ses réelles intentions.

Pour commencer, Aizen est méfiant de nature. Il est aveugle donc il ne verra pas la personne en face de lui, ni son environnement, ce qui fait qu’il fait ce qu’il peut pour se repérer ou ‘visualiser’ à sa manière tout ce qui l’entoure, mais il est quasi tout le temps sur le qui-vive parce qu’il n’est pas rassuré, surtout lorsque c’est un endroit ou autre chose qu’il ne connaît pas. Pourtant il ne le montrera pas, c’est dans sa manière de parler que ça va s’entendre.

Si l’on arrive à obtenir sa confiance, on s’apercevra rapidement qu’il est vraiment gentil mais qu’il ne sait pas comment s’y prendre. Il faut quand même venir lui parler pour qu’il ouvre la bouche. On ne croirait pas mais il est assez timide, et n’osera pas aller vers les autres. Il essaie d’agir le plus ‘humainement’ possible, parce qu’il n’aime pas être une goule et se nourrir d’humain même s’il y est obligé. L’albinos est une personne assez ouverte une fois qu’il est engagé dans une conversation, et puis ça l’amuse d’imaginer une personne au son de sa voix, parce qu’il n’a que ça pour imaginer quelqu’un.

Il ne croit pas facilement ce qu’on lui dit, justement à cause de son handicap et parce qu’il sait qu’on peut parfois lui raconter d’énormes salades, donc il va vouloir la preuve de ce que vous avancez avant d’y croire pour de bon. Il aime bien ‘voir’ avant d’y croire, ce n’est qu’une expression mais pour lui elle a beaucoup de sens au final et il ne se laisse pas démonter à cause de son fardeau, qu’il a longtemps détesté. Maintenant il fait avec et doit vivre comme ça.

Derrière ce masque se cache une toute autre facette d’Aizen. Le ‘lui’ qui pète les plombs et qui fait n’importe quoi. L’albinos est très lunatique et son humeur peut parfois souvent changer. Il peut passer du sourire à une colère profonde et inexpliquée. Peut-être même une forme de bipolarité. Il ne se l’explique pas parce qu’il ne sait pas ce qu’il fait dans ces moments-là. Le jeune homme sait juste qu’il ne tolère plus rien et qu’il veut que tout le monde souffre comme lui a pu souffrir par le passé. Egoïste ? Peut-être bien.

Dans ces moments-là, il vaut mieux le laisser se calmer tout seul, mais il faut savoir qu’il a peur de lui-même, parce qu’il ne veut pas être comme ça, mais qu’il ne contrôle pas ses brusques pulsions de meurtre et de sadisme. Une chose qui le ronge lentement de l’intérieur et qui lui fait perdre progressivement la raison. Il ne fait que lutter pour ne pas que ça le consume entièrement mais c’est dur, vraiment dur de garder la raison avec ce qu’il a pu vivre, à cause de cette haine emmagasinée et qui n’est pas totalement ressortie. Ce sont les goules qui lui ont fait du mal, mais il rejette la faute sur tout le monde.

Au fond, Aizen a juste peur de faire du mal aux gens autour de lui. C’est son plus grand problème, quand il commence à s’énerver, tant qu’il n’évacue pas toute cette colère, il sera incapable de redevenir calme et posé. Voilà d’où le côté complexe, parce qu’il est compliqué, il ne se comprend pas lui-même. C’est ce qu’il cherche, arriver à avoir un comportement rationnel et normal, pas être d’humeur imprévisible et éclater un mur par pur énervement alors qu’il y a cinq minutes il allait très bien… Ça le fait angoisser tout simplement, et ça lui arrive de faire des crises d’angoisse parce qu’il n’en peut plus, parce qu’il se bat à l’intérieur et que ça le fatigue.

Parfois il ne demande qu’à être libéré de ce mal, de ce passé qui s’accroche à lui sans vouloir le lâcher, de cette haine qui veut s’emparer totalement de lui pour qu’il perde l’humanité qu’il possède encore. C’est contre ça qu’Aizen se bat. Contre cette cruauté qui ne demande qu’à sortir.

Parce qu’au fond, le jeune homme adorerait vivre normalement comme un humain normal, sans se poser toutes ces questions, sans se dire qu’il doit se nourrir de chair humaine pour survivre, il les admire quelque part même s’il ne l’avouera jamais. Il faut savoir autre chose, Aizen n’a aucun tact, il dit les choses telles qu’elles sont mais sait faire preuve de compassion quand il le faut et ne va pas être du genre à jeter quelqu’un par plaisir. Ce n’est pas son genre après tout.

Voilà ce qu’il est vraiment. Aizen est compliqué, pour lui, pour les autres. Il va essayer de montrer une image positive de lui aux autres mais pas sûr que ce soit tout le temps le cas. Un jour quelqu’un arrivera à le comprendre, peut-être.


PHYSIQUE
Aizen a un physique bien particulier. Non il n’a pas trois bras, six jambes et huit yeux. Heureusement d’ailleurs, sinon ça s’appelle un cauchemar. Revenons-en à nos moutons. Donc Aizen est un jeune homme de moins de vingt ans, dix-neuf si l’on veut être vraiment pointilleux.

Il faut savoir une chose, c’est qu’Aizen serait incapable de se décrire physiquement puisque ce jeune homme est aveugle de naissance, alors la description qui va suivre, c’est des témoignages des personnes qui voient comment il est.

« Aizen est de taille moyenne, je suppose. Il me semble qu’il doit faire un mètre soixante-douze à tout casser. Je le sais parce qu’il est un chouia plus grand que moi, donc voilà, sa taille doit pas faire plus. Il ne va jamais chez le médecin, mais au moins s’il y allait il serait fixé comme ça. M’enfin tant pis, on fait avec ce qu’on a, hein ! »
- Yuki K, connaissance.

« Ce qui nous frappe en premier chez lui, c’est ses cheveux blancs. Il est albinos, ce qui est assez impressionnant parce que ça ne court pas du tout les rues alors c’est perturbant quand on le regarde, mais après ce n’est pas une mauvaise chose parce que ça lui va bien. On s’y habitue vite même si ça semble déconcertant aux premiers abords. »
- Ichiro C, habitant.

« Ses yeux quand il nous regarde sont toujours fixes. On ne dirait pas qu’il n’y voit rien et pourtant… Pourtant c’est le cas. D’ailleurs ses yeux sont verts, assez inexplicablement. D’habitude les albinos ont les yeux plutôt rouge ou même violet mais là… Après allez savoir, il n’y a plus rien de bizarre de nos jours donc ça, on n’y fait pas vraiment attention, surtout si on ne connaît pas ce détail. »
- Rei A, connaissance.

« Il a une peau blanche, c’est assez impressionnant ! Presque maladif en fait, mais l’albinisme est une maladie donc ça doit sûrement être lié à ça je suppose… En tout cas il n’a pas de chance, albinos, aveugle, une peau blanche comme ça… Il n’a rien pour lui ce pauvre gars, même si lui ne peut pas se rendre compte malheureusement et même quand on lui dit, il n’a pas vraiment l’air de s’affoler plus que ça, bien au contraire, il a l’air de s’en ficher. Il ne doit pas accorder d’importance à ce genre de détails. »
- Hanabi F, habitante.

« Ce qu’on peut voir de lui, c’est qu’il n’est pas très gros. Il reste un garçon assez fin, avec une musculature fine mais respectable. Peut-être pas à mettre à terre quelqu’un mais à faire mal s’il se défend. Après il faut tester pour approuver. »
- Anzu H, barmaid.

« Son style vestimentaire est très varié. Je ne sais pas comment il se débrouille mais en tout cas, il a un bon système. A chaque fois, il a des choses accordées, des trucs qui vont ensemble, bref il ne s’est jamais ramené avec un pantalon rouge et un t-shirt violet qui ne vont absolument pas ensemble. J’ignore si c’est quelqu’un qui l’aide ou s’il s’en sort tout seul mais dans tous les cas, chapeau. »
- Hiro O, proche.


III. L'HISTOIRE.


« Aizen, je t’ai déjà raconté l’histoire du Petit Poucet au moins cinquante fois… Je sais que tu l’adores mais tu dois la connaître par cœur à force ! Bon… Alors il était une fois… »

Si seulement cette vie aurait pu toujours continuer ainsi. Il y avait un passage de ce conte qui tournait encore et toujours dans sa tête depuis ce jour. Ce jour où tout avait basculé.

*****

Aizen n’est pas un garçon comme les autres. Déjà, c’est un garçon albinos, ce qui le différenciait largement des autres avec sa couleur de cheveux naturelle. Chose qui était curieux parce que ses parents n’avaient pas cette maladie, ou alors ils devaient posséder le gène qu’ils ont transmit à leur fils unique. Ensuite c’est une goule, ce qui l’éloigne encore plus des humains normaux et de leur mode de vie simple. Une vie qu’il a toujours enviée. Ensuite, et dernièrement, Aizen est aveugle de naissance. Il les cumule tous à vrai dire, et cela plaisait moyennement à ses parents de s’occuper d’un enfant avec une telle tare. Ce n’était pas de sa faute mais ils n’avaient pas les moyens de s’occuper autant de leur fils. Pour l’aider tout simplement.

Dès son enfance, le jeune Aizen était donc isolé chez lui parce que ses parents ne voulaient pas qu’il sorte seul, parce qu’ils avaient peur qu’il lui arrive quelque chose. Ils ne s’occupaient pas trop de lui parce qu’ils n’avaient pas le temps. Ils aimaient leur petit garçon, c’était une chance d’en avoir, même s’ils étaient tristes de ne pouvoir rien faire avec lui, dans le sens où ils ne prenaient pas la peine de faire quelque chose avec lui. Le garçon n’avait que les oreilles pour entendre et les mains pour toucher, c’était difficile pour lui de se repérer dans la maison les premières fois, mais ça allait vite mieux puisqu’il passait son temps à explorer, à « voir » la maison à sa manière. Il imaginait beaucoup son environnement, parce qu’on ne voulait pas lui décrire ce que ses parents voyaient.

Le jeune garçon qu’il était n’aimait pas manger des humains, bien que cela était nécessaire pour qu’il survive, mais il détestait ça, même pendant son plus jeune âge parce qu’il trouvait ça pas bien de tuer des humains. Qu’est-ce qu’il pouvait être naïf en fait… Il défendait des gens qu’il ne connaissait pas, parce que ça ne lui plaisait pas, le sort qu’on leur réservait. Parce qu’il était trop gentil. Parce qu’Aizen se voilait la face et ne voulait pas qu’on le repousse à cause de ses cheveux blancs. Malheureusement il ne pu jamais en faire l’expérience puisqu’il ne sortait pas.

Ce manège dura dix grosses années de sa vie. Dix ans d’enfermement à rester à l’écart du monde, à écouter ce qui se dit et à être simplement seul. Horriblement seul. Ses seuls compagnons étaient… Non en fait il n’avait rien. Rien pour s’occuper, rien pour s’amuser, parce qu’il était handicapé et comme être aveugle c’était une tare, il n’avait disons pas le droit de lire, de dessiner, de faire des choses que les autres enfants pouvaient faire parce que eux, y voyaient très bien. Ces gens-là, Aizen les enviait. Il les enviait à s’en faire du mal, parce que lui il n’aurait jamais le droit de voir les choses, de vivre normalement sans handicap.

Cette pensée commença à nourrir une haine dans le jeune garçon, qui se demandait pourquoi il n’avait pas le droit, tout simplement. Pourquoi ça tombait sur lui et pas sur un autre. Ce qu’il avait fait pour mériter ça.

Un jour d’été pourtant, arriva quelque chose que l’enfant qu’il était ne pensait pas pouvoir « voir ». Ses parents l’amenaient enfin faire quelque chose dehors ! Le petit albinos était tout heureux ce jour-là, tenant la main de sa mère avec le sourire jusqu’en haut. C’était la première fois qu’il sortait aussi loin, et comme il faisait chaud, ça réchauffait sa peau toujours froide. Une sensation vraiment agréable pour lui, sauf que personne ne lui disait où on l’emmenait. On lui avait dit dans un endroit qui devrait lui plaire, mais bon même lui ne savait pas ce qui lui plaisait. Au bout d’un long moment de marche, une froide obscurité faisait frissonner le jeune garçon qui se demandait où ils étaient.

Des voix parlaient. Celles de ses parents et une qui lui était inconnue. Ils parlaient à voix basses, ce qui fait que le petit albinos n’arrivait pas à capter tout. Il entendait seulement des bribes de phrases comme « albinos » « teint blanc » « on en trouve pas beaucoup » « vous avez raison de me le confier » « n’ayez crainte »… Aizen n’y comprenait plus rien. Qu’est-ce que ça voulait dire, tout ça. Il était peut-être aveugle mais loin d’être idiot et il sentait que quelque chose de grave allait se passer. Il voulait s’enfuir, même s’il n’y voyait rien, avoir l’espoir de pouvoir partir de là mais une large main l’attrapa par le bras avant de le tirer sans ménagement. Des larmes coulèrent de ses yeux morts, la tête tournée dans la direction où il entendait ses parents partir.

« Papa, maman ! Maman ! MAMAN !! »

Un coup le propulsa par terre, puis d’autres coups, de pieds principalement, vinrent s’ajouter au premier comme pour le tabasser à tabac alors qu’il n’avait rien fait, il était un innocent dans toute cette histoire. C’était à ce moment-là que l’albinos se souvint de cette phrase dans l’histoire du Petit Poucet.

« Tu vois bien que nous ne pouvons plus nourrir nos enfants ; je ne saurais les voir mourir de faim devant mes yeux, et je suis résolu de les mener perdre demain au bois, ce qui sera aisé, car tandis qu'ils s'amuseront à fagoter, nous n'avons qu'à nous enfuir sans qu'ils nous voient. »

*****

« Aizen, dépêche-toi de finir parce que ta journée est loin d’être terminée ! »

Encore la voix de ce type qui grinçait aux oreilles d’Aizen depuis quatre longues années. Quatre ans que ses parents l’avaient abandonné à ce type dénommé Pierrot. Quatre ans que cet homme l’employait. Un albinos avec un teint aussi blanc, ça ne courrait pas les rues et en plus il ne voyait rien… Que demandait le peuple ? Rien d’autre. Aizen servait d’esclave à ce Pierrot, esclave de ses envies et de ses humeurs. Bien souvent il lui rapportait de l’argent en offrant des services qu’aucun enfant ou adolescent ne devrait avoir à subir. Le jeune adolescent le détestait, il détestait cette vie, il détestait ses parents qui l’avaient abandonné comme ça parce qu’il n’était qu’un fardeau, il détestait la vie. L’albinos n’avait même pas pleuré, il se demandait simplement pourquoi.

Pourquoi il vivait, pourquoi il était là, pourquoi il devait subir ça. Une punition certainement, pour quelque chose qu’il n’aurait pas faite. Ou alors c’était sa punition pour vivre tout simplement, il ne savait pas, il n’avait pas envie de savoir au fond, c’était trop tard. Simplement trop tard. Cette raison… On lui avait vaguement dit. Parce qu’il était albinos de nature, parce que ça ne courait pas les rues et donc que ça pouvait attirer la clientèle. Quand il a su ça, Aizen s’était crispé mais il avait voulu oublier, oublier le pourquoi du comment. Ses parents avaient dû manquer d’argent mais ils n’avaient pas voulu lui dire et au lieu de lui en parler, ils l’avaient vendu au plus offrant. Uniquement pour de l’argent. Aucun parent n’aurait dû faire ça à leur enfant, jamais. L’adolescent ne pouvait rien faire de toute façon.

*****

Aizen sentait l’odeur de l’essence, du feu qui brûle, un sourire aux lèvres, le bidon dans la main. Comment avait-il su que c’était de l’essence ? Parce qu’on lui avait donné. Quand on le cherchait, on le trouvait. Le Pierrot lui avait au moins appris quelque chose, c’était de ne compter que sur soi-même et jamais se reposer sur les autres. Alors c’était ce qu’il avait fait, il avait pris les choses en main. Le jeune homme de dix-sept ans avait appris à se déplacer avec les odeurs et les sons. Mais lui laisser de l’autonomie avait été fatal pour tout le trafic du Pierrot.

L’albinos avait agit très calmement, avait préparé son coup avec minutie, parce qu’avec un handicap comme le sien, chaque détail comptait. Toutes ces années à attiser sa haine avait fini par exploser, mais de manière tellement tranquille que c’en était devenu imprévisible. Aizen, le gentil garçon bien obéissant. Aizen, celui qui avait mit le feu à tout un campement. Le Pierrot était une goule, l’albinos le savait, et son petit trafic était composé en parti d’humains, mais aussi de goules qui acceptaient d’être sous ses ordres.

Il tourna le dos à tout ça, abandonnant ces gens, ces femmes, ces hommes, en proie aux flammes. Sa douce vengeance était en train de s’accomplir. Il l’avait rendu fou ce type, dans sa tête, tout s’était détraqué. Il n’avait plus la notion du bien ou du mal, il n’en savait fichtre rien, et il ne se posait même plus les questions parce qu’il savait que personne ne serait là pour lui répondre. Maintenant il allait être seul, et il ne savait pas où aller. Une nouvelle vie s’offrait à lui mais ne savait pas comment faire, ni par où commencer. Pourtant il allait bien falloir se débrouiller.

*****

Un an avait passé depuis qu’Aizen s’était libéré de ses chaînes. En un an, il s’était passé beaucoup de chose. A commencer par la nouvelle vie du jeune homme qui avait mit du temps à s’adapter. Il n’avait aucune éducation, c’est-à-dire qu’il ne savait pas lire ni écrire, et c’était bien la première chose qu’il avait apprise une fois qu’il pouvait vivre enfin pour lui-même et pas aux services d’un autre. C’était Kira, une jeune fille à la voix douce qui lui avait appris à lire le braille et à écrire. Aizen adorait sa voix, elle était reposante, apaisante, elle le calmait quand il commençait un peu à craquer… C’était une jeune femme d’une extrême gentillesse. Seulement elle ne savait pas qu’il était une goule.

L’albinos ne voulait pas qu’elle le sache parce qu’il était tombé amoureux d’elle, et qu’il ne voulait pas lui dire, parce qu’il était vraiment timide avec elle malgré le courant qui passait entre eux. Il avait peur de faire une mauvaise chose, qu’elle ait déjà un petit ami, et il l’accepterait tout simplement. Kira avait été si gentille avec lui qu’il ne voulait que son bonheur. Au bout de quelques mois seulement il s’était aperçu que ses sentiments étaient réciproques et elle l’avait embrassé. C’était le plus beau jour de sa vie depuis le début de son existence.

Sauf qu’il n’avait jamais eu de chance. Et que ce bonheur fut de courte durée.

Un jour, elle le découvrit en train de manger de la chair humaine… Un jour où il ne l’avait pas entendu rentrer chez lui, et il n’avait pas d’excuse. C’était la première fois qu’il pleurait. Parce qu’elle l’avait quitté et ne voulait plus jamais le revoir parce qu’il était « monstrueux ». Des mots qui lui avaient fait énormément de mal, et qui l’avait encore plus dégoûté de sa condition de goule et le fit se détester lui-même… Et aussi fait rentrer dans une profonde colère. Qu’il ne pu calmer que quelques heures plus tard après avoir tout détruit, tout ce qu’il pouvait à vrai dire. Cela lui avait fait du bien, mais aussi comprendre qu’on ne voudrait sans doute jamais de lui si on venait à savoir que c’était une goule.

C’était dans la même année qu’il intégra Aogiri, cette organisation qui, d’après lui, pourrait peut-être le canaliser de manière à ce qu’il ne fasse pas n’importe quoi, du moins c’était ce qu’il espérait et il n’attendait rien de tout ça, juste à ne pas être seul, tant qu’il servait les intérêts de l’organisation, il n’aurait pas de problème dans le futur, du moins avec eux… Mais il s’était avéré très efficace, parce qu’il avait développé d’autres sens, d’autres réflexes à cause de son handicap et le jeune homme était devenu très rapidement dangereux, parce qu’il obéissait sans broncher aux ordres, s’il devait tuer, il tuait. S’il devait torturer, il torturait. C’était tout.

Aizen est toujours à Aogiri à l’aube de ses vingt-ans, et porte le nom de Masterchief. Un nom assez étrange mais quelle importance après tout ? Durant ses missions, il a choisi de porter un masque à gaz sur le visage, pour ne pas s’encombrer d’autre chose mais ça ne lui faisait rien ni le dérangeait pour se déplacer.

Et malgré tout ça, il rêve d’une vie normale où il pourrait être heureux.


IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

TON PSEUDO ? Whit, Shin, Sai, Nishnish, Hide, Aizen...
QUEL ÂGE ? 18 ans.
COMMENT TU ES VENU ICI ? J'suis là depuis la création biatch °^° /PAN
TES IMPRESSIONS ? J'aime toujours autant. owo
UNE DERNIERE POUR LA ROUTE? Salsa tequila corazón cerveza muy bueno Jesus Yeah  /PAN


FICHE PAR FALLEN SWALLOW

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Rykker
Rang S || Loup-Garou
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 06/08/2015
Dim 22 Nov - 20:54
Bienvenue ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pour voir la vie en rose, tu devras passer par ses épines.
» J'AI FAIT LE MORT POUR VOIR QUI DANSE SUR MA TOMBE (CAL)
» Que vos cheveux sont soyeux, Que vos yeux sont brillants ! C'est pour mieux vous manger mon enfant ! [Megan]
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» site pas mal pour voir des films en direct ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Fosse du néant-
Sauter vers: