Bienvenue

◊ Tokyo Ghoul étant un manga destiné à de jeunes adultes, le forum est déconseillé aux moins de 16 ans.
◊ Groupe demi-goule FERMÉ
◊ Avatar en 200x400 type manga/jeux vidéos
◊ Contenu violent autorisé

Liens utiles

Effectifs

Goules x 7 membres
Demi-goules x 5 membres
Aogiri x 6 membres
Suicide Circus x 7 membres
CCG x 7 membres
Quinx Squad x 4 membres
Humains x 2 membres

Rumeurs

x On aurait aperçu Jezabel faire une déclaration d'amour à un lampadaire suite à une soirée trop arrosée...
x Il paraît que le GDN (Gang Des Nains) composés de Renji, Caïn et Eto organiserait la contre-offensive pour prouver que ce qui est petit est très dangeureux.
x Apparemment, les dangereuses personnes que sont Clyde, Kohaku et Jezabel ont l'intention de créer une nouvelle religion, basé sur le St PapierBulle. Je n'en connais pas les détails, mais doit-on craindre pour nos vies?

Membres du mois

Caïn
Rplayeur
du mois
Abel
Rplayeur
du mois
Code par MV/Shoki - Never Utopia


Bienvenue dans un Tokyo moderne plus dangereux que jamais...
 
Merci de privilégier les groupes Aogiri, CCG & Humains qui manquent cruellement d'effectifs à votre inscription!
Concernant les goules, on aimerait voir plus de rangs B & C, on rappelle que le rang de la goule ne fait pas sa force. ~

Hello darkness my old friend. I come to talk to you again. Because you're always my only friend (finish

 :: Fosse du néant Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 6 Aoû - 22:53


I. LE PERSONNAGE.


• NOM : Yugure
• PRÉNOM : Aro
• SURNOM : La Goule du CCG, la Colombe Sanglante, le Sanglant
• GENRE : à t'ignorer
• ÂGE : 33 ans
• QUINQUE: Koukaku forme de faux de combat, noire (Mephisto) -provenance de la Mante Religieuse -, Ukaku a 4 ailes Bleues ( Hermès ) -provenance; Fils de la Mante Religieuse -, Rinkaku (Medusa) rouge sang - appartenait à feu Mihaël, Bleu d'Aro -
• GRADE: rang 3
• ORIENTATION SEXUELLE : Pansexuel, car indéterminé par son entourage
• AVATAR : ALUCARD BIATCH


II. LES DESCRIPTIONS.


MORALE
Solitaire,

Aro est quelqu’un qui, semblerait-il, n’aime pas du tout, mais alors là pas du tout la compagnie des autres Colombes ou de tout autre être humain. En effet, l’agent de troisième rang est toujours disparut… On ne sait jamais où il se trouve, ni même s’il est encore en ville ou seulement au pays. Tout ce que l’on sait, c’est qu’il garde le silence radio durant des jours, voir des semaines avant de tout bonnement réapparaître un beau matin en ramenant des cadavres de goules pour faire des quinques et puis POUF redisparu pour une durée indéterminé. C’est d’ailleurs pour ce point-là qu’on ne lui a jamais assigné un bleu. Ou plutôt, on lui en a assigné un, mais après sa mort Aro à toujours refuser d’en prendre un nouveau.

Psychopathe,

Yugure Aro n’est pas le genre de personnage que l’on aimerait croiser au dédale d’une ruelle. Toujours à afficher un sourire carnassier dévoilant une dentition d’une blancheur étonnante, la Colombe Sanglante semble prendre plaisir à effrayer les autres et à tuer lentement les goules qu’elle croise. Que ce soit un enfant, une femelle enceinte ou une famille entière, Aro ne possède pas d’état d’âme et les tuera tous en leur procurant le plus de souffrance possible. Et si un humain s’interpose, dégât collatéral tout simplement. Son sourire de tueur, Aro le porte constamment au point où il a dû passer plus de tests sanguins que n’importe quel autre agent tout simplement parce que l’on pensait qu’il était une goule infiltrée qui parvenait à déjouer les tests…

Imprévisible,

On ne sait jamais d’avance comment réagira Aro face à une situation donné. Autant l’agent est-il réfléchit et intelligent, préparant souvent un plan avant d’attaquer une goule, autant souvent il semble incontrôlable et fonce dans le tas sans réfléchir à sa vie ou aux blessures qu’il pourrait recevoir. Tout comme son humeur peut changer du tout au tout en quelques secondes simplement à cause d’un mot. Tout comme il ne faut pas se surprendre de retrouver un cadavre de goule accroché dans le bureau de quelqu’un par vengeance, ou une tête dans le tiroir pour la même raison. Si au niveau de ses réactions le trentenaire est imprévisible, il est cependant clairement établit qu’il est d’une rancœur à toute épreuve et qu’il nous fait payer la moindre insulte ou manque de respect.

Mystérieux,

On ne sait pas d’où lui vient sa haine pour goule,  tout comme on ignore un maximum de chose à son sujet. Aro est très silencieux sur son passé, sur lui-même. De toute façon, l’homme à la longue chevelure ébène garde bien plus souvent le silence qu’autre chose et lorsqu’il parle c’est souvent plus pour effrayer les gens pour qu’ils se taisent et lui foutent la paix. Cela a un côté plutôt triste, car lorsqu’on apprend à connaître l’homme derrière le sourire sanglant on y découvre un être plus bon qu’aucun autre, simplement pus radicale dans sa façon de faire que quiconque. Protecteur et attentionner, il préfère simplement la chasse en solitaire pour éviter d’être responsable de la mort de d’autres colombes. C’est un être à l’esprit tourmenté et qui porte sur ses épaules plus de souffrance qu’on ne le croirait, mais qui cache le tout derrière un masque sans regret et effrayant. La peur avant tout autre chose.

Yugure est aussi un homme qui est très ouvert d’esprit et qui est difficilement choquable. Dans un couple, la différence d’âge ou le sexe des compagnons lui importe peu, ou même la façon d’on ils entretiennent leur… relation. C’est un être que l’on pourrait dire détaché de l’horreur qui l’amuse plus qu’autre chose. Une tuerie? Il haussera les épaules en disant que c’est inintéressant à souhait. Pourtant, c’est quelqu’un d’empathique et de protecteur, qui parvient à cerner les sentiments des autres et leurs intentions derrières. Il est observateur et malgré les apparences, aucuns de ces gestes n’est fait de façon irréfléchis et possèdent toujours un sens même si parfois il est caché. Derrière les apparences de monstre se cache un être au grand cœur, tendre et amicale, très peu violent même et qui est toujours là pour écouter les autres et en prendre soin. Cependant, ce visage-là il faut creuser pour l’avoir! Car l’homme à l’habit rouge n’est pas du genre à ouvrir son cœur et encore moins à confier sa confiance au premier venu…

Et c'est aussi un pervers qui n'en manque pas une pour reluquer le postérieur d'une personne qu'il trouve attirante.


PHYSIQUE
Physiquement Aro est un homme grand, arrivant bien près du mètre quatre-vingt-quinze pour une silhouette svelte et musclé sans être un monsieur muscle. Sa peau est extrêmement pâle, attestant de ses activités principalement nocturnes. La première chose que l’on remarque sont ses grands yeux de la couleur du sang et qui le sont naturellement; aucune lentille de contact ne donne cet effet de sang lumineux dans l’iris perçant l’âme de qui ose croiser son regard sanglant. La seconde chose est sa longue chevelure d’ébène et épaisse, mais aussi soyeuse que de la soie et qui n’est jamais attaché. Ses cheveux encadrent souvent son visage pâle, mais viril, faisant ressortir le blanc de sa peau et le rouge de ses yeux.

Autre chose qui frappe le regard, c’est l’accoutrement d’Aro qui rappel une époque révolu depuis plus d’un siècle. Un long manteau rouge sang ouvert sur une chemise d’un blanc immaculé et un pantalon aussi noir que ses cheveux. Une boucle de la même couleur du manteau sert de « nœud papillon » alors qu’un couvre-chef tout aussi rouge est constamment sur sa tête. Il porte aussi des gants blancs qui ne le quitte jamais et une bonne pair de botte qui ne semblent pas usées ou très rarement. Un accessoire qui est toujours présent, se sont ses lunettes jaune à verre rond masquant ses yeux de sang. Sinon, lorsqu’il ne porte pas ces habits, Aro est toujours vêtu de noir dont le col du chandail cache sa gorge qui est rarement à découvert. Malgré qu'il sache s'habiller de façon moderne, ce qui fait un choque quand on le voit sans ses habits étranges.

Sous ces vêtements d’une autre époque, l’on pourrait voir une musculature travaillée, recherchée et entretenue. Mais, et surtout, un nombre incalculable de cicatrice qui semblent provenir de blessures à la douleur qui devait être insupportable. Il en possède d’ailleurs une à la gorge, ressemblant à un fil barbeler qui s’y serait enfoncé. En réalité cela vient du Rinkaku d’une goule qui l’avait enlevée à ses débuts au CCG. De plus, il est rare que l’inspecteur n’ait pas un bandage quelque part, puisqu’il semble toujours revenir blessé de ses disparitions, mais sans s’en formaliser et souffrant en silence si seulement il ressent la moindre douleur.

Aro possède une grande flexibilité et une forte endurance, tout comme des réflexes plus développé. S’entrainant sans relâche pour améliorer ses aptitudes dans ces domaines, il lui arrive même de se blesser à trop s’entraîner. Il se dégage de lui une senteur de Chrysanthème, la fleur symbolisant la Mort. Il se déplace silencieusement et à la mauvaise manie de disparaître quand la conversation lui semble inutile ou ennuyeuse

Il a une marque au fer rouge sur la nuque: XIII, car il était le treizième "animal de compagnie" de la goule qui l'avait kidnappée.

Anecdote; il est capable de faire deux noeuds dans une queue de cerise et de toucher le bout de son nez avec le bout de sa langue.

Ses 4 canines sont plus longues que la normale, naturellement. Certains ont les dents de devants plus longues, lui c'est les canines.


III. L'HISTOIRE.




Les murs étaient couverts de sang, un rire à la sonnante folle sortait d’entre tes lèvres alors qu’il n’était que sanglot. Des cadavres jonchaient le sol, leurs membres éparpillés partout et déchiqueté. Les larmes maculaient ton visage couvert du liquide écarlate, se mélangeant à celui-ci et brûlant tes yeux par moment. La marque sur ta nuque te brûlait, comme si on venait juste de te la faire alors qu’elle remontait à des années auparavant, qu’elle avait arrêté de te faire mal comme tu ne sentais plus la douleur à ton flanc qui pissait le sang, ou ton bras cassé qui aurait besoin d’un plâtre durant plusieurs semaine. Plusieurs semaines à passer dans ton manoir, dans le noir, seul, avec tes fantômes.

Tu te redressas lentement, admirant le cadavre de la Goule Koukaku que tu venais de tuer, qui t’avait faite toutes ces blessures qui souillaient tes habits de sang. La rage remonta à toi, comme les souvenirs, et ton pied frappa le cadavre alors qu’un cri déchirant de haine et de désespoir franchissait tes lèvres pendant que tes larmes redoublaient d’ardeur. Tu entendis un craquement provenant de ta cheville et la douleur remonta jusqu’à ta hanche droite quand ta cheville se tordit. Tu tombas à genoux dans le sang, les boyaux et la chair. Tes ongles se plantèrent dans l’acier et grafignèrent le sol sans laisser de marque alors que tu te laissais choir sur son flanc blessé, te recroquevillant sur toi-même tel l’animal que tu étais devenu et qui refusait qu’on l’approche. Tu rouvris les yeux que tu n’avais pas eu conscience de fermer, encrant ton regard cramoisie dans celui éteint de la goule qui t’avait tout pris.

Et lentement tu les refermas, revoyant  leurs visages souriants, entendant leurs rires raisonner dans les couloirs emplit de cadavres de ces nécrophages que tu détestais tant. Et puis le sang, le sang qui recouvrait tout et leur voix qui ne cessaient de t’accuser encore et encore et encore, sans arrêt, de ce qui leur était arrivé. Car tu n’avais pas été assez fort, pas assez rapide. Car tu les avais abandonné

- «Attend moi Yukio! Tu vas trop vite! » La voix enfantine raisonna jusqu’à toi et un rire lui répondit, amusé. « Yukio! Il faut rentrer, il va faire nuit… Tu sais que maman et papa n’aiment pas qu’ont restent dehors aussi tard! »

- « Mais arrête Aro, nous sommes grand maintenant! Et nous sommes dans un quartier sûr, ici, les goules ne viendront jamais! Ce sont les pauvres qui meurent, mangé par ces monstres. Allez, viens! Je veux aller me balancer au parc! »


Tu te redressas lentement, grognant de douleur pour regarder la rue illuminée par quelques lampadaires qui s’offrait à toi. Le couloir morbide avait disparu, laissant place à la vision d’un souvenir, deux enfants courant dans la rue. L’un avec les cheveux aussi noirs que la nuit qui commençait à s’éveiller, alors que l’autre avait une chevelure de flamme qui lui tombait au rein. Contrairement aux apparences et à sa voix, le petit rouquin était bel et bien un garçon. Lentement, ta main ensanglantée se tendit vers les deux silhouettes qui courraient vers le parc. Tu ouvris la bouche, voulant leur hurler de fuir, de partir de là! Qu’ils ne devaient pas aller se balancer ou alors l’impardonnable se produirait. Mais aucun son ne sortit de tes lèvres, rien, pas même un râle.

Les larmes devinrent encore plus amères quand tu les vis pénétrer dans ce parc, dans cet endroit où tout avait commencé. Ta vision se brouillas, tu fermas les yeux alors que tu t’écroulais de nouveau au sol. Mais maintenant, le béton avait laissé place au gazon frai du soir, à l’odeur de l’automne fraichement arrivée dans les environs. Tu serras le poing, enfermant entre tes doigts une touffe d’herbe qui n’avait pourtant rien demandé. Tu ne comprenais pas ce qui se passait, ce qui t’arrivait. Pourquoi revoir ça? Les voix des enfants te parvenaient toujours, tu pouvais même suivre leur conversation, entendre le grincement des balançoires sur lesquelles les enfants étaient. Tu sanglotas, cachant ton visage contre le sol. Tu ne voulais pas voir ce qui allait se passer. Non! S’était hors de question…

- « Regardes!»

Tu sursautas légèrement en entendant la voix pleine d’ordre qui s’adressait à toi. Lentement, tu redressas la tête. Et les larmes ne firent que plus couler encore si cela était possible. Le petit garçon roux se trouvait devant toi. Son corps était en sang, ses vêtements en lambeaux qui révélaient presque l’entière nudité de son corps. Sa chair avait été arrachée, dévorée par endroit. Tu pouvais même voir le cœur battre dans la poitrine, pulsant du sang à l’extérieur par les traces de morsures.

- « Je suis désolé Yukio, tellement désolé! »

- « Désolé? DÉSOLÉ! JE SUIS MORT! PAS TOI! Tu savais, tu savais très bien que j’aimais me balancer le soir. Pourquoi tu as cédé? Pourquoi tu ne m’as pas forcer à rentrer au manoir?! »

Tu fermas les yeux, alors que les cris s’élevaient dans la nuit. Tu n’avais pas à ouvrir les yeux pour savoir ce qui se passait. Pas besoin de les ouvrir alors que ton frère continuait ses accusations. Tu savais pertinemment que l’ombre venait de surgir des buissons, affamée. Qu’elle venait de mordre Yukio à l’épaule, arrachant un lambeau de chair généreux, que le sang giclait. Tu avais tenté de repousser le monstre, mais une chose métallique étaient apparu et t’avaient frappées de plein fouet, te projetant à plusieurs mètres. Tu étais tombé inconscient, quelques côtes brisées tout comme une jambe.

Et Yukio s’était fait dévoré vivant.

Tu hurlas, te levas et chassas le fantôme. Et tout bascula de nouveau. Le parc disparu et tu dû ta survie du moment à tes réflexes, te raccrochant au mur avant de tomber dans les escaliers. Tu t’étais déplacé, sans le savoir, sans en avoir conscience. Tu ne voyais presque plus rien tant tu avais perdu du sang. Tu avais froid, tes membres étaient gelés. Tu avais laissé derrière toi ta quinque brisée, inutilisable de toute façon. Tu manquas les deux dernières marches, t’effondrant comme un rien que rien à leurs pieds. Tu rampas, laissant une longue coulée de sang derrière toi. Il était hors de question que tu finisses dans ce trou, un cadavre au travers ceux de ces animaux. Car tu l’avais compris, tu allais mourir. Tu allais finir en enfer, mais et puis après? Tu avais tué tant de ces monstres et tu t’étais enfin vengé. Tu avais fait souffrir cette goule comme elle t’avait fait souffrir!

Car tu avais tué son tout petit. Son sale rejeton horrible. Il t’avait supplié de ses grands yeux noir a l’iris rouge alors que ses petites ailes bleuté étaient derrière lui. Une horreur qui n’avait pas plus que quelques printemps et tu avais ris. Tellement ris en lui tranchant les membres, lui arrachant les organes alors qu’il vivait encore. Et tu avais pendu son cadavre à la tanière de cette saloperie de goule. Mais tu ne t’étais pas attendu à ce qu’elle soit accompagnée dans sa tanière. Non, ça, ça n’avait pas été prévu! Et tu avais dû tous te les faire, te blessant au passage, avant d’enfin atteindre cette goule. Ce monstre qui avait tué ton frère, ton instructeur, qui t’avait fait cette cicatrice à la gorge… et qui avait tué ton bleu. Un gosse plein de rêve qui avait connu le même sort que Yukio sans que tu ne puisses rien y faire, car il était partit de son côté. Il avait voulu t’aider à retrouver la Menthe Religieuse. Mais il s’était fait mangé.

Tu laissas ton corps rouler dans les marches, protégeant ta tête de ton mieux. Tu étais étourdi, affaiblis considérablement. Mais pourtant tu te redressas, te tenant au mur pour emprunter le couloir de la sortie. Il fallait que tu sortes, s’était vitale. Mais de nouveau, les murs se changèrent, le décor se transforma. Tu tombas à genoux, suppliant que tout ceci s’arrête. Mais non, tu étais maintenant là, dans cette sorte de sortie d’égout creusé dans le sol. Et tu fermas les yeux, tu ne voulais pas le voir. Pas lui… Mais une main se posa sur ton épaule et tu redressas le regard. Admirant les deux yeux marron clairs et le sourire rassurant qui t’était offert alors que des cheveux de miels bouclés encadraient un visage à moitié bouffé. Du sang giclaient de la gorge ouverte avec des dents.

- « Senseï… » sanglotas-tu, t’accrochant à ses bras pour tenter de te redresser, mais tu tombas dans ses bras. Son sang perla sur ton visage d’opale, dans ta bouche, mais des bras brisés te serrèrent contre un torse qui avait été en partie dévoré aussi.

Tu répétas senseï continuellement, te souvenant de cet homme si bon qui t’avait pris sous son aile alors que tes parents étaient morts.  Dévorés par des goules, eux aussi. Une victime des goules tout simplement. S’était grâce à lui que tu avais intégré le CCG. S’était grâce à lui que tu avais tué ta première goule, toute simple et inoffensive, mais ta première goule quand même!  Et il était devenu un père, un modèle.

Tu sentis sa main caresser ton dos, des paroles doucereuses t’être susurré alors que tes muscles se contractait. Tu entendais clairement vos voix, votre conversation. Mais contrairement à eux, tu savais ce qui allait se passer. Tu savais que la Menthe Religieuse était là, qu’elle avait changé. Plus puissante. Une Kakuja partielle! Aucun de vous deux n’étiez assez fort pour la vaincre. S’était mission impossible tout simplement. Et puis, tu les entendis. Les cris. Naturellement, tu portas ta main à ta gorge, dévoilant l’endroit où la goule t’avait attaqué. Tu ignorais avec quoi, tu ne t’en souvenais pas tout simplement. Mais tu te souvenais de ce monstre qui n’avait rien d’humain. Son Kagune ressemblait réellement aux lames d’une mante religieuse, son masque à la tête de cet insecte. Et sa rapidité!

Elle t’avait attaqué d’abord, puis ton instructeur et tuteur était venu à ton secourt alors que tu étais en train de te vider de ton sang par la gorge. Impuissant, tu avais vu le monstre le dévorer. Et alors que tu croyais mourir, perdant connaissance, elle t’avait enlevée. Durant des semaines la Menthe te tortura, te marqua même comme un animal de compagnie avec le chiffre 13 en chiffre romain sur la nuque, car tu étais son treizième toutou. Ou plutôt, jouet. Et tu avais été sauvé, de nouveau alors que tu étais aux portes de la mort.

Et s’était à partir de là que tu avais commencé à t’entraîner de façon intensive, retournant dans ton manoir familial abandonné. C’est là où tu commenças à devenir solitaire, froid, à craquer d’une certaine façon. Mais, surtout, c’est là où tu commenças à éprouver une haine viscérale pour les goules. Et tu étais monté en grade! Au fil des années.  Jusqu’à devenir un inspecteur de rang 3 et on te refila un nouveau. Tu n'avais que 22 ans.

Tu rouvris les yeux, étendu sur le sol froid et couvert de sang, pas tout à fait le tien. Tu recommenças à ramper, à tenter de te redresser. Tu souffrais le martyr, tentait d’oublier la douleur qui était revenu, mais rien à faire. Elle était toujours là, revenue en force. Tu t’écroulas contre la porte, haletant et l’ouvrit. Tu chutas à l’extérieur, des voix te parvinrent, mais tu ne les comprenais pas. Tu ne sentais que les larmes du ciel tombant sur ton corps et un rire, si léger qu’on aurait dit celui d’un ange. Tu fermas les yeux, murmurant faiblement le nom de cet ange qui était partit rejoindre les siens…


- « Mihaël… »

Un ange à la chevelure d’argent et aux yeux d’un vert pure. Son cœur n’avait d’égale que la pureté de l’or, tu le revoyais tenter de tous faire pour te faire sourire et toi qui te retenais de rire ou de faire le moindre sourie, flanchant quand la pauvre recrue semblait accepté que tu ne sourirais pas. Et s’était un vrai sourire, car ce gamin, tu le considérais presque comme le tien au final. Il te ressemblait plus que tu n’avais voulu le voir au début, rejetant le pauvre argenté. Mais au finale, tu l’avais accepté en lisant son dossier. Il avait vu ses parents mourir sous l’attaque d’une goule, comme tu avais vu ton frère périr à cause d’une autre.

Mais il avait trop grand cœur. Tu n’aurais jamais dû t’ouvrir à lui! Jamais n’aurais-tu dû lui parler de la Menthe. Car il était partit à sa recherche, en solitaire. Il voulait la trouver pour toi et malheureusement pour lui, il l’avait trouvé. La seule chose que vous aviez retrouvée de lui, s’était sa chaîne à laquelle pendait une croix. Pleine de sang…

Et te voilà, 6 ans plus tard.

Tu avais tué la Mante religieuse. Goule Kakuja complète, mais qui ne contrôlait pas toute sa puissance.

Et tu étais mort.

Plusieurs fois alors que les médecins s’occupaient de te soigner, refermant tes blessures, te faisant des transfusions de sang. Ils avaient bien cru que tu allais mourir. Mais non.

Tu avais survécu.

Lentement, tes yeux se rouvrir et se posèrent sur les tombes blanches, deux qui étaient l’une à côtés de l’autre. Tu déposas doucement les chrysanthèmes blanches sur les tombes et alluma l’encens. Tu souris alors que deux larmes coulaient sur tes joues. Tu penchas la tête en tombant à genoux sur le sol alors que la pluie tombait à son tour. Le bout de tes doigts se posa sur les tombes, tremblant. Cela faisait trois ans que tu t’étais vengé. Que tu les avais vengés!

- « Bonjour Mihaël, Senseï… n’est-ce pas une nuit parfaite pour chasser la goule? »




IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

TON PSEUDO ? Oxy
QUEL ÂGE ? Ta mère
COMMENT TU ES VENU ICI ? I'm a poor lonely half-ghoul
TES IMPRESSIONS ? Si j'aimais pas, je serais pas re avec un Dc
UNE DERNIERE POUR LA ROUTE? I'm your father, Kaneki! *respiration de masque à gaz*


FICHE PAR FALLEN SWALLOW

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Tamura Akise
Rang SSS || Devil
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 22/02/2015
Dim 9 Aoû - 2:59
Bon bah...

De 1. Voici un f*ck you amical pour m'avoir fait pleurer '-' /BUS/

De 2. J'te valide de ce pas 'u'

Bon RP owo
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 9 Aoû - 3:05
*saute sur Miko et la hug*

Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiii

*lui donne des mouchoirs*

Pour tes larmes o/
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» Hello darkness, my old friend (Jackson)
» hello darkness, my old friend ► ash
» Goodbye my old friend...
» | When Darkness Falls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokyo Ghoul: City of Ghouls :: Fosse du néant-
Sauter vers: